Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2016

POURQUOI PÂQUES

POURQUOI PÂQUES ?

 

 

par Ranky.PNG

 

Mon dernier article se terminait sur la question : Pourquoi s'embarrasser de toutes ces vielles histoires aberrantes, ces histoires rocambolesques, invraisemblables de crucifixion et de résurrection, dont nous n'avons plus rien à faire ?

Oui, pourquoi ?

On a sans doute raison de s'interroger, mais cette question procède d'un raisonnement. On examine la situation de façon intellectuelle, alors que l'on méprise, refuse, nie et ignore les faits.

Vous allez rétorquer :

- Comment ? Les faits ? Mais quels faits ?

- Je vous parle des faits de l'inconscient que l'on peut observer sans difficulté si on a un esprit tant soit peu rigoureux !

- Mais Christiane ! De quels faits parlez-vous donc ? Quels sont ces faits de l'inconscient que vous observez et que l'on nie ?

- Vous le savez bien ! Je vous parle des rêves, encore des rêves et toujours des rêves !

- Et alors ?

- Eh bien, il y a un fait irréfutable et très intrigant, très très intrigant : c'est que l'image divine apparait souvent, dans les rêves, quand on dort, et dans les visions, quand on est réveillé, et en particulier l'image du Christ. Certes, dans l'histoire, il est bien mort, mais dans les rêves, il est bien vivant, toujours et partout !

Dernièrement encore, je viens de vous en donner des témoignages actuels. Dans le dernier rêve datant de décembre 2015, il apparaissait avec pas mal d'humour sous l'image de Musclor.

 

133050.jpg-rx_640_256-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx musclor 3.jpg

 

On peut très facilement se débarrasser de l'image divine par des raisonnements, mais l'autre partie de nous-mêmes, l'inconscient, lui, ne l'entend pas ainsi et il produit des rêves multiples où il nous ramène le Christ devant les yeux. J'en ai présenté plus d'une centaine dans mes conférences, dans mes livres et sur mon blog. Beaucoup sont actuels. Vous pourrez vérifier sur mon blog, je vous en ai exposé une quarantaine. Pour vous aider à les retrouver, je vous en ai mis la liste avec le lien ci-dessous en bibliographie.

 

Devant cette accumulation de faits, que je ne suis pas la première à souligner, qui oserait donc quand même nier ces rêves que nous observons et prétendre qu'ils n'existent pas ?

On ne peut donc pas dire que le travail d'observation des rêves auquel je procède n'est pas scientifique, pas rationnel.

Comme le fait remarquer Jung :

"Quel scientifique ferait une observation et dirait que ce qu'il observe n'existe pas ? Si vous observez, vous avez un comportement scientifique. (1)

Qui osera nier ?

Ce seront à mon avis des obscurantistes et des imposteurs ou aussi des paresseux d'esprit et des lâches qui ne veulent pas regarder les faits qui les dérangent, qui refusent de voir les rêves où la divinité apparait.

Jung déclare :

"L'image de Dieu n'est pas une découverte mais une EXPÉRIENCE VÉCUE qui survient à l'homme spontanément, ce que l'on sait assez clairement si on ne préfère pas à la vérité l'aveuglement des préjugés idéologiques." (2)

Cette expérience vécue, je le répète, a lieu dans les rêves et dans les visions.

 

Quelques uns, sans doute agacés par mon discours, vont me rétorquer :

- Mais qu'est-ce qu'on en a à faire de la messe, de la crucifixion, de la résurrection ! Foutaise !

- Ah oui ? Qu'est-ce qu'on en a à faire ? Eh bien voilà.

Pour Pâques, je vous raconterai deux rêves qui répondent à la question.

Ce ne seront que deux, pour ne pas allonger mon étude.

Voici le premier que Clara est venue me confier. Ce rêve est la grande douleur de sa vie.

Elle raconte :

 

Rêve

Je suis à Golgotha, la colline où le Christ a été crucifié.

Je me tiens devant la croix. Marie, la mère de Jésus, est à côté de moi.

Jésus sur la croix jette ses yeux sur moi et m'invective, il m'insulte, il est furieux après moi.

Marie lui demande alors pourquoi, lui qui est si bon et si compatissant, pourquoi il éprouve une telle colère à mon égard.

Et Jésus s'écrie :

- Oui ! Eh bien, toi, tu ne sais pas ce qu'elle m'a fait !

 

christ 4.jpg

 

Clara s'est réveillée, effondrée de douleur.

Elle ne m'a pas dit ce qui s'est passé précisément dans sa vie, qui expliquerait la violente réaction de son inconscient. Mais ce qui est fort probable, c'est qu' elle ait commis une forme de trahison à l'égard de la divinité qui l'habite et son âme en souffre.

Voici le second rêve,que j'ai longuement étudié sur mon blog en 2012. Il fut reçu par un diplomate hollandais, Mr Korthals Altes, à une période menaçante de la guerre froide en 1984.

Rêve

Je voyais beaucoup de monde sur une place devant une église. L’église était pleine.  Tout d’abord je ne voulais pas y entrer jusqu’à ce qu’une dame âgée me prenne par la main et me montre un siège libre dans une des premières rangées sur la gauche.  Une grande croix en bois s’étendait au dessus de l’autel. 

À ma grande surprise de la sciure de bois tombait de cette croix. ( Cela symbolisait-il la crise intérieure que vivait une église centrée sur elle-même ? )

Pendant que je regardais la croix, je me sentis envahi par une intense compassion pour le Christ souffrant (expérience inhabituelle pour moi en tant que Protestant).  Exactement au même instant j’ai vu les yeux VIVANTS du Christ qui me posaient la question qui correspondait à ma situation :

« Et toi, qu’est-ce que tu fais avec tes possibilités, avec ce que tu sais, dans cette période cruciale ? »

Ce face à face direct avec le Christ souffrant, vivant, fut une expérience fulgurante, impossible à décrire !

christ 5.jpg

 

Cette rencontre a allumé dans l'âme du rêveur un feu qui l'a amené à complètement changer sa vie. Il a sacrifié sa carrière de diplomate pour obéir à l'impulsion donnée par le rêve et se consacrer à des activités très fécondes, au niveau national et international pour la sécurité et la paix en Europe.

 

Voilà, chères blogueuses et blogueurs, voilà pourquoi ces images nous importent.

Rejeter la fête de Pâques, le souvenir et la célébration de la crucifixion ? Rejeter le mythe de la passion du Christ ?

Le conscient, pour sa part, s'empresserait bien de l'oublier, mais l'inconscient, lui, infiniment plus vaste et plus puissant, en est la mémoire. Dès qu'il le juge nécessaire, il vient avec un rêve en rappeller l'événement, qui, depuis 2000 ans, a eu lieu selon le mythe chrétien.

Force est de constater, force est de se dire qu'il faut alors que cet événement soit d'une importance impensable, incommensurable, pour que l'autre côté de nous-mêmes, l'inconscient, cet espace indéfini et illimité, vienne, malgré nos résistances, nous le rappeler.

 

croix 2.PNG

 

Comment expliquer que dès la mort du Christ, il est apparu dans les rêves ? Des rêves, il y en a plein l'Ancien Testament, environ 250, et ce sont anges ou Dieu lui-même qui y apparaissent. Ces représentations n'étaient-elles pas suffisantes ?

Pour l'inconscient certainement elles n'étaient pas suffisantes. C'est que l'histoire de la passion du Christ décrit clairement le drame de la vie de l'âme et exerce un puissant effet thérapeutique.

Comme le montre l'exemple du rêve du diplomate hollandais, le mythe chrétien de la passion parle du sacrifice auquel l'humain consent en renonçant à son égo. Cette étape dans la vie, cruciale, crucifiante, conduit à la transformation et au renouvellement de tout l'être, conduit de la mort à la résurrection.

                                      visage.PNG

En revanche, comme le montre le premier rêve de Clara, refuser ce mythe plonge l'âme dans la souffrance.

Le mépris, le rejet, l'oubli de ce processus sacré et de ses images venus de l'inconscient exercent les effets les plus néfastes.

Clairvoyant, vigilant et sage, Jung a rappelé :

« Une fausse attitude à l’égard de l’inconscient n’entraîne pas seulement la maladie de l’individu, mais aussi des peuples »

Il a également prévenu :

"Un peuple qui perd ses mythes est un peuple qui meurt."

C'est bien ce à quoi nous assistons en ce moment.

Le mythe chrétien de Pâques, le drame de la crucifixion, la résurrection sont des événements vitaux dans l'âme, vivants, actifs aujourd'hui comme autrefois. Ces images du dieu crucifié et ressuscité détiennent une puissance de vie incontestable, une efficacité thérapeutique déterminante.

Voilà pourquoi l'oubli de Pâques est une attitude des plus néfastes.

 

interprétation des rêves,christiane riedel spécialiste de l'interprétation des rêves,sens des rêves de crucifixion,pâques,image du christ dans les rêves,christ crucifié

 

Invitation

Comme je vous le montre, ces images reçues en rêve ne sont pas exceptionnelles, elles sont seulement cachées. On hésite à en parler. C'est pourquoi, si vous avez, vous aussi, reçu en rêves ces mêmes images sacrées, je vous invite à me les raconter.

Vous m'adresserez votre courrier à l'adresse indiquée sur le blog. Je vous répondrai alors.

 

Bibliographie

(1) C. G. Jung parle, éd.Buchet Chastel, p.283

(2) C.G. Jung, Aïon, Études sur la phénoménologie du Soi, Albin Michel, 1983, p.213

(3) http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/28/le-reve-d-un-diplomate-hollandais1.html

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

- Crucifixion, tableau de l'artiste français François Ranky, 1990.

- Visage du Christ en croix : Film " La passion" de Mel Gibson avec Jim Caviezel dans le rôle du Christ.

- Visage du Christ : ephese.fr

Il m'a été impossible malgré mes recherches de savoir exactement qui est l'auteur de cette sculpture.

- La crucifixion de Salvator Dali. Dali a peint ce tableau inspiré par une vision de Saint Jean de la Croix qui a vu le Christ sur la croix, non pas d'en bas, mais d'en haut, vu du ciel.

- Visage du crucifié, film " La Passion" de Mel Gibson

 

Liste des rêves sur mon blog où apparait une image du divin.

 

1 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2007/04/09/mort-par-decapitation.html

 

2 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2007/05/17/l-incubation-chez-les-premiers-chretiens-ch-6.html

 

3 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2008/11/30/le-reve-therapeute-ch-6.html

 

4 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2008/03/30/il-est-un-reve-etrange-et-debonnaire.html

 

5 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2008/04/2...interpretation.html

 

6 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2008/03/21/un-reve-ce-vendredi-il-y-a-2008-ans.html

 

7 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/09/06/initiation.html

 

8 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/07/06/la-trahison-de-st-jerome.html

 

9 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/06/2...bible.html

 

10 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/05/24/l-incubation-de-caroline-1.html

 

11 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/06/05/l-incubation-de-caroline-2-dieu-existe-t-il.html

 

12 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/12/18/que-me-sert-o-gabriel1.html

 

13 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/01/08/un-mythe-general-et-le-dieu-feconda-la-femme.html

 

14 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/01/22/l-elephant-blanc.html

 

15 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/03/07/le-christ-blesse.html

 

16 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/04/02/le-dieu-souille-bafoue.html

 

17 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/04/13/un-cadeau-inattendu.html

 

18 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/12/23/il-n-y-a-pas-que-joseph-qui-reve.html

 

19 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/01/07/il-n-y-a-pas-que-joseph-qui-reve-2.html

 

20 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/05/11/la-nuit-porte-conseil-ou-l-inspiration-de-gedeon.html

 

21 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/08/24/alexandre-et-le-grand-pretre-jaddus-a-jerusalem2.html

 

22 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/09/29/le-reve-et-la-mort-de-jules-cesar.html

 

23 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/11/26/encore-un-cafe.html

 

24 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/28/le-reve-d-un-diplomate-hollandais1.html

 

25 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/04/19/une-question-et-un-peu-d-histoire2.html

 

26 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/04/25/questions-et-reponses-en-vrac1.html

 

27 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/03/27/4-les-reves-vous-disent-ce-que-vous-ne-croyez-pas.html

 

28 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/06/18/1-les-reves-et-la-bible.html

 

29 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/07/07/la-conception-des-reves-dans-la-bible.html

 

30 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/07/2...prophetique-297308.html

 

31 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/08/17/une-force-qui-porte-2974899.html

 

32 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/09/23/une-force-bienveillante-2978814.html

 

33 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/12/04/6-de-la-couleur-de-la-divinit2-2986806.html

 

34 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2015/11/23/non-les-poules-n-ont-pas-de-dents-

3060765.html

 

35 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2015/12/06/est-ce-impossible-a-comprendre-3061743.html

 

36 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2015/12/12/le-christ-l-epee-a-la-main-3062268.html

 

37 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2015/12/2...qui-prie-dieu-tous-les-jours-3062763.html

 

38 http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2016/01/06/souvenir-o-souvenir-sapeurs-et-musclor-3063691.html

20/12/2015

LE GÉNÉRAL PATTON EST UN HOMME QUI PRIE DIEU TOUS LES JOURS

 

patton.jpg

Le général Patton est un homme qui prie Dieu tous les jours, sans se soucier des cadres religieux. Il est protestant épiscopalien, il connait très bien la Bible et va au culte le dimanche, il aime aussi aller prier à la messe ; il considère que la réincarnation est une réalité et pense qu' il fut guerrier dans l'Antiquité, ce qui, selon lui, lui a développé ses dons de stratège et ses dons psychiques de clairvoyance.

En ces jours où Noël approche, je voudrais vous raconter comment, au Noël 1944, ce Général qui se moque des normes, va suivre sa voix intérieure et prier comme il le sent, avec ses mots, avec ses tripes, pour demander de l'aide pour libérer l'Europe de l'invasion nazie.

Quelle aide ?

Vous risquez d'avoir des surprises.

 

La France vient d'être libérée par le général Patton, et les Armées Alliées sont à l'Est, dans les Ardennes, prêtes à envahir l'Allemagne. Depuis le mois de septembre 1944, la pluie tombe, incessante, et harcèle les soldats. La pluie, c'est la grande préocuppation, le tourment permanent du Général Patton.

Le 8 décembre, à Nancy, le Général Patton déclare à l'aumônier de son armée :

- Nous devons faire quelque chose si nous voulons gagner la guerre. Est-ce que vous avez une bonne prière pour le temps ?

L'aumônier fait remarquer que ce n'est pas l'habitude de prier pour demander du beau temps pour aller ensuite tuer des hommes. Le Général rétorque :

- Est-ce que vous êtes en train de me faire un cours de théologie ou est-ce que vous êtes l'aumônier de la troisième Armée ? Je veux une prière.

L'aumônier rédige sur le champ une prière et la porte à Patton. La voici :

"Père tout puissant et très miséricordieux, nous T'implorons humblement de bien vouloir, de par Ta grande bonté, restreindre ces pluies immodérées contre lesquelles nous avons eu à lutter. Veuille nous accorder un beau temps pour la bataille. Daigne prêter l'oreille à nos prières, nous les soldats qui t'invoquons pour que, armés par Ta puissance, nous puissions avancer de victoire en victoire, nous puissions écraser nos ennemis, les mettant hors d'état de poursuivre leur oppression et leur oeuvres perverses, pour que nous puission établir Ta justice parmi les hommes et les nations. Amen."

Le général demande alors de tirer la prière en 250.000 exemplaires puis il dit à l'aumônier :

- Asseyez-vous un instant, je veux vous parler de cette affaire de la prière.

Je crois fortement en la prière.

Il y a trois moyens pour que les hommes obtiennent ce qu'ils veulent. Ce sont en planifiant, en travaillant et en priant.

Toute grande opération militaire nécessite une planification soigneuse, ou de la réflexion.

Puis il vous faut alors des troupes bien entraînées pour mettre en exécution. C'est ce qui s'appelle travailler.

Mais entre la planification et l'exécution il y a toujours une inconnue. Cette inconnue s'appelle défaite ou victoire, échec ou succès. Cette inconnue, c'est la façon dont les acteurs réagissent quand survient véritablement l'épreuve.

Certains appellent ça pouvoir souffler pour reprendre des forces. Pour moi je l'appelle Dieu.

Dieu a sa part, sa marge d'intervention en toute chose. C'est là que la prière entre en ligne de compte.

Jusqu'à maintenant, dans la troisième armée, Dieu a été très bon avec nous. Nous n'avons jamais fait retraite, nous n'avons souffert d'aucune défaite, d'aucune famine, d'aucune épidémie. C'est parce que beaucoup de ceux que nous avons laissés à la maison, prient pour nous. Nous avons eu de la chance en Afrique, en Sicile et en Italie. C'est simplement parce que les gens ont prié pour nous.

Mais nous, nous devons aussi prier pour nous-mêmes.

Un bon soldat ne se fait pas seulement par la réflexion et le travail. Dans chaque soldat, il y a quelque chose qui descend plus profondément que ne le font la réflexion et le travail. Ce sont ses tripes.

C'est quelque chose qu'il a développé à l'intérieur de lui. C'est un monde de vérité et de puissance qui le dépasse. Avoir une grande vie, ça n'est pas seulement fournir du rendement par la pensée et le travail. Il faut aussi que l'homme reçoive par une prise d'alimentation. Je ne sais pas comment vous appelez ça, mais moi j'appelle ça Religion, Prière ou Dieu."

Patton poursuit :

"Nous devons arriver à ce que non seulement les aumôniers prient, mais aussi tous les hommes de la Troisième Armée. Nous devons demander à Dieu d'arrêter ces pluies. Ces pluies sont la marge où se tient la victoire ou la défaite. Si nous prions, ce sera comme de se brancher sur un courant dont la source est au ciel."

 

Le 14 décembre la prière est distribuée  aux troupes.

 

Vers le 15 décembre 1944 le général Patton vient de se réveiller à 3 heures du matin avec un rêve (1) : il perçoit de façon intense que les troupes allemandes sont en train de lancer une offensive secrète pour aller s'emparer du port d'Anvers et priver ainsi les troupes américaines de leur ravitaillement. Les ennemis s'apprêtent donc à rompre les lignes alliées qui avancent dans les Ardennes. Le Général Eisenhower ignore tout du plan allemand, de même que ses services de renseignements.

Patton, lui, à 3 heures du matin, dicte à son secrétaire toute la marche à suivre pour la contre-offensive. Il vient de voir clairement en rêve les images des opérations à mener. Il ordonne à une partie de ses troupes de se préparer à se mettre en route d'urgence.

 

La pluie incessante a maintenant laissé place à la neige et la neige tombe en un rideau épais qui bloque tout, tout est blanc, le sol, l'air autour de soi, et le ciel au dessus. On ne voit rien, on n'entend rien, on n'arrive pas à avancer, on gèle.

 

Le 16 décembre a lieu l'offensive allemande secrète dont Patton vient de rêver. Les Allemands surgissent de façon inattendue, la surprise est totale, ils avancent "comme une lame de couteau chaud dans une motte de beurre". Ils approchent la victoire.

11.000 hommes de la 101ème Aéroportée sont dans le village de Bastogne pour défendre un noeud routier stratégique d'une importance vitale, qui permet de bloquer l'avancée des troupes allemandes. Ce point de résistance ne doit pas se rompre.

Les soldats américains se retrouvent encerclés par 60.000 soldats allemands.

 

Le 19 décembre, trois jours plus tard, Eisenhower apprend les nouvelles du front et prend conscience du danger. Très inquiet, il convoque ses généraux, Il demande à Patton d'envoyer des renforts à Bastogne. Patton promet de libérer Bastogne le jour de Noël, mais les conditions métérologiques effroyables empêchent toute avancée.

article-0-0F3546E200000578-263_964x641 couleur.jpg

 

Pendant ce temps, les assiégés, sous le commandement du Général Mc Auliffe, se défendent héroïquement et attendent les renforts. Le temps épouvantable rend impossible tout ravitaillement aérien. Les hommes n'ont pas de vêtements d'hiver, manquent de tout, de munitions, de nourriture, de moyens médicaux.

 

Le 22 décembre, le Général Mc Auliffe est sommé par le commandement allemand de se rendre. Il répond par un vigoureux et célèbre :

" Nuts" ! qui veut bien dire :

" Allez vous faire foutre !"

Et Patton de son côté désespère de ne pouvoir lui porter secours.

 

Le 23 décembre, à 50 km de Bastogne, il s'arrête à Luxembourg-Ville. Il entre dans la chapelle de la Fondation Pescator, s'avançe jusqu'au crucifix au dessus de l'autel, retire son casque avec ses 3 étoiles, se met à genoux et prie pour demander la victoire de ses troupes à Noël.

 

Seigneur, c'est Patton qui Te parle.

Ces derniers quinze jours ont été infernaux. Pluie, neige, encore plus de pluie, toujours plus de neige. Je commence à me demander ce qui se passe dans Ton quartier général. Dis-moi un peu, de quel côté Tu es ?

 

Ca fait trois ans que les aumôniers de mon armée m'expliquent que nous menons une guerre sainte. Cette guerre, disent-ils, est une nouvelle croisade, sauf que nous sommes montés sur des tanks et pas sur des chevaux de bataille.

Ils répètent avec insistance que nous avons traversé l'Atlantique pour anéantir l'armée allemande et cet athée d'Hitler, de façon à ce que l'Europe puisse retrouver la liberté de religion.

Jusqu'à maintenant j'étais d'accord avec eux, car Tu nous as accordé Ta coopération sans réserve.

Grâce à une mer calme et un ciel bleu en Afrique notre débarquement a été une énorme réussite et cela nous a aidé à éliminer Rommel.

La campagne en Sicile fut relativement facile et Tu nous as fourni un temps excellent quand notre attaque blindée a traversé la France, la plus grand victoire militaire que tu m'aies accordée, et de loin.

Tu m'as souvent donné d'excellents conseils quand, en tant que chef d'armées, j'avais des décisions difficiles à prendre, et Tu as fait tomber les unités allemandes dans mes pièges, ce qui a permis de les éliminer relativement aisément.

Mais maintenant Tu paries sur un autre cheval . On dirait que que Tu as donné à von Rundstedt tous les passe-droits du règlement et franchement, il nous mis une sacrée branlée.

Mon armée n'est ni entraînée, ni équipée pour faire la guerre en hiver. Et comme Tu le sais, ce temps convient mieux aux Esquimaux qu'à des cavaliers sudistes.

Maintenant, Seigneur, je ne peux pas m'empêcher de penser que je T'ai offensé d'une manière ou d'une autre.

Que tout d'un coup Tu as perdu toute sympathie pour notre cause.

Que Tu es de mèche avec ce von Rundstedt et son dieu colleur de papiers peints. (2)

Tu sais, sans que je Te le dise, que notre situation est désespérée.

Evidemment, je peux prétendre à mon état major que tout se déroule comme prévu, mais il est inutile de Te déclarer que ma 101ème division aéroportée à Bastogne se trouve dans une situation terriblement difficile et que ces tempêtes continuelles rendent tout ravitaillement impossible, même par les airs.

J'ai bien envoyé un de mes meilleurs généraux, Hugh Gaffey, avec sa 4ème division blindée, au nord à ce noeud routier crucial pour secourir la garnison encerclée, mais il trouve bien plus difficle de supporter Ton foutu temps que ces fichus Boches.

Je n'ai pas l'habitude de me plaindre sans raison, mais de la Meuse à Echternach mes soldats souffrent des supplices de damnés. Je me suis rendu aujourd'hui dans plusieurs hôpitaux, ils sont tous remplis de soldats brûlés par le gel, et les blessés restent jonchés dans les champs parce qu'on ne peut pas les ramener pour les soigner.

ardennes.jpg

 

Déjà ça, c'est une situation lamentable, mais il y a pire encore.

Mes forces aériennes sont complètement paralysées au sol à cause du manque de visibilité et des pluies incessantes.

Ma technique de combat exige une aide précise des chasseurs bombardiers, et si mes avions ne peuvent pas voler, Tu peux me dire alors comment je peux les utiliser en artillerie aérienne ?

Mes avions de reconnaissance n'ont pas pris l'air depuis quinze jours et je n'ai pas la moindre idée de ce qui se trame derrière les lignes allemandes.

Sacré nom d'un chien, Seigneur ! Je ne peux pas combattre une ombre.

Sans Ta coopération au niveau du temps, je ne peux pas connaitre exactement les dispositions des armées allemandes. Et bon sang ! Dans ces conditions, comment puis-je mener une attaque intelligente ?

Avec tout ce que je Te dis, tu dois penser que je déraisonne, mais j'ai perdu toute patience avec Tes aumôniers qui me racontent que les conditions météorologiques actuelles sont typiques d'un hiver dans les Ardennes et que je dois avoir confiance.

La confiance, la patience, j'en n'ai rien à foutre ! Tu n'as qu'à Te décider pour savoir de quel côté Tu es. Tu dois me venir en aide et comme ça je pourrai expédier dans l'autre monde l'armée allemande toute entière et l'offrir en cadeau d'anniversaire à ton fils, le Prince de la Paix.

Seigneur, je n'ai jamais manqué de raison. Je ne Te demande pas l'impossible. Je ne Te réclame même pas un miracle. Tout ce que je te demande, ce sont quatre jours de beau temps.

Donne-moi une éclaircie de quatre jours pour que mes avions puissent sortir, pour aller chasser, bombarder et repérer les cibles, pour que je puisse utiliser ma magnifique artillerie.

Donne-moi quatre jours de soleil pour sécher cette putain de boue, comme ça mes tanks pourront rouler, et mes soldats d'infanterie, mal équipés, affamés, pourront recevoir des munitions et des rations.

J'ai besoin de quatre jours pour envoyer von Rundstedt et son armée impie

vers leur Walhalla.

Je suis malade quand je vois tous nos jeunes Américains aller inutilement à l'abattoir, et si Tu me donnes quatre jours avec un temps qui nous permette de nous battre, je Te livrerai en échange assez de Boches pour tenir Tes comptables occupés derrière leurs régistres pendant des mois.

 

Amen.

 

Et alors ?

Quelques heures plus tard, une éclaircie apparait. Oui, le beau temps revient ! Un temps magnifique, non pas durant 4 jours, mais pendant toute une semaine !

L'armée de Patton avance héroïquement jusqu'à Bastogne qui est délivré le 26 décembre 1944.

 

Le 27 décembre au matin, Patton entre dans une petite chapelle, s'agenouille et prie :

"Seigneur, c'est moi Patton, me revoilà. Seigneur, il me semble que Tu as été bien mieux informé de la situation que moi. Ce temps épouvantable qui m'a fait tellement juré contre Toi, eh bien, c'est ce temps qui a amené l'armée allemande à se suicider. Ca, Seigneur, ça a été un coup éclatant de stratégie militaire et je m'incline humblement devant Ton suprême génie".

Qui est donc cet homme ? Quel lien il a avec son Dieu qui l'habite !

 

Que s'est-il donc passé ?

Les Allemands avaient attendu l'arrivée du mauvais temps avec l'hiver pour lancer leur attaque à la mi-décembre. Ils comptaient sur le brouillard et les tempêtes de neige permanentes, pour empêcher les avions américains de soutenir les troupes au sol.

Mais le mauvais temps eut pour effet de ralentir aussi leurs troupes. Les routes étroites dans les Ardennes, la résistance américaine acharnée firent le reste pour faire échouer leur planing.

Et dans l'attente, les soldats allemands perdirent leurs forces et se retrouvèrent épuisés. Epuisées également les réserves d'essence. Le retour du beau temps et l'arrivée des forces américaines leur furent fatals.

Les nazis avaient lancé leurs dernières forces dans la bataille des Ardennes, ils ne purent pas s'en relever et perdirent la guerre.

Voilà pourquoi Patton considéra que le mauvais temps avait amené l'armée allemande à se suicider. Et déjà le 27 décembre il avait prévu l'issue de la guerre un mois plus tard.

 

Conclusion

Patton avec ses hommes, s'est battu pour libérer la France et l'Europe. Il s'est battu pour honorer le Prince de Paix. Pour ce, il s'est adressé à l'Eternel Dieu des Armées, à ce dieu si bien connu des Juifs de l'Ancien Testament, dont il retrouve des accents dans sa prière.

Guerre et paix. Respect des contraires.

Il lui fallait avoir quelque chose dans les tripes. Il appelait ça " Religion, Prière ou Dieu". "

Il a su chez ses hommes animer par la prière cette force intérieure qui insuffle confiance, courage, résistance, héroïsme au coeur de l'épreuve et de la souffrance.

Et ce dieu, semble- t-il, a écouté les prières :

celles de 250.000 soldats de la Troisième Armée, sans parler des autres soldats et des familles.

celles, acharnées, de ce Général puissant qui parlait à Dieu en direct, sans politesse.

Et il semblerait bien que Dieu non seulement ait entendu et écouté, mais aussi exaucé ces prières.

 

Patton_The_Great_Leader1.jpg

 Le soleil vient de revenir et éclaire le visage du Général Patton

 

Notes

(1) http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/19/les-reves-d-un-general-ahurissant.html, le 19 mars 2012

(2) Hitler a eu en effet pour métier de coller des papiers peints, avant de se lancer dans la politique.

 

Bibliographie

Vous retrouvez de multiples informations sur internet.

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

 

Patton priant dans la chapelle de la Fondation Pescator le 23 décembre 1944

: historiasegundaguerramundial.com

Tank qui passe à côté d'un véhicule qui a glissé sur la glace et est tombé dans le fossé : peopleus.blogspot.com

Soldats mourant dans la neige, par l'artiste française Marie Elise : ardenneweb.eu

Patton après sa prière, quand le soleil de retour  vient éclairer son visage, peint par l'artiste française Marie Elise : ardenneweb.eu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12/12/2015

LE CHRIST, L'ÉPÉE À LA MAIN

 

 

La dernière fois je vous ai raconté les rêves surprenants qui appellent les rêveuses et les rêveurs à changer les principes, les jugements, les façons de voir et les attitudes d'esprit, qui depuis des siècles ont amené à choisir un comportement de douceur plutôt que de fermeté.

C'est ainsi que l'on apprend des rêves, à force de le constater de façon répétée, que la représentation occidentale du Bon Dieu est une vue de l'esprit, un concept anthropomorphique artificiel, qui s'avère à la longue malsain et nuisible.

Pourquoi ? Parce cette conception supprime toute réaction instinctive jugée mauvaise et ôte ainsi à chacun sa capacité naturelle à se défendre.

En conséquence de quoi les rêves révèlent, déclarent, informent de façon salutaire, que la statue du Bon Sauveur, du Jésus doux et tendre s'effondre.

chute  2.PNG

 

Alors ? Plus rien ?

Le Christ, il n'existe plus ?

Ah !

Douleur, vertige !

Vide ?

Ah mais non !

Certainement pas !

Mais c'est ici qu'il s'agit de bien faire la différence entre une idée conçue et une réalité vivante.

Comment ça ?

Eh bien, d'un côté le rêve nous montre un Christ fabriqué en pierre qui s'effondre et de l'autre, dans notre âme, surgit l'apparation spontanée du même Christ, mais vivant, qui nous parle et nous anime.

Vous comprenez la différence entre une idée, une représentation conceptuelle forgée par l'esprit humain et l'image d'une Force autonome, vivante, naturelle, divine, qui dépasse l'entendement ?

 

- Oh la la ! Madame Riedel ! C'est bien joli tout ce que vous nous racontez là. Mais, allez, quelles sont vos preuves ?

- Vous vous en doutez bien ! Ce sont les rêves !

En voici justement quelques uns qui ont été donnés dernièrement.

