Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2017

UN TRES GRAND MONSIEUR

 

Mes chers amis, blogueuses et blogueurs,

le week-end pascal touche à sa fin et je n'ai pas encore écrit l'article traditionnel qui célèbre la fête de Pâques. Je dois vous dire que ma route est actuellement semée de difficultés qui m'empêchent de me consacrer au blog comme j'aimerais le faire. Mais cet après-midi m'est tombé entre les mains un rêve que j'ai étudié il y a 25 ans. Il ne sera donc pas long de vous le transmettre. Je n'ai pas le temps d'y mettre des illustrations, je vous le présente simplement, avec quelques fantaisies du serveur qui malgré moi, modifie la police à son gré.

 

Circonstances

La rêveuse est jeune femme musulmane. Elle a dans les mains une Bible qu’elle vient de recevoir par hasard, distribuée dans la rue. Elle en parle dans son entourage et quelqu’un lui lit le passage où Jean Baptiste baptise Jésus. Elle s’interroge alors sur ce qu’est le baptême. La nuit suivante elle reçoit alors ce rêve :

 

Rêve : Un très grand monsieur

Il y avait un très grand monsieur, un très grand monsieur en robe blanche, blanc de peau. Il m’a dit :

- Je suis le Bon Dieu, c’est moi le créateur de la terre et des cieux et c’est moi le Dieu de tout le monde.

Je me demandais qui était ce grand monsieur, et il me répétait :

- Je suis votre dieu, je suis le dieu de tous les hommes.

Il m’a demandé de le suivre dans une pièce où il n’y avait rien, sauf un canapé, comme il y en avait dans le temps, autrefois, dans mon pays. C’était un canapé en terre cuite d’un mètre de large environ sur 2 m 50 de long.

Il m’a dit :

- Allongez-vous, je vais vous bénir, comme ça vous serez parmi les miens.

J’étais allongée sur ce canapé, il a mis sa main dans de l’eau et il m'a mouillé le front et le menton plusieurs fois de suite. Cela faisait le dessin d’une croix.

Alors il m’est venu à l’esprit que ce grand monsieur, c’était Jésus.

 

Commentaire :

Pour utiliser le langage du médecin psychiatre suisse Carl Gustav Jung ( 1875 – 1961 ), nous voyons apparaitre ici une image du divin, l'archétype, le modèle inscrit dans l'âme de tout être humain.

Le mystique clairvoyant Edgar Cayce ( 1877- 1945 ) le dit ainsi  :

"Car le Maître, Jésus, à proprement parler le Christ, est le modèle pour chaque homme sur terre, qu'il soit juif ou gentil, grec ou parthénien. Car le modèle existe en tous, qu'il soit connu sous ce nom ou sous un autre nom".

Cayce explique aussi :

"Son image est en vous ; si seulement vous pouviez ouvrir votre coeur, votre mental, votre conscience à cette force qui vous habite, à cette promesse qui vous a été faite, si seulement vous pouviez l'accueillir".

 

Et le rêve ici indique clairement comment faire pour accueillir le divin.

C'est ce que nous allons voir :

 

Interprétation

Le début du rêve ne demande aucune explication.

Dieu apparait à la jeune femme musulmane et lui répète qu'il est le dieu de tous les hommes. Il faut souligner que le divin se présente ici sous l'apparence d'un homme blanc, en robe blanche, alors que souvent et en particulier pour beaucoup d' Occidentaux actuels, le divin se présente sous une forme noire. J'ai étudié ce sujet dans plusieurs articles sur ce blog.

( voir ci-dessous les notes 1 et 2 )

 

Le grand monsieur m’a demandé de le suivre dans une pièce où il n’y avait rien, sauf un canapé, comme il y en avait dans le temps dans mon pays.

Le divin invite la rêveuse à aménager sa vie pour qu’il n’y ait rien d’autre que le canapé.

