Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2013

4 LES RÊVES VOUS DISENT CE QUE VOUS NE CROYEZ PAS

4 LES RÊVES VOUS DISENT CE QUE VOUS NE CROYEZ PAS

 

Le rêve que je vous expose aujourd’hui est terrible. Encore une fois, je le répète, ce n’est pas moi qui ai crée ce rêve. Ce n’est donc pas ma faute si ce rêve vous renverse.

Comme je l’ai déjà montré sur mon blog, vous savez que le rêve vient souvent faire le commentaire d’une situation vécue la veille. On le comprend alors en le mettant en rapport avec l’expérience concrète du moment. Je vais donc vous dire quelques mots de Michèle et des circonstances dans lesquelles son rêve est intervenu.

La rêveuse s’enthousiasme avec sincérité à de multiples démarches qui se veulent thérapeutiques. Elle sympathise avec le bouddhisme et pense que l’Amour Universel, l’ouverture du cœur, vont apporter le bonheur à l’humanité.

download-1[1].jpg

 

Elle s’intéresse aussi aux rêves, elle se réclame de Jung.

Cependant, comme beaucoup, elle n’a pas compris les études menées par ce grand esprit sur l’alchimie et l’existence du bien et du mal.

« Le mal, dit Jung,  doit être considéré avec autant d’attention que le bien, …tous deux faisant partie du clair obscur de la vie. En dernier ressort, il n’est pas de bien que ne puisse susciter de mal, ni de mal qui ne puisse engendrer de bien. » (1)

caducee_5[1].jpg

 

Mais pour notre amie, le mal n’existe pas. Elle vient ainsi de publier sur le net un article qui explique que le mal n’est que l’absence du bien. C’est là la vieille doctrine de la «  privatio boni, » « absence du bien », mise au point autrefois par les théologiens catholiques. Dieu étant - ou étant considéré comme - le Bien Suprême, le « Summum Bonum », il n’a pas crée le mal, et le mal n’est que l’absence de bien.

Jung n’a pas cessé de dénoncer cette doctrine de la privation boni qui, outrepassant ses droits, se permet de définir l’Inconnaissable à partir de conceptions humaines.

 

J’écris un mail à Michèle et lui fais remarquer que son affirmation est en total désaccord avec les rêves, et avec les travaux de Jung sur les rêves et l’alchimie. Depuis que je les étudie moi-même, j’ai vu, moi aussi, des rêves qui confirment ce que Jung a écrit. J’en ai rencontré certains alors que j’ignorais tout de l’œuvre de Jung. Mon livre «  Rêves à Vivre » (2) en contient quelques exemples.

La nuit suivante, Michèle reçoit un rêve affreux. Le lendemain, avec beaucoup de gentillesse et de bonne volonté, elle m’honore de sa confiance et m’adresse son message nocturne.

 

Rêve

J’étais dans le pilier droit d’un temple ou d’une entrée d’un lieu sacré…J’étais comme la mémoire du pilier, mais je bougeais dedans, c’était plutôt confort.

Un chariot est passé tout près de moi et a frotté le pilier. Alors, dans le chariot, le Christ, qui était lié, a tourné la tête et m’a souri. Il n’avait plus de dents, et ses lèvres étaient blessées, rougies de sang. Sa tunique rouge couvrait ses pieds liés par un long serpent noir. Le serpent noir pleurait et léchait les pieds du Christ. Il y avait des œufs verts sur le plancher du chariot. Le Christ pondait ces œufs verts sous sa tunique.

Je suis sortie du pilier et j’ai avalé des œufs.

 

Le cœur se serre à lire ce rêve.

Analysons les différentes images.

 

Interprétation

J’étais dans le pilier droit d’un temple ou d’une entrée d’un lieu sacré…

L’entréedu lieu sacré désigne le moment où l’on se tourne vers la divinité, où l’on « vient dans son temple adorer l’Eternel. » (3)

 

J’étais dans le pilier droit, j’étais comme la mémoire du pilier, mais je bougeais dedans, c’était plutôt confort.

