Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

8 Questions et réponses

  • QU' EST-CE QUE PÂQUES ?

    Imprimer

    Chères  amies et chers amis,

     

    Voici Pâques.

    Qu'est-ce que Pâques ?

    Si, pour en rappeler la date, il n'y avait pas les oeufs et les lapins en papier doré au premier plan dans les supermarchés, certains, beaucoup sans doute, n'y penseraient pas.

    J'ai prévu un texte pour vous en ce moment de Pâques, mais quelle en sera l'intérêt si on ignore tout d'abord ce que signifie cette fête ? On remarque bien et l'on sait clairement maintenant que beaucoup de Français sont déchristianisés et n'ont presque plus aucune culture au sujet des traditions chrétiennes, de leur origine et de leur sens. Cela se traduit dans le quotidien par la dévastation des lieux de culte. Tous les jours, on saccage et on pille les églises.

    5437939_70da1d7e-b7ca-11e5-9ff9-00151780182c-1_545x460_autocrop.jpg

    On pisse et défèque sur les autels et les images sacrées, on casse les statues, on profane le tabernacle, on tague et brûle les portes et les murs des églises, on scie les croix. Et tout cela dans l'indifférence et en toute impunité.

    Alors, Pâques ? Le mythe chrétien est rejeté et tombe dans l'oubli.

    Dans de telles conditions, il ne sera pas inutile, me semble-t-il, de rappeler très succinctement ce que cette fête commémore.

     

    En fait, Pâques correspond à deux fêtes qui ont lieu à la même date :

    - la fête juive, appelée Pâque, souvent sans s

    - et la fête chrétienne, appelée Pâques, souvent avec un s.

     

    Voyons d'abord la Pâque juive :

    Il y a environ 3500 ans, le peuple juif vivait en esclavage en Egypte. Selon le texte biblique, Dieu demanda à Moïse de libérer son peuple et de le conduire à la terre promise de Canaan. Vint donc le jour immense où les juifs sortirent d'Egypte. Depuis, cette libération a été célébrée tous les ans, le premier dimanche qui suit la pleine lune du printemps.

     

    La Pâques chrétienne

    1500 ans plus tard, il y a à peu près deux mille ans, les Juifs célébraient toujours fidèlement la Pâque. Pour ce, venant de tout le pays, ils se rendaient à Jérusalem pour offrir des sacrifices dans le Temple. Il y avait donc un monde fou dans les rues et Ponce Pilate, le consul romain d'alors, avait la charge d'assurer l'ordre dans la ville.

    Comme tout le monde et selon la tradition, le juif Jésus se rendit donc avec ses disciples à Jérusalem, sachant le danger qu'il courait.

     

    christ.jpg

    En effet, depuis 3 ans, avec un incroyable courage, cet homme s'opposait aux docteurs de la loi, aux prêtres, véritables talibans d'alors. Il dénonçait sans relâche leur façon de pratiquer la religion juive, il leur reprochait publiquement d'être psychorigides, bornés et méchants.

    prêtre.jpg

     

    Il montrait qu'à côté de la loi qui condamne et punit, il y a aussi l'amour qui pardonne et guérit, comme l'Eternel l'avait déjà dit par la bouche de son prophète, 500 ans plus tôt dans Le livre du Lévitique.(1)

    " Tu aimeras ton prochain comme toi-même ".

    Jésus exaspérait les prêtres, obligés d'assister aux miracles qu'il accomplissait. Mais le pire était que, comme dans les mythes de l'Antiquité, comme les dieux Esculape ou Dyonisos, comme les héros Hercule ou Achille, il se déclarait le fils de Dieu, l'incarnation du divin, né de l'amour d'un dieu pour une humaine.

    Les prêtres cherchaient à le faire condamner à mort.

    - Le jeudi soir avant le dimanche de la Pâque, le Christ se réunit avec ses disciples pour célébrer avec eux le rituel millénaire de la Pâque où l'on mangeait du pain sans levain. Il institua alors le rituel dit de l'Eucharistie, de la communion.

     

    cène 3.jpg

     

    Il présenta à ses disciples le pain et le vin comme représentant son corps et son sang et leur demanda de commémorer ce repas en mémoire de lui.

    Dès lors, quand le participant célèbre à son tour ce repas sacré, il se trouve en contact avec la divinité, sous la forme réelle ou symbolique du pain et du vin.