Le canapé symbolise une situation où l’on s’abandonne. C’est ainsi que les Arabes vivaient autrefois, ils se remettaient dans l'abandon entre les mains de Dieu.

 

- Allongez-vous, je vais vous bénir, comme ça vous serez parmi les miens.

C’est « s’allonger » qui permet de vivre en compagnie de Dieu. La tête s'est inclinée dans l'humilité, abaissée au niveau des pieds. Elle, qui est habituée dans la hauteur à dominer les choses, elle a renoncé à tout diriger, tout maitriser à son idée. Voilà la position pour recevoir la bénédiction de Dieu, celle que ses ancêtres pratiquaient.

J’étais allongée sur ce canapé, il a mis sa main dans de l’eau et il m'a mouillé le front et le menton plusieurs fois de suite. Cela faisait le dessin d’une croix.

 

Mettre de l’eau sur le front.

Le front

est le siège de l’intellect, du mental rigide. Dieu mouille le front d’eau, le marque par la fluidité du sentiment qui nettoie et efface. Son geste s’accomplit à l’horizontal, ce qui marque la relation avec les autres humains sur la terre. Ce signe montre à la rêveuse la nécessité de ne pas se dessécher, se rigidifier dans ses principes et d’imprégner ses idées de la valeur, de la souplesse des sentiments qui nettoient la vie quotidienne.

 

Le menton correspond à l’expression de la volonté personnelle, à l’affirmation de soi-même. Là encore, le divin y dépose la qualité du sentiment qui limite les exigences de l’ego, qui évite les blocages et assure ainsi l’écoulement de la vie.

 

Cela faisait le dessin d’une croix

L'image est vraiment remarquable :

Le signe de la croix fait penser au signe du baptême chrétien, mais il est différent. Chez les chrétiens, le signe est fait sur le front. Dans le rêve de cette jeune musulmane, le signe de croix est fait d'un seul geste sur le front et le menton.

La rêveuse, dans la vie, s'interroge sur le baptême chrétien et, dans son rêve, Dieu vient la bénir en faisant un signe de croix, mais pas celui des chrétiens. Le front et le menton sont mis en relation, ce qui invite la rêveuse à unir sa volonté prsonnelle et sa dilmension spirituelle.

 

Que penser de ce signe de croix ?

Dieu dit : "Je vais vous bénir, comme ça vous serez parmi les miens."

Très clairement, le rêve indique que la bénédiction qui amène à vivre en compagnie du divin est la croix.

La croix est une situation crucifiante où l’on accepte le sacrifice de soi même, vécu comme une mort infamante. Mais cette perte conduit à une résurrection, à un renouvellement de la vie.

C’est ainsi que l’humain est invité à suivre le même chemin que celui du Christ, le fils de Dieu. Cette crucifixion fait de l’humain un enfant de Dieu, un fils ou une fille de Dieu, un être dans lequel le divin s’incarne.

Voilà le cheminement proposé à la rêveuse, que ce rêve décrit de façon simple et grandiose.

 

Joyeuses Pâques

 

Sur le blog :

1)  «- Est-ce que Dieu existe ? »

Caroline avait posé la question à son rêve :

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/05/index.html

 

Oui et il est noir

 Vous vous rappelez peut être quelle fut alors la réponse du rêve et l’expérience profonde et émouvante qu'elle éprouva en rêve devant l'apparition du noir.

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/06/05/l-incubation-de-caroline-2-dieu-existe-t-il.html

 

Vous trouverez aussi :

2 ) De la couleur de la divinité

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/12/04/6-de-la-couleur-de-la-divinit2-2986806.html

Commentaires

Bonjour Christiane j espère que vous allez bien que jésus vous bénisse vous et toute votre famille et vous comble de bonheur et très bonne pâque à vous ! Encore une interprétation des rêves magnifique, j'aime énormément vous lire à chaque foi c 'est un suspense, vous me procurez beaucoup d espérance à travers vos articles !