L’image est surprenante. On s’attendrait à je me tiens « contre » ou « à côté » du pilier. Je suis « dans » le pilier droit  montre que la rêveuse est intégrée dans la masse, à droite.

Le rêve souligne d’emblée une opposition entre la droite et la gauche.

Image56[1].jpg

 

A droite, de façon consciente et intellectuelle, la rêveuse professe les normes et les idéaux de la mentalité extérieure, l’amour universel et le bien. Elle les soutient, elle en est même la mémoire. Elle transmet ce qu’elle a consciemment appris. Et c’est plutôt « confort ».

L'image "dans le pilier à droite" illustre la position que Michèle a adoptée la veille, quand elle a  affirmé que le mal, n’étant que l’absence de bien, n’existe pas.

Ainsi, quand, à l’entrée du temple, il est question de rencontrer la divinité, la rêveuse dans ses idées conscientes n’a aucun contact avec le pilier gauche, avec le domaine de l’inconscient, qui n’est pas conforme à l’ordre conscient : tout ce qui concerne le corps, l’instinct, l’irrationnel, et en particulier les réactions autonomes, les ressentis, les émotions, voilà le négatif, le mal qu’elle nie, parce que c’est plus confortable.

Qui ose regarder le problème du mal, qui est tellement inconfortable ? C’est bien plus facile de le nier.

Mais le rêve, lui, va aborder cette question, sans détours. Il va montrer à la rêveuse ce qui se passe dans l’image divine en elle, quand elle affirme que Dieu n’est qu’amour. Alors lui apparaît le dieu, qui n’est pas seulement une idée, mais qui a pris forme de chair dans le corps humain, dans le Christ .

Voyons donc ce que devient le Christ, la représentation de la divinité incarnée:

 

Un chariot est passé tout près de moi et a frotté le pilier.

Alors, dans le chariot, le Christ, qui était lié, a tourné la tête et m’a souri.

Qui est le Christ ?

C’est un homme qui toute sa vie a agi en suivant sa voix intérieure et non les règles de la morale extérieure.

Passion_du_Christ_2003_Passion_of_the_Christ_1[1].jpg

 

Il s’est ainsi opposé constamment à l’ordre conscient régnant.

Il a soigné les malades le jour du sabbat où il était interdit de faire quoi que ce soit ; il a pris auprès de lui la prostituée Marie Madeleine, il a chassé brutalement les marchands du temple. Malgré la désapprobation et la fureur des prêtres, dignes ancêtres des talibans, il a sauvé une femme adultère en train d’être lapidée ; et j’en passe.

 

Le Christ a consacré sa vie à expliquer comment aimer véritablement : il a fait ce qui était jugé mal pour amener un changement et permettre un bien. En faisant scandale, il a osé dénoncer les lois malsaines, affronter la colère de ceux qui en transmettent la mémoire depuis des siècles. C’est pour cela qu’il a été crucifié. Mais sa parole créatrice a changé le monde.

 

Revenons à notre rêveuse. Qu’est donc devenu en elle le Christ, cette image-force du divin dans l’homme, qui s’est opposé à la loi et à la mentalité extérieures ?

 

Il a été ligoté.

Michèle, ne considérant que le point de vue des idéaux extérieurs, paralyse le Christ en elle, elle bloque toute inspiration par sa voix intérieure, tout mouvement instinctif et irrationnel jugé négatif.

 

Quand il passe à côté d’elle dans son pilier, il la voit, il tourne la tête vers elle et lui sourit.

Quelle marque de tendresse, d’amour ! Même entravé, l’homme- dieu lui montre qu’il la reconnaît, qu’il l’aime.

 

Il n’avait plus de dents, et ses lèvres étaient blessées, rougies de sang.

