Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2012

LE RÊVE DE BISMARCK (7): APPROCHE CRITIQUE DE L'INTERPRETATION FREUDIENNE

Il y a bientôt un an, j’ai commencé l’étude des rêves célèbres de chefs politiques ou militaires.

Selon l’ordre chronologique, nous voici maintenant arrivé au XIXème siècle. Nous allons voir le rêve d’un homme puissant, qui a transformé l’histoire de l’Europe : Il s’agit de Bismarck, qui, pendant presque 30 ans, de 1862 à 1890, fut ministre président du royaume de Prusse ; il construisit l’unité allemande et devint chancelier de l’empire allemand en 1871.

 

Situons d’abord ce rêve dans son contexte historique :

 

Un peu d’histoire

Depuis le Moyen Age, le saint Empire Romain Germanique était constitué du Nord au Sud de pas moins 350 états.

Voici une carte du Saint Empire en 1648, qui montre cette multiplicité des royaumes, duchés, comté, baronnies.

 

Holy_Roman_Empire_1648[1].jpg

Napoléon 1er, dissout ce conglomérat gigantesque et construit la Confédération du Rhin, composée de 39 états, dont la Prusse et l’Autriche sont exclues.

 

464473_1[1].jpg 

Il met ainsi en route le mouvement d’unification de l’Allemagne.

En 1815, après la chute de l’empereur, plusieurs états allemands s’unissent pour former la Confédération Allemande.

Allemagne-1820[1].jpg

En bleu turquoise le royaume de Prusse.

En jaune l’Empire autrichien

En différentes couleurs les autres états allemands formant la Confédération Allemande.

 

Au début des années 1860, l’Autriche et la Prusse s’affrontent en face de la Confédération. Le premier ministre prussien, Bismarck, veut développer l’importance de la Prusse et regrouper les états d’Allemagne du Nord sous sa direction, limitant ainsi le pouvoir de l’Autriche.

 

Otto+von+bismarck3.jpg

 

Cette montée en puissance de la Prusse entraîne les plus graves tensions diplomatiques.

 

Bismarck dans ses mémoires reproduit une lettre qu’il écrivit le 18 décembre 1881 à l’empereur Guillaume.

« Ce que me dit votre Majesté m’encourage à lui raconter un rêve que j’eus au printemps de 1863, dans les jours les plus difficiles, alors que nul œil humain ne voyait d’issue possible".

 

Rêve

« Je rêvai, et je le racontai le lendemain matin à ma femme et à d’autres témoins, que je chevauchais sur un étroit sentier des Alpes.

 

alpes21[1].jpg

A droite l’abîme, à gauche les rochers ; le sentier devenait de plus en plus étroit, si bien que mon cheval refusait d’avancer et que le manque de place rendait impossible de revenir en arrière ou de mettre pied à terre ; alors je frappai la muraille du rocher de ma cravache que je tenais dans ma main gauche et j’appelai Dieu à mon aide ; la cravache s’allongea à l’infini, le mur du rocher s’écarta comme une coulisse et ouvrit un large chemin d’où on voyait des collines et des pays boisés comme en Bohême et des troupes prussiennes avec des drapeaux. »

En rêve je me demandais comment je pourrais prévenir rapidement votre Majesté. » 

 

Le rêve décrit de façon très précise les difficultés croissantes que rencontre l’homme d’Etat et qui le font aboutir à une impasse. Il lui indique aussi la solution : frapper le rocher de sa cravache qu’il tient dans la main.

Le rocher est l’obstacle infranchissable, et pourtant il s’ouvre.

Avec l’image de la cravache, le rêve montre à l’homme d’état qu’il détient l’autorité. En l’imposant de façon brutale, il pourra trouver la solution : brusquer la situation, prendre l’offensive, déclarer la guerre à l’Autriche, et envoyer son armée en Bohême, comme l’indique l’image des troupes prussiennes avec des drapeaux, promettant la victoire.

 

sadowa.JPG

 

Le rêve emploie une image étonnante : la cravache s’allonge à l’infini,

Que penser de cette expression « s’allonger à l’infini »?