Bouzid

Écrit par : bouzid | 18/04/2017

Merci pour votre texte et courage pour votre propre croix.
Je suis surpris car vos textes sont toujours superbement illustrés et là tout est brut.
Bonne journée.
thierry

Écrit par : thierry | 18/04/2017

Bonjour Christiane Riedel,


Psychologue, c'est aussi pour moi l'occasion de vous relater un de mes GRANDS RÊVES faits après l'élection Barack Aube-amas. Si je me rejouissais de son élection, mais l'idée du mariage homosexuel et surtout, l'adoption, la PMA et le GPA m'horrifiait. J'ai habité dans les années 88-89 un immeuble baptisé ":( La Maison Blanche). Le détail en passant,... Dans le rêve, pour apaiser ma colère Obama, me tendait un livre à la couverture en OR. Le message était clair: Ecris. Et depuis lors je ne peux m'empêcher d'écrire sous le nom de: Méla (noir)nippe. Je pense avoir bien interprêté mon rêve. Mais peut-être y voyez-vous autre chose... Je suis belge,...

Écrit par : Mélanippe | 18/04/2017

Nous sommes victimes de bien des tours de l'informatique qui a remplacé dans notre vie symbolique les anciens trolls, korrigans et autres faiseurs de farces ! Amitiés.

Écrit par : Ariaga | 19/04/2017

Réponse sibylline, mais si l'amitié est au rendes-vous....

Écrit par : Mélanippe | 19/04/2017

Rendez-moi moi mon "z"!.

Écrit par : Méla | 19/04/2017

Lire Jean-Francois Vézina. Les Hasards nécessaires. Son dernier livre est sorti. Les hasards. Quels hasards? Mon père s'appelait Jean et ma mère avait comme nom de famille FRANCOIS.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Quels hasards? Je suis née un 11 décembre 1954. Donc avec un petit calcul approximatif, je fux conçue au moment de la naissance de FRançois Fillon-filiation . Mais aussi hélas, à six mois du Fromage de Hollande (12 aout). Mon proche est né le 26 juillet (Jung) son meilleur ami (6 mai, juif arménien, Freud). Rencontrés: le 1er mai à midi en 2005: Brocante aux fleurs: Prénom de ma grand-mère: Flore. Je vous raconte pas le suite de mes synchronicités parce que vous n'en reviendrai pas. J'ai toutes les preuves cependant. Pas besoin d'un suaire.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Bonjour Bouzid

Vos lignes pour Pâques m'ont fait très plaisir et je vous remercie de vos voeux qui m'ont touchée.
Ma vie actuelle me demande des sacrifices, qui m'amènent à laisser de côté tout ce que je pouvais faire auparavant pour promouvoir les rêves. J'arrive à peine à écrire de temps à autre pour le blog.
Mais le temps reviendra.

Je suis heureuse d'avoir de vos nouvelles et j'aimerais bien que vous m'en disiez un peu plus. Que devenez-vous ?

A bientôt amicalement
Christiane

Écrit par : Christiane | 19/04/2017

Bonjour Thierry,

merci pour votre message et votre gentillesse.
Oui, vous avez raison, et votre remarque me fait plaisir, elle montre que vous appréciez les illustrations.
Oui, c'est vrai, le texte manque d'illustrations et moi, je manque de temps. Cela demande beaucoup de temps de chercher et de choisir les images.
D'habitude je peux déposer le texte quand je veux sur le blog. Mais ce lundi j'étais dans l'urgence : je me sentais désolée de ne pas avoir pu préparer quoi que ce soit pour le dimanche de Pâques. C'est alors que le rêve " Un très grand monsieur" m'est tombé comme par hasard entre les mains en fin d'après-midi ; j'ai compris en le lisant qu'il m'était donné pour mon blog, pour Pâques. J'avais juste deux heures de libre, et je n'avais pas le temps de chercher des images.
Puisque le sujet du rêve était le signe de la croix, combien j'étais heureuse d'avoir pu quand même déposer une étude pour Pâques, où la croix resplendit !