Que s’est-il passé ? On a torturé le Christ, on lui a « cassé la gueule » au sens propre.

amchoire cassée.JPG

 

 

Il n’a plus de dents

Une amputation irrémédiable a eu lieu. La représentation de la divinité, qui détermine en finale tous les choix de vie, a été disloquée à un tel point qu’elle est devenue inefficace. Sans dents, on ne peut plus ni juger, ni trancher, ni décider. Sans dents, impossible d’être incisif ou mordant, impossible de se défendre. Impossible aussi de mâcher, de trier, d’analyser, de réfléchir, de critiquer, de rejeter ce qui est inacceptable. (4)

 

Les lèvres sont blessées, rougies de sang.

On a cogné sur la bouche du Christ, on a blessé ses lèvres pour l’empêcher de parler. L’image est très claire. Le rêve montre que la façon dont Michèle se représente le Christ - dieu d’amour n’est pas l’image originelle. Cette image a été défigurée. Le vrai message du Christ a été trahi.

Ce rêve est reçu par une rêveuse en particulier. Mais elle n’est pas la seule à notre époque.

Je vous ai raconté sur mon blog le rêve d’une fillette devant une situation similaire : le Christ lui apparaît, estropié. On lui a flanqué dans une jambe des coups de pieds qui l’ont rendu invalide. (5)

Je vous ai rapporté également l’an dernier un rêve où le Christ était présenté sous la forme d’un bodhisattva. On lui avait pissé dessus. (6)

 

piss-christ[1].jpg

 

 

On, on, on, mais qui est ce « on » ?

Il s’agit de tous les doctrinaires, à commencer par St Paul, qui ont élaboré la tradition et les dogmes et prétendent avoir transmis le message du Christ. Mais au contraire, comme le montre le rêve, ils l’ont trahi.

A la suite de Jung, l’analyste américain John A. Sanford, prêtre de l’église épiscopale a poursuivi une étude approfondie du sujet dans son livre « Evil the shadow side of reality ». Il démontre cette trahison et les preuves ne manquent pas dans la Bible. (7)

Selon mon expérience, les rêves, comme celui-ci, mettent cette trahison en évidence.

Le résultat en est un effondrement du dieu dans l’âme, interdit d’exercer sa force. Interdit, avec cette conception occidentale, de suivre ses réactions instinctives, sa sexualité et sa colère par exemple, qui pourtant rendent plus fort et plus résolu. Il s’ensuit aussi un effondrement de l’individu qui devient incapable de réagir sainement devant une situation intolérable.

Le dieu de l’Ancien Testament ne s’appelait-il pas le Dieu de Colère, ou encore le Dieu des Armées ?

Tous les auteurs bibliques parlent de la colère redoutable du Seigneur.

gods-wrath-sodom1[1].jpg

 

 

On peut lire ainsi, entre de très nombreux exemples :

« Il est puissant en pardon, mais il répand sa colère. » (8)

Voici l’exclamation de Jonas :

« Ah ! Éternel,…je savais que tu es un dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et qui te repens du mal. » (9)

Voilà bien une parole qui prouve que Dieu, même lent à la colère, peut la manifester et faire le mal, puisqu’il s’en repent. Le Christ ne s’est-il jamais mis en colère contre les pharisiens ?

Mais qui connaît la Bible, dont la lecture complète fut interdite en 1229 par l’Eglise jusqu’en 1965 ?(10)

 

Sa tunique rouge couvrait ses pieds

La tunique rouge était un des vêtements que le Christ portait le Vendredi Saint.

 

Passion_du_Christ_2003_Passion_of_the_Christ_9[1].jpg

Il la déposa devant sa croix avant son supplice. (11) Le rêve présente donc le Christ le jour de sa mort, qui a amené sa résurrection, trois jours plus tard à Pâques.

Sa tunique rouge couvrait ses pieds liés par un long serpent noir

Le serpent

Quelle surprise ! Le Christ et le serpent apparaissent ensemble.

