Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2011

LE MASSACRE

  

scene-du-massacre-des-innocents---leon-cogniet[1].jpg

La dernière fois j’ai raconté comment le rêve a permis à l’enfant Jésus d’échapper au massacre des innocents, ordonné par le roi Hérode Archélaüs.

Mais il n’y a pas qu’Hérode qui commette des massacres.  Il s’en commet à notre époque comme autrefois…Et si nous-mêmes, nous étions aussi des tueurs ?

Et si, comme pour Joseph, un rêve venait nous en prévenir ?

Voici le rêve de Mélissa.

 

Circonstances

Mélissa a passé sa vie à se consacrer aux autres et le fait toujours. Elle aime les autres, certes, mais plus qu’elle même. Elle donne, mais elle s’oublie. Elle ne s’est pas occupée d’elle, n’a pas pris en considération ses besoins personnels et aujourd’hui, les années passant, elle se retrouve affaiblie et a besoin d’une vie calme. Actuellement, elle envisage d’aller rendre visite à sa vieille maman qui habite sur un autre continent. Ce voyage lui permettra aussi d’échapper au froid hivernal.

  

post_neige03122007[1].jpgAlbum407755[1].jpgUn rêve vient alors la visiter.

 

Rêve

Je me retrouvais dans un état de guerre entre deux groupes, comme entre les Allemands nazis et les Français.

 Il y avait un accord entre ces deux ennemis : des périodes de couvre-feu avaient été établies, et elle étaient respectées de chaque côté. Ainsi, il y avait des heures de guerre où l’on se détruisait et des heures de couvre-feu où l’on se laissait tranquille.

Aux heures de couvre-feu, des danseurs et des musiciens évoluaient sur une esplanade, c’était joli, c’était agréable.

Pendant cette période de couvre-feu,  je me suis retrouvée avec deux obus entre les mains. Ces obus étaient très fins. Je les ai mis dans une mitrailleuse.

Malgré la convention, quelqu’un a dit : « Faire feu ! » J’ai tiré.

Les obus ont tapé dans un endroit où beaucoup de gens étaient réunis et dînaient  dans un restaurant.

J’ai tiré dans ces gens, c’était un massacre total.

  

dyn002_original_720_540_pjpeg_2683977_f8dfbc50b8ffa8fe9a02680a7e555760[1].jpg

Appel-du-18-juin-2[1].jpg  

Interprétation

 

Un état de guerre

L’image d’entrée indique la situation. Il est évident que cette situation ne peut être qu’intérieure. Dans le monde extérieur Mélissa a une vie très paisible et ne connaît pas de conflit avec son entourage.

 

La guerre entre deux groupes, comme la guerre entre les Allemands Nazis et les Français.

Les Nazis apparaissent souvent dans les rêves. Ils désignent des façons de penser tyranniques, qui donnent la préférence à des idéaux arbitraires. Cette image indique à la rêveuse qu’elle s’impose des « diktat », elle exclut d’autorité certaines attitudes qu’elle condamne injustement.

Il s’agit là de critiques qu’elle se fait, ou d’activités qu’elle s’impose ou rejette, parce qu’elle croit que c’est bien au nom des « Il faut… je dois ».

A quoi cela lui fait-il penser ?

Mélissa s’est toujours contrainte à toutes sortes d’activités pour les autres, mais en ce moment  elle ne voit pas à quoi le rêve peut bien faire allusion.

 

Des périodes de couvre-feu avaient été établies et elle étaient respectées par chacun des ennemis. Ainsi, il y avait des heures de guerre où l’on se détruisait.

  

34050[1].jpg1338130154_small[1].jpgbombardement-13-triage-de-juvisy-depot-cote-paris-christian-perilhou[1].jpg 

     

 

  

  

  

  

  

Et des heures de couvre-feu où l’on se laissait tranquille.

Le rêve indique ainsi que le rêveuse vit dans le déséquilibre : elle passe d’un état à l’état contraire ; par moments elle fait la guerre contre elle-même, et à d’autres elle se « fiche » la paix et donne la préférence à une vie tranquille.

un-bel-apres-midi[1].jpg

 

Aux heures de couvre-feu, des danseurs et des musiciens évoluaient sur une esplanade, c’était joli, c’était agréable.

 Il y a des moments où notre amie s’accorde de plaisantes périodes de détente, de repos, comme c’est le cas en ce moment.

le-bal-populaire[1].jpgtango_tmp[1].jpg

 le-violoncelliste[2].jpg

  

Pendant cette période de couvre-feu,  je me suis retrouvée avec deux obus qu’ on m’a mis entre les mains.  Ces obus étaient très fins. Je les ai mis dans une mitrailleuse.

Malgré la convention, quelqu’un a dit : « Faire feu ! » J’ai tiré.

 

Les obus

Ce sont des armes fabriqués pour détruire. Tous ces objets n’ont rien à voir avec l’interprétation traditionnelle de la psychanalyse freudienne qui les interprète comme un sexe masculin.

En général toutes les armes désignent des pensées négatives, des critiques que l’on adresse à soi-même ou aux autres. Ce sont souvent aussi toutes sortes d’arguments qu’on objecte pour repousser un choix ou une attitude.

obus-fragmentation[1].jpg

ts[1].jpg

  

Mélissa ne voit toujours pas à quoi cela peut correspondre dans sa vie et nous pataugeons.