 

Ce rêve est venu conseiller Bismarck en 1863. On sait, d’après l’expérience avérée des spécialistes de l’interprétation des rêves, qu’il faut environ deux ans et demi, avant qu’un élément, montré en rêve, ne se réalise concrètement dans le monde terrestre.  On constate ainsi qu’en 1866, 3 ans après le rêve, eut lieu entre la Prusse et l’Autriche la bataille de Sadowa en Bohême, comme le rêve l’avait montré.

La Prusse victorieuse annexa de nombreux Etats et forma autour d’elle la Confédération d’Allemagne du Nord. Bismarck réalisa son ambition d’unifier l’Allemagne, qui s’étendit désormais de la Sarre au Niemen.

 

Allemagne-1867[1].jpg

En bleu turquoise la Confédération d’Allemagne du Nord, sous la domination prussienne.

En mauve l’Allemagne du Sud, l’Autriche et les pays voisins.

 

L’Europe, sous le choc, fut frappée d’un coup de tonnerre et constata soudainement « l’expansion vertigineuse » de la Prusse, selon l’expression des historiens.

Ne serait-ce pas là ce qu’indiquait l’image de la cravache qui s’allonge à l’infini ?

Cette expansion vertigineuse concerne tout aussi bien le pouvoir que prend Bismarck dans le destin de l’Allemagne. Il fait preuve d’ «une incroyable puissance ».

 

otto_v_bismarck.jpg 

Il veut unifier les États du Sud à la Confédération du Nord et par là-même réaliser l'unification totale de l'Allemagne. En 1870 il mène la guerre victorieuse contre la France, ce qui conduit à réunir les Etats du Sud à ceux du Nord. Ainsi est accomplie l’unification de l’Allemagne sous la domination prussienne.

 

otto_von_bismarck[1].jpg 

En 1871 l’Empire allemand est proclamé dans la Galerie des Glaces du Château de Versailles.

 

2ème reich 1870.jpg 

Bismarck apparaît comme le fondateur de l'Empire allemand, il en est l’homme le plus puissant.

En effet, il cumule plusieurs fonctions prépondérantes :

- Dans l'Empire, il est le Chancelier , appelé "le Chancelier de fer"; il est aussi le Président du Conseil Fédéral.

- Dans le royaume de Prusse, il est ministre-président et ministre des Affaires Etrangères.

 

Bismarck1866-198x300[1].jpg

Pour ces raisons la volonté du chancelier prime en général sur celle de l'empereur.

En 1890 l’empereur Guillaume II, arrivant au pouvoir, ne s’y trompe pas : Il dit même« Il s’agit de la question suivante : dynastie Hohenzollern ou dynastie Bismarck.»

 

BismarckGuillaume1er[1].jpg

Ce qu'annonçait le rêve s'est bien réalisé : la cravache, symbole de l'autorité, s'est allongée à l'infini, on ne peut dire jusqu'où elle s'étend.

 

Voyons maintenant

Une autre interprétation

Il me semble intéressant de vous faire connaître aussi une autre interprétation du rêve de Bismarck que donna l’ami de Freud, le Dr Hanns Sachs. Freud ratifia et publia cette interprétation dans son livre « L’interprétation des Rêves » (1) en 1899.

Après avoir montré avec beaucoup de justesse combien le début du rêve décrit l’impasse où se trouve Bismarck en 1863, Sachs effleure l’hypothèse d’un rêve prémonitoire qui cependant ne lui parait pas justifiée. Il interprète ce rêve selon la théorie freudienne, comme l’accomplissement d’un double désir :

D’une part ce rêve accomplirait le désir de Bismarck de mener une guerre victorieuse sur l’Autriche.

D’autre part, selon Sachs et Freud, le rêve de cet homme de 48 ans est la réalisation d’un désir très lointain, remontant à l’enfance, celui de se masturber, désir qui ne concerne pas la vie actuelle du rêveur mais son passé. Le rêve vient ainsi satisfaire un désir que l’enfant  Bismarck  aurait éprouvé environ 40 ans auparavant.