Pourtant, le serpent dans la tradition chrétienne n’est-il est le symbole par excellence du mal, l’auteur de tous les maux, qui conduit à désobéir aux lois ?

D’où vient le serpent ? Quelle est donc l’origine du mal ?

La Bible, au livre de la Genèse l’explique très clairement :

 « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits. » (12)

Comment la tradition dite chrétienne peut-elle ignorer le mythe de la Bible ? N’est-ce pas Dieu lui-même qui créa le serpent ? C’est dit ici en toutes lettres.

Si, comme le prétend la tradition, le serpent est le mal, alors le mal a été crée et voulu par Dieu au sein de sa création.

Paradis_Adam_Eve_Serpent_Arbre[1].jpg

 

Regardons maintenant ce que montre le rêve

Le serpent noir pleurait et léchait les pieds du Christ.

Qui fait preuve de véritable compassion ? Qui souffre et pleure devant le Christ anéanti ? Qui cherche à soulager sa souffrance ? Est-ce la rêveuse dans son Amour Universel ?

Non. C’est le serpent.

 

Quel est le sens de cette image douloureuse, étrange, impressionnante, et paradoxale ?

Le mal et le Christ sont liés, et le serpent aime le Christ.

 

MVC-415F[1].jpg

 

Le rêve l’indique expressément, ce qui impose la déduction logique suivante : dans l’inconscient, l’image du dieu incarné comporte les contraires, elle est une union d’opposés.

Mais chez la rêveuse, cette coexistence des contraires dans la divinité est niée, si bien que la puissance du dieu dans sa vie ne peut pas s’exprimer dans la totalité de sa puissance.

Comme l’écrit Jung dans son livre «  Essais sur la symbolique de l’esprit », 

« On s’indigne bien sûr à la pensée que le mal et le malheur font partie intégrante de Dieu, et on s’imagine que Dieu ne peut vouloir une chose pareille. On devrait pourtant se garder de la tentation consistant à restreindre la toute puissance de Dieu en se fondant uniquement sur l’idée qu’en ont les hommes. » (13)

 

Hélas, c’est pourtant bien à cette tentation que succombe notre rêveuse, comme bon nombre de nos contemporains avec leur idée d’Amour Universel, Cosmique, Inconditionnel, toutes ces « tartes à la crème » du New Age qui, sous l’influence du bouddhisme, viennent encore en rajouter une couche à la doctrine de la privation boni.

 

Le rêve poursuit sa démonstration avec une image effrayante. Il montre le résultat de ces conceptions délétères, qui excluent le mal de l’image divine :

Il y avait des œufs verts sur le plancher du chariot. Le Christ pondait ces œufs… sous sa tunique.

Le Christ n’est plus un humain. Il est devenu un hybride monstrueux : un homme qui n’a pas de tripes, pas de « couilles » ! A la place il a un utérus d’oiseau qui pond des œufs, c’est un être aérien, femelle, qui pond des idées.

1-_Avec_Fred_la_dissection - mod2.jpg

 

Si Dieu n’est que bien, amour et bonté féminine, la puissance divine masculine agressive du mal est castrée et inefficace. L’incarnation est ratée.

Ainsi cette conception que le mal n’existe pas en Dieu retire toute puissance virile d’affirmation dans le monde ; elle ne conduit à aucune créativité concrète sur la terre, mais seulement à des idées, nées d’une hybridation totalement monstrueuse.

 

Je suis sortie du pilier. J’ai avalé des œufs.

Michèle, sans réfléchir, gobe tout rond les élucubrations spirituelles insanes, qui proviennent de la façon dont on a trafiqué l’image du Christ, l’image du divin dans l’homme.

 

On reste atterré après la lecture de ce rêve.

 

Conclusion :

Alors, dire que le mal n’existe pas en Dieu ? Pour le rêve ce n’est pas le cas. La présence du serpent lié au Christ relie ce rêve au mythe fondateur biblique de la faute, qui est un mythe thérapeutique.