     

    Dali (1).jpg

     

    Peu après, dans la soirée Jésus fut arrêté par les soldats romains.

     

    - Le vendredi il comparut au tribunal devant Ponce Pilate. Le juge protesta en vain, qu'il ne trouvait rien à reprocher à cet homme. Les prêtres s'acharnèrent à faire condamner Jésus qui fut crucifié et mourut à 3 heures de l'après-midi.

     

    crucifixion film.PNG

    Le soir, à la demande des siens, son corps fut détaché de la croix et placé dans un sépulcre. Comme le Christ avait annoncé sa résurrection après trois jours, les prêtres firent placer des gardes devant le tombeau, afin que les disciples ne puissent pas dérober le corps pour proclamer ensuite la résurrection du Christ.

    - Le samedi étant le jour du sabbat, les juifs ne pratiquaient aucune activité. Il ne se passa donc rien.

    - Le dimanche, quelques femmes dans l'entourage du Christ, en particulier Marie Magdeleine, qui l'aimait, se rendirent au tombeau pour embaumer le corps. Là, à leur grand trouble, elles constatèrent que le corps avait disparu.

     

    marie magdeleine.jpg

    Surgirent alors deux anges qui leur dirent :

    "Pourquoi cherchez-vous chez les morts, celui qui est vivant ? "

    Le Christ lui-même leur apparut également.

    Quant aux gardes, "raides morts," ( 2) traumatisés par ces apparitions, ils firent aux prêtres le rapport des phénomènes auxquels ils avaient assisté. Les prêtres les gratifièrent d'une forte somme d'argent en leur demandant de dire que les disciples étaient venus dérober le corps pendant la nuit.

    Puis pendant les semaines qui suivirent toutes sortes d'événements que nous appellerions " parapsychologiques" ou "psychiques" eurent lieu.

    C'est ainsi que le Christ apparait à différents disciples, en différents endroits, il leur parle et leur donne ses instructions pour aller transmettre son enseignement, puis il disparait dans le ciel.

    Quelques temps plus tard, lors d'une réunion, les disciples reçoivent le Saint Esprit, qui désormais va les inspirer et les fortifier pour porter leur témoignage dans tout le monde méditerrannéen.

    En 380 le christianisme est déclaré religion d'état dans l'Empire romain.

     

    Résumé :

    La Pâque juive célèbre depuis environ 3500 ans le jour où les Juifs sortirent de la terre d' Égypte où ils étaient esclaves.

    La Pâques chrétienne, depuis à peu près 2000 ans commémore trois faits qui sont à la base de la religion chrétienne.

     

    - L'institution de l' Eucharistie, qui a été formulée dans la cérémonie de la messe chez les catholiques et de la Sainte Cène chez les protestants. Lors de ce repas sacré le chrétien se trouve en contact avec la divinité, sous la forme réelle ou symbolique du pain et du vin.

     

    - La crucifixion et la mort du Christ, l'incarnation divine.

    Le Christ a assumé concrètement l'Esprit de Dieu qui l'animait, il a redonné vigueur aux préceptes donnés par Dieu dans la Torah, alors que les prêtres ne les pratiquaient pas. Ils l'ont fait torturer et tuer.

     

    - Le troisième fait à la base du christianisme est la résurrection.

    Résurection signifie le fait de revenir à la vie. Pour les chrétiens, le Christ est donc vivant. Comme dans d'autres mythes de l'Antiquité, comme les dieux Osiris, Dyonisos, Esculape, le Christ, le dieu incarné est mort et ressuscité.

    Ces derniers jours du Christ lors de la fête de Pâque ont été appelées " La passion".

     

    Conclusion :

    Que ce soit pour les juifs ou pour les chrétiens, les fêtes de Pâques commémorent des événements majeurs qui, pour les uns comme pour les autres, ont fondé la tradition religieuse, le vécu spirituel et la relation avec la divinité.

    Le personnage du Christ et son enseignement ont bouleversé le monde antique et amené la civilisation judéo-chrétienne.

     

    Questionnement :

    Mais pourquoi faut-il s'embarasser de toutes ces vielles histoires dont on n'a plus rien à faire ? On vit très bien sans ! Et puis ces trucs de résurrection, quel blabla ! Comment peut-on s'encombrer l'esprit avec de telles fariboles ? Osiris, le Christ, et tous les autres, même si ce sont des mythes, il y a longtemps qu'on n'en parle plus !