 

Alice rêve :

1 Rêve

Je vois un militaire habillé en kaki avec le visage du Christ très serein, bon, beau et extrêmement gentil.

 

Interprétation

Qu'est-ce qu'un militaire ?

C'est celui qui fait partie des forces armées dont la fonction est de combattre et faire la guerre.

défense . gouv.jpg

 

Habillé en kaki

Kaki veut dire poussière, couleur poussière.

Le kaki est un tissu de camouflage, utilisé pour les militaires. Les couleurs brun et jaunâtre y sont mélangées, ce qui rend la tenue peu voyante et peu salissante.

 

bandana-camouflage-militaire-marron-kaki-BAN01CMg.jpg

 

La couleur lumineuse du soleil, ici jaune atténué, est accompagnée de la couleur de la terre, de la poussière. Ainsi le kaki comporte la couleur du clair et du sombre, et cette association des contraires protège le soldat qui peut s'adapter à toutes les situations.

 

Voilà donc le Christ qui n'apparaît pas comme d'habitude sous l'aspect d'une lumière rayonnante.

christ 3.PNG

 

Ici le Christ se présente incarné dans le corps d'un militaire, dans une tenue où le brun et le jaune, les couleurs contraires, s'harmonisent. Il est ainsi "très serein, bon, beau et extrêmement gentil

 

Christ militaire.PNG

 

Que signifie serein ? La sérénité règne quand n'existent pas de conflit ou d'opposition, comme dans la couleur kaki.

Disons le clairement : c'est bien cette nouvelle forme martialle, guerrière, que le Fils de Dieu choisit pour s'incarner.

Qui a été le premier païen converti ? C'est Cornelius, un militaire, un officier de l'armée romaine installée en Palestine, "un homme pieux, craignant Dieu, qui faisait beaucoup d'aumônes au peuple et priait Dieu continuellement". (1)

 

corneille.jpg

 

Conclusion

Voici juste une image, qui enseigne à la rêveuse que le dieu qui se manifeste sous l'apparence du Christ n'est pas exclusivement un dieu serein bon, beau et extrêment gentil, ce dieu est aussi une force martiale, guerrière.

Serait-ce à dire que l'on ne peut être bon et extrêment gentil que si, en soldat, on est capable aussi d'affronter les conflits, si on a le goût de la lutte, et l'énergie de se battre pour défendre une cause pour laquelle on est prêt à donner sa vie ?

Donner sa vie, n'est-ce pas l'acte de générosité ultime, l'acte de suprême bonté ?

Voilà une image spontanée de la divinité qui se présente en rêve et que l'intellect n'a pas élaborée.

 

Regardons un deuxième rêve :

Je voyais un homme debout au pied de mon lit. Il me regardait. Il portait une robe comme dans l’Antiquité.

J’ai compris que c’était le Christ. Il tenait une épée dans la main.

 

Il portait une robe comme dans l’Antiquité.

Dans le rêve précédent, il s'agit d'un uniforme militaire, ici d'une robe comme dans l'Antiquité. Le vêtement indique que l'homme du rêve est lié à l'Antiquité. C'est ce détail qui fait comprendre à la rêveuse que l'homme qui la regarde est le Christ.

 

Il tenait une épée dans la main.

épée blanche.jpg

Qu'est-ce qu'une épée ?

C'est une arme munie d'une lame en acier blanc, appelé pour cette raison arme blanche. A la différence de l'arme à feu qui fonctionne par explosion et propulse des projectiles au loin, l'épée s'utilise en combat rapproché, on affronte son ennemi en face. L'épée fonctionne par la force de la main, elle sert à faire mal, à blesser, à tuer, à mettre l'ennnemi dans l'impossibilité de se défendre ; dit clairement elle sert à perforer, couper, trancher le corps de l'adversaire.

Doux Jésus !

 

Conclusion

Le rêve invite la rêveuse à réviser l'image qu'elle a du Christ de paix et de bonté pour la compléter avec son contraire, un Christ qui lutte, affronte les conflits, fait mal et détruit son adversaire.

Oeuvrer avec bonté, oeuvrer pour la paix mais aussi faire mal, faire du mal, être malfaisant, est-ce que cela ne fleurerait pas de loin le souffre ?

Voilà pourquoi il y a quelques siècles l'Eglise avec l'Inquisition a fait brûler les rêveurs.

 

Je vous présente maintenant non pas un rêve, mais une vision

Monseigneur Oliver Dashe Doeme, évêque au Nigeria a reçu en fin 2014 une vision où le Christ lui est apparu.

év^que.jpg

 

Je vous invite à regarder tout de suite la brève vidéo sur son expérience :

http://www.christianophobie.fr/videos/la-video-du-dimanch...

 

Alors qu'il était en train de prier dans sa chapelle devant le St Sacrement, il reçut cette vision et raconte.

Et là le Seigneur est apparu. C’était Jésus avec une épée dans la main.

Tremblant j’ai dit : - Seigneur qu’est- ce que c’est ?

Il n’a rien dit, il a juste étendu les bras vers moi avec l’épée dans ses mains.

J’ai alors étendu mes mains et j’ai reçu l’épée.

Aussitôt que je l’ai reçue, elle s’est changée en chapelet.

Et ensuite le Seigneur a parlé :

- Boko Haram is gone, Boko Haram is gone, Boko Haram is gone.

Boko Haram, c’est fini.

Il a dit cela trois fois et ensuite a disparu.

 

Puis l’évêque interprète sa vision. Il ne parle que du rosaire et invite à prier la Vierge Marie avec le rosaire pour libérer le pays de Boko Haram.

Croix-Rosaire.jpg

 

Que dire de la prédiction ?

- Boko Haram is gone, Boko Haram is gone, Boko Haram is gone.

Boko haram c'est fini, la parole est répétée trois fois, comme c'est toujours le cas quand le divin parle dans un rêve ou d'une vision.

baga-boko-haram-2015-5.jpg

 

Quand on connait un peu le monde de l'inconscient , on sait par expérience qu'une prédiction donnée en rêve se réalise en général deux à trois ans après. Il nous reste donc à attendre pour vérifier l'exactitude ou non de cette prédiction.

 

Commentaire

Cette vision est très troublante, parce qu'elle est ambiguë.

D’abord l'évêque voit l’épée et demande ce que c’est. Mais il sait bien ce que c’est ! Pourquoi le demande-t-il ? Est-ce comme si il ne voulait pas voir cette épée ? Et le Jésus de sa vision ne lui répond même pas.

L'évêque souligne ensuite que Jésus lui donne un rosaire. Il passe totalement sous silence le moment juste avant, où Jésus lui remet dans les mains une épée.

Et pourtant ! Quel geste d'importance !

 

Que penser de cette épée qui devient un rosaire ?

Une épée est une arme pour blesser et mettre son ennemi hors d'état de nuire. Pourrait - on dire que chaque coup d'épée donné pour défendre le Christ devient une prière qui fait reculer Boko Haram ?

Se battre et prier, ne serait-ce pas là ce que demande le Christ ?

Prier, concrètement, tout le monde comprend ce qu'il faut faire,

 

Mais l'épée ?

Concrètement, comment faire usage de cette épée ?

Il y a mille ans les chevaliers l'ont su, lors des croisades : ils mirent leur épée et leur vie au service du Christ.

Bloody-Crusader-wallpaper-500x281.jpg

 

Il y a bientôt 500 ans, en 1571, les Vénitiens, les Génois, les Espagnols, les Maltais, les Savoyards, s'allièrent avec le pape contre les Turcs pour lutter contre l'expansionisme musulman qui menaçait l' Occident chrétien. Ils furent vainqueurs à l'extraordinaire bataille navale de Lépante. Le pape avait demandé à chacun de prier la Vierge dans un rosaire universel. Le soir de la bataille, il eut une vision qui lui apprit la victoire. La nouvelle ne parvint à Rome que 19 jours plus tard.

lepante.jpg

 

500 ans plus tard, vers1925, au Mexique, les catholiques, poursuivis par le gouvernement, soumis à la torture prolongée pour les faire abjurer leur foi, puisque la mort ne suffisait pas, prirent les armes pour défendre leur foi.

Cristeros.jpg

 

Certains mettent en avant que l'Évangile interdit toute forme de violence, y compris pour défendre le Christ. Cette affirmation rapide repose soit sur une une incontestable ignorance des textes soit sur une sélection tendancieuse.

En effet, comme le signale le très discret philosophe Willeime, "il existe un décalage considérable entre l'image populaire de Jésus-Christ, messager de l’amour et de la paix universelle, et ce qui est rapporté à de nombreux endroits sur lui par les évangiles." (2)

Voici deux exemples où le Christ n'est pas un modèle de pacifisme :

Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division.”(3)

Ne pensez pas que je suis venu apportez la paix sur la Terre, je suis venu apporter non la paix, mais l’épée”.(4)

christ épée.PNG

 

Comment réagir devant ces paroles redoutables prononcées par Jésus lui-même ?

Doute

Perplexité

Embarras

Conflit intérieur

Conflit spirituel.

Où est la haute autorité qui tranchera ? Celle de la Bible il y a 2000 ans ? Celle de l'Église et de ses Pères ? Celle des rêves, dont certaines images confirment aujourd'hui que le Christ apporte l'épée, comme il le fait l'an dernier dans la vision de l'évêque du Nigéria ?

Quel affreux dilemme. Quel douloureux dilemme.

En rester là ?

Non.

Je conclue simplement avec Willeime:

" Un regard honnête sur l’ensemble des évangiles montre, à qui est sincère et a banni ses préjugés, que les valeurs humanistes n’étaient pas le coeur doctrinal des premiers chrétiens."

 

Dieu est-il pacifiste ?

J'ai consacré sur mon blog plusieurs études de rêves sur cette question pour pouvoir répondre avec assurance que ce n'est pas toujours le cas. Il semblerait que tout soit question de circonstances.

Vous trouverez ci-dessous les liens pour lire ces études sur mon blog.

J'ai approfondi ce sujet jusqu'à l'indicible, avec de nombreux rêves à l'appui, dans la deuxième partie de mon livre, suivant en cela les travaux de recherche de Carl Gustav Jung et d'Etienne Perrot.

Et pour nous, pour vous qu'en est-il ?

Avez-vous reçu des rêves à ce sujet ?

 

La prochaine fois je vous parlerai du Général Patton qui a libéré la France. Nous passerons quelques moments avec lui en décembre 1944, juste avant Noël, en coeur de la bataille des Ardennes,

Nous verrons comment cet homme qui avait la foi la plus vive en Dieu considérait le problème que nous avons rencontré aujourd'hui.

patton.jpg

 

Bibliographie

(1) Actes des apôtres, ch, 10, v. 2

(2) http://www.willeime.com/noire-jesus.htm

(3) La Bible, Luc, Ch.12, v. 49

(4) La Bible, Luc, ch.12, v. 51

 

Études guerrières sur mon blog

Les rêves et les chefs d’états ou d’armées

Le rêve de Gédéon

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/05/11/la-nuit-porte-conseil-ou-l-inspiration-de-gedeon.html

 

Au sujet d'Alexandre le Grand, 300 ans av. J.C.

1

Rêve d'Alexandre qui lui permit de conquérir l'imprenable ville de Tyr

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/08/08/un-celebre-jeu-de-mots.html

 

2

Comment deux rêves de deux personnes qui ne se connaissaient pas sauvèrent la ville de Jérusalem ( Alexandre et le grand prêtre de Jérusalem)

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/08/24/alexandre-et-le-grand-pretre-jaddus-a-jerusalem2.html

 

Au sujet de Jules César

1

L'extraordinaire rêve de Jules César

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/09/16/le-reve-de-jules-cesar.htm

 

2

Rêve de la femme de Jules César qui lui annonce la mort de son mari

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/09/29/le-reve-et-la-mort-de-jules-cesar.html

 

Au sujet d' Abraham Lincoln

Son rêve lui annonce sa mort et il ne fait rien pour l'éviter

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/12/12/le-reve-et-la-mort-d-abraham-lincoln.html

 

Au sujet du chancelier Bismarck :

Comment un rêve lui annonça qu'il gagnerait la guerre contre l'Autriche

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/04/le-reve-de-bismarck-mon-interpretatio-et-une-autre.html

 

Au sujet du Général Patton

Comment ses rêves le guidaient pour libérer la France, la Belgique et le Luxembourg en 1944

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/19/les-reves-d-un-general-ahurissant.html

 

Au sujet d'un diplomate hollandais

Comment un diplomate fut guidé par son rêve pour travailler pour la paix pendant la guerre froide dans les années 80

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/28/le-reve-d-un-diplomate-hollandais1.html

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes qui m'ont permis d'illustrer mon blog.

 

- Aux Philippines, statue du Christ tombée de son socle au-dessus des ruines de l’église Notre-Dame de Lumière à Loon, qui était la plus grande église de Bohol avant le séisme du 15 octobre. © OIM 2013 (Photo de Joe Lowry)

 

- Militaires : defense.gouv.fr

 

- Christ miséricordieux : christroi.overblog.com

 

- Christ militaire : commons.wikipedia.org

 

- Épée : laforgedestempliers.com

 

- Évêque au Nigeria : rtve.es

 

- Rosaire : fr.yoyowall.com

 

- Tueries par Boko Haram : les-crises.fr

 

- Croisé : gerogiaconservative.net

 

- Bataille de Lépante : guide-martine.com

 

- Christ à l'épée : tableau du peinte Van der Weyden, peintre primitif flamand, 1400 - 1464

 

- Général Patton :historiasegundaguerramundial.com

06/12/2015

EST-CE IMPOSSIBLE À COMPRENDRE, À REALISER?

 

Nous autres, humains, quand nous sommes dans notre conscient, nous sommes des êtres limités, l'inconscient lui, ne l'est pas ; nous avons des conceptions bien définies mais l'inconscient, lui, infini, n'a pas les mêmes définitions que nous.

Nécessité venue, pour nous ouvrir l'esprit, il nous secoue alors avec ses messages qui nous déroutent, même si nous ne le comprenons pas, ou plutôt, disons le tout net, même si, souvent, nous ne voulons pas les comprendre !

C'est ce que nous allons voir encore une fois aujourd'hui avec le rêve d'Agnès. Ce rêve se comprend tout seul, mais allez-vous en accepter le sens alchimique ?

 

Je ne sais rien d'Agnès et découvre cette jeune femme avec son rêve que voici :

 

Rêve

Je travaillais au mcdo, et y a un monsieur qui est venu passer sa commande, puis il m'a demandé de lui montrer autre chose dehors et j'y suis allée. J'étais assez pressée de rentrer car j'avais laissé le boulot comme ça, et sur la route, au retour, les gens deviennent fous, courent partout comme des malades, ou meurent sur les trottoirs... et là y a une énorme statue de Jésus qui tombe et se casse.

Je me suis cachée car il y avait de plus en plus de choses étranges...

 

Interprétation

Agnès a reçu l'an dernier ce rêve choquant, inconcevable. Quel peut en être le sens ?

Je travaillais au mcdo et y a un monsieur qui est venu passer sa commande, puis il m'a demandé de lui montrer autre chose dehors et j'y suis allée.

emploi mcdo.jpg

Analysons l'action :

Agnès est serveuse dans un restaurant sympa et pas cher. Un client, qu'elle appelle poliment Monsieur, passe sa commande, puis au lieu de s'installer pour manger, il lui demande un service tout à fait indu. Et parce que la jeune femme est trop disponible, trop serviable, elle abandonne son service, qui est à l’intérieur du restaurant et se rend à l’extérieur, dehors dans la rue.

A quoi cela correspond-il dans sa vie ?

La jeune femme m'explique et me décrit une situation qui n'a rien d'exceptionnel :

" ... je préfère me limiter moi, me sacrifier pour rendre service à l'autre et en particulier pour mon entourage proche. Quand vous me demandez si cela me fait penser à une situation dans ma vie quotidienne, je me rends compte que oui et surtout avec mon conjoint. Je me suis installée avec lui et depuis j'ai l'impression que je n'arrête pas de me priver pour lui.

Agnès m'explique alors qu'elle a été obligée d'arrêter ses études et ne peut plus voir ses amis, et elle poursuit :

D'ailleurs en ce moment nous logeons son beau-frère chez nous, chose que j'ai acceptée pour lui. Et je me rends compte maintenant que j'ai accepté beaucoup trop de choses, et qu'en retour je n'ai pas forcément du positif.

 

Pourquoi le rêve choisit-il le restaurant Mcdo et pas Quick par exemple ? Y aurait-il un jeu de mots ?

On peut en entendre plusieurs mais tous ne sont pas forcément significatifs :

- mac : un mac c'est celui qui dans le monde de la prostitution vit de l'exploitation, généralement sexuelle, d'autrui ; dans le sens non prostitutionnel, un mac est un type de voyou qui exploite autrui.

- mec : un gars

- mecque : la ville sainte de l'islam

- "do", en latin, veut dire : "je donne".

Mcdo signifie alors : "je donne au mac, au mec ou aux mecs". Le rêve lui montre ainsi à quelle enseigne elle est logée.

Dans cettte situation, Agnès accepte de faire même plus que son devoir.

mcdo.jpg

 

Pour répondre à une demande abusive d'un client, elle se rend à l'extérieur du restaurant et se retrouve dans un spectacle apocalyptique :

 

les gens deviennent fous, courent partout comme des malades, ou meurent sur les trottoirs...

Au niveau extérieur, le rêve décrit la situation du monde dans lequel nous vivons. Les termes qu'il emploie sont parfaitement exacts :

Les gens deviennent fous :

ils n’ont plus de repères, ils courent partout ils sont décentrés, ils ne savent plus où aller, ils sont perdus. Ils sont malades, ils ont perdu le contact avec leur instinct qui est la sauvegarde de la santé.

 

Ils meurent sur les trottoirs.

On pourrait se demander si le rêve n'annonçait pas là, au niveau extérieur, ce à quoi nous assistons de plus en plus avec la montée du terrorisme islamiste en France et dans le monde.

Au niveau intérieur, Agnès, elle, en tous cas, se dit concernée par l'image : elle sent qu'elle a dévié de sa route, elle a perdu ses objectifs, elle ne sait plus où elle en est, elle est perdue.

 

Et là y a une énorme statue de Jésus qui tombe et se casse.

chute 2.PNG

Analysons ce qu'est une statue : c’est une construction volontaire que l'homme a travaillée, élaborée, édifiée, pour se représenter l'idée qu'il se fait de la divinité.

statue blanche.PNG

 

Mais cette rigide figuration de pierre n'est pas vivante. Cette statue ne désigne pas la divinité elle-même, qui est en soi inconnaissable, elle désigne la conception et l'image anthropomorphique que l’on a fabriquée de Jésus, érigée en système, en idéal désincarné, avec le fameux principe d'amour.

olbinski 3.jpg

 

Agnés voit la statue du Christ qui tombe et se casse.

Quel est le sens de cette image au niveau subjectif pour la rêveuse ?

Agnès raconte sa souffrance :

"En ce qui concerne la statue de Jésus, c'est ce qui m'a le plus choqué ; je pense que c'est parce que je suis chrétienne. Pour moi ce sont des fondations qui s’écroulent.

rio de J.PNG

 

Je m'en veux un peu de "laisser ma foi de côté". J'observe aussi le monde dans lequel nous évoluons, rien de bien positif à mes yeux..."

Agnès se rend compte que le grand principe chrétien d'amour n’est pas valable dans sa situation. En obéissant à ce principe, elle croit qu'aimer consiste à toujours servir, à servir de façon indue et à être exploitée. Aimer n'est plus un mouvement spontané, aimer devient une obligation. Mais là où il y a la loi, il n'y a pas d'amour.

A force de donner aux "mecs", elle ne peut plus se développer elle-même. Son grand principe chrétien traditionnel entre en contradiction avec ses nécessités personnelles instinctives vitales.

Le rêve intervient alors pour lui montrer qu'elle n'a pas à s'en vouloir de «  laisser sa foi de côté » : cette foi là en effet n’est pas vivante, elle n’est qu’un principe mort, un système qui fait de ceux qui la professent des faibles dont on abuse, qu'on méprise et qu'on écrase. Des poules sans dents. En tant que chrétienne, pense-t-elle que c'est là la volonté de Dieu ?

 

Quelle a été par exemple l'expérience de nos Anciens, qu'ont -ils dit à ce sujet, tel qu'on peut le lire dans la Bible ?

Regardons le livre "Le Lévitique", composé entre 400 et 500 ans avant J.-C. Dans ce livre sont rassemblées les recommandations que Dieu fait à son peuple il y a 2500 ans. Il s'agit je le répète de recommandations et non de commandements. Au ch.19, v. 15 -18, ce livre conseille, recommande :

"...ne sois pas injuste dans tes jugements :

... ne favorise pas les moins que rien, ne te courbe pas devant les grands (1)

Une autre version traduit :

...tu n'avantageras pas le faible et tu ne favoriseras pas non plus le grand. (2)

Être juste.

Et le grand conseil est formulé juste après :

"Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Eternel".

Oui,, être juste.

Il faudrait d'abord examiner le sens du mot "prochain".

On constate tout de suite que dans le texte les termes "prochain", "peuple hébreu", "frères" et "enfants de son peuple" sont interchangeables. Il n'est pas question d'aimer tout le monde, mais le prochain, celui qui est proche.

 

Et que signifie "comme toi-même" ?

"Comme" ne veut pas dire "plus que". Et pourtant c'est ce que fait Agnès, selon l'éducation chrétienne qu'elle a reçue.

Mais, en elle, le divin veille et il ne s'exprime pas selon la voix de la tradition occidentale. Il lui parle dans ses rêves, et il vient lui montrer qu'actuellement le grand principe directeur de sa vie est injuste, il s'effondre et se casse. Ce n'est pas que le principe ne soit pas valable, c'est qu'il ne l'est pas exclusivement et pas en ce moment, dans les conditions actuelles.

Christ des abysses.PNG

Je le dis et je le répète : le dieu bon, le Bon Dieu n'existe pas, c'est une idée humaine, quant au Doux Jésus, actuellement cette conception s'effondre.

Vous croyez que j'invente ?

Je vous le montrerai d'autres rêves dans ma prochaine étude.

 

Comprenez-vous, chers lectrices et chers lecteurs, que nous vivons une époque cruciale où des changements s'imposent ?

Faîtes bien attention :

Ce n'est pas le Christ vivant, la Force intérieure divine qui s'effondre et se casse, c'est la représentation intellectuelle réduite que s'en fait le christianisme crée par la tradition, qui veut exclure de la divinité infinie et inconcevable toute autre dimension que l'amour, le bon, le bien.

Une fois de plus je rappellerai ces paroles oh combien clairvoyantes de Carl Gustav Jung, le génie du XXème siècle, encore trop mal connu en France :

« On s’indigne bien sûr à la pensée que le mal et le malheur font partie intégrante de Dieu, et on s’imagine que Dieu ne peut vouloir une chose pareille. On devrait pourtant se garder de la tentation consistant à restreindre la toute puissance de Dieu en se fondant uniquement sur l’idée qu’en ont les hommes.  (4)

 

La divinité est inconnaissable.

La façon la moins fausse ou la plus adéquate de se la représenter est une formulation paradoxale qui n'exclut rien, et qui au contraire inclut les contraires. La représentation du Christ de bonté et d'amour doit être complétée par l'image d'un dieu de colère et de dureté. Complétée veut dire non seulement comprise au niveau intellectuel, mais surtout vécue et incarnée dans la vie de tous les jours.

Et ça, c'est difficile.

 

Comprenez-vous que vous qui êtes si bon, vous avez le droit aussi d'être mauvais, non pas par désir de puissance, mais par saine réaction instinctive ?

Rappelez-vous par exemple et entre autres sur mon blog, le cas si touchant de Loren qui refusait de se mettre en colère.(3)

Oui, la transformation est douloureuse, mais elle est salutaire, elle est la voie demandée par l'inconscient actuellement et les rêves nous l'indiquent.

A nous maintenant de faire la distinction entre mener notre vie en obéissant à un principe mental directeur, imposé par une tradition dépassée, ou ressentir en nous la Force vivante intérieure qui nous anime, chacun, individuellement, et nous guide dans nos rêves, pour nous sauvegarder et nous amener à vivre dans l'alternance et l'équilibre des contraires, dans la conciliation des contraires.

2 équilibre.PNG

 

hqdefault olbinski.jpg

 

La prochaine fois, nous verrons sous quelles images le Christ vivant se présente actuellement dans le monde intérieur, dans les rêves.

 

Bibliographie

(1) La Bible, nouvelle traduction, p. 248

(2) La Bible, Segond 21, L'original avec les mots d'aujourd'hui, p, 85

(3) Du bonheur de la colère

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/02/2...disent-pas-ce-que-vous-attendez.html

Les rêves ne vous disent pas ce que vous croyez,

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/03/1...disent-pas-ce-que-vous-croyez1.html

(4) Essais sur la symbolique de l’esprit, C G Jung, p 238, éditions Buchet Chastel, 1991

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

- Une serveuse chez Mc Do : mcdo-bourges.fr

- Serveurs chez Mc Do : macdo australia : businessinsider.com

- Statue du Christ tombée de son socle : iom.int

- Aux Philippines, statue du Christ tombée de son socle au-dessus des ruines de l’église Notre-Dame de Lumière à Loon, qui était la plus grande église de Bohol avant le séisme du 15 octobre. © OIM 2013 (Photo de Joe Lowry)

- Le Christ Sauveur : discoverbasilicata.com

- Le Christ de Maratea en Italie :

- Le Christ des Abysses :ombrefantômes.skyrock.com

Le Christ des Abysses est une sculpture en bronze de Jésus située à 17 mètres de profondeur dans la baie de San Fruttuoso en Italie. La statue mesure 2,50 mètres de haut et pèse 260 kg.

- Tableau du peintre polonais Rafal Olbinski : vague définition de l'importance

- Tableau de Rafal Olbinski : youtube.com

04/12/2013

6 DE LA COULEUR DE LA DIVINITÉ

Chers amis, blogueuses et blogueurs,

 

Depuis mon dernière article je n’ai pas arrêté de travailler, j’ai bossé plus que jamais, mais ce n’était pas pour mon blog. Aujourd’hui, j’ai enfin le temps et le plaisir de vous retrouver et de poursuivre mon étude sur les rêves dans la Bible.

Je vous ai parlé de cette Force qui s’est montrée si bienveillante envers le roi Salomon. Je voudrais revenir maintenant sur le premier rêve de la Bible, celui d’Abram qui a été fort peu étudié ; il semble trop mystérieux, incompréhensible, on l’élude.

Pourtant le récit est absolument exemplaire, c’est même le premier classique du genre, comme je vais vous le montrer, en le comparant à des rêves et des expériences actuels.

 

Je vous ai raconté le tourment d’Abram qui n’a pas de fils, et à l’état éveillé, sa vision où Dieu vient le consoler. Puis l’Eternel demande à Abram de préparer un sacrifice avec différents animaux. Une fois le sacrifice prêt, au coucher du soleil, Abram est pris par le sommeil et il rêve.

Voici ce que la Bible raconte au livre de la Genèse, ch. 15, v.12-13 :

 « Au coucher du soleil un profond sommeil tomba sur Abram » ;

maroc-tiznit-coucher-de-soleil-sur-ciel-menacant[1].jpg

et voici « une obscurité terrifiante » vint l’assaillir. Et l’Eternel dit à Abram…

Dieu annonce alors à Abram l’avenir de ses descendants sur quatre générations.

 

L’écrivain biblique ne peut pas s’exprimer plus clairement sur un fait que personne ne veut accepter :

Il dit expressément que c’est dans le rêve que l’Eternel Dieu vient parler à Abram. Sur ce blog, cela finit par devenir une rengaine !

Ensuite il raconte que l’Eternel parle en se présentant dans une obscurité terrifiante. La présence de la divinité se caractérise donc par les ténèbres, le noir et la terreur.

 

Mais sans doute, cela reste-t-il incompréhensible, puisque les traducteurs font preuve du plus grand embarras pour traduire ce passage. On peut lire par exemple :

- l’angoisse le saisit dans une profonde obscurité (1)

- Abram fut accablé de sommeil et aussi de frayeur dans l'obscurité profonde.(2)

- Abram fut surpris d'un profond sommeil, et il tomba dans un horrible effroi, se trouvant comme tout enveloppé de ténèbres. (3)

- une grande et sombre terreur s’empara de lui (4 )

- un profond sommeil tomba sur Abram ; et voici, une horreur de grande obscurité tomba sur lui. (5)

 

ciel-noir-1[1].jpg

Quelles traductions emberlificotées !

Des synonymes variés tentent de décrire la sensation qu’Abram ressent pendant dans son rêve : frayeur, angoisse, horrible effroi, sombre terreur, horreur.

Les traducteurs sont embarrassés ; on ne comprend pas bien ce qu’ils veulent dire parce qu’eux-mêmes, probablement, ne comprennent pas l’expérience que décrit le texte. C’est la traduction 3 qui me semble la plus juste.

- Abram fut surpris d'un profond sommeil, et il tomba dans un horrible effroi, se trouvant comme tout enveloppé de ténèbres.

Les Grecs et les Romains disaient de la même manière que quand on était saisi par une torpeur insurmontable, il ne fallait pas résister au sommeil, c’était que le dieu voulait vous parler.

A mon avis, Abram éprouve une sensation terrifiante parce qu’une réalité objective, ténébreuse et noire, qui le dépasse, surgit à sa conscience : c’est l’expérience de la présence de la divinité.

Pour ma part je propose de traduire simplement :

« et voici une obscurité terrifiante vint l’assaillir. »

 

Comment est-ce je peux me permettre de corriger les traducteurs ? Certes, je ne connais pas du tout l’hébreu, mais un peu les rêves, et, depuis que je les fréquente, j’en ai acquis une certaine expérience que les traducteurs n’ont pas.

Qu’est-ce qui justifie ainsi mon interprétation ? Ce sont les rêves de personnes actuelles, qui, dans leurs rêves ou à l’état d’éveil, vivent la même expérience que celle du juif Abram, qui vécut il y a environ 3800 ans.

Cette expérience présente deux caractéristiques bien mises en évidence par le texte biblique : le noir et l’effroi. Ces caractéristiques sont constantes.

Bien que, de façon généralisée, Dieu soit considérée comme une pure lumière, l’expérience intérieure, vécue en particulier dans un rêve, dans le saisissement, montre que le noir le plus noir, les ténèbres les plus affreuses sont aussi l’effet de la présence divine.

C’est bien ce que montrait le rêve de Marine, qui, assaillie par le noir, plus noir que le noir, a senti une force qui la portait. (blog : 17 août 2013)

C’est bien ce que montrent aussi les deux rêves suivants que j’ai choisis pour vous. L’un et l’autre ont été reçus par des femmes actuelles.

 

Le rêve de Murielle

Murielle a beaucoup cherché à se rapprocher du divin. Elle a suivi plusieurs démarches spirituelles qui la conduisent vers la Lumière. Célibataire, vivant dans la chasteté, elle a participé à de multiples séminaires, à des pèlerinages à Jérusalem, elle s’est imposé des entraînements intensifs de méditations et de prières, de jeûnes aussi, et des rites de purification.

meditation[1].jpg

 

Hélas, ce forcing, qui ne respectait pas son corps, porteur de la divinité, l’a finalement précipitée au plus bas et l’a plongée dans une très grave dépression.

Je dois dire que j’ai souvent remarqué autour de moi que les personnes qui s’adonnent à des exercices spirituels, ceux de certains yogas comme ceux de certaines communautés catholiques, se retrouvent souvent en état dépressif. Pour y échapper, elles accentuent les exercices dits spirituels et après quelques heures de bien être, retombent dans leur dépression.

