Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christiane Riedel - Page 2

  • UN MOMENT DE PAUSE : LA GRÂCE DE DIEU

    Imprimer

    UN MOMENT DE PAUSE

     

    La Grâce de Dieu

     

    La dernière fois nous avons invité Jung à nous expliquer le sens qu'il donne au mot « Dieu ».

    Aujourd'hui, toujours avec lui, nous laissons ce génie de la psyché nous déclarer encore quelques considérations d'importance.

     

    Par exemple :

    "C’est un fait d’expérience que le symbolisme change au passage d’un signe (du Zodiaque) dans l’autre et ce changement du symbole risque d’être d’autant plus difficile pour les hommes d’aujourd’hui et de demain qu’ils n’y croient plus, qu’ils ne veulent plus en être conscients."

    Plus précisément, quel est ce symbole qui change ? Comme nous l'avons vu, pour Jung « Dieu est le symbole des symboles ». Notre savant, à l'érudition colossale, explique ainsi que la façon dont les humains se « figurent », « se représentent » ce Dieu, change au passage d'un signe du Zodiaque à l'autre.

    Cette réflexion nous concerne bien, puisque c'est ce que nous vivons en ce moment :nous sommes en train de passer de l'ère du Poisson à l'ère du Verseau.

    Vous découvrirez tout au long de ces pages combien cette analyse est pertinente, combien les rêves nous en parlent.

    Ou encore, quand on lui a demandé :

    "- Quelles recommandations pouvez-vous formuler pour ce passage qui s’annonce et dont vous redoutez les difficultés ?" Jung a répondu :

    "Une plus grande ouverture d’esprit vers l’inconscient…une attention accrue à l’égard des rêves, un sens plus aigu de la totalité physique et psychique, de leur indissolubilité, un goût plus vif de la connaissance de soi."

    Et il a ajouté :

    "Il y a une famine spirituelle terrible dans notre monde.

     

    "Rappelez-vous ce que disait le pape", dit Jung :

    "Il faudrait que le monde soit plus conscient de la présence des anges…"

    Voilà un pape qui avait conscience de ce que nous apporte l’inconscient, et qui était en contact avec la Vérité vivante."

    Qui sont les anges? Quelle est cette vérité vivante qu’apporte l’inconscient ?

    Ce sont les rêves bien sûr !

    Et le vieux sage de dire:

    "Un bon rêve, c’est la grâce de Dieu. Le rêve est un don essentiel."

     

    Il poursuit :

    "L’inconscient collectif, ce n’est ni vous, ni moi, c’est le monde invisible. Peu importe comment je l’appelle: Dieu, Tao, la Grande Voix, le Grand Esprit.

    Pour les humains de notre temps, c’est Dieu qui est le nom le plus compréhensible pour désigner la Puissance au dedans de nous."

    explosion de foi mystique au centre d'une cathédrale.jpg

     

    Cette PUISSANCE AU DEDANS DE NOUS, c’est celle qui nous accorde la grâce d’un rêve. Or cette puissance au dedans de nous est souvent de nos jours niée ou refusée.

     

    Chère lectrice, cher lecteur, j'ai pris beaucoup de temps à préciser le sens de certains mots que nous allons retrouver tout au long de cette étude.

    Cela fait, nous allons aborder l'étude de l'interprétation des rêves avec les idées claires.

    C 'est avec plaisir maintenant que je vous invite à découvrir, dès la prochaine fois, la fameuse technique de l'interview que j'enseigne en France depuis bientôt 35 ans.

     

    Bibliographie :

    (1) Ces citations sont extraites du livret Aux frontières de la connaissance, entretien avec le professeur C. G. Jung à propos d'une étude sur les soucoupes volantes", tiré à part par la Gazette de Lausanne, 1959.

     

    Illustrations

    Je remercie Salvator Dali pour son tableau : Explosion de foi mystique au centre d'une cathédrale

    https://www.salvador-dali.org/fr/actualites/monographie-dali-raphael/explosion-de-foi-mystique/

  • ENCORE UNE MISE AU POINT : DIEU, C'EST QUOI ?

    Imprimer

    ENCORE UNE MISE AU POINT

     

    4

     

    DIEU, C'EST QUOI ?

     

    De quoi parle-t-on exactement ?

     

     

    "VOCATUS ATQUE NON VOCATUS, DEUS ADERIT"

    "INVOQUÉ OU NON, DIEU SERA PRÉSENT"

     

    DIEU C'EST QUOI.jpg

     

    Cette parole est un oracle de Delphes. Jung l'a gravée au dessus de la porte de sa maison à Küssnacht.

    Il en donna la raison :

    "Une autre approche commence ici, dit-il, non pas celle de la chrétienté, mais de Dieu Lui-même, et cela semble être la question ultime et primordiale".

    Peut-on définir Dieu ?

    Certainement pas pour les Hébreux qui l'appelaient le Sans Nom, l'Inqualifiable.

    Je laisse la place aux explications de Jung, qui, de façon permanente, parle de Dieu dans ses ouvrages, ses conférences, ses cours. Je n'ai rien lu de plus clair et de plus juste, ou du moins qui corresponde à mon expérience.

     

    Lors de l'émission "Face à Face" de la B.B.C. en 1959, le journaliste demanda à Jung :

    "Croyez-vous en Dieu ?". Jung répondit :

    "- Je n'ai pas besoin de croire en Dieu ; je sais." (1)

    the listener.jpg

    Cette réponse provoqua immédiatement un flot de lettres écrites par ceux qui croyaient que la foi de Jung en "Dieu" était la même que la leur ; d'autres auditeurs disaient qu'ils ne croyaient pas en "Dieu", alors que d'autres encore voulaient savoir ce qu'il entendait au juste par "Dieu".