    C'est là une façon de voir les choses. Je vous répondrai très bientôt et nous verrons quel est le sens de ces rêves de la crucifixion, de la "Passion".

     

    73368_MVRMIV1AJ5IFRIHNV1KQR4DHFTHK3G_affiche_de_film_la_passion_du_christ_H134732_L.jpg

     

    Bibliographie :

    ( 1) La Bible, Ancien Testament, Livre du Lévitique, ch.19, v.18.

    (2) Evangile selon St Marc, ch. 28, v.4

     

    Illustrations

    Je remercie les artistes et les photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

    Eglise profanée

    http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/fontainebleau-veneux-deux-eglises-incendiees-dimanche-matin-10-01-2016-5437277.php

    La Cène

    - Film " La passion" de Mel Gibson avec Jim Caviezel dans le rôle du Christ.

    - La Cène de Salvator Dali

    Crucifixion

    - Film " La passion" de Mel Gibson avec Jim Caviezel dans le rôle du Christ.

    Devant le sépulcre :

    Monica belluci dans le rôle de Marie Magdeleine dans le film "La passion" de Mel Gibson

  • RÉPONSE AUX COMMENTAIRES, CONCILIATION DES CONTRAIRES

    Imprimer

     

    CONCILIATION DES CONTRAIRES

     

    Merci, chers amis, de venir animer mon blog de vos commentaires bienvenus. Je préfère vous y répondre sur le blog. Ainsi chacun pourra avoir accès à des précisions qu'il n'obtiendrait pas si je les donnais en commentaires seulement.

    Merci d'abord à vous, TN, qui nous rapportez votre remarquable expérience. Voici ce qui s'est passé :

    le samedi 12 décembre au soir, j'ai posté sur le blog mon étude " Le Christ, l'épée à la main, où je posais la question :

    " Dieu est-il pacifiste ?"

    Le lendemain matin je reçois le commentaire de TN :

    "Etonnant, le même jour sur ma boite mail , je reçois la lettre du journal historique Herodote@herodote.net dont la thématique est :" Dieu aime-t-il la guerre?"

    Et moi, de mon côté, j'ai eu la même surprise que T N : le même jour, j'ai trouvé dans ma boite mail le même journal d'Hérodote qui posait la question : "Dieu aime-t-il la guerre ?"

     

    Cette coïncidence est significative. Il s'agit tout à fait d'une synchronicité. Ce petit événement souligne que la question correspond aux préoccupations actuelles, qu'il est juste de la poser et important d'y réfléchir.

    C'est une question que l'on se pose inévitablement, quand on est affronté aux guerres, qui ne cessent jamais. C'est pourquoi j'ai consacré de nombreuses études à ce sujet sur mon blog, où j'ai raconté les rêves qui ont conduit les chefs d'armées au coeur des batailles. Vous pourrez trouver la première étude à la date du 11 mai 2011 avec le rêve de Gédéon environ 1100 ans avant J.- C, il y a donc plus de 3000 ans. (1) La dernière étude étant celle du général Patton en 1944.

     

    Quand on constate ainsi au cours des millénaires tous ces rêves que la divinité adresse aux guerriers, on doit alors réagir avec honnêteté et courage et se poser la question : "quel est le rapport entre Dieu et la guerre ?"

    C'est une question qui fait peur aux "poules sans dents".

    C'est une question qu'on n'a pas le droit d'évincer parce que tôt ou tard la réalité belliqueuse reviendra en pleine figure. C'est ce qui se passe sous nos yeux en ce moment.

     

    Dans cette situation, T N, vous écrivez fort joliment :

    "Un Dieu qui s'incarne dans dans une toute petite chose fragile comme un bébé, c'est beau! Joyeux Noël!"

    Alors se pose avec violence une autre question :

    Que signifie la naissance du Christ, le Prince de la Paix, alors que le Christ lui-même apparaît dans les rêves actuels comme un guerrier armé ?

     

    Pour nous qui vivons en paix depuis 70 ans, nous voilà chahutés, bousculés intérieurement et vous croyez que je ne suis pas épargnée ?

    Nous avons cru que l'Occident avait définitivement évincé la guerre de ses contrées et nous nous cognons maintenant brutalement à notre sotte, notre naïve et orgueilleuse illusion.