 

220px-Bismarck11Jahre[1].jpg 

Sachs écrit :

« La cravache, la canne, la lance et tous les objets de cette espèce sont des symboles phalliques courants ; mais quand cette cravache possède encore la propriété de s’étendre, particulière au phallus, aucun doute n’est plus possible. Le fait de prendre la cravache dans la main est une allusion très claire à la masturbation. Il ne s’agit évidemment pas de la vie actuelle du rêveur, mais d’un désir d’enfance très lointain…. Nous avons ici un exemple type de déformation du rêve parfaitement réussie. L’inconvenant a été retouché.. .C’est un cas idéal d’accomplissement de désir réussi sans que la censure en souffre. »

 

Censure[1].jpg 

Vous pourrez lire cette analyse in extenso, en allant sur le lien :

didel.script.univ-paris-diderot.fr/claroline/.../download.php?url...

 

A la première lecture on semble séduit : l’étude paraît subtile. A la réflexion, elle se révèle élucubrée. Les affirmations sont gratuites et s’appuient sur des phrases du genre : « Nous pouvons aisément admettre que… ». La démonstration compliquée ne repose sur aucun fait vérifiable.

Qu’est-ce donc qui permet, entre autres choses, d’affirmer que le jeune Bismarck a refoulé son désir de se masturber ? Mais qu’en sait-on ?

Quant à un pénis, comment prétendre qu’il s’allonge à l’infini ?

Et qu’est-ce qui permet d'établir la comparaison entre une cravache, une lance, une canne et le membre viril ? En quoi la métaphore est-elle démontrée, justifiée ?

Ne trouvez-vous pas que ce sont là des "équivalences symboliques extravagantes"* ?

Cette interprétation ne serait-elle pas un exemple d' "affabulation freudienne", comme le dénonce le titre du livre du philosophe Michel Onfray ? (2)

 

whats-on-a-mans-mind[1].jpg 

Mais revenons au rêve pour conclure :

Bismarck, en recevant ce rêve, a fait la même expérience que connaissaient déjà les hommes politiques à travers les âges. Je ne peux pas tout citer, je me suis limitée aux exemples de Gédéon, Alexandre, César. Il en existe bien d’autres. Ces hommes tenaient compte de leurs rêves pour prendre leurs décisions.

 

vonbismarck_otto[1].jpg

  

La prochaine fois, nous verrons comment le général Patton, chef des armées américaines qui libérèrent la France, reçut un rêve qui le mena à la victoire.

 

* "équivalences symboliques extravagantes" : l'expression est de Michel Onfray.

 

Bibliographie :

(1) "L’interprétation des rêves" de Freud, 1899, p. 325 et suivantes

(2) "Le crépuscule d'une idole, l'affabulation freudienne", Michel Onfray, éditions Grasset.

 

 

Illustrations

Je remercie les artistes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.

Chemin dans les Alpes : pierre.chaumeil.pagesperso-orange.fr

Sadowa :rights.bellona.pl ; Ouvrage de Ryszard Dzieszynski : Sadowa 1866

Bismarck dans son bureau en 1886 : de.wikipedia.org

Bismarck chancelier : born-today.com

Guillaume 1er et Bismarck : histoiresincroyables.odigale.fr

Bismarck à 11 ans : fr.wikipedia.org

Censure : garandel.e-monsite.com

Sigmund Freud : "What’s on a man’s mind…": priceminister.com

Auteur non identifié ; serait-ce Octavio Ocampo ?

Bismarck : born-today.com

 

Commentaires

J’ai pris plaisir à consulter votre article

Écrit par : devis mutuelle | 29/03/2012

j'ai lu le rêve de Patton avant celui de Bismark, Si j'ai lu avec intêret le rêve "prémonitoire " de ces 2 hommes, je n'en reste pas moins septique quand à l'interprétation de ces rêves. En effet parlant de Patton, il me semblait être un homme intelligent anticipant les choses, ce qui a pu d'une manière intuitive et réfléchie le faire agir comme il l'a fait. Penser fortement à quelque chose de manière censée, avec la volonté de résoudre un problème, permet de solutionner le-dit problème d'une manière avant-gardiste et peut se traduire bien évidemment dans un rêve.
Quand à Bismark je reste dans le même état d'esprit, qui de plus est , interpréter ce rêve de 2 façons différentes me laisse m'éloigner du rêve dit "prémonitoire".
merci pour ces sujets de reflexion.
Cordialement.

Écrit par : riou odile | 13/04/2012

Les commentaires sont fermés.