Comme vous le dîtes, il y a des moments en effet où l'on porte une croix, où l'on traverse une épreuve, mais je trouverai inapproprié de me plaindre, cela me semble si peu et même tellement dérisoire, par rapport à ce que d'autres personnes ont à vivre.

Amicalement
Christiane

Écrit par : Christiane | 19/04/2017

Bonjour Mélanippe,

Merci de partager votre rêve. Vous l' avez bien compris et surtout, vous l'avez mis loyalement en application en vous mettant à écrire.
J'irai un peu plus loin. Je vous propose les considérations suivantes :
Dans la vie extérieure, le sujet de l'adoption, de la PMA, de la GPA vous horrifie, vous êtes en colère.
Dans votre rêve apparait alors Obama, le métis noir et blanc, président à la Maison Blanche. L'image indique que le principe dirigeant de votre vie est noir et blanc : sans doute avez-vous compris la nécessité de concilier et de vivre les contraires.

Obama vous tend un livre à la couverture en or.
L'or inaltérable est un symbole courant de la divinité. Ce livre se présente donc marqué par la présence de la divinité.
Cependant, Obama vous donne ce livre pour apaiser votre colère au sujet des enfants adoptés par des homosexuels.
Le rêve vous inviterait-il donc à écrire pour apaiser votre colère en l'exprimant ?
De plus avec la couverture en or, le rêve vous montrerait-il aussi que cette colère est couverte, protégée par la divinité ? Elle serait l'expression de la colère divine.
On veut oublier et on a oublié ce que nos anciens savaient fort bien, on a oublié la colère divine, le dieu de colère, que ce soit Jupiter avec sa foudre ou Yahweh, l'Eternel, dieu des armées.
Dans notre société actuelle, où la colère est condamnée, votre rêve viendrait vous donner le courage de vous opposer à la mentalité ambiante.

J'ai traité dernièrement ce sujet sur mon blog.

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2017/01/30/initiation-alchimique-3087094.html

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2017/02/18/suite-alchimique-2-3087972.html

Vous choisissez alors le prénom antique "Mélanippe", la nymphe ou la sage. Maintenant on peut aussi s'amuser à entendre mélanie-nippes, celle qui s'habille de vielles guenilles noires, celle qui ne cherche pas à briller et éblouir par l'élégance de ses comportements, celle qui ne se soucie pas du regard des autres et ose ne pas se soumettre à la norme. Est-ce que je me trompe ?

Vous savez, le viel adage alchimique le disait et les rêves actuels le répètent :
" C'est le noir qui fabrique le blanc ".
J'ai traité aussi ce sujet très en détails dans mon dernier livre " Ces rêves qui vous protègent et vous guérissent, thérapie naturelle du corps et de l'âme."

Merci de venir échanger sur ce blog.
Amitiés
Christiane

Écrit par : Christiane | 19/04/2017

Christi"ane" mais pas celui Buridan. Nous allons nous entendre (Gabriel, celui qui féconde par l'OR eille). En astrologie égyptienne: Mon symbole est: "Ose" Iris. Celui doit doit ce cacher parce qu'il a de nombreux ennemis,... Imamiah. Le noir, oui, me protège. D'ailleurs, j'ad"or"le la réglisse (féminin et masculin-le bâton). J'ai passé toute mon enfance à Renaix en Belgique à côté de l'Eglise Saint Hermès et mon père était "oiseleur". Le langage des oiseaux.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Merci christiane,

Alors je vous m'est au défi d'analyser: ce rêve fait et romancé en 2003 après la mort de mon père. Ecriture presque automatique.
PROLOGUE