Ce rêve dénonce la doctrine qui se prétend chrétienne sur l’opposition absolue entre le bien et le mal. 

1691906_f520[1].jpg

 

Des siècles de théologie désincarnée ont provoqué la névrotique et dangereuse dissociation du conscient et de l’inconscient, dont souffre notre société, dissociation que le bouddhisme vient encore aggraver.

Seule la conciliation des opposés peut exercer un effet thérapeutique. La croix du Christ en est le symbole le plus éloquent, le plus éminent.

Mais on ne le sait plus. C’est alors le rêve qui, sans craindre la colère des utopistes, offre à l’humain, la nuit, simplement, une initiation qui l’invite à faire dans sa vie l’expérience de la totalité, guidé en cela par ses rêves et non pas par des systèmes intellectuels arbitraires.

Voilà ce que le rêve cherche à faire comprendre à notre rêveuse, pour la guérir de ses illusions pathogènes d’un amour universel qui exclut le mal.

 

A l’approche du vendredi saint, jour où le Christ fut crucifié, j’ai voulu vous présenter ce rêve, dont le scénario se déroule ce jour là, pour vous donner le point de vue de l’inconscient. Le rêve dénonce avec violence la façon dont le Christ est ligoté, torturé, défiguré, cassé, mutilé, étripé, castré : cela signifie que la relation personnelle avec la représentation chrétienne originelle de la divinité a perdu toute sa force et son sens.

On ne comprend plus rien du message chrétien authentique, qui n’a pas été respecté.

C’est bien aussi ce qui continue de se produire de nos jours et qui nous éclate au visage partout dans l’actualité. Comme il y a 2000 ans, le Christ dans l’âme, la puissance divine, incarnée dans la chair de l’humain, est la risée de ceux qui ne comprennent pas.

En voici une preuve avec cette image qui vient  d’être mise sur Twitter.

scandale-alimentaire[1].jpg

 

L’image est horriblement grinçante au premier degré.

Mais au deuxième degré, elle pourrait bien représenter la façon dont nos contemporains, comme notre rêveuse, se représentent le divin en eux. Le divin n’est plus qu’une idée, mais une idée fausse et monstrueuse. Ils ignorent que le corps est le temple de Dieu, et que « Dieu ne se prouve pas, mais s’éprouve », dans le corps, dans la chair.

Ainsi, chez plusieurs, un certain christianisme déjà falsifié avec la "privatio boni", et maintenant affublé de bouddhisme, devient impuissant, incapable de se défendre et d’assumer un conflit, sous prétexte d’amour inconditionnel.

Jung a bien prévenu de se garder de cette tentation. En effet, selon la loi de l’alternance des contraires, cette utopie d’amour ne peut qu’entraîner son contraire, le déferlement du mal et la haine. Un extrême bascule dans l’autre. Ne le voyez-vous pas ?

Le message de ce rêve peut paraître invraisemblable et révoltant. Ce n’est quand même pas moi qui enroule le serpent aux pieds du Christ martyrisé.

Ce rêve s’inscrit dans la lignée des rêves alchimiques qui traitent du problème du bien et du mal. Vous comprenez maintenant pourquoi les alchimistes cachaient ce qu’ils savaient. Ils risquaient leur vie à le révéler. Vous comprenez maintenant aussi pourquoi l’Eglise a condamné les rêves et se refuse toujours à les reconnaître : il peut arriver que leur enseignement vienne contredire le sien.

dali_christ[1].jpg

 

 

 

 

Bibliographie

(1) Psychologie et Alchimie, C G Jung, p. 45, éditions Buchet Chastel, 1970

 

(2) Rêves à vivre, ch. 14 et 15, éditions de Mortagne

 

(3) Racine, XVIIème siècle, Athalie, Acte 1, scène 1)

 

(4) voir par exemple mon étude sur les dents sur mon blog :

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2007/04/03/interpretation-du-reve-de-manonbonjour-manon.html

 

(5) Le Christ blessé : mon blog, au 7 mars 2010.