    Dans l'impossibilité de répondre à ces nombreux correspondants, Jung choisit d'exprimer sa pensée sur ce point dans une lettre datée du 21 janvier 1960 qui fut publiée dans le journal anglais The Listener : (2)

    Monsieur, 
    J'ai reçu de nombreuses lettres dans lesquelles il était fait état de mes propos sur la "connaissance" (de Dieu).

    Ma façon de concevoir la "connaissance de Dieu" est peu conventionnelle et je comprendrai fort bien que l'on me reprochât de ne pas être un bon chrétien. Pourtant je me considère chrétien car je me fonde sur des concepts chrétiens. J'essaye seulement d'échapper à leurs contradictions internes en faisant intervenir une attitude plus

    modeste qui tienne compte des vastes ténèbres qui règnent dans l'âme humaine.

    L'évolution continue de l'idée chrétienne, comme celle du bouddhisme également, est une preuve de vitalité. Notre époque a certainement besoin de voir se développer un nouveau mode de pensée à ce sujet, car il n'est plus possible de continuer à penser à la façon des Anciens ou des chrétiens du Moyen Âge lorsque nous pénétrons dans le domaine de l'expérience religieuse. 

    Je n'ai pas dit au cours de l'émission radiophonique en question : "Dieu existe". J'ai dit :

    "Je ne crois pas en Dieu : je sais".

    Ce qui ne veut pas dire que je connaisse un certain Dieu (Zeus, Jahvé, Allah, le Dieu de la Trinité, etc...) mais plutôt :

    je sais que je me trouve, de toute évidence, en face d'un facteur inconnu que j'appelle "Dieu" en consensu omnium ("quod semper, quod ubique, quod ab omnibus creditur") ( ce qui est toujours admis, partout et et par tous) .

    Je me souviens de Lui, je L'évoque, chaque fois que je me sers de Son nom lorsque la colère ou la crainte m'envahit, chaque fois qu'involontairement je dis :

    "Oh Dieu !". 
    Ceci se passe chaque fois que je rencontre quelqu'un ou quelque chose de plus fort que moi. C'est une expression heureuse qui convient à toutes les émotions irrésistibles de mon propre système psychique, (toutes ces émotions) qui maîtrisent ma volonté consciente et s'emparent du contrôle que j'exerce sur moi-même.

    C'est le nom par lequel je désigne tout ce qui traverse mon chemin violemment et sans ménagement, tout ce qui bouleverse mes idées subjectives, mes plans et mes intentions et qui change le cours de ma vie pour le meilleur et pour le pire.

    D'accord avec la tradition, j'appelle "Dieu" la puissance du destin sous son aspect positif comme sous son aspect négatif et dans la mesure où son origine n'est pas vérifiable ; c'est un "dieu personnel" puisque mon destin signifie surtout moi-même, surtout quand il me parle sous la forme de la conscience comme une vox Dei avec laquelle je puis même m'entretenir et discuter. Nous faisons et en même temps nous savons que nous faisons. Nous sommes sujets et objets à la fois.

    Et cependant, je considère qu'il serait intellectuellement immoral de se permettre de penser que le dieu que je conçois est l’Être universel et métaphysique. Seule mon expérience personnelle peut être bonne ou mauvaise, mais je sais que la volonté supérieure repose sur une base qui transcende l'imagination humaine.

    Étant donné que je connais ma confrontation avec une volonté supérieure, je connais Dieu, et si, de façon illégitime, je tentais d'hypostasier* ma représentation, je dirais que je connais un Dieu qui est au-delà du bien et du mal, qui règne en moi comme ailleurs :

    "Deus est circulus cuius centrum est ubique, cuius circumferen-tia vero nusquam." « Dieu est un cercle dont le centre est partout et la circonférence nulle part. »

    index.png

     

    Je pense qu'on ne peut répondre plus clairement que cet exposé de Jung à la question posée au début de cet article : « Dieu, c'est quoi ? De quoi parle-ton exactement ?

     

    Pour conclure ces considérations, je rappellerai aussi ce que Jung écrit dans Ma vie :

    "La possibilité d'une réalité autre, existant derrière les apparences, devient un problème inéluctable : notre monde est en rapport avec un autre ordre des choses." (3)

     

    tête raphaélesque.jpg

     

    Ces quatre exposés des préliminaires nous ont amenés à réfléchir sur des considérations fort sérieuses.

    Et la prochaine fois, nous nous accorderons un moment de pause.

     

    A bientôt

     

    * hypostasier : considérer comme une substance réelle ce qui n'est qu'une idée. Prendre pour une réalité, pour un fait concret ce qui est une idée.

     

    Remarque

    Je me suis permis de reprendre la présentation très serrée des lignes écrites par Jung. J'ai aménagé des paragraphes pour donner une approche plus aérée, moins compacte, plus facile à lire.

     

    Bibliographie

    (1) Émission de la B.B.C. en 1959 ("Face à Face")

    (2) Lettre datée du 21 janvier 1960 qui fut publiée dans le journal anglais The Listener

    (3) Ma vie, Souvenirs Rêves et pensées, C.G.Jung, éd. Gallimard Folio, 1973

     

    Illustrations

    Je remercie les artistes dont les œuvres m'ont permis d'illustrer mon blog

    - Photographie de Jung par le journal « The Listener »

    - « Dieu est une sphère…. » qqcitations.com

    - Tête raphaèlesque éclatée de Salvator Dali : mondopuzzlz.it