C’est bien aussi le cas de Murielle : à force de vouloir monter, elle s’est retrouvée au plus bas. A force de vouloir contempler la lumière, elle en a été aveuglée : en effet, elle a été assaillie par une crise où elle s’est littéralement, physiquement retrouvée aveugle et à l’hôpital, en camisole chimique. Après plusieurs semaines à l’hôpital et des mois de souffrances, elle a réussi à s’en sortir. Et elle a décidé de ne plus chercher à s’élever à la dimension céleste par une quelconque pratique.

 

Elle rêve alors :

Rêve : Une ombre noire rentre dans ma chambre

J’ai vu devant moi dans ma chambre une silhouette noire. C’était une hauteur noire. Je me suis réveillée, mon cœur battait à grands coups. C’était une impression tellement forte, c’était comme si j’avais senti une présence. J’étais très effrayée.

ombre noire.JPG

 

 

Quelque chose d’effrayant est apparu dans son rêve, qu’elle a ressenti comme une présence, décrite comme « une hauteur noire ».

Que signifie « une hauteur noire », expression surprenante, très intéressante, très révélatrice ?

La jeune femme a cherché à s’élever dans les « hautes » sphères spirituelles, lumineuses. Maintenant qu’elle y a renoncé et elle mène une vie, « au ras des pâquerettes », tout en bas, voilà qu’ « une Hauteur » lui apparaît : c’est « le Très Haut » qui vient se manifester à elle… et il est noir et effrayant.

 

Le rêve de Rachel

Le rêve qui suit est plus « clair » encore. Rachel raconte :

Rêve : Plus loin dans le noir… tu meurs

Je cherche Dieu. Je suis en chemin. J’ai laissé ma voiture sur le côté de la route dans la montagne et je continue à pied. D’un côté à droite, la pente donne à pic sur la vallée, de l’autre à gauche, la roche s’élève de façon abrupte. Je marche, j’avance et j’arrive à un col. Je sais qu’après ce col je vais rencontrer Dieu.

J’arrive au sommet et le chemin tourne à gauche.

Col-de-la-Colombiere-6306[1].jpg

J’entre dans le nouvel espace où je vais trouver Dieu. Je suis là, debout et je découvre :

Sur ma gauche, je vois la montagne, elle est mariée au ciel, on ne peut pas les distinguer l’une de l’autre. Le ciel est noir, si noir que c’en est effrayant.

Au centre, en face moi mais au loin, je devine un cirque immense de couleur noire, c’est un cirque dont on ne voit rien.

A ma droite, il y a le chemin sur lequel je viens d’arriver, avec le col juste derrière moi.

Je regarde le sol, c’est une espèce de gadoue gluante, pleine d’eau, une boue glissante.

Je sais que si je fais un pas de plus, je mets le pied dedans, je glisse et je ne pourrai plus me relever.

Je sais que si je regarde plus avant, ce noir est tellement effroyable que je meurs.

cover[1].gif

 

Je me réveille.

 

Rachel a reçu la réponse à sa recherche. Le rêve lui fait la grâce d’approcher le mystère terrifiant de la Divinité et lui fait comprendre qu’il est mortel pour tout humain de vouloir contempler le divin face à face. Les Grecs avertissaient déjà contre cette tentation. Toutes les humaines qui ont désiré et voulu que Zeus, leur divin amant, se révèle à elles directement, sont mortes en le voyant.

jupiter-et-s748a-939bf[1].jpg

Une fois encore, dans ce rêve comme dans les autres, la présence de la divinité, dont l’apparition ne tue pas, se caractérise par un noir effroyable.

Le théologien et philosophe allemand Rudolf Otto (1869-1937), reconnu de façon internationale, l’a souligné fortement dans son livre « Le Sacré » (6) :

« Cet élément étrange, de type répulsif, inspirant « la terreur », déconcerte ceux qui ne veulent admettre dans la divinité que bonté, douceur, amour, familiarité… »

 

La remarque de Rudolf Otto écrite il y a un siècle, en 1917, souligne l’ expérience millénaire, que notre société refuse de voir.

Dans notre conception occidentale traditionnelle, le noir est considéré de façon générale comme mauvais et diabolique ; Dieu est bon et lumineux et son ennemi Satan est mauvais et noir. Cette conception dualiste et simpliste, qui contredit le témoignage biblique le plus ancien, est profondément ancrée dans la mentalité occidentale. Elle y a pris l’importance d’une croyance absolue, elle a usurpé la dimension d’une vérité métaphysique.

Mais la croyance n’est pas l’expérience.

Croire intellectuellement à une idée est facile et superficiel, et une affirmation et son contraire sont tout aussi valables l’une que l’autre. La croyance n’a pas la dimension, la puissance saisissante, épaisse et convaincante d’une expérience vécue, éprouvée dans le corps, dans une émotion bouleversante et inoubliable.

Oui, selon de multiples témoignages, le divin, quand il se manifeste, se présente dans le noir, et le noir plus noir que le noir, et il est ressenti comme une réalité objective.

Et pourquoi le noir ne serait-il pas une manifestation de la divinité ?

Est-ce à l’homme d’en décider ?

 

J’espère que mon étude aujourd’hui va aider certains d’entre vous à mieux comprendre et respecter ce genre d’expérience, à se familiariser avec cette force étrange et sombre qui demande à être accueillie. Autrefois, il y a bientôt 4000 ans avec Abram, comme aujourd’hui, avec Marine, Murielle, Rachel, cette expérience se présente dans les ténèbres, le noir et l’effroi.

 

Rappelez-vous maintenant l’expérience profonde et émouvante que Caroline a éprouvée devant le noir. Je l’ai racontée sur mon blog.

Caroline avait posé la question à son rêve :

 «- Est-ce que Dieu existe ? » (8)

 

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/05/index.html

 

Et vous verrez la réponse du rêve :

 

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/06/05/l-incubation-de-caroline-2-dieu-existe-t-il.html

 

Bibliographie

(1) Bible du semeur, 2000

(2) Bible de la Colombe, 1978

(3) Traduction Abbé Fillion, 1895

(4) Bible en français courant 1982

(5) Bible de Chouraki

(6) Le sacré, Rudolf Otto, p.36, Petite Bibliothèque Payot.

(7) silhouette noire dans la chambre

http://outre-vie.forumactif.com/t16750p30-silhouette-noire-dans-la-chambre

(8) « Le rêve de Caroline 1 : Dieu existe-t-il ? »

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/05/index.html

suivi de « Le rêve de Caroline 2, réponse du rêve »

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/06/05/l-incubation-de-caroline-2-dieu-existe-t-il.html

 

Illustrations

 

Je remercie les photographes dont les photos m’ont permis d’illustrer mon blog.

 

Coucher de soleil :payetmamyenvoyage.kazeo.com

Méditation : machronique.com

Sentier en montagne : randonneesmontagne.over-blog.com

Le col de la Colombière : randonneesmontagne.over-blog.com

Sémélé mourant à l’apparition de Zeus, de Gustave Moreau, 1826-1898

 

23/09/2013

5 UNE FORCE BIENVEILLANTE

Mon étude la dernière fois était intitulée « Une Force qui porte ». Le titre de celle ci sera « Une Force bienveillante ». Nous allons voir maintenant cette force à l’œuvre dans le rêve de Salomon.

Je mettrai le vieux récit biblique au présent, pour le faire sortir des poussières du passé.

Nous voici il y a environ 3000 ans, en 950 av. J.-C., 1000 années se sont écoulées depuis Abraham. Ses descendants forment un peuple qui s’est installé sur la terre de Canaan annoncée à leur ancêtre.

rêves,interpétation des rêves,christiane riedel interprète de rêve,rêve de Salomon,aimer l'Eternel,force bienveillante

David, leur roi, après 40 années de règne, sent sa fin approcher.

Devant « l’Eternel qui l’a délivré de toutes les détresses » (1) il a juré que son second fils Salomon lui succéderait. Il a donné la préférence à ce « jeune ado » de douze ans. Il le fait appeler et avant de mourir il lui donne ses derniers ordres, ses ultimes recommandations : (2)

« - Je m’en vais par le chemin de toute la terre. Fortifie-toi et sois un homme ! » Et le vieux roi lui demande de marcher fidèlement devant Dieu dans la droiture, de tout son cœur et toute son âme.

« Observe les commandements de l’Eternel ton Dieu, en marchant dans ses voies et en gardant ses lois…selon ce qui est écrit dans le livre de Moïse, afin que tu réussisses dans tout ce que tu feras et partout où tu te tourneras. »

 

Quelques années plus tard, Salomon s’allie par mariage avec la fille de Pharaon.

rêves,interpétation des rêves,christiane riedel interprète de rêve,rêve de Salomon,aimer l'Eternel,force bienveillante

 

Puis, il décide de célébrer l’Eternel, ce dieu qu’il aime. Comme il n’y a pas de temple à Jérusalem, il se rend à Gabaon, où se trouve le haut-lieu le plus important pour cette cérémonie.

rêves,interpétation des rêves,christiane riedel interprète de rêve,rêve de Salomon,aimer l'Eternel,force bienveillante

 

Le jeune roi offre un sacrifice grandiose : rien de moins que mille bêtes, ovins et bovins, disparaissent en holocaustes, c’est à dire qu’elles sont entièrement consumées par le feu sur l’autel. Rien n’est récupéré : ni la peau, ni les cornes pour les utiliser, ni la viande pour s’en nourrir. C’est une perte pure et simple.

Dans l’antiquité, un sacrifice a souvent lieu dans un but intéressé, on établit un marché et l’animal offert est la monnaie d’échange pour obtenir la faveur du dieu. Cependant, ici, la perte est trop énorme pour que le marché paraisse même équitable : pour un peuple de pasteurs, sacrifier 1000 têtes de bétail, cela représente une immense perte à court et à long terme, un manque à gagner incalculable, un renoncement total à des gains futurs.

rêves,interpétation des rêves,christiane riedel interprète de rêve,rêve de Salomon,aimer l'Eternel,force bienveillante

 

On peut ainsi affirmer avec juste raison que pour débuter son règne Salomon fait vraiment un don d’amour à l’Eternel, comme le souligne l’écrivain biblique.

Voilà donc un tout jeune homme qui semble déjà faire preuve d’une grande qualité : il se montre désintéressé et n’a pas peur de perdre des biens matériels.

 

Après la cérémonie, Salomon passe la nuit à Gabaon. Et là il reçoit un rêve.

Dans le rêve, Dieu va le mettre  à l’épreuve. Le fils de David est-il vraiment aussi désintéressé qu’il veut le faire paraître ? Pourquoi a-t-il décidé un sacrifice aussi énorme ? Est-ce vraiment pour donner à l’Eternel la preuve de son amour ? N’a-t-il pas tout de même une idée derrière la tête ?

Le rêve organise alors un scénario où les véritables motivations du roi vont se révéler. Un dialogue s’instaure et Dieu va « sonder les entrailles » du dormeur.

 

Rêve

Dieu lui apparaît et lui dit :

 « - Demande ce que tu veux que je te donne.

Et Salomon dans son rêve répond :
-Tu as témoigné une grande bienveillance à ton serviteur David mon père, parce qu'il vivait fidèlement selon ta volonté, de façon juste et avec un cœur droit. Tu lui as conservé cette grande bienveillance et tu lui as accordé un fils qui siège aujourd'hui sur son trône.

rêves,interpétation des rêves,christiane riedel interprète de rêve,rêve de Salomon,aimer l'Eternel,force bienveillante

 

Maintenant, Eternel mon Dieu, c'est toi qui m'as fait régner, moi ton serviteur, à la place de mon père David, alors que je ne suis encore qu'un petit adolescent et que je ne sais pas gouverner.

Voilà ton serviteur au milieu de ton peuple que tu as toi-même choisi, un peuple nombreux qui ne peut être dénombré ni compté, tant il est nombreux.

Veuille donc donner à ton serviteur un cœur intelligent pour administrer la justice pour ton peuple, afin qu'il sache discerner entre le bien et le mal ! Sans cela, qui pourrait administrer la justice pour ton peuple qui est si nombreux ?

 

Regardons cette réponse :

Elle met en évidence différentes qualités :

- Salomon est capable de gratitude : il est conscient de tout ce que Dieu lui a accordé, il le reconnaît et souligne deux fois combien Dieu s’est montré bienveillant envers lui et son père.

- Il est aussi remplie d’humilité : il vient d’arriver au pouvoir et se rend bien compte de  son inexpérience, de la faiblesse de son jugement pour discerner le bien du mal et rendre justice.

- Il a le sens de ses responsabilités, le souci de gouverner dans l’intérêt de son peuple.

- Enfin, il n’exerce pas le pouvoir pour servir ses intérêts personnels, il se présente comme le serviteur de son divin interlocuteur.

 

Rendre grâce à Dieu des faveurs qu’il lui accorde, Le servir, servir Son peuple, voilà les désirs qui anime le jeune roi au plus profond de lui même. Oui, vraiment le petit jeune homme inexpérimenté est un homme désintéressé, qui aime le Seigneur son Dieu de tout son cœur et de toute son âme.

rêves,interpétation des rêves,christiane riedel interprète de rêve,rêve de Salomon,aimer l'Eternel,force bienveillante

 

Quelle est la suite du rêve. Comment Dieu réagit-il ?

Cette demande de Salomon plait au Seigneur.

Alors Dieu lui dit :
- Puisque c'est là ce que tu demandes, et que tu ne demandes pour toi

ni longue vie,

ni richesse,

ni la mort de tes ennemis,

mais l'intelligence nécessaire pour exercer la justice avec droiture,

eh bien, je vais réaliser ton souhait.

Je te donnerai un cœur sage et intelligent, comme à personne dans le passé, ni dans l'avenir.

De plus, je t'accorde ce que tu n'as pas demandé :

la richesse et la gloire, de sorte que pendant toute ta vie aucun roi ne t'égalera.

Enfin, si tu marches dans les chemins que j'ai prescrits, si tu obéis fidèlement à mes lois et mes commandements, comme ton père David, je prolongerai tes jours.

 

Salomon se réveille avec ce rêve présent à l'esprit. Il rentre à Jérusalem, il offre de nouveaux des sacrifices d’actions de grâce et fait un festin à tous ses serviteurs.

Jamais aucun roi d’Israël n’eut un règne aussi brillant que celui de Salomon. Il fit construire le temple de Jérusalem, il assura à son peuple la paix et la prospérité.

rêves,interpétation des rêves,christiane riedel interprète de rêve,rêve de Salomon,aimer l'Eternel,force bienveillante

 

 

 

Nous verrons la prochaine fois comment ce dieu bienveillant peut aussi fort bien changer d’attitude.

 

Bibliographie

(1) La Bible 1 Rois, 1, 29

(2) 1 Rois, 2, 3

«  petit adolescent » : traduction de Chouraki

 

Illustrations

Je remercie les artistes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.

Salomon : onehundreadlocks.unblog.fr

La femme de Salomon : carameletchocolat.com

Gabaon : jerryandgod.com

Troupeau de vaches : fr.fotolia.com

Palais : images.toolcharger.com

En prière :specularity.wordpress.com

Le jeune roi Salomon : brightmorningstar.blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28/07/2013

3 LE PREMIER RÊVE DE LA BIBLE : UN GRAND RÊVE PROPHETIQUE

 

 

Nous avons vu la dernière fois la conception des Anciens dans la Bible, au sujet des rêves.

Sur des siècles, des Hébreux, jusqu’aux premiers chrétiens, tous racontent l’expérience que Dieu prend contact avec eux par le canal régulier des rêves, pour leur donner des informations et les guider.

Leur conception est fondée, je le répète, sur l’expérience,

En exemple je vous présenterai aujourd’huile premier rêve de la Bible. Je le comparerai ensuite avec des rêves ultérieurs, qui furent reçus par d’autres rêveurs sur des siècles jusqu’à nos jours.

 

Le premier rêve que raconte la Bible dans la Genèse, au ch. 15. est celui d’Abraham, qui aurait vécu environ 1800 ans avant J.C.

Il est alors appelé Abram, « père noble ». Mais il n’a pas d’enfant.   

C’est dans des circonstances difficiles qu’il reçoit ce rêve :

Dieu lui a promis qu’il aurait un enfant, mais il n’a toujours pas d’enfant.

Dieu lui a aussi promis la terre de Canaan, mais Abram n’a pas non plus de terre, puisqu’il est nomade, il a installé ses tentes en pays de Canaan, près d’Hébron.

Il vient de traverser de durs moments : il a guerroyé pour libérer son neveu prisonnier, victime d’un raid militaire, organisé par des rois voisins. Avec ses hommes, Abram les a battus, poursuivis et vaincus.

abraham_kings468x289[1].jpg

Mais maintenant, pour qui et pour quoi se bat-il ? Il sait qu’il s’en va sans enfant, sans postérité. Cette situation le tourmente.

C’est alors qu’il va faire, en deux temps, une expérience psychique intense : L’Eternel Dieu lui apparaît dans une vision, puis quelques heures plus tard, dans un rêve.

Dans sa vision tout d’abord, l’Eternel lui dit :

« - Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier

bouclier_antique_poster-r17720994e61a42bba60751c158d64831_b04_8byvr_324[1].jpg

 

et ta récompense sera très grande…

Regarde vers le ciel et compte les étoiles, si tu peux les compter… Telle sera ta postérité. »

Dieu promet aussi la possession du pays de Canaan.

Abram fait confiance à Dieu et prépare un sacrifice. Soudain, au coucher du soleil, « un profond sommeil tombe sur Abram ». Il rêve « et voici une obscurité terrifiante vient l’assaillir ».

De nouveau l’Eternel s’adresse à lui pour lui annoncer les tribulations que ses descendants traverseront. Puis il fait alliance avec Abram et renouvelle sa promesse : le pays de Canaan sera la possession de sa  postérité.

 

Regardons bien ce rêve que personne ne mentionne. Ce premier rêve de la Bible est absolument déterminant. C’est un grand rêve prophétique, qui annonce à Abram une immense descendance, alors que pour l’instant il n’a pas d’enfant.

Mais dans les années qui suivent, Abram en effet a un fils de sa servante Agar : Ismaël, et il devient ainsi le fondateur du peuple ismaélite ou arabe.

Puis sa femme Saraï, à son tour, lui donne un fils, Isaac, ce qui fait d’Abram le fondateur du peuple hébreu.

Des années plus tard, Dieu lui apparaît à nouveau et change le nom d’Abram en Abraham, qui signifie « père d’une multitude » : il est l’ancêtre et du peuple arabe et du peuple hébreu, appelé Israël.

Bien des années plus tard, en sortant de l’esclavage en Egypte,

les Hébreux se sont établis en pays de Canaan.

La prophétie du premier rêve de la Bible s’est avérée exacte.

Capturer.JPG

 

De grands rêves prophétiques qui se sont réalisés, j’en ai présenté plusieurs l’an dernier.

J’en mentionne quelques uns pour mes lecteurs qui n’en auraient pas connaissance ou voudraient les relire :

- 330 ans avant J.C., c’est un rêve qui décide Alexandre le Grand à s’emparer de l’Asie jusqu’en Inde. Ses conquêtes et son influence ont répandu la culture grecque. (1)

BattleofIssus333BC-mosaic-detail1[1].jpg

- 64 ans avant J.C., Jules César reçoit un rêve qui lui annonce qu’il dominera Rome et la terre. Ce rêve le lance dans sa prodigieuse carrière. 25 ans plus tard, Jules César est maître du monde comme le rêve l’avait prophétisé. La vie des peuples de l’Antiquité en est entièrement transformée.(2)

julius-caesar-film-in-development[1].jpg

 

- En 1863, le  ministre prussien Bismarck reçoit un rêve qui lui montre comment vaincre l’Autriche et lui annonce une immense extension de son pouvoir. Moins de dix ans après, Bismarck fonde en 1871 l’Empire allemand et en devient le chancelier. Son rêve l’a amené à construire l’Unité allemande et a transformé l’histoire de l’Europe. (3)

otto_v_bismarck.jpg

Ainsi, dix neuf siècles avant J.C., Abraham reçoit un rêve prophétique qui concerne la vie de peuples. Pendant des siècles jusqu’à notre époque,  ce sont les rêves qui continuent d’annoncer les changements  politiques et territoriaux. Dix neuf siècles après J.C. le rêve toujours prophétique transforme les frontières et l’histoire des peuples de l ‘Europe.

Je prends plaisir à vous rappeler aussi le rêve du général Patton en décembre 1944, qui lui permit de gagner la plus terrible bataille d’Europe, la bataille des Ardennes, où s’affrontèrent plus d’un million de soldats, où 180 000 moururent, bataille héroïque qui sauva l’Europe des nazis. ( 4)

Fall05_Patton-Praying_sm[1].jpg

Mais en France on ne parle guère de la bataille des Ardennes, comme on ne parle guère des rêves.

Qu’on ne raconte donc pas que ce premier rêve dans la Bible est une sottise ou une invention ! Cette affirmation reflète le manque de culture régnant au sujet du rêve. Il suffit d’examiner objectivement l’histoire et les témoignages à travers les siècles pour constater que le rêve continue à remplir la même fonction prophétique. De nos jours comme autrefois, des années à l’avance, il donne des indications sur le destin des peuples.

 

Maintenant, je ne manquerai pas de souligner que nul n’est besoin d’être un grand homme pour recevoir un rêve prophétique.

Voici un rêve reçu il y a 3 ans par une rêveuse simple et modeste. Elle ne cherche pas à se mettre en avant. Comme Jung, le psychiatre suisse, elle sait que Dieu existe, et comme l’écrivain socialiste français André Fossard, elle affirme tranquillement : « Dieu existe, je l’ai rencontré ».

imagesCASIX4QP.jpg

 

Son rêve

Une nuit, elle se trouve en rêve dans un petit coin à l’écart, avec quelques personnes de son entourage. Elle voit Dieu venir à eux et leur demander de sortir. Il leur dit :

« - Vous ne saurez pas où vous allez, vous serez menés. Vous devez rester ensemble. Vous n’avez rien à craindre. » Et il ajoute cette parole étrange:

«  - Le mont Saint Michel est en train de disparaître dans l’océan, sous la marée. Tout va changer. »

ys[1].jpg

Elle se réveille stupéfaite.

 

Ce rêve semble bien annoncer la vague montante d’athéisme et de christianophobie en France et la disparition des valeurs chrétiennes, symbolisées par la présence du Mont Saint Michel.

Il y a plus de 20 ans, cette situation était déjà annoncée à une autre rêveuse en 1990 dans son rêve où l’on avait pissé sur le buste du Bodhisattva, qui était en fait le buste du Christ.(5)

 

Le premier rêve de la Bible le montre, les témoignages les plus récents le confirment : le rêve sur 4000 ans annonce aujourd’hui comme autrefois des bouleversements qui concernent la destinée des peuples. Nous sommes tous concernés.

awe[1].jpg

 

 

 

Bibliographie

La Bible :

Je travaille à partir de plusieurs Bibles :

Les bibles françaises :

La sainte Bible, Alliance Biblique Universelle, 1956

La Bible de Jérusalem, éditions Desclé de Brouwer, 1975

 

La Bible en allemand :

Die heilige Schrift, Verlag des Zwingli-Bibel Zûrich, 1942

 

La Bible en anglais : The Holy Bible, King James version, National Publishing Company, 1978

 

Blog de Christiane Riedel

(1) Le rêve d’Alexandre :

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/08/24/alexandre-et-le-grand-pretre-jaddus-a-jerusalem2.html

 

(2) Le rêve de Jules César :

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/09/16/

 

(3) Le rêve de Bismarck :

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/04/le-reve-de-bismarck-mon-interpretatio-et-une-autre.html

 

 

(4) Le rêve de Patton :

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/19/les-reves-d-un-general-ahurissant.html

 

 

( 5) Le Christ couvert de pisse

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/10/31/piss-christ-ou-le-bodhisattva-couvert-de-pisse.html

 

Illustrations

Bataille : abraham.king. 468

Bouclier divin: zazzle.fr

Obscurité : baerfacts.de

Abraham : identité.juive.com

Alexandre

César

Bismarck

Patton priant avant la bataille des Ardennes

Mont saint Michel envahi par la marée : volonté-d.com

Mer et vitrail : awe-jerub-baal.com

 

27/03/2013

4 LES RÊVES VOUS DISENT CE QUE VOUS NE CROYEZ PAS

4 LES RÊVES VOUS DISENT CE QUE VOUS NE CROYEZ PAS

 

Le rêve que je vous expose aujourd’hui est terrible. Encore une fois, je le répète, ce n’est pas moi qui ai crée ce rêve. Ce n’est donc pas ma faute si ce rêve vous renverse.

Comme je l’ai déjà montré sur mon blog, vous savez que le rêve vient souvent faire le commentaire d’une situation vécue la veille. On le comprend alors en le mettant en rapport avec l’expérience concrète du moment. Je vais donc vous dire quelques mots de Michèle et des circonstances dans lesquelles son rêve est intervenu.

La rêveuse s’enthousiasme avec sincérité à de multiples démarches qui se veulent thérapeutiques. Elle sympathise avec le bouddhisme et pense que l’Amour Universel, l’ouverture du cœur, vont apporter le bonheur à l’humanité.

download-1[1].jpg

 

Elle s’intéresse aussi aux rêves, elle se réclame de Jung.

Cependant, comme beaucoup, elle n’a pas compris les études menées par ce grand esprit sur l’alchimie et l’existence du bien et du mal.

« Le mal, dit Jung,  doit être considéré avec autant d’attention que le bien, …tous deux faisant partie du clair obscur de la vie. En dernier ressort, il n’est pas de bien que ne puisse susciter de mal, ni de mal qui ne puisse engendrer de bien. » (1)

caducee_5[1].jpg

 

Mais pour notre amie, le mal n’existe pas. Elle vient ainsi de publier sur le net un article qui explique que le mal n’est que l’absence du bien. C’est là la vieille doctrine de la «  privatio boni, » « absence du bien », mise au point autrefois par les théologiens catholiques. Dieu étant - ou étant considéré comme - le Bien Suprême, le « Summum Bonum », il n’a pas crée le mal, et le mal n’est que l’absence de bien.

Jung n’a pas cessé de dénoncer cette doctrine de la privation boni qui, outrepassant ses droits, se permet de définir l’Inconnaissable à partir de conceptions humaines.

 

J’écris un mail à Michèle et lui fais remarquer que son affirmation est en total désaccord avec les rêves, et avec les travaux de Jung sur les rêves et l’alchimie. Depuis que je les étudie moi-même, j’ai vu, moi aussi, des rêves qui confirment ce que Jung a écrit. J’en ai rencontré certains alors que j’ignorais tout de l’œuvre de Jung. Mon livre «  Rêves à Vivre » (2) en contient quelques exemples.

La nuit suivante, Michèle reçoit un rêve affreux. Le lendemain, avec beaucoup de gentillesse et de bonne volonté, elle m’honore de sa confiance et m’adresse son message nocturne.

 

Rêve

J’étais dans le pilier droit d’un temple ou d’une entrée d’un lieu sacré…J’étais comme la mémoire du pilier, mais je bougeais dedans, c’était plutôt confort.

Un chariot est passé tout près de moi et a frotté le pilier. Alors, dans le chariot, le Christ, qui était lié, a tourné la tête et m’a souri. Il n’avait plus de dents, et ses lèvres étaient blessées, rougies de sang. Sa tunique rouge couvrait ses pieds liés par un long serpent noir. Le serpent noir pleurait et léchait les pieds du Christ. Il y avait des œufs verts sur le plancher du chariot. Le Christ pondait ces œufs verts sous sa tunique.

Je suis sortie du pilier et j’ai avalé des œufs.

 

Le cœur se serre à lire ce rêve.

Analysons les différentes images.

 

Interprétation

J’étais dans le pilier droit d’un temple ou d’une entrée d’un lieu sacré…

L’entréedu lieu sacré désigne le moment où l’on se tourne vers la divinité, où l’on « vient dans son temple adorer l’Eternel. » (3)

 

J’étais dans le pilier droit, j’étais comme la mémoire du pilier, mais je bougeais dedans, c’était plutôt confort.

L’image est surprenante. On s’attendrait à je me tiens « contre » ou « à côté » du pilier. Je suis « dans » le pilier droit  montre que la rêveuse est intégrée dans la masse, à droite.

Le rêve souligne d’emblée une opposition entre la droite et la gauche.

Image56[1].jpg

 

A droite, de façon consciente et intellectuelle, la rêveuse professe les normes et les idéaux de la mentalité extérieure, l’amour universel et le bien. Elle les soutient, elle en est même la mémoire. Elle transmet ce qu’elle a consciemment appris. Et c’est plutôt « confort ».

L'image "dans le pilier à droite" illustre la position que Michèle a adoptée la veille, quand elle a  affirmé que le mal, n’étant que l’absence de bien, n’existe pas.

Ainsi, quand, à l’entrée du temple, il est question de rencontrer la divinité, la rêveuse dans ses idées conscientes n’a aucun contact avec le pilier gauche, avec le domaine de l’inconscient, qui n’est pas conforme à l’ordre conscient : tout ce qui concerne le corps, l’instinct, l’irrationnel, et en particulier les réactions autonomes, les ressentis, les émotions, voilà le négatif, le mal qu’elle nie, parce que c’est plus confortable.

Qui ose regarder le problème du mal, qui est tellement inconfortable ? C’est bien plus facile de le nier.

Mais le rêve, lui, va aborder cette question, sans détours. Il va montrer à la rêveuse ce qui se passe dans l’image divine en elle, quand elle affirme que Dieu n’est qu’amour. Alors lui apparaît le dieu, qui n’est pas seulement une idée, mais qui a pris forme de chair dans le corps humain, dans le Christ .

Voyons donc ce que devient le Christ, la représentation de la divinité incarnée:

 

Un chariot est passé tout près de moi et a frotté le pilier.

Alors, dans le chariot, le Christ, qui était lié, a tourné la tête et m’a souri.

Qui est le Christ ?

C’est un homme qui toute sa vie a agi en suivant sa voix intérieure et non les règles de la morale extérieure.

Passion_du_Christ_2003_Passion_of_the_Christ_1[1].jpg

 

Il s’est ainsi opposé constamment à l’ordre conscient régnant.

Il a soigné les malades le jour du sabbat où il était interdit de faire quoi que ce soit ; il a pris auprès de lui la prostituée Marie Madeleine, il a chassé brutalement les marchands du temple. Malgré la désapprobation et la fureur des prêtres, dignes ancêtres des talibans, il a sauvé une femme adultère en train d’être lapidée ; et j’en passe.

 

Le Christ a consacré sa vie à expliquer comment aimer véritablement : il a fait ce qui était jugé mal pour amener un changement et permettre un bien. En faisant scandale, il a osé dénoncer les lois malsaines, affronter la colère de ceux qui en transmettent la mémoire depuis des siècles. C’est pour cela qu’il a été crucifié. Mais sa parole créatrice a changé le monde.

 

Revenons à notre rêveuse. Qu’est donc devenu en elle le Christ, cette image-force du divin dans l’homme, qui s’est opposé à la loi et à la mentalité extérieures ?

 

Il a été ligoté.

Michèle, ne considérant que le point de vue des idéaux extérieurs, paralyse le Christ en elle, elle bloque toute inspiration par sa voix intérieure, tout mouvement instinctif et irrationnel jugé négatif.

 

Quand il passe à côté d’elle dans son pilier, il la voit, il tourne la tête vers elle et lui sourit.

Quelle marque de tendresse, d’amour ! Même entravé, l’homme- dieu lui montre qu’il la reconnaît, qu’il l’aime.