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/03/index.html

 

(6) Piss Christ ou le Bodhisattva couvert de pisse:

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2011/10/index.html

 

(7) Evil, the shadow side of reality, par John A. Sanford, éd. Crossroad New York, p. 66-83.

 

8) Le Siracide, ch.16, v. 11 ; Traduction œcuménique de la Bible, Alliance Biblique Universelle, 1979, p.1294

 

(9) La Bible, Jonas, ch4, v. 12

 

(10) http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/04/19/une-question-et-un-peu-d-histoire2.html

 

(11) La bible, Evangile de St Jean, ch.19, v.23

 

(12) La Bible, livre de la Genèse, ch.3, v. 1

 

(13) Essais sur la symbolique de l’esprit, C G Jung, p 238, éditions Buchet Chastel, 1991

 

Illustrations

Les deux colonnes du temple :

http://dailynuts-news.over-blog.com/article-franc-maconnerie-signification-esoterique-des-deux-colonnes-jakin-et-boaz-92458333.html

Le Christ : Jim Caviezel dans le film de Mel Gibson « La passion du Christ »

La femme adultère : arts-et-culture.fr

Piss Christ : lavie.fr ; photographie « Piss Christ » de l’américain Serrano, exposée comme œuvre d’art l’an dernier à Avignon. Serrano a pris une statuette du Christ en plastique, l’a mise dans un flacon, a pissé dessus, y a mis une goutte de son sang et a photographié le tout.

La tunique rouge portée par le Christ devant Pilate, forum.doctissimo.fr

Uterus de poule : www.annoncesetanimaux.com

Christ à droite et Lucifer à gauche : hubpages.com

Scandale alimentaire : tweet déposé sur twitter par Nicolas Bays, député socialiste du Pas de Calais

Le Christ de St Jean de la Croix, de l’artiste espagnol Salvator Dali, tableau inspiré par une vision du saint à qui le Christ apparut sur la croix, vu d’en haut.

 


 

 

Commentaires

Chère Christiane,

Votre étude au sujet de ce rêve résonne vraiment en moi....
La création est UN tout, et le Tout est unité....
Le serpent, comme toute autre chose, fait donc partie de l'unité....
A mon avis, il symbolise la pensée, je le ressens ainsi....
Serpent/Penser....
Il est en nous, c'est par lui que notre lumière se révèle, et peu importe le temps qu'il faudra, car le Tout a le temps, donc le serpent aussi....
Cela est difficile à entendre, à intégrer, car nous voudrions comprendre.... Seulement, le projet du Tout est de se faire entendre au fond de chacun de nous, et non pas à l'extérieur de nous....
En nous, il a donc placé le serpent pour nous amener à l'expérience de la dualité suscitant l'interrogation qui provoque le pas vers un nouvel horizon....
Car changer d'horizon, c'est croître, comme l'Univers....
Personnellement, je pense que derrière le "mal" se cache "lam"....
Et, au fond de moi, je sais que le serpent fait partie de l'expérience qui incite l'homme au libre-arbitre, au libre choix de sa pensée, ou de son conditionnement....
Car la pensée enfante la forme....
D'ailleurs, à ce propos, le serpent n'est-il pas sous le pied de la Vierge....
Et la Vierge n'est-elle pas celle qui enfante le divin....
Que doit-on en déduire....
Peut-être simplement d'apprendre à l'écouter, à l'aimer, et à le comprendre....
C'est peut-être (pour moi certainement) la plus haute dimension de l'amour....
La compassion....
Savoir que derrière notre petit horizon, il y a un autre horizon, beaucoup plus grand, et que le serpent est celui qui nous conduit jusqu'à lui....
Je sais que mes propos peuvent choquer certaines personnes, cependant je ne cherche pas à convaincre, juste à exposer mes points de vue, libre à chacun de se convaincre soi-même....
L'arbre de vie porte de nombreux fruits, cependant, tous ont la même sève....
Chère Chritiane, merci d'avoir provoqué cette réflexion en moi, et de m'avoir ainsi "réveillée"....
Bien à vous....
Isabelle L.