Le batelier du Rupel*



Trois septembre 2003, Olga a rendez-vous avec la vie. Ses pas la transportent vers le canal de Bruxelles à proximité du port, au croisement des grands axes.
Dans l'angle aigu d'une grue flottante, le soleil s'extrait voluptueusement de la brume matinale excitant à son passage les odeurs citadines et « industrières ».
Le jour s'amarre lentement aux cordages des rares bateaux.
L'eau glauque du canal se vêt d'étincelles miroitantes. L'heure de son rendez-vous avec un libraire qui lui avait promis un livre lui laisse encore un quart d'heure de répit.
Un vagabond est allongé contre un muret, il semble suivre le passage des rares promeneurs empressés d'accomplir le rituel de leur journée.
Ses yeux d'un bleu profond émergent d'une forêt de barbe aux reflets de sable gris blanc et doré. Olga s'attarde un moment près du vieil homme, fascinée par l'intensité de son regard. Celui-ci semble contenir toute l'histoire du monde .
Au pied du vagabond, une valise en cuir arbore de nombreuses vignettes ramenées de lointains pays. Une huppe empaillée règne fièrement sur le bagage, bien décidée à en protéger le contenu.
Ni l'indigent, ni l'oiseau dont les plumes se soulèvent dans le vent de fraîcheur matinal ne semblent s'effaroucher de sa présence. Une connivence s'installe entre eux dans un pacte silencieux.
L'homme se met à divaguer. Seuls quelques mots s'échappent de son marmonnement et lui parviennent clairement : BURGONDE et BURGRAVE.

*le 4 juin 1477, Marie de Bourgogne, Reine de hongrie accorde un octroi autorisant le creusement d'un nouveau canal de Bruxelles au Rupel.


L'oiseau observe la jeune femme du coin de son oeil de verre qui semble cligner ingénieusement. Comme dans un flash, le rêve qu'Olga a fait cette nuit resurgit de sa mémoire. Elle prend l'inouïe décision de le raconter au vagabond qui certainement n'y comprendra pas grand-chose.

Dans ce rêve, la narratrice y rencontre André, son voisin dans la rue qu'elle habite, un vieil homme qui l'invite à contempler sa collection de tableaux.
L'un de ceux-ci attire plus particulièrement son attention. Il représente un bateau dans le port de Bruxelles, au début du siècle, un marinier est accoudé au bastingage. Sa chemise bleue émerge de la brume matinale. Une jolie femme sur le quai, portant un panier se dirige vers l'avant-plan. André explique alors que ces tableaux datent de l'époque de ses parents. Il n'a pas vraiment connu son père qui un jour à l'âge de trente ans a disparu sans que personne n'ait retrouvé ses traces. Avocat près de la basilique, il lui arrivait d'acheter d'acheter quelques toiles.
Intriguée, Olga s'approche de chaque tableau et s'amuse à imaginer que les sujets mais aussi plus subtilement le jeu des formes et des couleurs racontent une histoire, mais aussi donne des indices sur la disparition de son père. Elle lui fait part de ses réflexions. Il lui révèle alors qu'il s'appelle BURGONDE, ce qu'elle ignorait et que tous les tableaux sont signés BURGRAVE. Olga ne peut s'empêcher de penser à un personnage de vieux barbon à la gravité pompeuse. Pourtant les tableaux dans leur brumeuse mélancolie laissent deviner l'intensité colorée de l'émotion. Un jour BURGONDE a-t-il rencontré BURGRAVE pour ne former qu'un seul être ?
Elle conseille à André de garder précieusement ses tableaux parce qu'aucun expert en art même doué n'y découvrira le mystère que recèle chacun d'eux et quitte la maison de son voisin, le laissant à ses réflexions.

Son récit terminé, Olga observe le vagabond : il sourit.
Trop absorbée par son récit, elle n'a pas remarqué la disparition de l'oiseau. Seule une plume poussiéreuse nargue le vent qui tente de la chasser. Mais le libraire attend sa visite...