     

    Avec juste raison, Aline, vous dîtes :

    "Quel dommage que l'évêque du Nigéria n'ait pas compris sa vision. Finira-t-il par la comprendre ? Ca fait mal au coeur qu'il n'ait pas compris. C'est tellement important."

    Voilà bien cet insupportable conflit qui effleure l'évêque nigérian, quand, dans sa vision, il voit le Christ lui donner une épée. Cela lui semble tellement inconcevable, qu'en tremblant il demande ce qu'est cet objet. Trembler devant une épée, mon Dieu, oui. C'est tellement plus facile d'épeler tout seul un rosaire entre ses doigts. Il n'y a pas d'adversaire.

     

    Merci aussi à vous, Michel qui, avec beaucoup de justesse, évoquez l'image du saint de votre nom, l'archange St Michel. Je prendrai plaisir dans quelques temps à raconter ce qu'un rêve dit des archanges. Oui, l'archange n'est pas celui qui n'est que "Bien", il emploie les armes mêmes du "Mal" pour remettre le "Mal" à sa place.

    Vous avez bien vu qu' il est la force qui use de son arme guerrière pour obtenir la paix.

     

    Vous avez tout à fait raison, Michel, de souligner la réalité alchimique. Il s'agit bien de la conciliation des contraires et nous sommes secoués en plein dedans.

    Les circonstances actuelles nous placent chacun devant le douloureux conflit entre les opposés que nous n'avons pas crées et qui sont pourtant en nous. Je le répète, ils définissent même la vie ici-bas. Ces opposés ne seraient-ils pas en Dieu lui-même ? Les rêves viendraient-ils alors nous inviter à concilier ces contraires en nous ?

    C'est ainsi, et ne l'oublions surtout pas, que les rêves ne conduisent pas forcément à la guerre. En temps de guerre ils peuvent aussi inviter à construire la paix. Je l'ai montré clairement sur mon blog (2).

    Les rêves, à chaque instant jouent leur rôle compensatoire pour amener à la conciliation des contraires, le bien, le mal, le noir, le blanc, l'obscur, le clair...

    Rien ne sert de se mettre la tête sous l'aile.

    A la suite de Jung je ne me lasserai pas de répéter :

    " Ce n'est pas en regardant la lumière qu' on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité."

    Quelle est notre obscurité, notre ombre, que nous refusons de regarder ?

    N'est-ce pas justement la Réalité guerrière ? "Dieu aime-t-il la guerre" ?

    Cette question noire ne pourrait-elle pas nous apporter quelque éclairage nouveau et nous amener à résoudre notre conflit où se heurtent le "Bien" et le "Mal ", tels que nous les concevons ?

     

    Voici des femmes, qui, elles, ont résolu ce conflit, là où elles ont à l'affronter, là où des criminels commettent systématiquement des atrocités inouïes.

     

    f7mjzzljpwe4cjxamou3pxatlprcq92s6bypk1vho0h2pifzvpiyitlmihxd71aoqatyab5scr1hgpbvjbjsyp-hvgs0-d-e1-ft.png

     

    "Les Forces féminines de protection de la terre entre les deux fleuves vient de se constituer en Syrie. Composé uniquement de jeunes femmes, certaines mariées, ce petit groupe d’une cinquantaine de personnes est désormais sur le terrain face à l’État Islamique .... L’expression « terre en les deux fleuves » traduit, évidemment, toute la région habitée historiquement par le peuple syriaque entre le Tigre et l’Euphrate.

    Comme elles sont belles et courageuses ces femmes qui ont pris les armes pour

    assurer l’avenir des leurs et le maintien de la foi des anciens jours ! " (3)

     

              20151213022023.jpg

    Prière avant le repas

     

    lucia.jpg

    Que l'ange St Michel leur vienne en aide !

     

     

    Bibliographie

     

    (1) http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/05/11/la-nuit-porte-conseil-ou-l-inspiration-de-gedeon.html

     

     

    (2) Rêve p.2 au 28 mars 2012

    http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/28/le-reve-d-un-diplomate-hollandais1.html

     

    (3) http://www.christianophobie.fr/breves/syrie-un-bataillon-de-femmes-chretiennes-vient-de-naitre#.Vn5zEBXhAdU

     

    Illustrations

    http://www.christianophobie.fr/breves/syrie-un-bataillon-de-femmes-chretiennes-vient-de-naitre#.Vn5zEBXhAdU