Écrit par : Isabelle | 28/03/2013

Magistral comme toujours, merci.

Écrit par : Anne | 28/03/2013

Comment mieux témoigner de cette force intérieure,
celle qui ose affronter et apprivoiser les sommets des montagnes ?

Ebloui, à nouveau!
06 05 2013

Écrit par : JR | 06/05/2013

Bonjour,

Vous connaissez Tristan Moir... ? Il analyse les rêves en direct sur RADIO ici et maintenant le lundi soir à 23h...

voici le lien de son site : http://www.abcdreve.fr

Cela pourrai vous interesser, l'interractivité entre le rêveur et l'interpretant est essentielle, je trouve...

Écrit par : elisabeth pourcelle | 14/04/2015

Bonjour , je vous remerci d'avoir écrit ce témoignage et d'avoir interprété ce rêve , ça prouve l'existence de notre Seigneur .

Votre interprétation est presque parfaite , il y a juste des erreurs ,comme l'interprétation du serpent qui pleure .
Le serpent c'est Satan et s'il est aux pieds de Jésus en pleurant c'est parce que Jésus l'a vaincu , et ça c'est l'accomplissement de la prophétie de la genèse ou Dieu promet au serpent que le fils d'une vierge lui marchera dessus .

Le serpent a bien était créer par Dieu mais si on lit les début de la genèse on se rend compte qu'il n'a pas était créer méchant et n'était pas le symbole du mal jusqu'au jour ou Satan à travers un serpent a séduit Adam et Eve , c'est Satan qui en se révoltant contre Dieu , a créer le mal .

Dieu est parfait , pur et juste à 100% et Satan depuis sa révolte est devenu imparfait , impur et injuste à 100% .

Le mal ne vient pas que de l'intérieur mais de l'extérieur , il vient d'un ennemi qu'on ne voit pas..

En effet le mal n'existe pas en Dieu , Christ a dit "qui m'a vu a vu le père" , Christ était 100% bon et juste , nul n'a vu de méchanceté en lui .

Dieu punit mais jamais il ne punit sans raison .

Dieu se repent du châtiment qu'il nous inflige , pas par ce qu'il a fait une faute mais parce qu'il nous aime , comme il est juste il doit châtié pour détourné l'homme du mal .
Il se repent parce qu'il est tellement bon et parce qu'il aime pas faire du mal mais sa justice lui oblige et c'est ça la justice !!

Le mal n'est pas en Dieu , les châtiments qu'il inflige sont justice et non méchanceté.
Le mal est en Satan et tout ce que Satan fait est méchanceté donc Dieu ne pouvait pas et ne peut pas laissé Satan impuni , pareil pour ceux qui le rejettent .

Que Dieu vous bénisse , aimez le de toute votre forcee .

Amicalement

Écrit par : Walterson238 | 01/05/2015

Bonjour Walterson238,

J'ai intitulé mon étude " Les rêves vous disent ce que vous ne croyez pas".
Il est évident que vous n'acceptez pas l'interprétation que je donne de ce rêve terrible et que vous vous cramponnez à ce que vous croyez. Vous n’avez rien voulu comprendre à mes explications.
J'aimerais bien partager votre avis, je l'ai partagé, mais les rêves m'ont appris autre chose. On ne peut pas plaquer sur les rêves des idées préalables.