 

Il n’avait plus de dents, et ses lèvres étaient blessées, rougies de sang.

Que s’est-il passé ? On a torturé le Christ, on lui a « cassé la gueule » au sens propre.

amchoire cassée.JPG

 

 

Il n’a plus de dents

Une amputation irrémédiable a eu lieu. La représentation de la divinité, qui détermine en finale tous les choix de vie, a été disloquée à un tel point qu’elle est devenue inefficace. Sans dents, on ne peut plus ni juger, ni trancher, ni décider. Sans dents, impossible d’être incisif ou mordant, impossible de se défendre. Impossible aussi de mâcher, de trier, d’analyser, de réfléchir, de critiquer, de rejeter ce qui est inacceptable. (4)

 

Les lèvres sont blessées, rougies de sang.

On a cogné sur la bouche du Christ, on a blessé ses lèvres pour l’empêcher de parler. L’image est très claire. Le rêve montre que la façon dont Michèle se représente le Christ - dieu d’amour n’est pas l’image originelle. Cette image a été défigurée. Le vrai message du Christ a été trahi.

Ce rêve est reçu par une rêveuse en particulier. Mais elle n’est pas la seule à notre époque.

Je vous ai raconté sur mon blog le rêve d’une fillette devant une situation similaire : le Christ lui apparaît, estropié. On lui a flanqué dans une jambe des coups de pieds qui l’ont rendu invalide. (5)

Je vous ai rapporté également l’an dernier un rêve où le Christ était présenté sous la forme d’un bodhisattva. On lui avait pissé dessus. (6)

 

piss-christ[1].jpg

 

 

On, on, on, mais qui est ce « on » ?

Il s’agit de tous les doctrinaires, à commencer par St Paul, qui ont élaboré la tradition et les dogmes et prétendent avoir transmis le message du Christ. Mais au contraire, comme le montre le rêve, ils l’ont trahi.

A la suite de Jung, l’analyste américain John A. Sanford, prêtre de l’église épiscopale a poursuivi une étude approfondie du sujet dans son livre « Evil the shadow side of reality ». Il démontre cette trahison et les preuves ne manquent pas dans la Bible. (7)

Selon mon expérience, les rêves, comme celui-ci, mettent cette trahison en évidence.

Le résultat en est un effondrement du dieu dans l’âme, interdit d’exercer sa force. Interdit, avec cette conception occidentale, de suivre ses réactions instinctives, sa sexualité et sa colère par exemple, qui pourtant rendent plus fort et plus résolu. Il s’ensuit aussi un effondrement de l’individu qui devient incapable de réagir sainement devant une situation intolérable.

Le dieu de l’Ancien Testament ne s’appelait-il pas le Dieu de Colère, ou encore le Dieu des Armées ?

Tous les auteurs bibliques parlent de la colère redoutable du Seigneur.

gods-wrath-sodom1[1].jpg

 

 

On peut lire ainsi, entre de très nombreux exemples :

« Il est puissant en pardon, mais il répand sa colère. » (8)

Voici l’exclamation de Jonas :

« Ah ! Éternel,…je savais que tu es un dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et qui te repens du mal. » (9)

Voilà bien une parole qui prouve que Dieu, même lent à la colère, peut la manifester et faire le mal, puisqu’il s’en repent. Le Christ ne s’est-il jamais mis en colère contre les pharisiens ?

Mais qui connaît la Bible, dont la lecture complète fut interdite en 1229 par l’Eglise jusqu’en 1965 ?(10)

 

Sa tunique rouge couvrait ses pieds

La tunique rouge était un des vêtements que le Christ portait le Vendredi Saint.

 

Passion_du_Christ_2003_Passion_of_the_Christ_9[1].jpg

Il la déposa devant sa croix avant son supplice. (11) Le rêve présente donc le Christ le jour de sa mort, qui a amené sa résurrection, trois jours plus tard à Pâques.

Sa tunique rouge couvrait ses pieds liés par un long serpent noir

Le serpent

Quelle surprise ! Le Christ et le serpent apparaissent ensemble.

Pourtant, le serpent dans la tradition chrétienne n’est-il est le symbole par excellence du mal, l’auteur de tous les maux, qui conduit à désobéir aux lois ?

D’où vient le serpent ? Quelle est donc l’origine du mal ?

La Bible, au livre de la Genèse l’explique très clairement :

 « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits. » (12)

Comment la tradition dite chrétienne peut-elle ignorer le mythe de la Bible ? N’est-ce pas Dieu lui-même qui créa le serpent ? C’est dit ici en toutes lettres.

Si, comme le prétend la tradition, le serpent est le mal, alors le mal a été crée et voulu par Dieu au sein de sa création.

Paradis_Adam_Eve_Serpent_Arbre[1].jpg

 

Regardons maintenant ce que montre le rêve

Le serpent noir pleurait et léchait les pieds du Christ.

Qui fait preuve de véritable compassion ? Qui souffre et pleure devant le Christ anéanti ? Qui cherche à soulager sa souffrance ? Est-ce la rêveuse dans son Amour Universel ?

Non. C’est le serpent.

 

Quel est le sens de cette image douloureuse, étrange, impressionnante, et paradoxale ?

Le mal et le Christ sont liés, et le serpent aime le Christ.

 

MVC-415F[1].jpg

 

Le rêve l’indique expressément, ce qui impose la déduction logique suivante : dans l’inconscient, l’image du dieu incarné comporte les contraires, elle est une union d’opposés.

Mais chez la rêveuse, cette coexistence des contraires dans la divinité est niée, si bien que la puissance du dieu dans sa vie ne peut pas s’exprimer dans la totalité de sa puissance.

Comme l’écrit Jung dans son livre «  Essais sur la symbolique de l’esprit », 

« On s’indigne bien sûr à la pensée que le mal et le malheur font partie intégrante de Dieu, et on s’imagine que Dieu ne peut vouloir une chose pareille. On devrait pourtant se garder de la tentation consistant à restreindre la toute puissance de Dieu en se fondant uniquement sur l’idée qu’en ont les hommes. » (13)

 

Hélas, c’est pourtant bien à cette tentation que succombe notre rêveuse, comme bon nombre de nos contemporains avec leur idée d’Amour Universel, Cosmique, Inconditionnel, toutes ces « tartes à la crème » du New Age qui, sous l’influence du bouddhisme, viennent encore en rajouter une couche à la doctrine de la privation boni.

 

Le rêve poursuit sa démonstration avec une image effrayante. Il montre le résultat de ces conceptions délétères, qui excluent le mal de l’image divine :

Il y avait des œufs verts sur le plancher du chariot. Le Christ pondait ces œufs… sous sa tunique.

Le Christ n’est plus un humain. Il est devenu un hybride monstrueux : un homme qui n’a pas de tripes, pas de « couilles » ! A la place il a un utérus d’oiseau qui pond des œufs, c’est un être aérien, femelle, qui pond des idées.

1-_Avec_Fred_la_dissection - mod2.jpg

 

Si Dieu n’est que bien, amour et bonté féminine, la puissance divine masculine agressive du mal est castrée et inefficace. L’incarnation est ratée.

Ainsi cette conception que le mal n’existe pas en Dieu retire toute puissance virile d’affirmation dans le monde ; elle ne conduit à aucune créativité concrète sur la terre, mais seulement à des idées, nées d’une hybridation totalement monstrueuse.

 

Je suis sortie du pilier. J’ai avalé des œufs.

Michèle, sans réfléchir, gobe tout rond les élucubrations spirituelles insanes, qui proviennent de la façon dont on a trafiqué l’image du Christ, l’image du divin dans l’homme.

 

On reste atterré après la lecture de ce rêve.

 

Conclusion :

Alors, dire que le mal n’existe pas en Dieu ? Pour le rêve ce n’est pas le cas. La présence du serpent lié au Christ relie ce rêve au mythe fondateur biblique de la faute, qui est un mythe thérapeutique.

Ce rêve dénonce la doctrine qui se prétend chrétienne sur l’opposition absolue entre le bien et le mal. 

1691906_f520[1].jpg

 

Des siècles de théologie désincarnée ont provoqué la névrotique et dangereuse dissociation du conscient et de l’inconscient, dont souffre notre société, dissociation que le bouddhisme vient encore aggraver.

Seule la conciliation des opposés peut exercer un effet thérapeutique. La croix du Christ en est le symbole le plus éloquent, le plus éminent.

Mais on ne le sait plus. C’est alors le rêve qui, sans craindre la colère des utopistes, offre à l’humain, la nuit, simplement, une initiation qui l’invite à faire dans sa vie l’expérience de la totalité, guidé en cela par ses rêves et non pas par des systèmes intellectuels arbitraires.

Voilà ce que le rêve cherche à faire comprendre à notre rêveuse, pour la guérir de ses illusions pathogènes d’un amour universel qui exclut le mal.

 

A l’approche du vendredi saint, jour où le Christ fut crucifié, j’ai voulu vous présenter ce rêve, dont le scénario se déroule ce jour là, pour vous donner le point de vue de l’inconscient. Le rêve dénonce avec violence la façon dont le Christ est ligoté, torturé, défiguré, cassé, mutilé, étripé, castré : cela signifie que la relation personnelle avec la représentation chrétienne originelle de la divinité a perdu toute sa force et son sens.

On ne comprend plus rien du message chrétien authentique, qui n’a pas été respecté.

C’est bien aussi ce qui continue de se produire de nos jours et qui nous éclate au visage partout dans l’actualité. Comme il y a 2000 ans, le Christ dans l’âme, la puissance divine, incarnée dans la chair de l’humain, est la risée de ceux qui ne comprennent pas.

En voici une preuve avec cette image qui vient  d’être mise sur Twitter.

scandale-alimentaire[1].jpg

 

L’image est horriblement grinçante au premier degré.

Mais au deuxième degré, elle pourrait bien représenter la façon dont nos contemporains, comme notre rêveuse, se représentent le divin en eux. Le divin n’est plus qu’une idée, mais une idée fausse et monstrueuse. Ils ignorent que le corps est le temple de Dieu, et que « Dieu ne se prouve pas, mais s’éprouve », dans le corps, dans la chair.

Ainsi, chez plusieurs, un certain christianisme déjà falsifié avec la "privatio boni", et maintenant affublé de bouddhisme, devient impuissant, incapable de se défendre et d’assumer un conflit, sous prétexte d’amour inconditionnel.

Jung a bien prévenu de se garder de cette tentation. En effet, selon la loi de l’alternance des contraires, cette utopie d’amour ne peut qu’entraîner son contraire, le déferlement du mal et la haine. Un extrême bascule dans l’autre. Ne le voyez-vous pas ?

Le message de ce rêve peut paraître invraisemblable et révoltant. Ce n’est quand même pas moi qui enroule le serpent aux pieds du Christ martyrisé.

Ce rêve s’inscrit dans la lignée des rêves alchimiques qui traitent du problème du bien et du mal. Vous comprenez maintenant pourquoi les alchimistes cachaient ce qu’ils savaient. Ils risquaient leur vie à le révéler. Vous comprenez maintenant aussi pourquoi l’Eglise a condamné les rêves et se refuse toujours à les reconnaître : il peut arriver que leur enseignement vienne contredire le sien.

dali_christ[1].jpg

 

 

 

 

Bibliographie

(1) Psychologie et Alchimie, C G Jung, p. 45, éditions Buchet Chastel, 1970

 

(2) Rêves à vivre, ch. 14 et 15, éditions de Mortagne

 

(3) Racine, XVIIème siècle, Athalie, Acte 1, scène 1)

 

(4) voir par exemple mon étude sur les dents sur mon blog :

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2007/04/03/interpretation-du-reve-de-manonbonjour-manon.html

 

(5) Le Christ blessé : mon blog, au 7 mars 2010.

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/03/index.html

 

(6) Piss Christ ou le Bodhisattva couvert de pisse:

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/10/index.html

 

(7) Evil, the shadow side of reality, par John A. Sanford, éd. Crossroad New York, p. 66-83.

 

8) Le Siracide, ch.16, v. 11 ; Traduction œcuménique de la Bible, Alliance Biblique Universelle, 1979, p.1294

 

(9) La Bible, Jonas, ch4, v. 12

 

(10) http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/04/19/une-question-et-un-peu-d-histoire2.html

 

(11) La bible, Evangile de St Jean, ch.19, v.23

 

(12) La Bible, livre de la Genèse, ch.3, v. 1

 

(13) Essais sur la symbolique de l’esprit, C G Jung, p 238, éditions Buchet Chastel, 1991

 

Illustrations

Les deux colonnes du temple :

http://dailynuts-news.over-blog.com/article-franc-maconnerie-signification-esoterique-des-deux-colonnes-jakin-et-boaz-92458333.html

Le Christ : Jim Caviezel dans le film de Mel Gibson « La passion du Christ »

La femme adultère : arts-et-culture.fr

Piss Christ : lavie.fr ; photographie « Piss Christ » de l’américain Serrano, exposée comme œuvre d’art l’an dernier à Avignon. Serrano a pris une statuette du Christ en plastique, l’a mise dans un flacon, a pissé dessus, y a mis une goutte de son sang et a photographié le tout.

La tunique rouge portée par le Christ devant Pilate, forum.doctissimo.fr

Uterus de poule : www.annoncesetanimaux.com

Christ à droite et Lucifer à gauche : hubpages.com

Scandale alimentaire : tweet déposé sur twitter par Nicolas Bays, député socialiste du Pas de Calais

Le Christ de St Jean de la Croix, de l’artiste espagnol Salvator Dali, tableau inspiré par une vision du saint à qui le Christ apparut sur la croix, vu d’en haut.

 


 

 

11/03/2013

2 LES RÊVES NE VOUS DISENT PAS CE QUE VOUS CROYEZ

Dans ma précédente étude, j’ai montré que le rêve conseillait à Loren d’exprimer sa colère. Quand, quelques jour plus tard, elle a senti monter en elle cette émotion instinctive qu’elle refoulait toujours, elle a suivi le conseil de son rêve, elle a exprimé sa colère à son mari.

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Alors…ô paradoxe ! Son émotion dite négative a provoqué chez son mari une émotion positive, il l’a prise dans ses bras avec amour. Loren s’est senti libérée, dynamisée, heureuse.

Examinons la situation :

Soutenir que la colère est une émotion qui peut être saine, voilà qui contredit les enseignements du Dalaï Lama et du bouddhisme.

Selon cette philosophie, en effet, la colère conduit à la dépression, à la solitude et la peur, à la souffrance. Le mental est intelligent, tandis que l’émotion est aveugle. C’est l’intelligence qui permet de faire la distinction entre les émotions positives et négatives. Pour supprimer la souffrance et connaître le bonheur il convient donc de vivre selon un système éthique : supprimer les émotions négatives, comme la colère, la haine, la jalousie, l’égoïsme, par exemple, et cultiver les émotions positives, comme la compassion, l’amour, la tolérance, le pardon.

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Que dire alors de l’immense colère qui a déferlé dans toute l’Inde et dans le monde entier, quand une étudiante de 23 ans est morte, après avoir été violée et abominablement empalée par 6 hommes dans un autobus à New Delhi ?

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Cette vague d’émotion, cette révolte généralisée conduira-t-elle donc à la souffrance ? Ne pourrait-elle pas au contraire amener à une prise de conscience, amener à aimer la femme et la respecter, amener à vivre un peu plus de bonheur ?

Devrait-on se forcer à manifester de la compassion, de l’amour à ces tortionnaires ?

C’est ce que le guru  Asaram Bapu a déclaré :

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

«L'erreur n'a pas juste été commise par un camp. Cette tragédie ne se serait pas produite, si la victime avait chanté le nom de Dieu en tombant aux pieds de ses assaillants et si elle avait appelé ses agresseurs des frères et s'était jetée à leurs pieds »

 

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Mais revenons aux rêves :

Je soutiendrai aujourd’hui cette étude sur le bouddhisme en vous présentant un rêve que reçut une Polonaise, Anna, également disciple du dalaï lama. C’est Ewa, mon élève et amie, polonaise elle aussi, qui me l’a transmis.

 

Rêve

Je vois le dalaï lama assis sur un coussin. On dirait qu’il est infirme. A coté de lui je vois une canne ou une béquille et derrière, un peu plus loin, des personnes qui restent debout et qui attendent de le rencontrer. Je me précipite vers lui pour l’aider à se relever, mais au moment où je me suis approchée de lui, j’ai constaté qu’il n’étaitpas tout seul.Autour de lui se tenaient des gardes du corps ce qui voulait dire que dalaï lama est entouré de gens sur qui s’appuyer.

Je ne me souviens plus si j’ai eu l’honneur de lui serrer la main mais …je marchais à ses cotés et nous discutions.

 

Commentaire de la rêveuse :

Bien évidemment, une fois réveillée, je ne me souviens plus du sujet de notre conversation mais je suis sûre d’une chose : ce n’était pas une projection d’esprit, ni mon imagination. Pendant plusieurs jours qui ont suivi mon rêve j’étais dans un état d’excitation particulière, plongée dans une sorte de béatitude. J’ai dégagé de l’intérieur une lumière.

Malheureusement tout a disparu.

Par contre je peux vous assurer que j’ai ressenti le même calme intérieur, la même sérénité, un immense sentiment d’amour et de joie lorsque j’avais rêvé de Sri Ravi Shankar.

 

Etudions maintenant les images de ce rêve

La question se pose : La rêveuse rencontre-t-elle le dalaï lama dans une expérience objective, réelle en rêve, ou bien le dalaï lama du rêve est-il une représentation symbolique, subjective ?

Pour la rêveuse, il s’agit d’une expérience réelle. Cependant l’image du maître représente également un dynamisme intérieur dans la rêveuse. Quoi qu’il en soit, la signification du rêve reste la même. Voyons :

 

Je vois le dalaï lama assis sur un coussin.

Le célèbre tibétain est assis, dans la position où il transmet ses enseignements.

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Au niveau symbolique, l’image de cet homme représente le principe spirituel qui guide Anna dans ses choix. Elle vit selon les préceptes du chef bouddhiste.

 

On dirait qu’il est infirme..

Que veut dire infirme ?

Le mot vient du latin « infirmus ». Il est formé du préfixe privatif « in » devant l’adjectif firmus. In indique le manque : « in – justus », injuste, « in – docilis », indocile.

« Firmus » en latin signifie : fort, ferme, dur, solide, consistant, résistant, efficace.

In - firme signifie donc qui manque de force : faible ; qui manque de fermeté : mou, qui manque de solidité : fragile, douteux, maladif ; à quoi viennent s’ajouter les adjectifs in-efficace et in-consistant.

Ainsi, d’emblée, le rêve met en doute la validité des enseignements de ce maître spirituel.

 

Je vois une canne ou une béquille

Le rêve insiste sur l’image : une des jambes est handicapée, créant un déséquilibre entre la droite et la gauche. Il est impossible au saint homme d’être autonome ; sans aide il ne peut ni se tenir debout ni marcher, ni agir seul correctement sur la terre, du fait d’une incapacité à assurer un équilibre entre les deux parties de son être, dans l’alternance des contraires : à la douceur et la compassion manquent la fermeté, la dureté, la force, la consistance, l’efficacité. Le dalaï lama est le représentant de toute une philosophie et de principes que le rêve par conséquent considère boiteux et invalides.

L’image est sans appel.

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

 

Je vois un peu plus loin, des personnes qui restent debout et qui attendent de le rencontrer.

 

Je me précipite vers lui pour l’aider à se relever.

Anna veut relever le dalaï lama et son enseignement.

A quoi le rêve fait-il allusion concrètement ? Cet empressement correspond-il à une activité précise dans la vie quotidienne de la rêveuse ? En effet, Anna explique que le jour précédent, elle a envoyé  ses cartes de vœux pour Noël et le Nouvel An. Reniant ses racines spirituelles chrétiennes millénaires, elle a remplacé la traditionnelle carte qui célèbre l’incarnation du divin dans l’homme, la naissance du Christ, par des photocopies des préceptes bouddhistes arrivés dernièrement du Tibet.

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Immédiatement le rêve vient commenter son choix de la veille : en faisant du prosélytisme, la rêveuse a essayé de relever, de faire avancer la spiritualité d’un maître boiteux et handicapé.

 

…mais au moment où je me suis approchée de lui, j’ai constaté qu’il n’était pas tout seul. Autour de lui se tenaient des gardes du corps, ce qui voulait dire que dalaï lama est entouré de gens sur qui s’appuyer.

Le rêve indique clairement que le maître spirituel n’a pas besoin de son aide à elle.

 

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

…Je ne me souviens plus si j’ai eu l’honneur de lui serrer la main mais je marchais à ses cotés et nous discutions.

La main désigne l’activité concrète dans le monde extérieur. Quand deux mains se serrent, un accord a lieu qui invite à un échange actif. La rêveuse le souligne, le rêve ne met pas en valeur cette possibilité, sinon elle s’en souviendrait. Il n’est donc pas question de faire du prosélytisme.

D’une façon objective et nuancée le rêve invite la rêveuse à discuter, à examiner, à débattre le vrai du faux de cette philosophie. Mais aucune image n’indique qu’elle l’adopterait.

 

Le ressenti après le rêve

Il est très important de tenir compte du commentaire d’Anna qui raconte son ressenti, où l’inconscient continue de s’exprimer après le rêve :

Pendant plusieurs jours qui ont suivi mon rêve j’étais dans un état d’excitation particulière, plongée dans une sorte de béatitude. J’ai dégagé de l’intérieur une lumière.

Voilà ce que lui apporte le contact avec le dalaï lama.

 

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Et Anna conclut :

Malheureusement tout a disparu.

La conclusion est là : avec le mot « malheureusement » l’inconscient donne le sens du rêve. L’adepte doit apprendre qu’à tout bonheur succède un malheur ;elle ne pourra pas toujours rester dans cette béatitude éprouvée en rêve. Même si cet état se renouvelle, comme dans son rêve de Sri Ravi Shankar, il ne peut être que provisoire. Elle ne peut pas en tant qu’humaine ne connaître que ce niveau de bonheur. Voilà pourquoi Anna emploie le mot « malheureusement ».

 

Il est très instructif de comparer cette situation avec ce que dit le livre de sagesse chinois, écrit il y a 4000 ans, le « Yi King », ou « Livre des transformations ».

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

Le chapitre 52 présente l’hexagramme « L’immobilisation, la montagne ».

« L’hexagramme traite du problème de la paix du cœur à acquérir. Le cœur est très difficile à calmer. Tandis que le bouddhisme s’efforce d’atteindre le repos par la cessation de tout mouvement dans l’état de nirvana, le point de vue du « Livre des transformations » est que le repos constitue seulement un état polaire, qui a toujours pour complément le mouvement… »

Et le Yi king poursuit :

« Ainsi le repos et le mouvement sont harmonie avec les exigences du temps et l’on voit alors naître la lumière et la vie. »

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

 

 

C’est là le commentaire que fit le vénéré maître chinois, Lao Naï Suan, disciple de Confucius, à l’allemand Richard Wilhelm, à qui il avait confié la traduction du livre de sagesse. Wilhelm le consigna dans le Yi King.

On constate ainsi que le Yi King rejoint le rêve et présente un point de vue opposé au bouddhisme.

 

De la même façon Jung, qui a interprété plus de 80 000 rêves dans sa vie, explique :   « En tant que processus énergétique, la vie génère des contradictions sans lesquelles on sait qu’il ne peut y avoir d’énergie. Le bien et le mal ne sont que l’aspect moral de ces contradictions naturelles…Il est impossible d’éviter la souffrance, qui fait indubitablement partie intégrante de la vie. La tension qui existe entre les contraires et qui permet à l’énergie d’exister est une loi universelle que le yang et le yin de la philosophie chinoise, traduisent avec pertinence. » (2)

 

Dans sa magnifique introduction du Yi King qu’il a traduit en français, Etienne Perrot à son tour rappelle la loi universelle des contraires :

« … nous savons qu’il n’est pas d’acquisition définitive ; tout moment est passage, l’apogée contient le germe du déclin, la défaite prépare la victoire future…Ainsi nous nous gardons de nous identifier à l’extrémité heureuse ou malheureuse où le sort nous a portés, pour considérer toujours en elle la présence secrète mais déjà en œuvre du pôle contraire. » (3)

 

Toute montée est suivie d’une descente. A monter trop haut dans la félicité on retombe très bas, dans la dépression, l’angoisse et la douleur. Vouloir le haut sans accepter le bas est une illusion. Voilà pourquoi le rêve présente comme invalides le dalaï lama et son enseignement, qui par principe excluent le bas, les émotions instinctives, dites négatives. Ces préceptes spirituels boiteux ne tiennent pas la route.

 

Remarque

En tant qu’interprète de rêves, mon rôle est de vous transmettre aussi fidèlement que possible le point de vue des rêves. Je ne suis pas responsable des rêves que l’inconscient donne aux rêveurs.

Je ne peux pas vous faire part non plus de tous les rêves que m’ont racontés des pratiquants du bouddhisme, mais, hélas, dans leurs rêves, ils étaient handicapés. Infirmes, ils ne pouvaient pas tenir sur leurs jambes.

interprétation des rêves,christiane riedel interprète de rêves,dalaï lama infirme,principes bouddhistes invalides,Yi King,Richard Wilhelm,Carl Gustav Jung,Etienne Perrot,alternance des contraires

 

 

La prochaine fois, je vous présenterai un rêve qui décrit l’état actuel du christianisme, de l’état de l’âme chrétienne en France.

J’ai déjà exposé sur mon blog le rêve reçu par une jeune chrétienne au sujet du Christ, qui, comme le Dalaï Lama, apparaissait invalide, estropié dans le rêve.

Vous le trouverez au 7 mars 2010.

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/03/index.html

Je vous en recommande la lecture pour avoir le point de vue de deux rêves sur deux attitudes spirituelles actuelles, le bouddhisme et le christianisme. Force est de constater que le monde intérieur les juge, l’une et l’autre, déficientes et infirmes.

 

 

Bibliographie :

Mon blog :

J’ai déjà abordé le sujet des préceptes bouddhistes en 2010, en particulier avec deux rêves, reçus,

- l’un par un professeur de yoga

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/01/index.html

 

- et l’autre par une disciple du Dalaï Lama.

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/02/index.html

 

Ces deux rêves venaient montrer aux rêveuses la nécessité de retrouver la dimension corporelle, les ressentis, les émotions, au lieu de prétendre s’élever à des niveaux conscients désincarnés.

 

 (1) Article dans Paris Match de l’envoyée spéciale en Inde Claude Verniez-Palliez, 10 janvier 2013.

 

(2)  Essais sur la symbolique de l’esprit, C G Jung, éd. Albin Michel, 1991, p.238.

 

3) Yi King, le Livre des Transformations, version allemande de Richard Wilhelm, préfacée et traduite par Etienne Perrot, éd. Librairie de Médicis, introduction : p. xii

 

 

Illustrations

Femme en colère : 7sur7.be

Visage en colère : sagarwrites.wordpress.com

Surmonter les émotions destructrices : attitudezen.org

Vague de colère en Inde : lepoint.fr

Guru Asharam-Bapu : telegraph.co.uk

You can get raped…lenouvelliste.ch

Visage du Dalaï Lama : lemonde.fr

Dalaï lama assis : erowid.org

Disciples : dalailama.com

Carte de voeux en Pologne : zazzle.fr

Dalaï lama n’est pas seul : buddhachannel.fr

Gardes du dalaï lama: ladepeche.fr

Sourire du

dalaï lama: terrederepos.tv

Béatitude : ?

Boiteux :commons.wikimedia.org
 

 

19/03/2012

LES RÊVES D' UN GENERAL AHURISSANT (8)

 

Patton[1].jpg 

Toujours suivant mon sujet, je vous propose aujourd'hui de découvrir comment un rêve guida le général Patton en 1944 pour repousser les armées allemandes.

Nous sommes fin 1944, les Allemands reculent sous la pression des armées alliées libérant la France, commandées du côté américain par le général George Patton.

A la fin de l’année, les troupes américaines se trouvent dans l’Est de la France, en Belgique, et au Luxembourg et s’apprêtent à entrer en Allemagne.

En décembre 1944, Hitler décide alors de reprendre l’offensive. Il prévoit d'enfoncer le front allié en son maillon le plus faible, dans les Ardennes, et, but suprême de l'opération, de monter prendre Anvers au nord. Coupés du port belge, les Alliés se retrouveraient privés de leur principal point de ravitaillement qui leur assure leur formidable machine de guerre.

 

Sur la carte ci-dessous vous voyez en ligne bleu hachurée le front américain vers le 9 décembre 44.

En lignes rouges, vous voyez les mouvements prévus des forces allemandes, qui, pour monter vers Anvers, doivent crever le front américain.

germplan[1].gif

 

Milieu décembre, les Allemands, dans le plus grand secret, se déploient alors la nuit, sur la Belgique, le Luxembourg et le nord-est de la France. Personne n’est au courant, les Alliés ignorent totalement l’opération.

battleofthebulgemap[1].jpg

La ligne noire qui borde la zone allemande rouge représente le front américain le 15 décembre 1944.

Les flèches rouges représentent l’attaque des armées allemandes qui vont réussir à faire reculer les lignes américaines.

Le 16 décembre l’armée allemande a concentré 250.000 hommes sur le point dégarni des armées alliées entre la Belgique et le Luxembourg. 

Alors commence la Bataille des Ardennes, qui sera la plus grande, la plus terrible  bataille d’Europe, dont beaucoup de Français n'ont jamais entendu parler.

27b[1].jpg

Trois jours plus tard, le 19 décembre, le général  Eisenhower, resté jusqu’alors inconscient du danger, prend enfin la mesure de la situation.  Très inquiet il réunit tous les commandants des armées pour décider comment répondre à l’offensive allemande.

m198130600050[1].jpg

7 généraux sont là et de nombreux officiers. Eisenhower veut envoyer des renforts pour aller soutenir les troupes en position de faiblesse dans la partie appelée « le saillant ». Voici une carte pour vous permettre de bien comprendre la situation et les forces déployées.

220px-P41(map)[1].jpg 

En bleu : les lignes américaines

En rouge, les attaques allemandes

- la ligne bleu hachurée indique les positions américaines en France, Belgique et Luxembourg

- le saillant : la ligne bleue sur la gauche, qui ressemble au nez de Cyrano, trace le recul des troupes américaines dans les Ardennes. C’est la ligne de moindre résistance qui ne doit pas se rompre.

- les flèches rouges montrent les avancées de l’offensive allemande formant le saillant.

 

Pour contre-attaquer, Eisenhower décide de déplacer des centaines de milliers d’hommes, les uns venant du Nord, les autres du Sud. Ils viendront renforcer les forces américaines affaiblies dans le saillant.

Dans le Sud est engagée la Troisième Armée, qui prépare l'offensive sur Francfort. Elle est commandée par le général Patton.

3coat[1].JPG

Eisenhower demande à Patton le temps qu’il lui faudra pour déplacer six de ses divisions.  

- Mes troupes seront sur place dans 2 jours, le 21 décembre, répond Patton. 

Les généraux, habitués aux déclarations fracassantes de l’excentrique général « rigolent » un peu car le délai leur semble complètement irréaliste. Pour eux, 6 jours sont le minimum.

Eisenhower, stupéfait, s’exclame :

- George, ne fais pas l’imbécile, tes divisions ne seront jamais prêtes, tu vas te faire couper en rondelles ! ».

american-four-star-general-george-s-patton-j[1].jpg

« Dans l'esprit des stratèges alliés, c'est en effet un pari insensé : il faut faire pivoter de 90 degrés l'axe d'attaque de tout un corps d'armé de 100 000 hommes, et le déplacer, au contact de l'ennemi, sur une distance de plus de 200 km, de la Sarre au Grand-Duché de Luxembourg. C’est pratiquement impossible, tant au niveau humain que logistique »*.