De retour, Olga ne voit plus le vagabond. Lui aussi est parti, laissant sa valise que la vieillesse ne lui permet plus de trimbaler. Intriguée, et prenant malgré tout quelque risques, elle décide de l'emporter.

Le port de Bruxelles ce matin dans la brume chatoyante et ensoleillée a presque un air de fête.
Durant le trajet du retour, Olga prend une grande décision : elle n'ouvrira pas la valise avant un an.

Le voyage peut commencer.

Mich'aile.

Si je peux aussi vous aider/ les maladies par la connaissance de l'arbre généalogique (séphirotique). Une relation: généalogique.http://www.retrouversonnord.be/psychogenealogie.htm Je viens d'apprendre que j'avais un ancêtre qui s'est battu dans les armées napoléoniennes et qui s'appelait. Hermès Plahiers (tisserand)Héphaïstos (Forgeron et Athéna) (anagramme de Lesaphir). Du côté de ma mère les François (c'étais des Forgerons). Les DOGONS.Et comme vous le dites, concernant l'homosexualité, je ne suis pas du tout homophobe. Mon grand-oncle de qui je tiens mon goût pour l'écrit était bi, ami dze Cocteau et chapelier à la cours de Suède.
Comme aux échecs Le cavalier) mon héritage se fait par les oncles et les tantes en sautant par dessus les ancêtres directs.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Je vous mets au defi,...

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Bonjour Michèle,
J'apprécie votre intervention à sa juste valeur et également celles que je viens juste de découvrir. Je vous en remercie.
Cependant je ne comprends pas ce qui vous amène à parler maintenant de hasards, ni dans mon étude, ni dans les commentaires.

Je trouve important de répondre à votre commentaire, vos commentaires.
Pardonnez-moi, Michèle, je vous parlerai franchement. Je sais que ma franchise peut être détestable, et ici elle le sera, mais cela ne m'importe pas.
Voici ce que je considère :
La façon dont vous manipulez les dates, la façon dont vous tripotez des rapprochements porte un nom très précis dans le monde de l'inconscient et des rêves. Les rêves considèrent cette façon de procéder comme une maladie grave et appelle cela une intoxication au mercure. Les alchimistes redoutait cette intoxication.
Vous savez, quand on rapproche de façon approximative, tendancieuse et tordue des événements qui n'ont rien à voir les uns avec les autres, on tombe dans des propos douteux et problématiques, qu'il n'est pas difficile de contester et démonter.
Pour ma part vos démonstrations ne me convainquent pas, je les trouve tirées par les cheveux, elle irrite la raison.
Tout dans votre monde est considéré systématiquement comme une synchronicité.
La synchronicité est devenu chez vous un amusement intellectuel de pacotille.

Non, il y a dans Sainte Chronicité, comme l'appelle le grand Etienne Perrot, fils spirituel et traducteur de Jung, il y a dans Sainte Chronicité une dimension qui ne trompe pas. La véritable synchronicité remplit d'émerveillement, de crainte, de stupeur, et donne à éprouver ce que Jung désignait sous le terme de numineux. On y sent une intervention sacrée, on y sent le doigt de Dieu.
La rêveuse de mon récit sait ce que cela signifie, elle a rencontré "un très grand monsieur."

Je vous souhaite la même fraicheur d'âme et le même rencontre.
Christiane

Je viens de lire que vous me mettez au défi de vous interpréter votre rêve.
Pourquoi éprouvez-vous cette nécessité de me défier ?
Ce travail fait par une professionnelle mérite un salaire. Il me faudrait plusieurs heures de travail pour comprendre votre rêve en profondeur, puis le travailler en direct avec vous.
C'est moi qui vous mets alors au défi de me payer ce travail au tarif qu'il mériterait, au moins 500€, à 80€ de l'heure. L'interprète de rêves américaine Gayle Delaney prend, elle, 250 dollars pour 1 heure.
Vous avez du vous rendre compte en parcourant mon blog que mon travail n'a rien d'approximatif et répond à une grande exigence de rigueur.