Avez-vous étudié vos rêves ? Etudiez-vous les rêves actuels des gens autour de vous ?
Je peux vous garantir que les rêves, les miens comme ceux de nos contemporains montrent, enseignent tout autre chose que les conceptions de la tradition que vous professez.
L'image de Dieu en nous est actuellement incomplète. Votre vision d'un dieu d'amour exclusivement est une vision anthropomorphique. La divinité est infini et à ce titre vous ne pouvez pas la limiter à une conception morale exclusive, avec laquelle vous la mutilez.
Il convient de la compléter par l'image du dieu de colère, comme dans l'Ancien Testament.
C'est ce que demandent les rêves aujourd'hui.

J'ai traité cette question dans mon dernier livre " Ces Rêves qui vous protègent et vous guérissent", mais je sais que mon étude sera à beaucoup insupportable.

Je pense que le mieux serait de poser la question à vos rêves qui sont la voix de Dieu, comme cela est répété presque 250 fois dans la Bible.
Demandez-donc à votre rêve de vous donner son avis sur le problème posé ici, de vous enseigner si le divin n'est qu'amour.
Si vous relevez honnêtement le défi, vous pourrez alors me contacter et nous pourrons étudier ensemble votre rêve. Je le ferai gracieusement.

Amicalement à vous aussi, même si c'est dans la contradiction
Christiane



Post Scriptum
Pour être tout à fait exact, il n'est pas dit dans la Genèse que c'est le fils d'une vierge qui marchera sur la tête du serpent.
A Genèse, ch. 3, v.15 Dieu déclare au serpent :
"Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle ci t'écrasera la tête et tu lui blesseras le talon.
Rigoureusement parlant, grammaticalement parlant, le démonstratif "celle-ci" se rapporte au dernier nom de la phrase précédente, c'est à dire "sa postérité" . C'est la postérité d' Eve qui écrasera la tête du serpent et non le fils d'une vierge. Ce n’est donc pas le Christ qui écrasera la tête du serpent. Le Christ n'est pas mentionné dans cette prophétie. Par conséquent on ne peut pas affirmer que dans le rêve le serpent pleure parce que Jésus lui aurait écrasé la tête. La démonstration ne présente aucune rigueur et votre affirmation ne tient pas debout.
De plus, si la tête du serpent est écrasée, comment peut-il lécher les pieds du Christ pour le soulager de ses blessures ?
Tout cela est incohérent !

Par ailleurs, il faudrait vous demander ce que signifie le verset 1 du ch. 3 de la Genèse :
"Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l'Eternel avait faits."
Si Dieu est un dieu 100% amour, comment peut-il créer un être qui soit mauvais ?
Quand vous dîtes :
"Satan à travers un serpent a séduit Adam et Eve , c'est Satan qui en se révoltant contre Dieu , a créer le mal . "
Eh bien moi, cher Monsieur, je n'y comprends rien. D'où sort ce Satan tout d'un coup ? De quelle ligne de la bible ou de quel cerveau théologien ?

Bref, je ne cherche pas à vous convaincre mais je ne m'embarrasse plus avec un fatras d'élucubrations théologiques qui en ont dégoûté plus d'un et plus d'une dans la recherche du Divin.
Je préfère accueillir dans ma vie intérieure les rêves et leur initiation, la voix de Dieu en direct, plutôt que les considérations d'intellectuels qui ne connaissent pas les rêves et la voix de l'inconscient. Jung s'est déjà affronté au problème tout au long de sa vie.
Hélas, hélas, Jung a raison et parce que nous n'écoutons pas les rêves, nous sommes en train d'être plongés dans la catastrophe, due justement à la vision du divin que vous soutenez.
Je vous invite à lire un rêve actuel prophétique et à vous demander ce qu’il signifie.
http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/07/28/le-premier-reve-de-la-bible-un-grand-reve-prophetique-297308.html

Mon travail n'est pas de faire plaisir, il m'est demandé d'ouvrir les esprits.
Je le répète : demandez à votre rêve son avis.

Écrit par : Christiane Riedel | 01/05/2015

Les commentaires sont fermés.