On est en plein hiver, les températures sont glaciales, la vue est bloquée par le brouillard, la pluie, la neige, on n’y voit pas à quelques mètres, les routes sont impraticables dans la boue et le verglas, les tanks patinent et n’avancent pas.

661px-Tanks_and_Infantrymen_on_the_way[1].jpg 

Eisenhower, complètement incrédule, répète sa demande à Patton :

- Quand est-ce que tu peux lancer les opérations ?

- Dès que nous aurons fini notre conversation, répond le général de la troisième armée.

Patton se lève, quitte la salle, trouve un téléphone, entre en contact avec son état-major et prononce deux mots :

- Play ball, démarrez la partie !

C’est le code pour lancer les troupes. Et certaines sont déjà en route.

Patton a déjà prévu tout le déroulement des opérations et il a tout organisé : le dégagement du réseau routier, l’organisation des transports des soldats par véhicules, l’approvisionnement en essence, les ravitaillements, les munitions, la sécurité, et l’ordre de bataille.

La rapidité de la 3e Armée va se révéler surprenante.

Comme promis, en 48 heures, 133.000 véhicules parcourent environ 250 km, transportant environ 100.000 hommes et 62.000 tonnes de matériel.

ardennes[1].jpg  

Et comme Patton l’avait annoncé, le 21 décembre 1944, les troupes sont sur place, prêtes à l’attaque. 

Patton_Blood_and_Guts.38165004[1].jpg

Maintenant, des forces gigantesques sont en place  : 600.000 soldats américains, 500.000 soldats allemands, tous aussi valeureux les uns que les autres, vont s’affronter les jours suivants dans les Ardennes belgo-luxembourgeoises.

Battle_of_the_Bulge_St-Vith[1].jpg

Ce fut la plus grande, la plus sanglante et la plus héroïque bataille de la guerre en Europe.

80.000 soldats américains, 100 000 soldats allemands se sacrifièrent en cette fin d’année 1944.

5461155_l[1].jpg

29134[1].jpg

Hommage leur soit rendu.

Merci à ces soldats américains qui dans cette bataille des Ardennes ont donné leur vie pour notre liberté.

     

Un mois plus tard, le 15 janvier, les armées allemandes se replient, elles ont perdu la Bataille du Saillant.

 

Mais revenons au Général Patton.  

Une question intrigue :

Comment Patton a-t-il pu réussir son formidable exploit, unique dans l'histoire militaire ? Comment en-est-il venu à devancer son commandant en chef Eisenhower ?

Ce que les généraux américains ignorent le 19 décembre 44, ce qu’on ignore encore souvent, c’est que le général Patton vient d’écouter ses rêves et les inspirations qui sont venues le réveiller la nuit. 

7_61_320_patton[1].jpg

Ce fait est relaté par Ladislas Farago, le biographe de Patton.  

Alors qu’à partir du 16 décembre les troupes allemandes se concentrent pour préparer l’offensive, Patton  peu auparavant se réveille une nuit. Il fait appeler d’urgence son secrétaire, Rosevich, qui le trouve en train d’enfiler son uniforme sur son pyjama.

A la hâte, le général lui dicte immédiatement, point par point, les ordres des opérations pour contre- attaquer une offensive allemande.

Patton explique à Rosevich qu’à 3 heures du matin il s’est réveillé en sursaut, sans raison apparente. Il sait intensément à ce moment-là que l’offensive allemande va avoir lieu et il voit clairement toutes les images de la marche à suivre : les différentes opérations à mener, l’intendance, tout lui apparaît formulé à l’esprit. Dans la vie éveillée, au niveau conscient, il ignore complètement que l’ offensive allemande est  imminente.

c408dd656d1eff48_large[1].jpg

C’est donc dès avant le 16 décembre que Patton donne l’ordre à son état major de désengager des éléments de son armée de leur position dans la Sarre, pour monter au Nord attaquer par surprise les troupes allemandes dans les Ardennes.  Et ce, 3 jours avant que le général Eisenhower ne soit informé de la gravité de la situation et n'envisage la contre-offensive.

 

Le général Patton était fermement convaincu qu’il avait été un guerrier dans plusieurs incarnations précédentes. Il disait qu’il avait des facultés psychiques qui lui permettaient de deviner les intentions et les mouvements de l’ennemi, bien avant son service de renseignements. Il faisait attention à ses rêves et souvent, il avait appelé son secrétaire dans la nuit, pour lui dicter les plans d’opérations qui venaient de lui apparaître en rêve.

Ainsi, autrefois comme aujourd’hui, les rêves viennent toujours inspirer les chefs d’armées.

general_patton_and_quote_card-p137612830246738447qi0i_400[1].jpg

Les rêves n'indiquent pas seulement comment conduire les armées, ils peuvent aussi appeler à la paix. C'est ce que nous verrons la prochaine fois. 

 

* Extrait du blog :jacqueline-deversaux.blogspot.com

 

Illustrations

 

Je remercie les photographes et les blogs qui m’ont permis d’illustrer mon article.

Patton : interet-general.info

Eisenhower : geh.org

Patton : wargodpatton.blogspot.com

Patton : smashhingusa.com

Hiver dans les Ardennes : panoramio.com

Transport dans la neige : jacqueline-deveraux.blogspot.com

Bastogne libérée : 3armyusa08.e-monsite.com

Patton :myspace.com

Mémorial américain dans les Ardennes

Mémorial allemand dans les Ardennes

Patton : hurletarage.com

Patton : wargodpatton.blogspot.com

Patton : ?

 

 

 

 

04/03/2012

LE RÊVE DE BISMARCK (7): APPROCHE CRITIQUE DE L'INTERPRETATION FREUDIENNE

Il y a bientôt un an, j’ai commencé l’étude des rêves célèbres de chefs politiques ou militaires.

Selon l’ordre chronologique, nous voici maintenant arrivé au XIXème siècle. Nous allons voir le rêve d’un homme puissant, qui a transformé l’histoire de l’Europe : Il s’agit de Bismarck, qui, pendant presque 30 ans, de 1862 à 1890, fut ministre président du royaume de Prusse ; il construisit l’unité allemande et devint chancelier de l’empire allemand en 1871.

 

Situons d’abord ce rêve dans son contexte historique :

 

Un peu d’histoire

Depuis le Moyen Age, le saint Empire Romain Germanique était constitué du Nord au Sud de pas moins 350 états.

Voici une carte du Saint Empire en 1648, qui montre cette multiplicité des royaumes, duchés, comté, baronnies.

 

Holy_Roman_Empire_1648[1].jpg

Napoléon 1er, dissout ce conglomérat gigantesque et construit la Confédération du Rhin, composée de 39 états, dont la Prusse et l’Autriche sont exclues.

 

464473_1[1].jpg 

Il met ainsi en route le mouvement d’unification de l’Allemagne.

En 1815, après la chute de l’empereur, plusieurs états allemands s’unissent pour former la Confédération Allemande.

Allemagne-1820[1].jpg

En bleu turquoise le royaume de Prusse.

En jaune l’Empire autrichien

En différentes couleurs les autres états allemands formant la Confédération Allemande.

 

Au début des années 1860, l’Autriche et la Prusse s’affrontent en face de la Confédération. Le premier ministre prussien, Bismarck, veut développer l’importance de la Prusse et regrouper les états d’Allemagne du Nord sous sa direction, limitant ainsi le pouvoir de l’Autriche.

 

Otto+von+bismarck3.jpg

 

Cette montée en puissance de la Prusse entraîne les plus graves tensions diplomatiques.

 

Bismarck dans ses mémoires reproduit une lettre qu’il écrivit le 18 décembre 1881 à l’empereur Guillaume.

« Ce que me dit votre Majesté m’encourage à lui raconter un rêve que j’eus au printemps de 1863, dans les jours les plus difficiles, alors que nul œil humain ne voyait d’issue possible".

 

Rêve

« Je rêvai, et je le racontai le lendemain matin à ma femme et à d’autres témoins, que je chevauchais sur un étroit sentier des Alpes.

 

alpes21[1].jpg

A droite l’abîme, à gauche les rochers ; le sentier devenait de plus en plus étroit, si bien que mon cheval refusait d’avancer et que le manque de place rendait impossible de revenir en arrière ou de mettre pied à terre ; alors je frappai la muraille du rocher de ma cravache que je tenais dans ma main gauche et j’appelai Dieu à mon aide ; la cravache s’allongea à l’infini, le mur du rocher s’écarta comme une coulisse et ouvrit un large chemin d’où on voyait des collines et des pays boisés comme en Bohême et des troupes prussiennes avec des drapeaux. »

En rêve je me demandais comment je pourrais prévenir rapidement votre Majesté. » 

 

Le rêve décrit de façon très précise les difficultés croissantes que rencontre l’homme d’Etat et qui le font aboutir à une impasse. Il lui indique aussi la solution : frapper le rocher de sa cravache qu’il tient dans la main.

Le rocher est l’obstacle infranchissable, et pourtant il s’ouvre.

Avec l’image de la cravache, le rêve montre à l’homme d’état qu’il détient l’autorité. En l’imposant de façon brutale, il pourra trouver la solution : brusquer la situation, prendre l’offensive, déclarer la guerre à l’Autriche, et envoyer son armée en Bohême, comme l’indique l’image des troupes prussiennes avec des drapeaux, promettant la victoire.

 

sadowa.JPG

 

Le rêve emploie une image étonnante : la cravache s’allonge à l’infini,

Que penser de cette expression « s’allonger à l’infini »?

 

Ce rêve est venu conseiller Bismarck en 1863. On sait, d’après l’expérience avérée des spécialistes de l’interprétation des rêves, qu’il faut environ deux ans et demi, avant qu’un élément, montré en rêve, ne se réalise concrètement dans le monde terrestre.  On constate ainsi qu’en 1866, 3 ans après le rêve, eut lieu entre la Prusse et l’Autriche la bataille de Sadowa en Bohême, comme le rêve l’avait montré.

La Prusse victorieuse annexa de nombreux Etats et forma autour d’elle la Confédération d’Allemagne du Nord. Bismarck réalisa son ambition d’unifier l’Allemagne, qui s’étendit désormais de la Sarre au Niemen.

 

Allemagne-1867[1].jpg

En bleu turquoise la Confédération d’Allemagne du Nord, sous la domination prussienne.

En mauve l’Allemagne du Sud, l’Autriche et les pays voisins.

 

L’Europe, sous le choc, fut frappée d’un coup de tonnerre et constata soudainement « l’expansion vertigineuse » de la Prusse, selon l’expression des historiens.

Ne serait-ce pas là ce qu’indiquait l’image de la cravache qui s’allonge à l’infini ?

Cette expansion vertigineuse concerne tout aussi bien le pouvoir que prend Bismarck dans le destin de l’Allemagne. Il fait preuve d’ «une incroyable puissance ».

 

otto_v_bismarck.jpg 

Il veut unifier les États du Sud à la Confédération du Nord et par là-même réaliser l'unification totale de l'Allemagne. En 1870 il mène la guerre victorieuse contre la France, ce qui conduit à réunir les Etats du Sud à ceux du Nord. Ainsi est accomplie l’unification de l’Allemagne sous la domination prussienne.

 

otto_von_bismarck[1].jpg 

En 1871 l’Empire allemand est proclamé dans la Galerie des Glaces du Château de Versailles.

 

2ème reich 1870.jpg 

Bismarck apparaît comme le fondateur de l'Empire allemand, il en est l’homme le plus puissant.

En effet, il cumule plusieurs fonctions prépondérantes :

- Dans l'Empire, il est le Chancelier , appelé "le Chancelier de fer"; il est aussi le Président du Conseil Fédéral.

- Dans le royaume de Prusse, il est ministre-président et ministre des Affaires Etrangères.

 

Bismarck1866-198x300[1].jpg

Pour ces raisons la volonté du chancelier prime en général sur celle de l'empereur.

En 1890 l’empereur Guillaume II, arrivant au pouvoir, ne s’y trompe pas : Il dit même« Il s’agit de la question suivante : dynastie Hohenzollern ou dynastie Bismarck.»

 

BismarckGuillaume1er[1].jpg

Ce qu'annonçait le rêve s'est bien réalisé : la cravache, symbole de l'autorité, s'est allongée à l'infini, on ne peut dire jusqu'où elle s'étend.

 

Voyons maintenant

Une autre interprétation

Il me semble intéressant de vous faire connaître aussi une autre interprétation du rêve de Bismarck que donna l’ami de Freud, le Dr Hanns Sachs. Freud ratifia et publia cette interprétation dans son livre « L’interprétation des Rêves » (1) en 1899.

Après avoir montré avec beaucoup de justesse combien le début du rêve décrit l’impasse où se trouve Bismarck en 1863, Sachs effleure l’hypothèse d’un rêve prémonitoire qui cependant ne lui parait pas justifiée. Il interprète ce rêve selon la théorie freudienne, comme l’accomplissement d’un double désir :

D’une part ce rêve accomplirait le désir de Bismarck de mener une guerre victorieuse sur l’Autriche.

D’autre part, selon Sachs et Freud, le rêve de cet homme de 48 ans est la réalisation d’un désir très lointain, remontant à l’enfance, celui de se masturber, désir qui ne concerne pas la vie actuelle du rêveur mais son passé. Le rêve vient ainsi satisfaire un désir que l’enfant  Bismarck  aurait éprouvé environ 40 ans auparavant.

 

220px-Bismarck11Jahre[1].jpg 

Sachs écrit :

« La cravache, la canne, la lance et tous les objets de cette espèce sont des symboles phalliques courants ; mais quand cette cravache possède encore la propriété de s’étendre, particulière au phallus, aucun doute n’est plus possible. Le fait de prendre la cravache dans la main est une allusion très claire à la masturbation. Il ne s’agit évidemment pas de la vie actuelle du rêveur, mais d’un désir d’enfance très lointain…. Nous avons ici un exemple type de déformation du rêve parfaitement réussie. L’inconvenant a été retouché.. .C’est un cas idéal d’accomplissement de désir réussi sans que la censure en souffre. »

 

Censure[1].jpg 

Vous pourrez lire cette analyse in extenso, en allant sur le lien :

didel.script.univ-paris-diderot.fr/claroline/.../download.php?url...

 

A la première lecture on semble séduit : l’étude paraît subtile. A la réflexion, elle se révèle élucubrée. Les affirmations sont gratuites et s’appuient sur des phrases du genre : « Nous pouvons aisément admettre que… ». La démonstration compliquée ne repose sur aucun fait vérifiable.

Qu’est-ce donc qui permet, entre autres choses, d’affirmer que le jeune Bismarck a refoulé son désir de se masturber ? Mais qu’en sait-on ?

Quant à un pénis, comment prétendre qu’il s’allonge à l’infini ?

Et qu’est-ce qui permet d'établir la comparaison entre une cravache, une lance, une canne et le membre viril ? En quoi la métaphore est-elle démontrée, justifiée ?

Ne trouvez-vous pas que ce sont là des "équivalences symboliques extravagantes"* ?

Cette interprétation ne serait-elle pas un exemple d' "affabulation freudienne", comme le dénonce le titre du livre du philosophe Michel Onfray ? (2)

 

whats-on-a-mans-mind[1].jpg 

Mais revenons au rêve pour conclure :

Bismarck, en recevant ce rêve, a fait la même expérience que connaissaient déjà les hommes politiques à travers les âges. Je ne peux pas tout citer, je me suis limitée aux exemples de Gédéon, Alexandre, César. Il en existe bien d’autres. Ces hommes tenaient compte de leurs rêves pour prendre leurs décisions.

 

vonbismarck_otto[1].jpg

  

La prochaine fois, nous verrons comment le général Patton, chef des armées américaines qui libérèrent la France, reçut un rêve qui le mena à la victoire.

 

* "équivalences symboliques extravagantes" : l'expression est de Michel Onfray.

 

Bibliographie :

(1) "L’interprétation des rêves" de Freud, 1899, p. 325 et suivantes

(2) "Le crépuscule d'une idole, l'affabulation freudienne", Michel Onfray, éditions Grasset.

 

 

Illustrations

Je remercie les artistes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.

Chemin dans les Alpes : pierre.chaumeil.pagesperso-orange.fr

Sadowa :rights.bellona.pl ; Ouvrage de Ryszard Dzieszynski : Sadowa 1866

Bismarck dans son bureau en 1886 : de.wikipedia.org

Bismarck chancelier : born-today.com

Guillaume 1er et Bismarck : histoiresincroyables.odigale.fr

Bismarck à 11 ans : fr.wikipedia.org

Censure : garandel.e-monsite.com

Sigmund Freud : "What’s on a man’s mind…": priceminister.com

Auteur non identifié ; serait-ce Octavio Ocampo ?

Bismarck : born-today.com

 

12/12/2011

LE RÊVE ET LA MORT D'ABRAHAM LINCOLN (6)

Au mois de mai dernier, je vous avais annoncé que j’allais évoquer les rêves de chefs militaires ou de chefs d’état (voir ci- dessous comment trouver ces études). Je vous ai ainsi raconté le rêve de Gédéon, qui, il y a il y a 3000 ans lui assurait la victoire ; vous avez constaté aussi comment deux rêves ont conduit Alexandre le Grand dans ses conquêtes ; ensuite vous avez vu comment deux rêves ont guidé Jules César dans sa vie: à 30 ans, l’un lui annonçait sa prodigieuse carrière, 25 ans plus tard  l’autre lui montrait qu’il avait accompli son extraordinaire destin et pouvait mourir. Aujourd’hui, je poursuis mon récit avec un rêve reçu 2000 ans plus tard : le très célèbre rêve d’Abraham Lincoln, qui, comme pour César, lui annonçait sa mort.

 

En ce mois d’avril 1865, le Président Abraham Lincoln a des raisons d’être satisfait : Il s’est révélé un homme politique et un chef militaire remarquable au moment de la guerre de Sécession.

Abraham-Lincoln[1].jpg

Pendant cette guerre, il a été le commandant en chef des armées nordistes. Sa victoire dans la guerre civile ne fait plus de doute. Le Général nordiste Grant vient de prendre le dessus et le Général Lee, le valeureux chef des armées sudistes, vient juste de capituler le 9 avril 1865 à Appomatox .

2[1].jpg

Lincoln proclame l’abolition de l’esclavage.

Ainsi celui qui était un petit avocat de province a conduit en 4 ans son pays à travers  une grave crise constitutionnelle, morale et militaire et a mis fin à la guerre civile.

abrahamlincoln5-500.jpg

Le 11 avril 1865 une soirée agréable s’annonce, Abraham Lincoln reçoit ses invités à la Maison-Blanche.

Mais le président est d'humeur sombre.

Son biographe et ami Lamon raconte :

Pendant le dîner la conversation se porte sur les rêves et la Bible.

 

heavens_200[1].jpgbible-americaine-apres[1].jpg          

"Les rêves sont bien souvent présents dans la Bible, s’exclame le Président ! Je pense qu'il y a environ 16 chapitres dans l'Ancien Testament et 4 ou 5 dans le Nouveau où il est question des rêves. Et il y a encore bien d'autres passages à ce sujet, dispersés dans tout le livre. Si nous croyons en la Bible, il nous faut accepter le fait que, dans les jours anciens, Dieu et ses anges venaient à l'homme pendant son sommeil et se faisaient connaître dans des rêves".

- Et toi, tu crois aux rêves, lui dit sa femme Mary ?

- Non, mais je viens d’en faire un qui n’arrête pas de me hanter.

- Tu peux nous le raconter lui demande-t-elle ?

Le Président raconte alors son rêve, qu’il a reçu quelques jours plus tôt, juste au moment où la guerre prenait fin.

« - Il y a dix jours, j’étais très soucieux, j’attendais des dépêches venant du front. Je me suis couché très tard, et me suis endormi immédiatement.

 

lincoln-bedroom-2007-sw[1].jpg

J'ai fait alors un rêve qui me poursuit depuis lors. 

J’étais dans ma chambre. « J'entendais des sanglots, c'était comme si un grand nombre de gens pleuraient doucement ; mais cette foule éplorée restait invisible à mes yeux.

Je suis passée dans une autre pièce ; il n'y avait personne, pourtant les mêmes bruits de pleurs me suivaient à mesure que j'avançais » à travers la Maison Blanche.

« Chaque objet m'était familier, mais je ne pouvais voir nulle part ces gens qui se désolaient comme si leur coeur allait se  briser.

J'étais  intrigué et inquiet. Qu’est-ce que tout cela pouvait signifier ?

Je suis entré dans le Salon Est. Une surprise m'a serré le coeur. Sur un catafalque reposait un cadavre sous un suaire.

745px-EastRoom050862[1].jpg

 

whfuneral[1].jpg

 

Des soldats semblaient monter la garde et une multitude de gens contemplaient tristement le corps dont le visage était caché.

- Qui est mort à la Maison Blanche, ai-je demandé à un soldat ?

- Eh bien, Monsieur, c’est le président qui est mort, il a été assassiné.

Un long sanglot de douleur est alors monté de  la  foule et cela m'a immédiatement réveillé.

150_38243[1].jpg

6665716-gros-plan-de-femme-crying-avec-larmes[1].jpg

Le Président raconte alors qu’il a pris sa Bible sur sa table de chevet et qu’il l’a ouverte au hasard, pour tomber chaque fois sur un passage où il était question de rêves ou de visions.Puis il conclut :
 « 
Je ne me suis pas rendormi cette nuit-là, et même si ce n'était qu'un rêve, il m’a étrangement dérangé. Mais, bon, allons ! N'en parlons plus."

 

Capturer.JPG

 

Trois jours plus tard, le vendredi saint 14 avril 1865, Lincoln se rend au théâtre. Pendant la représentation le sudiste John Wilkes Booth s'introduit dans sa loge derrière lui et lui tire une balle à bout portant derrière la tête, au niveau de la nuque. Les médecins accourent et voient tout de suite que la balle a atteint le cerveau. Ils le transportent dans une maison en face du théâtre où il passe la nuit, sans reprendre connaissance. Lincoln meurt le lendemain matin, à 7 h 22, à l’âge de 56 ans.

Des millions de personnes assistent à ses obsèques et pleurent ce héros et martyr.

 

Commentaire

Après son rêve Lincoln fait une expérience insolite : feuilletant sa Bible au hasard, il tombe à répétition sur de nombreux passages qui montrent l’importance des rêves ou des visions. Il en fait même le compte, il y en a au moins 20, et d’autres encore sont mentionnés, dispersées ça et là. Donc, plus de 20 fois, il tombe sur des rêves !

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve de sa mort,jules césar, abraham lincoln

 

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve de sa mort,jules césar, abraham lincoln

 

Il aurait du considérer comme un signe cette répétition insistante, étrange, qui défie tous les hasards. Il aurait du se demander quel en était le sens. Il y aurait vu un signal d’alarme du destin, et disons même du divin. Ne dit-il pas lui-même à ses invités :

« …Dans les jours anciens, Dieu et ses anges venaient à l'homme pendant son sommeil et se faisaient connaître dans des rêves".

Et aujourd’hui alors ?

 

Ne vient-il pas de lire dans le livre de Job, ch. 33, v. 14-18 :

« Dieu parle cependant, tantôt d’une manière,

Tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde

Il parle par des rêves et des visons nocturnes

Quand les hommes sont livrés à un profond sommeil…

Alors il leur donne des avertissements…

Afin de détourner leur vie des coups du glaive. » ?

 

Pour quelle raison le grand Président n’a-t-il pas tenu compte de son rêve, qui le mettait en garde pour l’amener à éviter toute situation où pourrait avoir lieu l’assassinat, dont le rêve parle si clairement ?

Pourquoi n’a-t-il pas pris les précautions nécessaires ? Pourquoi s’est-il exposé publiquement au théâtre ?

Sans doute est-ce parce qu’il ne croyait pas aux rêves, comme il l’a dit.

Le rêve montre une situation potentielle. C’est à l’homme de faire en sorte qu’elle se réalise ou non au niveau terrestre.

 

Une question se pose alors :

Le rêve vient-il préparer le rêveur à mourir ou cherche-t-il à l’avertir, le protéger pour le sauver de la mort ?

Comparons ce rêve avec celui de Jules César : on constate deux différences.

L’empereur romain dans son rêve, a quitté la terre, il se trouve monté au ciel, dans un autre monde où il rencontre le dieu Jupiter qui lui tend la main. César la prend et la serre.

 

mains%20tendu[1].gif

 

- Première différence :

1 ) L’image de la main de Zeus indique clairement la volonté divine. César est attendu et accueilli à un autre niveau d’existence.

- Deuxième différence :

2 ) Le rêve place César dans un autre monde. Il n’est plus sur terre. Ainsi, les rêves qui annoncent la mort définitive emmènent vers une autre vie. Ils montrent par exemple des images de changement, de départ, de voyage ; on voit un bateau qui vogue vers une autre rive, ou un pont qui mène ailleurs, ou encore une fenêtre qui s’ouvre, révélant un nouveau monde dans une lumière inconnue. Ce sont là des images de passage.

 

puits de lumière.jpg

 

Rien de cela pour Lincoln.

1) Dans son rêve aucun détail n’indique une volonté du destin ou du divin.

Par exemple, il y a des rêves où l’on s’entend dire : « C’est la volonté de Dieu. » Rien de ce genre dans le rêve du Président.

2) Lincoln reste dans le cadre de la Maison Blanche. La situation est statique, il n’y a pas de changement de lieu.

 

Si l’on tient compte de ces distinctions, il semblerait bien qu’on puisse dire que le rêve de Lincoln n’est pas l’annonce inévitable de sa mort, il est au contraire un avertissement pour le garder en vie. Mais Lincoln n’a pas pris son rêve en considération et ce lui fut fatal.

César a compris son rêve et a choisi librement son destin, Lincoln, lui, n’a pas compris le sien et a subi un destin qu’il aurait pu éviter.

 

Et vous, si votre rêve vient vous avertir d’un danger qui peut être mortel, que ferez-vous ?

 

 

23244-30~Giant-Head-of-President-Abraham-Lincoln-at-Mount-Rushmore-National-Memorial-Posters[1].jpg 

 

Comment trouver les rêves cités ci dessus dans les Archives:

 

Rêve de Gédéon : au 11. 05. 2011

Rêves d'Alexandre le Grand :

08. 08. 2011; 

24. 08. 2011

Rêves de Jules César :

16. 09. 2011; 

29. 09. 2011

 

Illustrations

Abraham Lincoln

Le général Lee : carlpepin.com

Holy Bible : follearelier.wordpress.com

Lincoln : whasingtonpost.com

Le catafalque : showcase.netins.net

Homme triste : commeaucinema.com

Femme en pleurs : fr.123rf.com

L’échelle de Jacob par le peintre et mystique anglais William Blake

Vision par Blake

Le songe de Joseph par l’artiste allemand contemporain Hermann Eisenmenger

Sculpture du visage du Président Lincoln dans la granit du Mont Rushmore dans les Rocheuses aux Etats Unis.

 

25/10/2011

LA BALEINE ET LE RECIT DE LA GENESE PAR LES INDIENS

J’ai évoqué ces derniers temps les rêves des chefs militaires dans l’Antiquité. Je poursuivrai cette étude martiale, mais aujourd’hui j’ai envie vous plonger dans une atmosphère océane et poétique.

Je vous invite donc tout d’abord à découvrir l'antique récit qui suit :

 

La Genèse vue par les Indiens Cherokee

 

Au début le grand esprit dormait dans le rien. Son sommeil durait depuis l’éternité.

 

Et puis soudain, nul ne sait pourquoi, dans la nuit, il fit un rêve.

En lui gonfla un immense désir…Et il rêva de lumière.

Et ce fut le premier rêve, la toute première route.

 rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 Longtemps la lumière chercha son accomplissement, son extase. Quand enfin elle le trouva, elle vit que c’était la transparence. Et la transparence régna.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

  

 

 Mais voilà qu’à son tour, ayant exploré tous les jeux de couleurs qu’elle pouvait imaginer, la transparence s’emplit du désir d’autre chose.

 

A son tour elle fit un rêve.

Elle qui était si légère, elle rêva d’être lourde.

Alors apparut le caillou.

Et ce fut le deuxième rêve, la deuxième route.

 

Longtemps, le caillou chercha son extase, son accomplissement. Quand finalement il trouva, il vit que c’était le cristal. Et le cristal régna.

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokeerêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee 

       

 

Mais à son tour, ayant exploré tous les jeux lumineux de ses aiguilles de verre, le cristal s’emplit du désir d’autre chose qui le dépassait.

 

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 

A son tour, il se mit à rêver.

Lui qui était si solennel, si droit, si dur, il rêva de tendresse, de souplesse et de fragilité.

Alors apparut la fleur.

Et ce fut le troisième rêve, la troisième route.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 

 

Longtemps, la fleur, ce sexe de parfum, chercha son accomplissement, son extase. Quand enfin elle le trouva, elle vit que c’était l’arbre.

Et l’arbre régna sur le monde.

Mais vous connaissez les arbres, on ne trouve pas plus rêveurs qu’eux. (Ne vous amusez pas à pénétrer dans une forêt qui fait un cauchemar.)

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee   

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee 

 

 

L’arbre, à son tour, fit un rêve.

Lui qui était si ancré à la terre, il rêva de la parcourir librement, follement, de vagabonder au travers d’elle.

Alors apparut le ver de terre.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 

 Et ce fut le quatrième rêve, la quatrième route.

 

Longtemps, le ver de terre chercha son accomplissement, son extase. Dans sa quête, il prit tour à tour la forme du porc-épic, de l’aigle, du puma, du serpent à sonnette.

Longtemps il tâtonna.

Et puis un beau jour, dans une immense éclaboussure, au beau milieu de l’océan, un être très étrange surgit, en qui toutes les bêtes de la terre trouvèrent leur accomplissement.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 

Et elles virent que c'était la baleine.

Longtemps, cette montagne de musique régna sur le monde. Et tout aurait pu en rester là, car c’était très beau.

Seulement voilà…

Après avoir chanté pendant des lunes et des lunes, la baleine à son tour ne put s’empêcher de s’emplir d’un désir fou.

Elle qui vivait fondue dans le monde, elle rêva de s’en détacher.

Alors nous sommes apparus, nous les hommes.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

Car nous sommes le cinquième rêve, la cinquième route, en marche vers le cinquième accomplissement, la cinquième extase.

 

Et ici je vous le dis : Faites très attention ! Car, voyez-vous, dans la moindre couleur, toute la lumière est enfouie ; dans tout caillou du bord du chemin, il y a un cristal qui dort ; dans le plus petit brin d’herbe sommeille un baobab ; et dans tout ver de terre se cache une baleine.

Quant à nous, nous ne sommes pas le plus bel animal, nous sommes le rêve de l’animal ! Et ce rêve est encore inaccompli.

Que se passerait-il si nous éliminions la dernière des baleines en train de nous rêver ?

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,baleine,genèse des indiens cherokee

 

 

 

Et je vous invite maintenant à cliquer sur le lien ci-dessous, mettre vos écouteurs et regarder la vidéo proposée.