Vous trouverez sur mon blog les conditions exactes pour une consultation :
http://christiane-riedel.blogspirit.com/consulter-pour-une-interpretation/

Écrit par : Christiane | 19/04/2017

Ah ! Merci Ariaga, votre réflexion m'a fait beaucoup rire et est parfaitement exacte.

Amitiés
Christiane

Écrit par : Christiane | 19/04/2017

Le mercure: Hermès. Vous confondez un roman, donc un rêve travesti. Il ne s'agit pas d'une transcription exacte du rêve. C'est impossible. Donc, plutôt que d'interpréter le rêve, interprétons sa traduction. Raison pour laquelle, il faut connaître l'entièreté de la personne pour interpréter. Et c'est toujours hasardeux.

Mais si vous êtes jungienne, vous devez connaître la synchronocité qui est le quotidien dans ce qu'il a de merveilleux. Un bout de ficelle. Dieu qui est dans l'inconscient ne signifie pas qu'il existe dans la réalité mais que nous convoquons notre mythologie personnelle qui parfois frôle l'inconscient collectif.

Michèle. Ce n'est pas dieu qui nous visite, mais nous qui visitons le Divin. Mais pour Mélanippe: c'est exact.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Le mercure: Hermès. Vous confondez un roman, donc un rêve travesti. Il ne s'agit pas d'une transcription exacte du rêve. C'est impossible. Donc, plutôt que d'interpréter le rêve, interprétons sa traduction. Raison pour laquelle, il faut connaître l'entièreté de la personne pour interpréter. Et c'est toujours hasardeux.

Mais si vous êtes jungienne, vous devez connaître la synchronocité qui est le quotidien dans ce qu'il a de merveilleux. Un bout de ficelle. Dieu qui est dans l'inconscient ne signifie pas qu'il existe dans la réalité mais que nous convoquons notre mythologie personnelle qui parfois frôle l'inconscient collectif.

Michèle. Ce n'est pas dieu qui nous visite, mais nous qui visitons le Divin. Mais pour Mélanippe: c'est exact.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Le rêve est pris dans les filets du refoulement et des inte"dits". il faudrait une caméra et encore en trois dimensions pour en saisir toutes les subtilités. Raconter un rêve, c'est déjà mentir (pas tout à fait). Le roman, lui, c'est du mensonge. Avec une part de vérité.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

J'ai un jour rêvé d'une pièce de Benvenuto Cellini sans savoir que Berlioz (qui n'est pas mon compositeur favori et dont je ne connaissais pas l'oeuvre a écrit cette oeuvre). Visitée par le divin. Je n'aurai jamais la prétention de le croire. Mais que les portes de mon inconscient sont accessibles à ce que d'autres ne voient pas, certainement.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

- Allongez-vous, je vais vous bénir. Le divin DIVAN de l'analyste. S'il suffisait d'une bénédiction sans analyse pour aller mieux, cela me semble pour le moins un peu "Magique".

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

L'arbre séphirotique est très clair: pas de solution magique.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Dernier courrier aujourd'hui Si je vous ai relaté le rêve de mon roman (qui n'était pas exactement mon rêve, mais en partie. Apparaissait surtout le nom de Burgrave et de Burgonde dont je ne connaissais pas du l'histoire - maintant: oui). C'est parce que je pense que s'y trouve un contenu qui concerne l'avenir du Monde qui va très, très mal (http://img.over-blog-kiwi.com/0/42/56/90/201309/ob_841747fa6da40cd05f020626cfeeea17_nadya-suleman.jp photo d'une mère qui a accouché de quatorze enfants suite à un chipotage génétique. Le père bien-sûr c'est barré. Mon avenir, je m'en fous (ce qui ne justifie pas une consultation). Mais étant liée à la judaïcité et donc dans la transmission, j'aurais aimé avoir votre avis. Soi-même, on ne voit que rarement. que m'importe de survivre, si le monde suivant n'est pas mieux. Et comme le disait Modiano: « Rue des boutiques obscures de Patrick Modiano
Pourquoi certaines choses du passé surgissent-elles avec une précision photographique ?En ce qui concerne le passage dans le nouveau millénaire, c’est comme de franchir une frontière en fraude pour déboucher dans un pays inconnu, sans avoir de carte de séjour.