 

 

http://www.koreus.com/video/sauvetage-baleine-filet.html

 

 

 

Bibliographie

L’histoire de l’univers vue par les indiens Cherokee, rapportée par Patrice Van Eersel dans « Le cinquième rêve », Grasset, 1993

 

 

Illustrations

Noir : heberger-image.fr

Naissance du rêve : fr.123rf.com

Transparence, de Georges Bataille, paperblog.fr

Transparence de Edith van Opsta : edithvo.fr

Cailloux : schmilblick.canalblog-com

Cristal : adamantane.net

Améthyste : votre-bien-être.fr

Autre chose qui dépasse : lumière : vernon-visite.org

Cosmos : fr123rf.com

Arbre en fleurs : phot-paysage.com

Arbre : images.toocharger.com

Forêt-cauchemar, de Jean Marc Dauveryne, les humeurs de svetambre.over-blog.net

Ver de terre : ensaia-inplnancy.fr

Baleine à bosse : lesbaleines.net

Baleine : desencyclopedie.wikia.com

Lune : lesshawcks.unblog.fr

Etre humain : lesouffledivin.fr

Queue de baleine, photo prise par Alice Aubert : linternaute.com


 

 

 

16/09/2011

LE RÊVE DE JULES CESAR (4)

 

Dans les études précédentes, j’ai évoqué les rêves des chefs militaires Gédéon et Alexandre le Grand. Ces rêves les engagent à se lancer dans les bataille et les conquêtes expansionnistes, leur indiquent les stratégies et leur garantissent la victoire.

Je vous rappelle :

 « Un jour, raconte Alexandre, à Dion en Macédoine, j’ai vu en songe cet homme, - Jaddus, le grand prêtre des Juifs - dans le costume qu’il porte à présent, et comme je réfléchissais comment je m’emparerais de l’Asie, il me conseilla de ne pas tarder et de me mettre en marche avec confiance : lui-même conduirait mon armée et me livrerait l’empire des Perses. Aussi, n’ayant jamais vu personne dans un semblable costume, aujourd’hui que je vois cet homme et que je me rappelle l’apparition et le conseil que j’ai reçu en rêve, je pense que c’est une inspiration divine qui a décidé mon expédition, que je vaincrai donc Darius, briserai la puissance des Perses et mènerai à bien tous les projets que j’ai dans l’esprit. »

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère 

Ce rêve que le grand Alexandre raconte à son général est particulièrement intéressant, car ce rêve le conduit d’une part à la conquête du royaume perse et d’autre part à épargner la ville de Jérusalem.

Soulignons que cette entente aura pour conséquence l’installation d’une importante colonie juive dans la ville qu’il a fondée en Egypte, Alexandrie.

 

Avec le récit de son rêve, le jeune roi macédonien de 24 ans, montre clairement comment le rêve, longtemps à l’avance, l’a préparé à son destin de conquérant.

Ce cas n’est pas unique et je vous raconterai aujourd’hui un rêve que j’ai déjà exposé le 16 février 2008 sous un angle différent. Il s’agit d’un rêve très célèbre, c’est un rêve de Jules César.

 

Ce rêve a été raconté par l’historien romain Suétone ( 69 à 125 après J.-C.), qui écrivit la biographie de Jules César, qui naquit 100 av J.-C., et mourut le 15 mars 44 av J.C.)

 rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 

Avant de regarder ce rêve, il convient d’abord de se demander qui était cet homme qui reçut un rêve pareil ?

Je vous présenterai donc aujourd’hui quelques uns de ses faits, qu'on n'évoque jamais à l'école.

 

Julius César est d’une famille patricienne modeste. C’est un jeune homme séduisant, brillant et très cultivé, il est aimable et bien élevé, il a toujours une excellente tenue, on ne le verra jamais ivre ; on le remarque aussi pour sa très grande générosité.

 

A 16 ans, en – 84, il épouse Cornélia Cinna.

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère    

Cornélia est la fille de Cinna, le consul partisan du peuple, adversaire de Sylla, qui est lui partisan de l’aristocratie conservatrice qui compose le Sénat.

 

A 16 ans également, César est choisi pour remplir le sacerdoce de premier prêtre de Jupiter.

Cette fonction officielle unique, crée 700 ans plus tôt à la fondation de Rome, fait de lui un haut magistrat, le souverain pontife, responsable du culte romain rendu au dieu des dieux et à diverses divinités.

 

 

Il célèbre les sacrifices, il prend soin de tout le culte, surveille et contrôle « tout objet, tout être consacré aux dieux, tout acte qui s'adresse à eux, tout phénomène considéré comme un signe particulier de leur volonté ».

César est choisi malgré son jeune âge, alors que des hommes beaucoup âgés prétendent comme lui à devenir le grand prêtre de Jupiter.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 

Cette fonction est difficile et comporte de très nombreux interdits, impose de très multiples contraintes.  

Peut-on affirmer que ce jeune homme ne prenne cette charge que pour la distinction honorifique ? Peut-on le penser dénué de tout enthousiasme, de toute réflexion spirituelle sur le rapport entre l’homme et le dieu ?

S’il accepte pour fonction, entre autres, de contrôler tout phénomène considéré comme un signe particulier de la volonté des dieux, c’est qu’il a conscience de la valeur de ces signes donnés par les dieux, et en particulier les rêves.

L’importance accordée aux rêves était générale dans l’Antiquité et, l'on disait alors  :

« Rien ne peut être considéré aussi certain et digne de confiance qu’un ordre donné par les rêves. »

 

Cette parole a été prononcée par le célèbre Sylla, qui était alors consul, général et dictateur de Rome.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

Telle était dans toute l’Antiquité la conception régnante, que Jules César partageait aussi .

 

Un an plus tard, en – 83, Sylla, maître à Rome, veut obliger César à rompre avec son beau père Cinna et lui demande en signe de ralliement de répudier Cornélia, la fille de Cinna. César refuse. Sylla rétorque en faisant bloquer sa nomination au sacerdoce de grand prêtre de Jupiter. César doit se cacher et s’exile en Asie, où il s’engage dans l’armée.

 

Là, il affronte et surmonte un destin d’une façon qui peut surprendre.

Lors d’un trajet en mer Egée, il est enlevé par des pirates qui le font prisonnier sur la petite île de Farmakonisi. ( en haut à gauche de la carte).

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 

Ils lui réclament une rançon de vingt talents d'or. César juge que ce montant est insuffisant et déshonorant par rapport à son rang, il exige que les pirates montent sa rançon à cinquante talents, et leur promet qu'une fois libéré, il les exécutera.

Durant 38 jours de captivité, il joue avec eux aux dés et en profite pour noter leurs visages.

 rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fait réunir le montant de la rançon, est libéré, rassemble des hommes et repart en bateau retrouver les pirates. Arrivé sur l’île, il exécute sa promesse et les fait crucifier.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère 

Voilà donc un tout jeune homme qui a une trempe terrible : d’un côté passionné, amoureux et fidèle, courageux et responsable, il donne la priorité à son amour, il préfère sa femme à ses intérêts politiques et en assume les difficultés ;  de l’autre, il se montre fier, obstiné, impitoyable, et fait preuve d’une haine féroce et implacable contre ses ennemis.

On voit là un homme étonnant et puissant, qui à, à peine 20 ans, sait déjà faire ses choix cruciaux et maîtrise les ambivalences de la vie.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 C’est à cet homme que le rêve va bientôt s’adresser.

 

Après la mort de Sylla, César, à 21 ans, revient à Rome et se lance dans la carrière politique. Cornelia, la femme qu’il aime, meurt et lui laisse une fille Julia.

Peu après, à 31 ans, en – 69,  il est nommé magistrat en Espagne pour assister le consul en matière financière et criminelle. Il remplit sa fonction avec brio.

Durant son séjour, il se trouve à la ville de Cadix pour rendre justice. Là, une nuit, il reçoit un rêve déconcertant :

 

Il rêve qu’il viole sa mère.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 Ce rêve lui trouble l’esprit. Il le raconte autour de lui. Pour lui, le rêve est l’expression de la volonté divine. Il se rend  au temple et demande aux prêtres - interprètes de rêves, appelés aussi devins, de lui expliquer cette image qu’il ne comprend pas.

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

Les interprètes de rêves lui disent alors qu’il violera Rome, sa mère patrie, en lui imposant sa volonté malgré ses résistances. Et plus encore, ils « déclarent que ce rêve lui annonce l’empire du monde, cette mère qu’il a vue soumise à lui, n’étant autre que la terre notre mère commune ». Ce sont là les paroles des interprètes, rapportées par Suétone.

 

Que se passe-t-il alors ?

 

Le lendemain de son rêve, Jules César passe près du temple d’Hercule

et voit la statue d’Alexandre ( 356-323 avant J.-C.), qui, déjà à 30 ans, deux cents ans plus tôt, avait conquis le monde jusqu’à l’Inde. 

César admire ce grand conquérant, et, raconte Suétone, on entend César pousser « un profond soupir : il déplore son inaction, et se reproche de n'avoir encore rien fait de mémorable à un âge où Alexandre a déjà conquis l’univers ».

Son rêve et l’interprétation donnée par les interprètes ne lui quittent pas l’esprit et lui donnent de grandes espérances, comme le souligne Suétone.  Sur le champ, « César demande son congé, afin de revenir à Rome pour saisir le plus tôt possible les occasions de se mettre en valeur. »

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 Ainsi il apparaît justifié de penser que ce rêve a fait comprendre à Jules César qu’il deviendrait le maître du monde. Et il n’a plus tarder à faire en sorte que cette réalité symbolique virtuelle se concrétise dans le monde de la matière.

L’interprétation donnée à César s’est révélée exacte. César a bien imposé son pouvoir sur Rome, sa mère patrie et établi son empire sur toute la terre d’alors, notre mère à tous.  

Un tout petit rêve a lancé ce général mythique dans une vie grandiose, nous verrons la prochaine fois comment un rêve est venu y mettre fin.

 

 

rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,rêve conseiller militaire,rêve de jules césar,rêve de violer sa mère

 

 

Illustrations

Je remercie les artistes dont les œuvres, tableaux ou photos, m’ont permis d’illustrer mon blog.

Buste de Jules César

Portrait de Sylvia style Fayoum : americanartistinrome.com

César, affiche du film avec l'acteur Marlo Brando dans le rôle de César

Jupiter sur son trône : amelioraction.ca

Sylla : couverture du livre de françois Hinard aux éditions Fayard

Crucifiés : prince-et-puissance.skyrock.com

Cavalier : Steve Reeves, domvog51.fr

felle étendue : b4.mg.v4.skyrock.com

Portrait de Fayoum

Buste de Jules César : sceenrant.com

 

 



 

 

24/08/2011

ALEXANDRE ET LE GRAND PRÊTRE JADDUS A JERUSALEM (3)

 

Nous avons vu la dernière fois (08 août 2011) comment Alexandre le Grand, grâce au jeu de mots de son rêve, s’est senti encouragé à poursuivre le siège de la ville de Tyr qu’il essayait vainement de soumettre depuis plusieurs mois.

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

 

Ce jeu de mot est resté en exemple célèbre dans les Annales des rêves. Le jeune roi dans son rêve avait vu un satyre, en grec «  satyros ». Son interprète de rêve, qui restait à ses côtés dans ses conquêtes militaires, lui avait expliqué que « satyros » pouvait s’entendre en fait «  Tyr est à toi ». Alexandre avait donc déduit que son rêve lui promettait la victoire. En effet il se rendit maître de Tyr peu après.

 Ce n’était pas la première fois qu’Alexandre écoutait ses rêves. Nous allons voir aujourd’hui ce qu’il en dit lui-même, dans le récit qui va suivre.

 Tyr conquise, Alexandre s’avance vers Gaza, dont il s’empare au bout de deux mois.

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem          

Puis il se hâte de monter vers Jérusalem. 

 rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem   

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

A cette nouvelle Jaddus, le grand-prêtre des Juifs, est rempli d’angoisse.

Avec le peuple il prie et demande à Dieu d’écarter les dangers qui menacent, et il offre un sacrifice.

 Pendant qu’il se repose après le sacrifice, voilà qu’il rêve :

Dieu lui apparaît, lui recommande d’avoir confiance, et lui indique toute une mise en scène pour accueillir conquérant.

Les portes doivent être ouvertes,  la ville doit être ornée de fleurs, le peuple et les prêtres doivent s’habiller de blanc ; les prêtres avec Jaddus doivent également revêtir leurs ornements sacerdotaux. Dans ce grand apparat ils iront à la rencontre d’Alexandre sans redouter aucun mal, Dieu les protégera.

Jaddus à son réveil se réjouit vivement et rapporte à tous la vision qu’il vient d’avoir. Tout Jérusalem se prépare alors, comme indiqué, à l’arrivée du roi.

Jaddus sort alors en un cortège spectaculaire, digne de ses fonctions sacrées.Entouré des prêtres et de la foule, il s’avance à la rencontre d’Alexandre.

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

Les Phéniciens et les Chaldéens, ennemis des Juifs, accompagnent le grand guerrier ; ils espèrent bien qu’Alexandre va ordonner de piller la ville et de faire périr le grand-prêtre d’une mort cruelle. 

 

 rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem 

Mais voilà que les choses se passent autrement :

 

Le conquérant s’approche de la ville et découvre un spectacle inouï :

Il voit de loin cette foule en vêtements blancs, les prêtres en tête, dans leurs robes de lin blanc, il distingue le grand-prêtre dans son costume couleur d’hyacinthe, tissé d’or. Il voit briller au soleil sa tiare, surmontée de la lame d’or sur laquelle est inscrit le nom de Dieu.

Alors, Alexandre le Grand s’avance, seul, se prosterne et, le premier, salue le grand-prêtre.

Tous les Juifs, d’une seule voix, saluent Alexandre et l’entourent.

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

 

 Les rois de Syrie et les autres sont frappés de stupeur. Ils se disent que le roi a perdu l’esprit.

Le grand général Parménion, s’approche seul d’Alexandre et lui demande pourquoi, alors que tous les autres s’inclinent devant lui, lui-même s’incline devant le grand-prêtre des Juifs.

 

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

 

«- Je ne me suis pas prosterné devant lui répond Alexandre, je me suis prosterné devant le Dieu, dont il a l’honneur d’être le grand-prêtre. »

 

Et Alexandre raconte :

«  Un jour, à Dion en Macédoine, je réfléchissais comment je pourrais m’emparer de l’Asie.  J’ai vu alors en rêve cet homme, dans le costume qu’il porte à présent.

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

 

Dans mon rêve, il me conseilla de ne pas tarder et de me mettre en marche avec confiance : lui-même conduirait mon armée et me livrerait l’empire des Perses.

Maintenant que je vois cet homme aujourd’hui, habillé comme je n’ai jamais vu personne, je me rappelle son apparition dans mon rêve et le conseil qu’il m’a donné. Je pense que c’est une inspiration divine qui a décidé mon expédition.

Je vaincrai donc Darius, briserai la puissance des Perses et mènerai à bien tous les projets que j’ai dans l’esprit. »

 rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

   rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem 

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

 

Alexandre se tourne alors vers Jaddus, lui serre la main, et, entouré de la foule et des prêtres se dirige vers la ville.

Là, montant au Temple, il offre un sacrifice à Dieu en  suivant les instructions du grand prêtre et lui donne de grandes marques d’honneur.

 

Puis Alexandre poursuit ses conquêtes jusqu’en Inde. En revenant, il meurt à Babylone à 33 ans, emporté par une fièvre foudroyante.

Son corps repose dans son sarcophage à Istanbul.

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

Commentaire

Ce récit présente une expérience surprenante : deux personnes qui ne se connaissent pas, Alexandre et Jaddus, reçoivent chacun de leur côté un rêve qui les prépare à se rencontrer pour réaliser les actions prévues par le rêve.

Il faut bien souligner que cette expérience n’est ni inventée ni unique.

Les Anciens étaient fort vigilants et plusieurs témoignages rapportent les mêmes faits.

- Dans la Bible nous avons vu comment le rêve, la même nuit, apparaît à deux personnes différentes et prépare la bataille qui va avoir lieu le lendemain : à Gédéon le rêve assure la victoire, il annonce la défaite au soldat madianite.

- Dans le Nouveau Testament, dans les Actes des Apôtres, les premiers chrétiens, racontent comment ils ont reçu chacun de leur côté un rêve qui les guide les uns vers les autres, comme l’apôtre Pierre et le centurion Cornelius.

- Apulée, dans son livre « L’âne d’or » relate la même expérience entre le prêtre d’Isis et lui-même.

On peut alors à juste titre s’interroger sur cette puissance qui se manifeste dans les rêves, qui, donnant aux humains des instructions organisées, parfois des années à l’avance, gouverne et synchronise leurs activités. Qui donc préside ainsi aux destinées des humains et des nations ?

 

rêves, interprétation des rêves,christiane-riedel,rêves synchronisés,rêve d'alexandre,rêve de jaddus,jerusalem

 

 

Sources

Mon étude est écrite d’après le récit de l’historien Flavius Josèphe dans son livre «  Antiquités judaïques » ch.11.

 

Bibliographie

La Bible, au  livre des Juges, ch. 7,  v. 13.

La Bible, Actes des Apôtres, ch. 8, v. 26-40 ; ch.10, v 1-48, et ch.11,v.1-18.

L’Ane d’Or, Marie Louise von Franz, La Fontaine de Pierre, p. 234-235 ; p.243

 

 

Illustrations

Alexandre à cheval : forum.oujdacity.net

Tête d’Alexandre : a525g.com

Visages : alexandre-le-grand.com

Visage : Spartacus : elle.fr

Alexandre devant le grand prêtre Jaddus : Jacopo Amigoni, 1675-1752 : thearttribune.com

Alexandre devant le grand prêtre: manuscrit de la Bible, 16ème siècle

Darius et Alexandre : larousse.fr

Alexandre : Spartacus : elle.fr

La Nuit, de l’artiste allemand Friedrich Schinkel,18ème siècle

11/05/2011

1 LA NUIT PORTE CONSEIL OU L'INSPIRATION DE GEDEON

Chers amis blogueuses et blogueurs.

 

Voici bientôt un mois que je n’ai rien écrit pour mon blog français, et pourtant, je n’ai pas arrêté. J’ai en effet donné deux conférences au mois d’avril. L’une à Montluçon  « Les rêves et les phantasmes » a été demandée par les étudiants à l’ IUT.

cercle st jerome.jpg

L’autre « Les Rêves et Saint Jérôme » a eu lieu à Paris au « Cercle St Jérôme », formé par les interprètes de langues dont Jérôme est le saint patron.

 

La durée des conférences devait être assez brève. Même si je connais parfaitement le sujet, il m’a fallu raccourcir mon intervention et en fait recomposer chacune de ces conférences, et chacun des diaporamas.

J’écris aussi pour le blog anglais que je tiens grâce à Judith, ma traductrice canadienne. Et quand il y a tour à tour des problèmes d’informatique de son côté ou du mien, vous comprenez que plus rien n’avance !

Malgré les obstacles tout cela me passionne mais c’est aussi beaucoup de travail.

 

 

545489920514948_p[1].jpg

 Aujourd’hui enfin, j’ai le plaisir de vous retrouver et j’ai envie de vous faire découvrir un peu plus les rêves de nos ancêtres dans l’Antiquité. Comme je l’ai fait au début de cette année, je continuerai à vous raconter ces rêves d’autrefois en les comparant avec des rêves d’aujourd’hui, vous montrant ainsi que les Rêves jouent toujours le même rôle à travers les millénaires.

Cette fois ci j’ai choisi les rêves de chefs militaires. Et voici l’aventure de Gédéon. Gédéon vécut environ vers 1100 av J.C. et son histoire nous est rapportée dans la Bible au  livre des Juges, ch. 7,  v. 13.

 

gedeon.JPG

 

Gédéon est en guerre contre les Madianites, des pillards qui dévastent la contrée. imagesCA0IRK58.jpg

 

Ils ravagent les récoltes et tuent le bétail. Gédéon se prépare à la bataille et est fort inquiet car les Madianites sont bien plus forts en nombre.

 

C’est alors que pendant la nuit, l’Eternel lui parle et lui promet la victoire.

Voici ce qu’on peut lire dans la Bible :

- Lève-toi, dit l’Eternel, descends au camp des Madianites, car je l’ai livré entre tes mains.

Et il ajoute :

Tu écouteras ce que les Madianites diront et tu en seras réconforté. »

Gédéon descendit donc jusqu’aux extrémités des avant-postes du camp. En s’approchant, il entendit parler un soldat ennemi. Le soldat racontait à son camarade un rêve qu’il venait d’avoir.

- J’ai eu un rêve, disait-il, et voici, une galette de pain d’orge roulait dans le camp de Madian. Elle est venu heurter la tente et l’a retournée sans dessus-dessous.

Son camarade lui répondit :

Ce ne peut être que l’épée de Gédéon. Dieu a livré entre ses mains Madian et tout le camp.

Quand il eut entendu le récit du rêve et son explication, Gédéon se prosterna, revint au camp d’Israël, et dit :

- Levez-vous, car l’Eternel a livré entre vos mains le camp de Madian. »

 

gideon[1].jpg

 

 C’est là le récit étonnant d’une coïncidence entre deux rêves :

- d’un côté le rêve de Gédéon, à qui Dieu vient de promettre la victoire

- et de l’autre le rêve d’un soldat ennemi, qui lui annonce la défaite de son camp.

Il existe plusieurs témoignages antiques de ces coïncidence entre les rêves de deux rêveurs différents, et j’aborderai ultérieurement ce sujet très intéressant.

Mais ne nous éloignons pas de notre sujet. Dans tout ce récit, un détail intrigue :

Que signifie cette galette de pain d’orge ? Pour le soldat madianite, l’image ne présente aucune énigme, il en comprend immédiatement le sens. Pourquoi interprète-t-il la galette comme désignant l’épée ? Ne serai-ce pas un jeu de mots, comme le rêve le fait souvent ? En effet, selon mes recherches, la galette de pain d’orge se dirait « lekhem » et le mot « épée » est lié à la racine « lkhm », qui voudrait dire combat.

Je vous donne cette hypothèse sous toute réserve. Elle me semble tout à fait plausible.

 

Pour confirmer mon affirmation, je vous raconterai la prochaine fois l’histoire d’un autre jeu de mots dans le rêve d’ un chef militaire prestigieux.

 

 

zpage042[1].jpg 

Illustrations

Conférence au Cercle St Jérôme dans le cadre du restaurant « La maison grecque » à Paris

Soldats assyriens : cliolamuse.com

Gédéon : foto.cx.cc

Gédéon mettant le feu au camp des Madianites : foto.cx.cc

23/12/2010

IL N'Y A PAS QUE JOSEPH QUI RÊVE...

 

Il n’y pas que Joseph qui rêve…

 

En ces temps de Noël, on se rappelle souvent les récits dans la Bible. J’aimerais regarder avec vous ce que l’Evangile de Mathieu raconte au sujet de Joseph et de son rêve, avant la naissance de l’enfant Jésus.

Dans l’évangile selon Mathieu, au chapitre 1, verset 18 et 19, on lit :

« Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus Christ.

Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte par la vertu du Saint-Esprit, avant qu’ils eussent habité ensemble.

  

 

Annonciation2.jpg

Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de l’éloigner secrètement.

 

Comme il y pensait, il reçut un rêve :

 

Rêve

Voici un ange du Seigneur lui apparut en rêve et dit :

Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit.

le-songe-de-Saint-Joseph-par-Hermann-Eisenmenger.jpg

 

Ainsi, dans la nuit l’ange apparaît en rêve, il vient indiquer l’attitude à adopter. Grâce à ce rêve, Joseph garde la jeune femme avec lui et la prend sous son toit, assumant ainsi, en homme de bien, l’éventuelle désapprobation de l’entourage.

art-ou-histoire-qui-croire,M25298[1].jpg

 

C’est là une belle histoire, mais les rêves ou songes sont pour de saints personnages bibliques, et pas pour nous.

Pas tout à fait ! Pas vraiment !

J’ai envie de vous raconter maintenant un rêve qui vient encore de nos jours jouer le rôle de conseiller conjugal. C’est Adeline qui l’a reçu il y a quelques années.

Circonstances du rêve.

Adeline et Romain vivent depuis plusieurs années ensemble. Ils ont un petit garçon dont ils s’occupent avec amour. Mais la vie réserve bien des surprises et Romain vient de délaisser son foyer pour aller s’installer chez « une copine ». Adeline, révoltée, ne décolère pas. Et, quand Romain passe à l’appartement pour chercher du linge ou autres affaires, Adeline lui fait des scènes et déchaîne sa fureur.

Romain.jpg  fureur 3.jpg                        angry-woman[1].jpg

   

 

 

 

Elle reçoit alors ce rêve qu’elle me confie :

Rêve

Je suis en voiture et descends une pente très raide. Je mets mon frein à main qui tient un moment puis lâche. La voiture glisse régulièrement sans que je puisse la retenir.

En bas je vois une femme avec un landau.

 

Interprétation

Voilà ce que j’appelle un scénario catastrophe ! Voyons un peu :

 

Je descends en voiture une pente très inclinée

La voiture représente une façon mécanique d’avancer sur des voies toutes faites. Adeline en ce moment se comporte comme beaucoup dans sa situation : elle éprouve un fort penchant, elle est fortement encline à exprimer sa colère.

 

Je mets mon frein à main qui tient un moment puis lâche

L’image décrit l’attitude de la compagne trahie : dans un premier temps, elle a fait des efforts pour se freiner, ne pas montrer sa souffrance, ne pas donner libre cours à sa colère.

cote.jpg  frein qui lachent 2.jpg 

  freins qui lachent.jpg           

 

 

La voiture glisse régulièrement sans que je puisse la retenir

Le rêve indique maintenant comment la situation peut empirer : dans un deuxième temps, elle n’arrive plus à se maîtriser, elle se laisse emporter.

L’image suivante est à regarder alors avec grande attention :

 

En bas je vois une femme avec un landau

Il s’agit là d’une maman avec son bébé.

Pourquoi le rêve donne-t-il cette image ? Que veut-elle dire ?

Ne serait-ce pas l’indication d’un avenir potentiel ? Serait-il possible qu’Adeline et Romain aient un autre enfant plus tard ?

Que va-t-il se passer si Adeline ne se refrène pas ? La voiture va dévaler la pente jusqu’en bas et écraser la maman avec le landau.

maman landau.jpg 

 Quel est alors le message du rêve ?

Il conseille à la jeune femme de faire bon visage et d’accueillir Romain calmement quand il passe. Les scènes qu’elle lui fait en ce moment risque de le faire fuir définitivement, alors qu’un bébé est promis à leur petite famille.

Et Adeline a suivi le conseil de son rêve.  Romain est revenu quelques temps après. La vie en famille a repris.

 

Rêve

Et puis, une nuit, Adeline a vu un petit canard dans son rêve, qui s’annonçait avec un joyeux « coin coin ! »

Et Renaud est venu dans ce monde.

mari joseph 2.jpg  Stochenwiege_echarpe_bio_abricot[1].jpg 

 maman poussette.jpg   

 

 

 

 

 

Voilà aujourd’hui un rêve bien prosaïque apparemment. En fait, avec des images quotidiennes et banales, le rêve vient jouer avec Adeline le même rôle qu’avec Joseph.

Il conseille de choisir l’attitude qui sauve le couple. Et pourquoi ? Mais c’est pour assurer la vie d’un couple et la vie d’un enfant à venir.

Oui, le rêve est bien le gardien de la vie.

1853503535_small_1[1].jpg

 

 

Adeline vient de vérifier mon récit, avant que je ne le dépose sur mon blog. Au souvenir de ses rêves elle m’a dit :

« Peut-être l'annonciation existe t-elle pour chaque femme qui va être mère mais que nous ne le remarquons pas ? »
Je vous laisse sur cette considération d’une profonde sensibilité, qui nous invite à accorder toujours plus d’attention à nos rêves.

 

annonciation-collier[1].jpg

 

En cette fin d’année, je vous souhaite de Joyeuses Fêtes de Noël et une Bonne Année 2010 !

Que vos rêves vous accompagnent et vous gardent !

Voilà ce que je vous souhaite aussi de tout cœur !

Christiane

 

Illustrations

Je remercie les artistes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.

Annonciation, de Fra Angelico

Le songe de Joseph, du peintre allemand contemporain Hermann Eisenmenger

Visite de Marie à sa famille :http://images-telerama.fr

Romain et Adeline : www.ladepeche.fr

Fureur : tele.tvmag.com

En colère : http://uglysally.com

Côte : pascal.kanalblog.net

Freins qui lâchent 1 : www.dailymotion

Freins qui lâchent 2 : www.canuvoxx.com

Maman qui pousse le landau 1 : l’actrice Julia Roberts, www.gala.fr

Maman qui porte son bébé : http://escalenature.fr

Maman qui pousse son landau 2 : magma.romandie.com

Le petit canard a grandi : http://75.img.v4.skyrock.net

Annonciation :http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com

 

07/03/2010

LE CHRIST BLESSE

 

LE CHRIST BLESSE

Le mois dernier, nous avons vu deux rêves qui montrent à deux rêveuses que la vie spirituelle, qu'elles prétendent mener l'une comme l'autre, les écarte en fait de leur véritable réalisation, de leur destin de femme sur la terre.

Jung en a parlé à nombreuses reprises.

Etienne Perrot a eu lui aussi à interpréter des rêves qui donnent le même conseil. 

A mon tour, j'ai reçu des rêveurs et des rêveuses auxquels le rêve indiquait que la voie bouddhiste, telle qu'ils la suivaient, n'était pas celle qui leur convenait.

A mon grand plaisir, Gayle Delaney, après avoir lu « L'éléphant blanc », est venue dernièrement sur mon blog confirmer cette constatation,. 

 

« Brava, Christiane!
Cette description du rêve et du commentaire qu'il fait sur un problème récurrent est très, très bien fait. Ca va sans dire quel plaisir ton beau français me donne en te lisant.
Et tu as bien raison qu' il est commun pour certains adeptes des disciplines spirituelles, qui visent à la perfection, de rêver qu'ils essaient d'échapper à la vie émotive, à leur péril. En 35 ans de ma carrière de travail avec les rêves, j'ai rencontré pas mal de ces rêveurs, souvent chez les personnes fort connues dans leurs disciplines spirituelles.

 Merci, Christiane!
Gaëlle »

Ecrit par : Gayle (Gaëlle) Delaney | 06.02.2010

jung1_0001.jpg perrot.JPG

 Gayle et moi 2.JPG   

 

 

Ainsi les expériences de plusieurs interprètes de rêves, depuis maintenant un siècle, se conjuguent et attestent qu'actuellement, la voie de nos contemporains occidentaux, pour trouver le divin, n'est pas d'échapper mais au contraire d'adhérer aux contraintes de la vie terrestre, de porter la lourdeur de l'incarnation, de respecter  la vie du corps, d'accueillir les émotions positives aussi bien que négatives, celles de l'amour ou de la colère, celles de la vie amoureuse, celles du plaisir comme de la souffrance, au lieu de tenter de choisir les unes et d'exclure les autres.

La voie bouddhiste suivie en Occident est-elle d'ailleurs vraiment celle de l'esprit du Bouddha ?

 

Et qu'en est-t-il du christianisme ?

Peut-on prétendre que cette voie spirituelle soit plus juste que la voie bouddhiste, telle qu'elle est comprise par les Occidentaux ?

christus-und-buddha.jpg

Je n'ai aucune compétence à prétendre à toute affirmation générale. La seule chose que je puisse faire, c'est de vous raconter des rêves qui en parlent. Voici donc aujourd'hui le rêve étonnant d'une fillette.

 

Rêve : J'ai su ce que c'était que l'amour

C'est un rêve étrange. Je ne sais pas l'endroit.

Un homme apparaît, il boite, il se traîne.

Je sais que cet homme est blessé. C'est le Christ.

Deux compagnons sont avec lui, ce sont les compagnons d'Emmaüs.

Les compagnons se mettent chacun d'un côté du Christ, l'un place le bras gauche du Christ sur ses épaules, l'autre le bras droit. Le Christ peut ainsi poser son poids sur les épaules de ces deux hommes et avancer, ainsi porté, ainsi soutenu.

Le Christ a été blessé lors d'un match de football, il a reçu un coup de pied dans la jambe.

Je le vois avancer vers moi. Je sais que j'aurai à l'aider.

Je le regarde et je vois son visage d'homme souffrant.

Il me regarde et nos yeux se rencontrent, et il me fixe de ses yeux bleus, profonds, intenses,... l'amour m'enveloppe,...

m'envahit,... me pénètre jusqu'à la moelle, tout mon être vibre et brûle. C'est indescriptible.

J'ai su alors ce que c'était que l'amour.

oiseau-de-feu.jpg

 

Viviane, toute jeune, a vécu une expérience mystique qui la marquera pour toute sa vie. Comment encore prétendre, devant le récit de cette expérience, que le rêve n'est pas la voie royale où l'âme et le divin entrent en communication ?

 

Passons à l'interprétation.

 

Un homme apparaît, il boîte, il se traîne. Cet homme est blessé.

Cet homme, dans le rêve de la petite fille, désigne sa force masculine, que Jung a appelée l'animus. L'image de l'homme, chez la femme, symbolise le principe masculin, qui pense, crée, organise, construit. Il déploie son énergie dans la matière pour la transformer et réaliser son projet. C'est le principe directeur, qui sous-tend toute pensée, tout choix, toute décision, toute action. Ce principe directeur est formé sous l'influence des idées et des opinions régnantes dans la famille et dans l'entourage.

Le rêve indique d'emblée que ce dynamisme est blessé, dans le milieu environnant religieux, culturel et par voie de conséquence, dans la fillette également.

 

Le Christ

La fillette sait très bien qui est le Christ. Il est le fils de Dieu, de ce dieu dont il dit : « Dieu est Amour ». Or, que montre le rêve ? Le fils du dieu d'amour est blessé. Qu'en déduire d'autre, sinon que la manifestation divine de l'amour est blessée ?

 

Le Christ a été blessé dans un match de football

La fillette connaît vaguement ce jeu. Elle sait que les hommes aiment beaucoup y jouer. Divisés en deux équipes adverses, les joueurs courent et cherchent à envoyer un ballon avec le pied dans le but de l'adversaire. L'équipe qui marque le plus de buts a gagné.

 ballon de foot.jpg

 match.jpg      

 football_ballon_but__11703b.jpg

Le ballon

Ce ballon, le rond, le cercle, la boule sont des symboles de la totalité, de la divinité. Ce ballon est fabriqué. Il désigne une représentation élaborée, une conception humaine du divin.

 

Le match de foot

Cette rencontre évoque les échanges, les disputes qui ont lieu entre les adversaires, pour faire triompher leur équipe.

L'image décrit ainsi la façon dont l'esprit masculin intellectuel s'est battu pour arriver à imposer une conception de la divinité plutôt qu'une autre. Cette image fait allusion aux disputes, aux guerres, qui au cours des siècles ont opposé les théologiens et les partis religieux. A coups de livres, de discours, d'arguments, lors de séminaires, de colloques, de congrès, de conciles, ils se sont acharnés à vouloir imposer un dogme ou une conception du divin et à condamner l'autre, à coups d' excommunications.

COUNCIL_OF_NICEA.jpg Concile Nicaea_icon.jpg

excommunication.jpg            

 

Au cours d'un de ces matchs, le Christ a reçu un coup de pied dans la jambe

 coup-de-pied.jpg

  coupet-tibia-fracture_galleryphoto_paysage_std.jpg

 

Pour tenir debout, l'humain a besoin de ses deux jambes, la droite et la gauche qui maintiennent l'équilibre entre les contraires. Et le rêve montre que le dynamisme intérieur qui permettra à cette fillette de s'affirmer sur la terre a été cassé.

Mais, je le rappelle, le scénario ne décrit pas seulement du cas de Viviane. Le rêve parle de façon générale de la représentation régnante, dans laquelle l'enfant grandit.

Lors d'échanges, la lutte a porté un coup à l'image du dieu vivant parmi les hommes. La manifestation du dieu d'amour a été atteinte, cassée, mutilée. L'image du divin a perdu sa validité. Elle ne tient plus debout, elle ne tient pas la route. Elle est boiteuse, bancale. Son efficacité comme principe spirituel directeur s'en trouve affaiblie, handicapée, et beaucoup restreinte.

 

L'image suivante va montrer comment porter l'image divine, pour lui rendre son efficacité.

Deux compagnons sont avec le Christ, ce sont les pèlerins d'Emmaüs. Les compagnons se mettent chacun d'un côté, l'un place le bras gauche du Christ sur ses épaules, l'autre le bras droit. Le Christ peut ainsi poser son poids sur les épaules de ces deux hommes et avancer, ainsi porté, ainsi soutenu.

Ceux qui portent le Christ et l'aident à avancer lui offrent, à droite et à gauche, un soutien qui remplace celui des jambes handicapées.

 

Mais quel est donc cet équilibre perdu entre la droite et la gauche ? C'est l'équilibre entre tous les contraires, et  par exemple : le conscient et l'inconscient, l'esprit et le corps, le bien et le mal, le positif et le négatif, le masculin et le féminin, le rationnel et l'irrationnel, le blanc et le noir, la vie et la mort, et tous les contraires qui caractérisent la vie sur la terre.

Cet équilibre est rétabli par les pèlerins d'Emmaüs

 

Les pèlerins d'Emmaüs ?

Ces deux hommes se rendaient au village d'Emmaüs, parlant avec chagrin de la mort du Christ qui venait d'être crucifié. Un compagnon de route se joignit à eux et ils l'invitèrent à passer la nuit chez eux.

A table, l'homme prit du pain, il rendit grâce, rompit le pain et le leur donna.

 

pèlerins.jpg

 

Alors les deux compagnons reconnurent le Christ, qui disparut. Ils allèrent immédiatement retrouver les apôtres pour témoigner et dire : «  Le Christ est vivant, il était présent avec nous au dîner».

 

Pourquoi le rêve choisit-il ces pèlerins d'Emmaüs ?

J'ai longuement réfléchi à cette image, depuis que Viviane m'en a parlé.

Je pense qu'une interprétation n'est pas à exclure, celle que nous donne la langue des oiseaux. Je sais qu'elle va en faire bondir certains, mais je resterai fidèle d'abord au rêve et ensuite à ma démarche logique, méthodique, consciencieuse, quitte à choquer. Mais ce n'est pas moi qui choque, c'est le rêve. Je ne suis que la traductrice.

Ecoutons donc :

 

Emmaüs.

On entend d'abord « em », ...aime

Ma ? Ema, aima...?

Maüs ?....

Ces dernières sonorités ne donnent rien. Continuons à écouter les syllabes.

Aüs ? ...ha..üss... ?

Haïsse, haïssent !

Voilà, ces deux hommes sont ceux qui sont capables d'aimer et de haïr. Ce sont ceux là qui peuvent soutenir ce dynamisme défaillant du dieu d'amour chez la fillette et dans son entourage.

 

Oh la la ! Quel message ! Quel paradoxe !

Amour, soit, mais haine ? Comment peut-on haïr ?

Peut être convient-il de s'interroger quelque peu sur le sens de ces deux mots ? Voici ce qu'on peut lire par exemple dans le dictionnaire Lafaye de 1858 :

« Haine est le mot général, le nom propre de la passion excitée dans l'âme contre ce qui la blesse ou lui fait peine, comme amour est le nom de la passion produite en nous par ce qui nous agrée. »

Haïr, c'est l'instinct vital qui permet de se défendre contre ce qui fait mal, la colère qui réagit contre ce qui semble inacceptable.

Mais qu'est-ce que l'amour sans la haine ? Une valeur ne peut exister que par son contraire. Aimer et haïr, voilà deux valeurs qui s'opposent mais aussi, qui s'équilibrent et se complètent. S'ouvrir à l'autre, oui, mais aussi savoir marquer la limite.

 

caducee_feu.jpg

 

Terminons l'étude de ce rêve :

Je sais que j'aurai à l'aider

Il est montré à Viviane que la manifestation divine de l'amour est handicapée, parce qu'il lui manque la haine, son aspect opposé et complémentaire. La fillette, puis la femme va avoir alors à travailler sur elle, pour soigner ce dynamisme blessé dans l'âme, rétablir l'équilibre entre les opposés dans l'image divine, lui redonner sa totalité. Elle sera amenée à comprendre et faire comprendre que le divin est une puissance paradoxale dans l'âme, qui demande à l'humain d'apprendre à concilier les contraires.

La suite du rêve amène l'enfant dans une expérience extatique qu'elle n'oubliera jamais ; ce rêve lui donnera la force intérieure pour contribuer à élargir les conceptions régnantes, à corriger la représentation bancale de la divinité, lui redonner sa puissance originelle, sa dimension paradoxale.

 

Conclusion

Que l'on considère les rêve de Diva avec l'éléphant blanc, de Morgane avec la mort du Dalaï Lama, le rêve de Viviane avec le Christ blessé, on constate que la vie spirituelle de ces femmes occidentales n'est pas valable. La conception du divin, quelle que soit la religion pratiquée est insuffisante, unilatérale, boiteuse. L'inconscient le sait, le montre dans le rêve et vient conseiller, demander de rétablir l'équilibre manquant, car il y va de la vitalité non seulement de la rêveuse, mais de son entourage.

La représentation valide du divin est perdue et comme l'a dit Jung, « un peuple qui perd ses dieux est un peuple qui meurt ».

 

regard 2.JPG

 

Illustrations

Carl Gustav Jung

Etienne Perrot

Gayle Delaney et Christiane Riedel

Christ et Bouddha, 1890, du peintre français Paul Elie Ranson

Oiseau de feu : http://pensamientocritico.files- wordpress.com

Ballon de foot : http://28.img.v4.skyrock.net

Match : http://blogimages.skynet.be

Ballon dans le but : http://eag-tv.com

Concile de Nicée

Concile de Nicée

Excommunication

Coup de pied dans le tibia : http://photo.parismatch.com

Gregory Coupet du club Paris Saint Germain a pris un coup de pied qui lui a fracturé le tibia : http://4bp.blogspot.com

Les pèlerins d'Emmaüs, 1628, par le peintre hollandais Rembrandt

Caducée de feu : http://www.teaser.fr

Yeux bleus : Roméo Sarfati; http://static1.purepeople.com

 


 

08/01/2010

UN MYTHE GENERAL : ET LE DIEU FECONDA LA FEMME

sainte%20vierge.jpg
Je vous ai parlé dernièrement en ce temps de Noël de l'annonce faite à Marie. C'est là le mythe de la religion chrétienne.

Dans une vision, qui est un rêve à l'état de veille, Marie voit l'ange Gabriel lui apparaître et lui dire :

«  Le Saint Esprit viendra sur toi et la puissance du Très haut te couvrira de son ombre. » Le divin a « couvert » une humaine pour engendrer un être humain, Fils de Dieu, le Christ qui est à l'origine de la religion chrétienne. 

Dans ma dernière étude je vous ai indiqué la signification symbolique de cet événement, toujours vivant dans l'âme aujourd'hui : l'être humain, dans sa vie intérieure, se sent « pénétré », investi, habité par une présence qui le dépasse.

Vous n'ignorez pas, par ailleurs, la mythologie gréco-romaine et les amours célèbres des dieux et des humaines, des déesses et des humains. Le monde méditerranéen antique connaissait déjà, bien avant notre ère, cette rencontre entre le divin et l'humain. Les exemples sont multiples :

Ainsi, parmi d'autres avatars, Jupiter prit la forme d'un taureau blanc pour conquérir Europe. Pour séduire Léda, il choisit d'apparaître sous la forme d'un cygne blanc. Il féconda la vierge Danaé en tombant sur elle en pluie d'or. Les enfants qui naquirent de ces unions furent les demi-dieux, les héros civilisateurs de la mythologie grecque.

 

leda.jpg

Et le même mythe existe également en Orient. Les Hindous, en effet, et la religion bouddhiste font eux aussi remonter la naissance de celui qui fonda leur religion à une intervention divine, qui apparut là aussi sous la forme d'un animal, et là aussi d'un animal blanc.

Cette visite sacrée eut lieu dans un rêve.

Ce sera mon sujet d'aujourd'hui.

 

Dans les textes fondateurs, la philosophie indienne accorde la plus haute valeur spirituelle aux rêves.

Un texte dans le Raja Yoga explique :

« Quelquefois un homme rêve que des anges sont venus à lui et lui ont parlé, qu'il est entré dans un état d'extase, entendant la musique des sphères et sentant un bonheur suprême. Considérez ce rêve comme une réalité et méditez dessus. »

 yoga sutra jina.jpg

   vishnunarayan2.jpg     

 

Ces textes, comme ceux de la Bible et d'autres traditions, affirment que le rêve est le moment où les forces divines entrent en contact avec les humains et ils considèrent cette expérience comme réelle. Il n'est donc pas étonnant que le dieu lui-même intervienne dans les rêves, comme nous l'avons déjà vu. Et c'est bien ce que raconte la Reine Maya , la mère de Bouddha.

 

reine mayadevi.jpg

 

La reine Maya était mariée au roi Shuddhodana qui régnait 500 ans avant notre ère dans un petit royaume au Nord de l'Inde.

Et voici qu'une nuit elle rêva :

 

Rêve :

« Quatre puissants rois me portèrent de ma couche sur un plateau de l'Himalaya. De là, quatre reines me portèrent au lac d'Anotatta.

 photo-chaine-himalaya.jpg

    foret-de-rhododendrons-au-nepal.jpg               

 

Je fus baignée, ointe de baumes odorants et couverte de fleurs parfumées.

 masage.jpg

 massage.jpg      

 massage 3.jpg

 Puis on me déposa sur un lit dans le palais sur la montagne d'argent tournée vers l'est.

 

 

 

Venant de la montagne d'or, venant du nord, un éléphant blanc s'avança alors vers la montagne d'argent. Sa trompe était comme une corde d'argent et il y tenait une fleur de lotus.

elephant 2.jpg

 Il entra dans le palais d'or au son éclatant des trompettes, fit trois fois le tour de mon lit, pénétra par mon flanc droit et s'allongea dans mon giron. »

elephant x.JPG

 

Maya se réveilla dans une grande agitation et raconta son rêve à son royal époux qui fit venir les Brahmanes. Ceux-ci expliquèrent que  le rêve annonçait la venue d'un grand Être, qui serait soit un grand roi, soit un grand saint, un Bouddha, qui veut dire « Eveillé, Illuminé ».

Ainsi, la conception de Bouddha est décrite dans un symbolisme très semblable à celle du Christ. Maya et Marie, 500 ans plus tard, vivent la même expérience : un enfant est conçu en elles, sans l'intervention de l'homme, mais par une puissance qui dépasse l'humain. Maya est pénétrée dans le flanc droit par un éléphant blanc, Marie est couverte par l'ombre de l'Esprit Saint. Pour Maya, le rêve est sensuel, l'image est concrète, charnelle, pour Marie, l'image est plus distante, plus abstraite.

Vous voyez apparaître ici une image commune à l'humanité, que l'on retrouve partout dans l'Antiquité, de l'Est à l'Ouest. Elle exprime une réalité qui dépasse l'entendement conscient. On peut dire que ces images désignent la visite d'une PRESENCE, qu' on appelle, sous un nom abstrait dans la tradition spirituelle chrétienne, le Saint Esprit.

Ainsi, la vision intérieure de deux femmes, l'union de leur âme avec la divinité, qu'elle soit vécue dans l'état du sommeil ou de l'éveil, est présente à l'origine de la vie du Bouddha, comme du Christ, deux hommes qui déterminèrent la vie spirituelle de deux parties du monde, l'Orient et l'Occident, deux hommes à l'origine de deux grands systèmes thérapeutiques, le bouddhisme et le christianisme.

 

Considération

On voit ici, à travers 3 civilisations et sur des millénaires, se manifester sous la même image, rêve ou vision, la force venue de l'inconscient, que Jung a appelée « archétype » ; image - force qui, par intervalles, sur des siècles, à travers des êtres individuels, conduit à la naissance de nouvelles façons de penser et de vivre, transformant ainsi la culture des peuples et des nations, et ce toujours de nos jours.

 

Nous en verrons un exemple actuel la prochaine fois.

 

femme enfant.jpg

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes, dont les œuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

Vierge aux raisins de l'artiste français Pierre Mignard, 1640-1650

Léda et le Cygne : http://.insecula.com

Shiva : http://www.tantrayoganidra.com

La reine Maya : http://farm4.static.flickr.com

Massage : http://www.health-and-spa.at

Massage : http://www.harmonie-art-de-vivre.fr

Massage : http://images03.olx.com

Aux approches de l'Himalaya : http://www.sports-santé.com

Forêt de rhododendrons au Népal : http://www.sports-santé.com

Palais hindou :http://www.top.depart.com

Elephant :http://media.paperblog.fr

Elephant :http://lh6.ggpht.com

Vierge hindou à l'enfant : astromail.fr

 

06/09/2009

INITIATION

Les vacances sont terminées, les activités reprennent et c’est le moment où souvent on choisit de suivre une démarche dans l’espoir de s’instruire, se développer, et parvenir à une meilleure connaissance de soi et du monde. «  Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l’Univers et les dieux » pouvait-on lire déjà il y a 25 siècles au fronton du temple d’Apollon dans la cité oraculaire de Delphes. Pour approfondir leur étude, certains se tournent par exemple vers une école ésotérique ou une autre, et y cherchent un enseignement plus ou moins secret qui les amène à comprendre les mystères de la vie et parvenir ainsi à l’« Initiation ». C’est le cas de Ruben qui est venu me voir il y a plus de 20 ans. Je vous invite à le découvrir.

 

Ruben est un avocat de Dakar qui cherche sincèrement à vivre en relation avec le divin. Il est un membre actif dans son église, il y tient l’orgue le dimanche. Il poursuit aussi à côté des recherches ésotériques, il voudrait devenir un « Initié ».

initiation vignette-lumiere.jpg

 Cet espoir lui occupe l’esprit et son rêve, une nuit, vient lui en parler. Le voici :

 

Rêve :  D’un signe de tête il me montre la rue

Je suis dans l’entrée d’un immeuble qui donne sur la rue. Je me tiens debout, devant une porte fermée et j’attends.

 

J’attends qu’on m’ouvre. Je sais que derrière la porte a lieu la réunion d’une grande assemblée, et que c’est le jour des initiations.

Je sais que le Grand Maître de la loge est derrière cette porte et j’attends qu’on m’ouvre pour me faire participer à la cérémonie où je recevrai à mon tour l’Initiation.

assemblée maçonnique.jpg

 

 J’attends…, rien ne se passe,… j’attends… et je commence à désespérer. Je me sens rempli de peine, parce que je ne serai pas initié et resterai à l’écart du divin. Je me sens misérable.

Alors la porte s’ouvre et un homme apparaît. Il n’est pas grand, il est costaud, râblé, ventripotent. Il a des cheveux roux, il a retiré son veston et porte un gilet sur sa chemise. Son pouce est passé sous son gilet et il fume un cigare. Il  me fait penser à un homme d’affaires, un juif capitaliste américain. Il me regarde avec bonté et me demande ce que je fais là. Je lui explique mon intense désir de recevoir l’initiation, et mon désarroi de ne pas être admis. Il m’écoute avec beaucoup d’intérêt et d’attention et tout d’un coup, il secoue la tête et me dit :

-         Eh bien, non, voyez-vous, l’initiation, ce n’est pas là que vous allez la recevoir.

Et d’un signe de la tête il me montre la salle derrière la porte. Non, poursuit-il, l’initiation, c’est là que vous la recevrez, et du mouvement contraire de la tête, il m’indique la rue.

Pendant qu’il me parle avec tant de gentillesse et de sollicitude, je comprends soudain que cet homme, c’est le grand Maître, c’est Dieu.

Je me réveille, bouleversé.

 

Interprétation

Le début du rêve est très clair. La fin du rêve mérite qu’on l’étudie.

Ruben, dans son désir humble et sincère a réellement rencontré dans son rêve la dimension divine sous une image qui lui est totalement personnelle.

 

Que penser d’une image divine dans les rêves ?

On ne peut pas affirmer que le divin soit comme l’image du rêve, on ne peut rien dire du divin en mots humains. On peut seulement prendre en considération les images sous lesquelles il se présente, mais on ne peut rien dire de son être, car rien ne garantit que l’image du rêve individuel corresponde à l’être.

L’interprète de rêves ne fait pas de métaphysique. Il étudie des faits concrets, réels :  les rêves, expériences quotidiennes objectives, qui ont lieu par milliards toutes les nuits. L’interprète a pour objet une recherche qui se veut scientifique. Il constate et étudie les faits, il est empirique et n’en déduit aucune idée sur la nature des réalités ultimes, inaccessibles à l’humain.

Dans ces limites et à partir de là, il peut étudier, analyser l’image divine telle qu’elle se présente et en faire des déductions qui ne sont valables que pour le rêveur, précisons le bien encore une fois.

 

Analysons maintenant cette image du divin :

 

Un juif capitaliste

Le juif

Déjà un siècle avant J.-C. le célèbre avocat Cicéron, parlant des Juifs à Rome, admire leur esprit d’entreprise. Le juif a également la réputation d’être âpre au gain et près de ses intérêts. Il sait manier l’argent, le faire fructifier et produire de la richesse. Le peuple juif est un peuple « aurifère » et proscrit. (Victor Hugo)

Le capitaliste

Se basant sur la propriété privée des moyens de production et la liberté du commerce, il a pour but de maximiser les profits et d’accumuler des biens.

 

Un homme d’affaires américain

Comme le Juif, l’Américain a la réputation d’avoir le sens des affaires. Sa priorité est de créer de l’argent et d’en gagner en faisant des bénéfices. Il n’est pas taxé pour ses signes extérieurs de richesse, sa prospérité n’est pas montrée du doigt. Il jouit de la vie et de son argent, se paie des plaisirs coûteux, vit dans un luxe qu’il n’a pas peur d’étaler.

Businessman%20leaning%20on%20dollar%20sign.jpg 65463-andy-garcia-fume-un-bon-gros-cigare-637x0-1.jpg

                                               

L’apparence et la tenue de cet homme

Tous les détails soulignent combien cet homme est décontracté, il ne se soucie pas d’être élégant, il a retiré son veston pour être à l’aise.

 

Il est ventripotent

Il ne cache pas son ventre sous son veston, il se montre tel qu’il est, sans artifices, il mange à son gré et ne se soucie pas de plaire en gardant la ligne.

 

Bouddha.jpg

 Cette image du divin présente tout ce qui est souvent assez mal vu par les Français, marqués par les mouvements chrétiens et socialistes qui prônent le détachement personnel des richesses et des plaisirs matériels, désapprouvent le business pour la recherche de l’argent et du bénéfice, la vie dans le luxe et la décontraction.

Voilà donc une image très paradoxale du divin par rapport à l’optique traditionnelle ! Pourtant, ce n’est pas la première fois que nous rencontrons une image semblable dans les rêves : je l’ai exposée le  30 mars 08 dans le  texte : «  Il est un rêve étrange et débonnaire… » Ce rêve aussi, en 1930, présentait Dieu sous les traits d’un homme d’affaires américain, très tourné, comme notre avocat, vers l’ésotérisme. Dieu lui reprochait sa paresse dans son business.

 

Le divin homme d’affaires montre la rue comme lieu d’initiation

La rue

La rue est un lieu où chacun va et vient. La rue est un lieu de passage pour tout le monde. C’est là que se trouvent tous les magasins où l’on peut acheter ce dont on a besoin. La rue, avec ses commerces, est l’endroit des échanges par l’argent, les uns en dépensent et les autres en gagnent. C’est là que fleurit l’esprit d’entreprise capitaliste. La rue représente donc le monde extérieur, où l’on gagne et où l’on paie, ce quotidien banal qui fournit, dans les échanges et les affaires, tout le nécessaire pour vivre.

rue commerçante.jpgrue%20commercante.jpg          

 Ainsi dans ce rêve apparaît un renversement des valeurs fréquemment admises dans notre société. L’argent et les bénéfices ne sont pas condamnés, le monde des activités terrestres et des affaires a sa place dans la vie quotidienne et même, c’est justement ce niveau là qui mène à l’initiation, à la compréhension de la réalité et des lois mystérieuses de la terre.

 

Quel est le sens de ce rêve ?

Cet avocat voudrait faire partie d’une société d’hommes avec des traditions, des règles, des ordres, des savoirs, des connaissances secrètes, des exercices de contemplation, qui devraient le conduire à l’initiation. Mais non. L’initiation ne s’obtient pas ainsi selon le rêve. Le rêve invite au contraire le rêveur à se détourner de ses recherches ésotériques pour s’ouvrir à la réalité quotidienne, se plonger dans l’expérience humaine sous ses formes les plus communes : s’investir plus activement dans son métier, dans le tourbillon des affaires, oser gagner de l’argent par son travail ; entrer dans le flot de la vie avec tous ses changements ; accepter de vivre ses émotions, assumer les nécessités et les contraintes terrestres, sans chercher à s’en échapper dans des démarches mentales qui prétendent initier aux mystères de la vie.

Il est question pour cet homme de vérifier et corriger ses points de vue et sa façon de vivre, de redonner à la vie quotidienne la place prépondérante.

 

Pourquoi cet avocat a-t-il reçu cette image du divin ?

On peut se demander pourquoi le rêve choisit de présenter le divin à cet avocat sous cette image d’homme d’affaires. Sans doute est-ce parce que cet homme est de type intellectuel et contemplatif. Il vit au niveau des idées et du mental. Comme beaucoup, il confond réflexions et connaissances intellectuelles avec vie spirituelle. Le rêve vient alors compenser sa vision trop restrictive de la vie en lui montrant l’image de ce Dieu qui présente « toutes les tares », un homme d’affaires juif capitaliste américain, qui l’invite à descendre dans la rue.

Mais ce divin homme d’affaires possède également d’autres caractéristiques : Il s’intéresse personnellement à cet homme dont nul ne s’occupe, il s’est déplacé pour venir lui parler, il est bon, attentif et rempli de sollicitude. Le rêve souligne ainsi que l’on pourrait peut être bien être juif capitaliste américain, sans pour autant être dénué de qualité de cœur. On peut faire de l’argent tout en tenant compte de son entourage. Le business et l’humanité ne sont pas inconciliables.

Le rêve présente ainsi l’image paradoxale d’un homme qui a réussi à concilier des contraires.

Et c’est devant l’attitude si humaine de cet homme que le rêveur prend tout d’un coup conscience que c’est le Grand Maître qui est là devant lui, c’est Dieu.

 

Conclusion

Comme cela se produit chaque nuit pour tout le monde, c’est la dimension divine qui vient parler personnellement au rêveur. Ici elle se manifeste de façon directe. Elle révèle à Ruben une vérité que personne ne lui a jamais dite, qui lui semble presque invraisemblable. La véritable initiation s’accomplit dans les expériences de la vie terrestre, banale, matérielle, car c’est là que l’on se trouve amené à donner une forme à une idée, à la réaliser dans la matière, c’est là, dans la vie quotidienne, que s’accomplit l’incarnation de l’Esprit.

 

Je revois Ruben après l’interprétation de son rêve, il m’a remerciée et m’a fait l’un des compliments qui m’a le plus touchée dans ma carrière d’interprète.

Il m’a regardée et m’a dit :

- Madame, vous parlez comme nos marabouts.

 

La prochaine fois, je vous raconterai le rêve d’un autre Africain, qui, lui, suit un stage de formation commerciale. Là encore, il sera question du gagnant américain.

En attendant, chers blogueuses et blogueurs, je vous souhaite une joyeuse reprise de vos activités dans votre vie quotidienne.

 

ventripotent.JPG

 

 

 

 Illustrations

Je remercie les photographes dont les photos m’ont permis d’illustrer mon blog.

Initiation

Andy Garcia fume le cigare.

Bouddha ventripotent :http.blog.uniterre.com

Capitaliste ventripotent : http://www.nanarland.com

 

 

06/07/2009

LA TRAHISON DE ST JEROME

Saint Jérôme  (340-420) est connu comme un des docteurs de l'Eglise et son œuvre exerça une influence immense. Il fit beaucoup pour populariser le mouvement monastique et l'ascétisme, et surtout, le cadeau monumental qu'il fit à l'Eglise fut de traduire en latin la Bible écrite alors en hébreu et en grec. Cette Bible en latin fut appelée la Vulgate, ce qui veut dire « version répandue ».

vulgate 4.jpg

incunabula1.jpg    Jérôme naquit dans une riche famille chrétienne. Il fit de solides études à Rome, était très épris de culture classique et connaissait tous les grands écrivains latins dont il s'était constitué une magnifique bibliothèque. Il avait en fait recopié lui même tous les textes à la main. Il commença une carrière littéraire et forma avec ses amis un groupe qui s'orientait vers la vie chrétienne monastique.

  pay_hor_turquie_antioche_eglise.jpg      

ascétisme.jpg

 

 

 

 

Cet intellectuel se trouvait entre deux cultures, la culture latine et la culture chrétienne. Mais il manifestait un enthousiasme incontestable pour les poètes, les philosophes et les orateurs latins, il vouait en particulier une admiration sans bornes au célèbre avocat romain, l'écrivain Cicéron.

Ciceron_tete 1.jpg ciceron 3.JPG

En revanche, la Bible lui paraissait un livre brutal et grossier en comparaison du raffinement intellectuel de la prestigieuse culture latine. Ce fut alors que sa vie fut totalement bouleversée par un rêve. A cette époque, il se trouvait à Antioche où, au cours d'une maladie où il faillit mourir, il reçut un rêve terrible qu'il raconta dans une de ses lettres.

Le voici :

 

Rêve

 « Je fus soudain emporté en esprit et traîné devant le trône du jugement du Juge.

canyons-etats-unis-1298178805-1116580.jpg

trone_thorin.jpgEt là, la lumière était si brillante, ceux qui se tenaient à l'entour étaient si radieux que je me jetai à terre sans pouvoir regarder.

 lumière 4.JPG

 lumière (2).JPG

On me demanda qui j'étais  et je répondis :

«Je suis chrétien ». Mais celui qui présidait répliqua :

«Tu mens, tu es un disciple de Cicéron et non du Christ. Car là où est ton trésor, là se trouve aussi ton cœur. »

Sur l'instant je devins muet. Il ordonna que je sois fouetté, lumière.JPG

lumière.JPG

 

 

 

 

 

et, en recevant les coups de fouet, je fus torturé plus terriblement encore par le feu de la conscience. Je pensai en moi même à la parole : « Qui va me faire grâce quand je suis au fond de la tombe ? »

flagellé 3.JPG
A cause de tout cela je me mis à pleurer et à me lamenter, m'écriant :

« Aie pitié de moi, ô Seigneur, aie pitié de moi à cause de ma jeunesse. »

Mes cris se firent entendre même à travers les coups de fouet. A la fin, tous ceux qui se trouvaient là tombèrent à genoux devant Celui qui présidait et Le supplièrent d'avoir pitié de ma jeunesse et de me donner encore du temps pour me repentir de mes erreurs. Ils insistèrent en disant qu'Il pourrait m'infliger un supplice si jamais je me remettais à lire les œuvres des païens. J'en fis donc le serment et j'invoquai son nom par ces mots : « Seigneur, ce serait te renier, si jamais je me trouvais de nouveau en possession de livres de ce monde, ou si jamais j'en lisais. » Je fus congédié après avoir fait ce serment,

juge.JPG 

 je retournai dans le monde d'en haut, et, à la surprise générale, quand j'ouvris les yeux, ils étaient si rempli de larmes que même les plus incrédules furent convaincus de ma détresse...