Écrit par : Michèle | 20/04/2017

Bonjour Michèle,

je vous remercie tout d'abord du lien très intéressant que vous m'avez indiqué au sujet du mercure.
Je voudrais aussi vous dire combien je suis impressionnée par le temps que vous consacrez à faire part de vos considérations sur mon blog. Il m'est tout à fait impossible de vous répondre.
Je vous le redis, si vous voulez mon avis sur un sujet qui vous concerne, le plus simple est de prendre une consultation. Votre esprit est tellement rempli de pensées qui se bousculent, tellement fouillis, qu'il faut d'abord opérer un grand travail de simplification et de clarification rigoureuses, pour pouvoir ensuite étudier votre rêve.

Vous avez besoin d'être reprise et formée par un maître sévère et intransigeant qui vous oblige à penser selon les processus rationnels et logiques, pratiqués usuellement. Vous, vous laissez votre pensée divaguer, vous vous contentez d'amalgamer, d'agglutiner les affirmations, vous ne démontrez rien, vous ne faites aucune déduction, vous ne tirez aucune conséquence de tout ce que vous dîtes. Vous étouffez votre lecteur, même de bonne volonté.

Je vous souhaite bon courage pour ce travail essentiel qui vous permettra de sortir de votre fatras intellectuel et de parvenir à une communication plus aisée et plus agréable pour chacun.
Bien à vous
Christiane

Écrit par : Christiane Riedel | 21/04/2017

Christiane Riedel (rit-d'elle). Je vous remercie pour votre réponse et comprends votre difficulté à y voir clair. Nullement besoin d'être recadrée, j'y perdrais toute ma créativité. Si je devais vous raconter tous mes rêves, vous seriez très riches et moi ruinée. Si je bloque sur l'interprétation d'un de mes rêves, je ferai appel à vous. Mais bien souvent, il me faut attendre deux jours avant d'en comprendre le sens et que cela fasse TILT.

Donc, peut-être à plus.

Attention, j'ai rêvé, il y a trois semaines que je jetais le buste de César dans la mer Adriatique. J'étais en avion et le buste tombait sur une épave baptisée ARCADIA. Je suppose que ce rêve ne doit pas trop vous plaire.

Écrit par : Michèle | 21/04/2017

Bonjour Michèle,
Votre rêve a de quoi rendre triste en effet, moi-même ou quiconque. Il montre une épave dans la mer : c'est une façon de prendre contact avec l'inconscient qui, soit a échoué, soit est en train d'échouer soit va à l'échec. Cette image est toujours désolante.
Pour que je puisse peut être vous aider à comprendre votre rêve il serait nécessaire que vous répondiez à quelques questions :
Mes questions cherchent à obtenir de vous une définition, une description.
Je ne vous demande pas de me dire quel sens a pour vous telle image. Surtout, s'il vous plait, vous ne me donnez que quelques lignes par image, 3 ou 4, pas plus.

Qu'est-ce qu'un avion ?
Dans quel genre d'avion étiez-vous ?

Qu'est-ce que la mer Adriatique ?
Comment est cette mer ?

Qu'est-ce qu'un buste ?
Comment était cle buste de votre rêve ?

Qui est César ?
Quel genre d'homme était-il ? Qu'est-ce qui le caractérisait ?

Qu'est-ce que Arcadia ?

J'attends votre réponse

Christiane

Écrit par : Christiane Riedel | 24/04/2017

Les commentaires sont fermés.