Je professe que mes épaules étaient devenues bleu - noir, que je sentis les coups encore longtemps après mon réveil et que depuis lors j'ai lu les livres de Dieu avec plus de zèle que je n'en avais mis pour lire les livres des hommes. »

 

Peu après, Jérôme se rendit au désert en ermite puis poursuivit sa vie dans l'étude. Il connaissait le grec, il apprit l'hébreu et se lança alors dans l'énorme travail qui fut de traduire la Bible en latin.

St_Jerome 7_1607_l.jpgdésert.jpg 

Et c'est dans plusieurs de ses traductions qu'on se demande si la terrible expérience de son rêve ne l'aurait pas influencé.

Regardons en effet deux exemples :

 

Dans le livre du Lévitique on peut lire dans le texte hébreu au chapitre 19, verset 26 l'ordre suivant :

« Vous ne mangerez rien avec du sang, vous n'observerez ni les serpents ni les nuages pour en tirer des pronostics. »

serpents.jpg nuages_photo.jpg       

Jérôme a traduit : « Vous ne mangerez rien avec le sang. Vous ne consulterez point les augures, et vous n'observerez pas les rêves. »

 Où est-il question des rêves dans le texte original ? Jérôme les a introduits, alors que rien ne le justifie.

 

Au livre du Deutéronome, chapitre 18, verset 10, on lit dans le texte hébreu :

« Qu'on ne trouve chez toi personne pour consulter les oracles, pratiquer l'incantation, la divination, les enchantements et les charmes, interroger les revenants et les esprits ou consulter les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Eternel. »

fantome.jpgA_Black_Rose_Burial_-_An_awakening_of_revenants.jpg consulter.jpg

 

Jérôme a traduit là encore : « ...Qu'il ne se trouve personne qui interroge des devins, et qui observe les songes et les augures, ni qui use de maléfices, ni qui soit enchanteur, ni qui consulte ceux qui consultent les esprits de pythons et les devins ou qui demandent aux morts la vérité. »

Dans ce passage aussi, le traducteur falsifie le texte d'origine comme dans le livre du Lévitique, et l'expression : consulter les oracles est traduite par : observer les songes et les augures.

 Ainsi, quand, de son côté, l'écrivain biblique condamne les pratiques de nécromancie et de magie noire, Saint Jérôme, lui, fait l'amalgame avec l'interprétation des rêves, l'introduit dans le texte alors qu'il n'en est nullement question. Cette traduction fausse jette ainsi sur les rêves une condamnation qui entraîne leur rejet.

Cette falsification n'a pas eu lieu dans les traductions modernes, refaites depuis la Vulgate. Cependant les interdits jetés par Jérôme firent leur œuvre pendant des  siècles et règnent encore aujourd'hui, où les rêves sont considérés par beaucoup comme une démarche plus ou moins sulfureuse. N'ai je pas entendu dire par des gens bien pensants et bien placés que le rêve était diabolique ?

giovanni_da_modena_1410.jpg

 

Je me suis même entendu dire par un pasteur protestant que j'étais une sorcière parce que j'interprétais les rêves. Il était un homme charmant et cultivé. Et quand même !

diable 3.jpg

 Que s'est-il passé avec saint Jérôme ? Aurait-il gardé un effroi ineffaçable de son terrible rêve ? Serait-ce pour cette raison qu'il aurait rejeté les rêves en bloc, parce que le sien lui était insupportable ? Cherchait-il à se justifier de rejeter son rêve en le traitant comme une mancie païenne condamnée par la Bible ?

Quoiqu'il en soit, il demeure le fait exact et vérifiable qu'il a falsifié les textes et condamné volontairement le rêve, alors que la Bible ne le fait pas. Au contraire, la Bible est remplie de récits de rêves, ce que Jérôme savait pertinemment, puisqu'il les a traduits. N'est-on pas en droit de considérer cette traduction frauduleuse comme une imposture spirituelle ?

C'est ainsi que pour des siècles à venir, le rêve, qui jusqu'au premiers siècles après J-C  se trouvait au centre de la vie spirituelle, a été ravalé d'un coup au rang de magie noire, au rang de toutes les pratiques interdites, parce qu'elles détournent de l'écoute du dieu intérieur, alors que, justement, le rêve est la voix du divin, le divin s'exprime par le truchement des rêves.

 C'est ce que Carl Gustav Jung a rappelé dans les dernières lignes qu'il a écrites tout à la fin de sa vie, après avoir interprété plus de 80.000 rêves :

 « Nous avons oublié ce fait de notoriété millénaire que Dieu parle surtout dans les rêves et dans les visions. Voilà pourquoi l'on se plaint de façon générale que Dieu ne parle plus aux hommes comme il le faisait autrefois...ON NE L'ECOUTE PLUS ! » (1)

 

sj6.JPG

 

Bibliographie

(1) St Jérôme, lettre 22 à Eustochium

(2) L'homme et ses symboles - Chapitre « La guérison de la dissociation », p. 101 et 102. Carl Gustav Jung, éd. Robert Laffont, 1964

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes dont les œuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

Eglise à Antioche :www.alpesexploration.com

Ascétisme chrétien : idata.over-blog.com

Canyon, USA, http://image-photos.linternaute.com

Trône : http://elbakin.net

Arrivée au paradis de Jérôme Bosch

Lumière : Sunray, http://lesaindessaints.org

Main : http://acce121.mettre-put-idata.overblog.com

Jugement : le retable d'Issenheim du peintre allemand  Mathias Grünewald, 1515

Congédié :http://www.ludibag.net

Les peines des damnés de l'Enfer du peintre italien Giovani da Modena, 1410

Désert :http://www.ictusvoyages.com

St Jérôme dans le désert : tableau du peintre français Joachim Patenier, 1487-1524

Serpent : http://www.routard.com

Langue de serpent : http://www.dinosoria.com

Nuage :http://www.galileo-web.com

Nuage : http://www.naturepikel.com

Revenants : http://4bp.blogspot.com

Fantôme : http://76.img.v4.skyrock.net

Consulter les oracles :http://www.etredelumiere.fr

Les peines des damnés en enfer : Giovani da Modena, 1512

Le sabbat des sorcières : 1797, tableau du peintre espagnol Goya

St Jérôme, 1524, tableau de van Cleve

 

09/04/2009

UN RÊVE, CE VENDREDI, IL Y A QUELQUE 2000 ANS

 

UN RÊVE, CE VENDREDI,  IL Y A  QUELQUE 2000 ANS

 

Christ de St jean de la Croix.jpg

Voici le Vendredi de Pâques, le jour où le Christ fut condamné et crucifié.

En cette occasion, je voudrais vous montrer comment dans la vie de cet homme, de sa naissance à sa mort, les rêves sont présents et interviennent dans son entourage pour indiquer comment se comporter à son égard. Pour lui, comme pour tous les humains de par le monde, toujours et partout, les rêves viennent donner inlassablement, à chacun, des conseils et des indications. On commence à s’en souvenir ou à s’en apercevoir.

Je ne soulignerai jamais assez fort le rôle que les rêves ont joué dès sa naissance dans la vie de cet homme Jésus, considéré comme le fils de Dieu. Qu’on se rappelle déjà avant sa naissance, comment Joseph voit dans son rêve l’ange Gabriel lui demander de prendre soin de Marie, une jeune femme de son entourage, qui est enceinte, mais pas de lui ! A quel moment est-ce que Joseph voit l’ange ? C’est dans son rêve.

 

Quelques mois plus tard,  l’ange apparaît à nouveau pour ordonner à Joseph de s’enfuir en Egypte pour protéger l’enfant du massacre organisé par le roi Hérode. Et c’est encore dans un rêve !Songe_Joseph_Goya esquisse.jpg 

fuite en egypte giotto_ange.jpgQue serait le Nouveau Testament  et toute la vie spirituelle de deux mille ans, sans ce rêve, qui sauve la vie de l’enfant Jésus ?

 

Et que dire, quand on évoque le récit suivant, dont on ne parle jamais, à un tel point que quand je le mentionne, on me regarde d’un œil soupçonneux et l’on ne me croit pas. Ce récit se trouve dans l’Evangile selon Mathieu, ch.27, versets 11 à 25.

 

Il y a aujourd’hui quelque 2000 ans, le Christ comparait au tribunal devant le gouverneur romain à Jérusalem, chargé de la justice.

Le gouverneur est Ponce Pilate, qui passe, selon certains, pour un gouverneur dur et rusé.     

entree_assises.jpg

Ponce Pilate burton_richard.jpg

Il trouve devant lui un homme qui vient d’être battu par les Juifs, montés par les prêtres.

Ils accusent Jésus d’être un rebelle qui se prétend roi et menace le pouvoir de l’empereur romain. Pilate interroge le prisonnier et reste  très étonné de ne pas recevoir de réponses, ou alors des réponses qui le troublent et l’inquiètent : cet homme déclare que son royaume n’est pas de ce monde.

 sanhédrin.jpg 

jésus devantPilate passion.jpg

Pilate ne trouve aucun motif pour condamner cet homme. Il cherche à le sauver.

Il connaît la coutume juive de libérer un prisonnier au moment de Pâques. Un criminel vient d’être condamné, Barrabas. Pilate demande alors aux prêtres qui accusent le Christ :

« Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas ou Jésus, qu’on appelle le Christ ? »

Et le texte rajoute : « Car il savait que c’était par jalousie que les prêtres avaient livré Jésus. »

 

Et à ce moment là,…chose inouïe,… inimaginable dans notre société :

Un homme entre dans le tribunal et s’annonce comme le serviteur de la femme de Ponce Pilate. Il demande à être reçu par le gouverneur, auquel il vient transmettre un message urgent de sa femme.

femme Fayoum.jpg
 

 En pleine séance, il vient dire au gouverneur que sa femme le supplie de ne pas se mêler de cette histoire. « Qu’il n’y ait rien entre toi et ce juste", car dit-elle, elle vient d’avoir le jour même un rêve qui l’a  tourmentée, et où elle a beaucoup souffert à cause de cet homme.Cela, le serviteur le dit-il publiquement ? En tous cas, le juif Mathieu, le futur évangéliste, rapporte son intervention.( Matthieu, ch. 27, v.19-25)

fayoum98.jpg

 Pilate écoute le messager, puis reprend la séance. Que fait-il ? Il tergiverse, il essaie de sauver le Christ, il s’indigne de voir les Juifs exiger la mort d’un innocent et demander la grâce pour un meurtrier. Lui, le juge, il ne trouve aucun motif d’accusation. Révolté, il se penche vers la foule au bord de l’émeute, et s’écrie : "- Quel mal a-t-il fait ?"

Ponce pilate Eccehomo1.jpg

 Pour s’entendre répondre : "- Crucifie le ! Crucifie le !" 

 Et pourquoi ? Parce qu’il se déclare le Fils de Dieu. Le gouverneur se sent de plus en plus troublé, il prend peur : le rêve de sa femme, les déclarations du Christ sur son identité confirmée par les Juifs, voilà qui devient une vilaine affaire qui le dépasse.

Pilate tergiverse à nouveau, cherche à relâcher Jésus, mais les Juifs s’acharnent, il comprend qu'il n’arrivera à rien. Il faut que cette affaire soit vite expédiée. La Pâque juive arrive le surlendemain dimanche, avec un immense rassemblement de Juifs à Jérusalem. Il pourrait y avoir des manifestations, des troubles. Le gouverneur veut le calme. Alors il demande qu’on lui apporte de l’eau. Et devant la foule, dans un geste symbolique,  il se lave les mains :

pot d'eau.gif

« Je suis innocent du sang de ce juste, déclare-t-il ; cela vous regarde. » Le gouverneur vient de montrer publiquement qu’il n’est pas responsable de la mort du Christ.

Qu’est-ce qui a pu pousser Pilate à déclarer que le Christ était un juste ? Au delà de sa conviction personnelle, n’est-ce pas l’expression que sa femme a employée ? « - Qu’il n’y ait rien entre toi et ce juste ! »

Peut-on imaginer aujourd’hui qu'un juge au tribunal s’interrompe au cours de la séance pour entendre un message express de son épouse, qui lui demande de tenir compte de son rêve à elle, avant de juger l’accusé ?

tribunal.jpg  tribunal nuremberg.jpg

C’est bien là un témoignage formidable que les rêves étaient reconnus et respectés de façon générale dans l’Antiquité, tant par les Juifs que par les Romains, comme par ceux qui vont devenir les premiers Chrétiens. Et les personnages les plus éminents en tenaient compte pour prendre leurs décisions, prenant en considération leur rêves, comme ceux de leur femme !

femme 4 Fayoum_small.jpg

 Illustrations :

 Je remercie les artistes qui m’ont permis d’illustrer mon blog

Le Christ de St Jean de la Croix, vision du mystique espagnol peinte par Salvator Dali

Le rêve de Joseph, par Goya, peintre espagnol 1746-1828

La fuite en Egypte par Giotto (1266-1337 )

Ponce Pilate campé par l’acteur Richard Burton

Tête de femme antique : portrait de Fayoum

Tête d’homme antique : portrait de Fayoum

Ecce Homo de Antonio Ciseri, 19ème siècle

Pilate se lave les mains : peintre inconnu

Photo du tribunal de Nuremberg en 1945

Tête de femme antique : portrait de Fayoum

 

 

21/01/2009

LE REVE, VICTOR HUGO ET PLATON

   Victor_hugo_Chifflart.jpgCapturer.JPG 

Platon.jpg         

 

 

 En ce début d’année, je prends plaisir à vous présenter un discours étrange et splendide sur le rêve. Quoique l’on puisse penser des circonstances où il fut prononcé, chacun s’accordera pour y reconnaître le souffle poétique puissant qui inspira les plus belles pages de Victor Hugo.

Ardent défenseur de la république, Victor Hugo fut condamné à l’exil en 1851. Il se réfugia sur les îles de Jersey puis Guernesey. Il s’intéressa alors au spiritisme, qui était très à la mode et se consacra à cette étude lors de nombreuses soirées. Plusieurs de ses œuvres en sont directement inspirées.

Victor Hugo se disait voyant.

Il pensait que notre esprit dans le rêve, comme après la mort, dépasse les limites du corps physique pour aller « dans l’espace vermeil, lire l’œuvre infinie et l’éternel poème. »

Je vous présente donc ici le compte rendu qu’il fit d’une séance de spiritisme, dont le sujet inattendu fut le rêve. L’esprit, qui se manifesta ce soir là, se déclara être le grand philosophe grec Platon, qui parla des rêves dans les termes que voici :

 

« Victor Hugo. – Salut !  Parle. Nous t’écoutons.

Platon. – Je viens vous parler du rêve.

Quand le vivant s’endort, il s’établit directement une communication entre son lit et sa tombe.

L’endormi devient le réveillé de l’ombre ;

il n’est pas immobile, il vole dans l’immensité ;

 

la croix et la solitude.jpg

             Edward-Robert-Hughes 2.jpg

                                           

 

                       

 

 

 

il n’est pas aveugle, il voit l’infini ;

il n’est pas sourd, il entend dans l’espace ;

il n’est pas muet, il parle dans la mort ;

il n’est pas couché, il est ailé ;

il n’est pas étendu, il est planant ; f_frankfrazetm_cec1a05.jpg

 

il n’est pas tombé, il est ressuscité ;

dali-santiago_1182190914.jpg 

 
l’endormi est l’assaillant de la nuit ;
tout sommeil fait siège du mystère ;
les rêves sont les projectiles des étoiles ;
le jour tu vis, la nuit tu meurs ;
les millions de soleil percent ton plafond et se mettent à éclairer ta chambre ;
ta veilleuse est éteinte, un astre s’y allume ;
ta lampe toute cette nuit va consumer une des gouttes de la Voie lactée ;

Voie_lactee03.jpg      galaxie 1.JPG

voie lactée.jpg       

 

 

 

ô assiégeur de la forteresse obscure ;

mets, ô vivant, cette armure d’ivoire devant le donjon d’ébène et vois ;

rêves, venez, tombez sur l’endormi. "

 

ascension_dali.jpg

  

Jersey, dimanche 29 avril 1855, à dix heures du soir

Procès verbal d’une séance de table tournante menée par Victor Hugo, avec Platon

 

  

Illustrations

Je remercie les artistes dont les tableaux ou les photos m’ont permis d’illustrer mon blog.

Victor Hugo, portrait de Chifflart, 1868

Statue présumée de Platon à Delphes

La croix et la solitude, du peintre paysagiste américain, Thomas Cole, 19ème siècle

Weary Moon, Edward Robert Hugues, peintre anglais du 19ème siècle

Birdman de Frazetta, du peintre américain du 20ème siècle : profile.myspace.com

Santiago, du peintre espagnol Salvator Dali, 20ème siècle

Voie lactée : www.faaq.org

Voie lactée : fdebricon.club.fr

Ascension de Salvator Dali, 20ème siècle

03/01/2009

LES SOUHAITS

UN RÊVE SUR LES SOUHAITS

LES SOUHAITS


Et en ces nouveaux jours, je voudrais, une fois de plus, vous montrer la surprenante sagesse des rêves.
Je choisirai le rêve d’une petite fille, où, justement il est question de formuler des souhaits, et surtout, d’intervenir pour que ces souhaits deviennent réalités. Voyons ce que les rêves sont venus montrer à cette jeune enfant.

Pauline m’a raconté son rêve quand elle avait douze ans. Elle ne l’avait jamais oublié. le voici :

Rêve
« Pendant une nuit, je fis un rêve très étrange. J’avais alors six ans.

fillette-maquil.gif

Je me trouvais dans la cour de mon école avec mes amies, Louise, Aude et Marie.
filles.jpg

J’étais une magicienne et je pouvais faire tout ce que je voulais.

fee.jpg

Je réfléchis et dis alors à mes amies :
- Je vous accorde à chacune un souhait que je réaliserai.
- C’est super ! s’exclama Louise.
- Qui veut commencer ? demandai-je.
- Moi, si vous voulez bien s’écria Marie.
- Alors, vas-y !
- Je voudrais, dit Marie, que tu fasses disparaître tous les garçons de l’école. enfants 2.jpg
- O.K. dis-je. Abracadabri, abracadabra, garçons, disparaissez !

Et tous les garçons disparurent. Ce souhait était très bizarre.

 

- C’est à moi, maintenant ? demanda Aude.
- Si tu veux, repris-je.
- Alors… moi, je voudrais que tout puisse vivre comme nous.
- C’est à dire ?
- Eh bien, je voudrais que les animaux, les arbres, les nuages, les fourchettes, puissent parler comme nous et chanter.

animal parle.jpg- Très bien ; alors, que les animaux, les arbres, les nuages, les fourchettes puissent parler, chanter.
Abracadabri, abracadabra, objets et animaux, chanti, chanta, parli, parla !

ours-blan-secret.jpg

Tout d’un coup, un nuage se mit à rire et un ours apparut sur ce nuage.

 

Aude demanda au nuage :
- Pourquoi est-ce que tu ris comme ça ?
- Ca me chatouille !
- Mais qu’est-ce qui te chatouille ?
- C’est cet ours, répondit le nuage, Ah ! Ah ! Ah !

Louise était terrifiée, ainsi que Marie.

 

Puis Louise me demanda si elle pouvait voir son souhait exaucé.- Je souhaite, dit-elle, que la pluie...se transforme…en bonbons !
- Abracdabri, abracadabra, bonbons, pleuvi, pleuva !

De gros nuages arrivèrent au dessus de nos têtes. Un nuage cria pour nous prévenir :
- Attention ! Pluie de bonbons !
Des carambars, des malabars, des guimauves, des chewing-gums, des crocodiles, des schtroumps et bien d’autres choses encore tombèrent du ciel. garden-club_19_07_2008_big.jpg

Les filles de l’école trouvèrent cela curieux et nous commençâmes à en manger.

Mais un gros nuage glouton arriva ...
et mangea tous les bonbons. Gros-gros-nuages.jpg

Louise était désespérée. triste-f-e.jpg

 

 

 

 

Elle me demanda de reformuler son vœu pour que je puisse l’exaucer à nouveau. Je ne le pouvais pas. Il nous fallait attaquer le nuage glouton, mais nous n’avions plus de garçons pour nous aider, à cause du vœu de Marie. Et si nous attaquions ce nuage, tous les autres seraient contre nous, puisque maintenant, à cause du souhait d’Aude, ils pouvaient vivre.
Il me restait mon souhait à moi.
- Abracadabri, abracadabra, tout doit redevenir comme avant !
Les nuages ne parlaient plus et les garçons étaient revenus.

gamins_beret.jpg

 

 

Mais comme Louise était ma meilleure amie, je lui permis de refaire son vœu et l’exauçai.

Il plut des bonbons et c’était délicieux !

Le matin arriva, Maman me réveilla, c’était l’heure d’aller à l’école.
- Maman, j’ai fait un rêve merveilleux, j’étais magicienne. »

 

 

Quel conte de fées, quel enchantement !
As-tu compris, jeune femme en herbe, as-tu compris jeune magicienne, qu’on ne peut
pas refaire le monde à son idée, selon ses désirs ? Car chaque chose a son sens, que l’on ignore souvent. Tout ce que tu peux faire, c’est exaucer le vœu de ton amie, faire en sorte que les autres et toi-même savouriez toutes les bonnes choses qui tombent du ciel, les bénédictions que le ciel envoie, comme la pluie.

 

Fee 2.jpg


 

 

Illustrations
Je remercie les artistes dont les œuvres ou les photos m’ont permis d’illustrer mon blog.
Gros nuages par yagraphic : www.labêtiserie.com

Nuage ours : fourmihozelles.canalblog.com

Pluie de bonbons : www.lazagno.net

nuages.jpg





30/11/2008

LE RÊVE THERAPEUTE : LE CHRIST DE RIO DE JANEIRO

 

LE GOD OU LE CHRIST DE RIO DE JANEIRO

 

 

Christ de rio.jpg

 

 

 

Introduction ou avertissement

 

Les rêves ne viennent pas nous dire ce que nous savons déjà, les rêves nous ouvrent l'esprit pour nous découvrir de nouvelles façons de voir les choses, la vie. Ils nous invitent à vivre autrement. Cependant, leur point de vue est parfois extrêmement différent du point de vue régnant et il peut choquer. Quand on coopère avec les rêves, comme je le fais depuis plus de trente ans, on accepte d'être dérouté. Mais, vous lecteur qui passez et visitez mon blog pour la première fois, vous risquez d'être très heurté par ce que vous allez lire. C'est pourquoi je vous invite à lire d'abord l'étude du rêve du 4 novembre, puis celle du 11 novembre, pour enfin passer à ce rêve que je raconte ici, à la date du 29 novembre 2008.

Et croyez bien qu'il ne m'est pas aisé de raconter ce rêve, qui va tellement à l'encontre des opinions habituelles. Si je suis interprète de rêves, ce n'est pas pour cacher les messages des rêves, c'est pour les faire comprendre.

 

Que ceux qui sont choqués ne m'en tiennent pas rigueur. Je leur demande de bien comprendre que ce n'est pas moi qui parle, c'est le rêve, que je n'ai pas demandé, mais que je transmets. Je ne suis pas celui qui envoie le message, je suis le messager. Aussi n'est-ce pas à moi qu'il faut adresser d'éventuels reproches, c'est au monde des rêves.

 

***

 

Lors de la sortie de mon livre « Amour et Sexe dans vos Rêves » aux éditions Trajectoire, en novembre 06, j’ai été invitée par Brigitte Lahaie à sa célèbre émission « Lahaie, l’Amour » en direct sur Radio Monte Carlo.

images.JPG 

 Je suis accompagnée par mon conseiller, l’écrivain et journaliste Jacques Mandorla et par ma charmante attachée de presse aux éditions Trajectoire, Géraldine Ménard.

 

thumb_Mandorla_portrait__2.jpg

géraldine.JPG

 

 

 

 

 

 

 Il est de  coutume qu’à la fin de l’émission, l’invité pose une question à Brigitte Lahaie et inversement.

La question reste secrète jusqu’au dernier moment.

 

Ma question fut :

"- Pouvez-vous nous dire ce qui dans votre vie vous a amenée à rendre service autour de vous, comme vous le faites

grâce à votre émission, en libérant les Français de tous les préjugés et condamnationsqui les bloquent au sujet de la sexualité ? "

 

brigitte-lahaie.jpg

Si mes souvenirs sont exacts, Brigitte Lahaie me répondit que petite-fille,

elle avait souvent vu sa grand-mère écouter et conseiller les femmes

qui venaient lui confier leurs soucis. Sans doute était-ce cet exemple

qui l’avait orientée dans sa vie. 

Puis ce fut mon tour de répondre à la fameuse question.

Quelle serait sa question ? Question piège, redoutable !

 

« - Madame Riedel, pourriez-vous nous dire quel est, pour vous,

le plus beau symbole du sexe masculin ? »

 

Que dire ?…Je cherche.

On a dit tant de choses à ce sujet. La psychanalyse a sur ce symbole ses dadas.robinet.jpg

epee%20achille%20film.jpg

couteau.jpg

pistolet.jpg

 

 

 

 

 

 

 Et c'est souvent faux, à mon avis.

 

 J’ai étudié environ une soixantaine de symboles du sexe masculin dans mon livre. 

 

  bouleauv_bourgeon sexe.jpgun_enorme_poisson_dans_une_marre_du_jardin_des_plantes.jpgver de terre.jpg

 banane_big.jpg

 

 

1088.jpgAucun de ces symboles ne me convient.

Rien…

Silence…

Une image me tombe dessus…me bloque la tête, un rêve qui s’impose à mon esprit.

Non ! Mais non !… Je ne peux pas dire ça !…

Silence…

Embarras…

- Eh bien, s’exclame Brigitte Lahaie ! Madame Riedel, vous ne répondez pas ?

Et d’un ton qui me semble sarcastique elle ajoute :

- Bravo le refoulement !

 

Brigitte lahaie.JPG

 Mais pourquoi dit-elle cela ? Mon livre « Amour et sexe dans vos rêves »

permet quand même de supposer que je ne le suis pas.

Je suis un peu surprise et cherche une réponse de plus belle.

 

Rien à faire, cette image est omniprésente, elle me prend la tête, elle m’occupe complètement !

Mais je ne peux pas dire ça !

 

 

ardoise-noir-xl.jpg

Pourtant, je sais que ce n’est pas moi qui commande.

Si cette image m’est immédiatement venue à l’esprit, si elle s’impose de façon si inévitable, c’est que je dois la dire.

Mais non ! Je ne peux pas !

Mais si, mais si, c’est ça ! …Cette image m’obsède l’esprit.

De toutes façons, je ne trouve rien d’autre à dire …

Oh non !

Lutte intérieure, silence devant le micro, inquiétude.

Je décide de m’incliner devant la puissance de cette impulsion qui me contraint.

Je parle, un peu hésitante :

- Madame Lahaie, il n’est pas question de refoulement, mais ce à quoi je pense est tellement énorme, tellement choquant, que je n’ose pas le dire à la radio.

Je sais que descentaines de milliers d’auditeurs sont là, à l’écoute, ils attendent ma réponse.

 

medium_studio[1].jpg

 

 - Mais ne craignez rien, me répond Brigitte Lahaie, allez-y, ici,

vous pouvez tout dire, je vous y invite.

 Je saute dans le vide. Ma gorge se noue, je raconte :

 

 

« C’était il y a une vingtaine d’années. J’étais séparée de l’homme que j’aimais, sans espoir de le revoir avant longtemps. C’était une période très douloureuse.

Alors je reçus un rêve.

Dans mon rêve, je pleurais, je confiais à mon entourage ma souffrance, je disais combien je désirais retrouver cet homme, combien mon corps avait soif de lui.

On sonna alors à la porte, c’était le facteur qui m’apportait un paquet, justement un paquet que cet homme m’envoyait. Je l’ouvris.

Dedans, je découvris une statuette, peut être grande de vingt centimètres. C’était une statuette du Christ de Rio de Janeiro.

 

1 Guanabara_Bay_with_Sugar_Loaf_and_Christ-Rio_de_Janeiro.jpg

  

 Je ne suis jamais allée en Amérique du Sud, mais j’ai vu des photos de ce Christ, en consultant le dictionnaire Larousse. J’ai toujours été frappée par la majesté de ce Christ immense, dominant la baie sur son pain de sucre. Je reste très touchée par son geste de bénédiction, ses mains ouvertes, répandant son amour pour soulager en dessous la misère de l’humanité souffrante.

 

3 Brasil2.jpg

Je tenais cette statuette dans la main et me mis à la regarder attentivement.

 

christ300,0.jpg

 Alors, je m’aperçus  que ce Christ de Rio de Janeiro, c était… un godemiché, un vibrateur !

Mon Dieu ! C’était un god !

Je me suis réveillée, et je pleurai de plus belle. Mais cette fois ci, je pleurai de confusion, de honte, de dépit. Moi, ce n’était pas un god que je voulais, c’était un homme !

 

 

Voilà, c’est là ce qui me vient à l’esprit, pour vous donner le plus beau symbole du sexe masculin que je puisse trouver. »

 

Silence surpris. Brigitte Lahaie reprend simplement :

- Merci, Madame Riedel, pour votre réponse. 

A la sortie de l’émission, je sors, remplie de confusion. Je me sens soulagée d’avoir suivi l’impulsion qui s’est imposée à moi, et très gênée devant l’énormité de ma confidence. Ma fidélité à l’inconscient m’a amenée à me mettre dans une position tellement humiliante. 

Jacques et Géraldine se précipitent vers moi chaleureusement, me félicitent et me consolent :

« - Christiane, bravo pour ton courage ! Si tu n’avais pas répondu , tu aurais perdu l’émission. Tout le monde a senti ton émotion, tout le monde était très ému, c’était un moment très fort, tu as bien fait. »

 

christiane riedel lahaie.jpg

 

Oui… enfin… quand même…

 

 

 

Brigitte Lahaie a du sentir aussi ma lutte intérieure et ma confusion. Elle m’a envoyé une carte :

emission lahaie.jpg 

 Et elle m’a écrit très gentiment ces lignes qui m'ont soutenue dans mon embarras :

« Juste pour vous dire que les auditeurs ont été très touchés et non choqués par votre « rêve révélation… » 

 

Je lui en dis merci.

 

"Rêve révélation." L’expression est juste.

 

Le « god » ne se dit-il pas « consolador », consolateur en espagnol ? Le Christ n’a-t-il pas promis de consoler ceux qui souffrent ?

L’avis du rêve pourrait paraître blasphématoire par rapport aux idées reçues : le rêve me montre que le divin est présent avec le god, là aussi, même là.

 

le god christ de rio de janeiro 2.JPG

  

Illustrations

Je remercie les artistes et photographes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog :

 

Le Christ de Rio de Janeiro : www.routard.com

 

Geraldine Ménard, archives personnelles.

Brigitte Lahaie : www.parlonstv.com

L’épée d’Achille : www.universcollector.fr

Couteau : www. Moulindenomexy.fr

Carabine pistolet : www.littlegun.be

Robinet : http://villiard.com

Poisson : pweb.fr

Christ de Rio de Janeiro : www.jbyb.net

Christ de Rio de Janeiro :www.smn.com.au

Christiane Riedel sortant du studio de RMC : www.rmc.fr

Carte de Brigitte Lahaie : www.brigittelahaie.fr

Le Christ de Rio de Janeiro par Ney Deluiz, copyright 2007, Ricardo Zerrener : www.ZERRENER. FOT BR 

Jacques Mandorla : rimarchives.free