Cependant, je n’ai aucune inquiétude. Je sais que quelquefois le sens du rêve surgit seulement à la fin de l’analyse.

 

Les obus ont tapé dans un restaurant où beaucoup de gens dînaient. 

Un restaurant

Pour Mélissa, c’est un endroit où l’on passe du bon temps sans se stresser, c’est un endroit où l’on se restaure et prend des forces.

  

pause[1].jpg    0909540001246469525[1].jpg                

 troquet[1].jpg

  

  

Que se passe-t-il en ce moment ? Où Mélissa se trouve-t-elle en conflit entre deux choix ? Qu’ est-elle en train de décider qui va lui nuire, l’empêcher de prendre du bon temps, de vivre tranquillement ?

Mélissa sursaute.

- Mais je sais, s’exclame-t-elle ! L’agence de voyage vient de me proposer un billet d’avion pour partir plus tôt chez sa mère, le 21 décembre et non le 31. J’ai hésité et j’ai demandé le temps de réfléchir. Et c’est juste après que j’ai reçu ce rêve de massacre.

- Alors, Mélissa, quel est donc ce conflit en vous ?

- Oui, je vois maintenant : je trouve bien l’idée de partir le 21 décembre, mais d’un autre côté j’aime prendre mon temps et faire les choses calmement.

le-marche[1].jpg

- Donc, pour le rêve, il y a d’abord les troupes nazis qui veulent imposer un ordre général et arbitraire, sans respecter les particularité individuelles. Vous voyez à quoi elles correspondent ?

- C’est vrai, je me dis qu’ il faudrait que je parte le 21. Cela me rallongerait de 10 jours mon séjour au soleil et puis je passerais les fêtes de fin d’année avec ma mère et mon frère. Cela leur ferait très plaisir.

- Eh bien, les voilà vos deux obus !

- Vraiment ! Les rêves ont de drôles d’images !

- Attendez ! Vous avez bien là deux arguments massue, des arguments qui tuent ! Impossible d’y résister ! Et que montre le rêve ? Que se passe-t-il si vous cédez à ces raisonnements ?

- Je vais devoir me bousculer et me retrouver stressée, bonne à rien, épuisée. Cela va être le massacre.

massacre 3.JPG 

Mélissa voit maintenant clairement sa situation. L’agence lui a proposé departir le 21, elle a hésité et voulu réfléchir. Le rêve vient immédiatement lancer une alerte dramatique pour orienter son choix. Il est vital pour elle de suivre son rythme, respecter ses besoins individuels, au lieu d’avancer la date et de se mettre la pression pour des raisons contestables.

 

 stress_tendue[1].jpg

mod_viv_acry04[1].jpg 

Voilà un conflit fréquent dont nous n’avons pas conscience :

Ne faisons nous pas souvent nos choix en fonction d’idées préalables, en fonction des autres, pour leur faire plaisir, pour faire bien. ? Voilà, selon le rêve, un idéal tyrannique. Quelle considération avons-nous alors pour nous-même, nos limites, nos besoins individuels ?

Et si le rêve choisit la situation historique de la deuxième guerre mondiale, c’est que le conflit de Mélissa correspond sans doute à un conflit fréquent.

 

On entend tous les jours aux informations à la radio, à la télévision, que des massacres ont lieu partout dans le monde, partout, partout ! C’est affreux ! C’est horrible !

Mais ce qui se passe dans le monde extérieur a lieu tout autant dans le monde intérieur, ici, dans notre monde occidental en paix. Soupçonnons-nous tous les massacres que nous accomplissons sur nous mêmes, en croyant bien faire ?

 

Et si maintenant vous rêvez de massacre, de tueries, de tortures, de guerres, de bombardements, cherchez d’abord en vous même dans quelle situation vous êtes en train de vous infliger ces mêmes traitements.

Alors, commençons par ne pas nous détruire nous-même ! Le rêve vient nous le rappeler.

Le rêve est le gardien du bien être et de la vie. Vous en avez aujourd’hui une preuve de plus

 

femme-au-violoncelle[1].jpg

 Illustrations

 Je remercie les artistes et photographe qui m’ont permis d’illustrer mon blog. Je remercie en particulier aujourd’hui l’artiste Jacqueline Hubert de mettre ainsi gratuitement à la disposition du public ses tableaux aux couleurs si chatoyantes et chantantes :

http:// www.jacqueline-hubert.com

Le massacre des innocents, tableau de Léon Cogniet, 1794-1880

Pays chaud : echapee.over-blog.com

Pays froid : http://www.loeildulynx.fr

Défilé des Waffen SS en juillet 1940 devant le Reichstag à Berlin :http://worldismad.fr

A tous les français, Appel du 18 juin :beaugency.over-blog.com

Hitler :http://www.devoir-de-philosophie.com

De Gaulle : http://montemarano.wikispaces.com

Soldats allemands arrêtant des Juifs : ?

Attaque : http://67.img.v4.skyrock.net

Bombardement de la voix ferrée à Juvisy :http://aaspp91.files.worldpress.com

Toutes les images suivantes viennent du site de Jacqueline Hubert :

http:// www.jacqueline-hubert.com

Le marché

Un bel après-midi

Le bal populaire

Tango

Le violoncelliste

Obus :http://www.science-et-vie.net

Mitrailleuse :http://rpmedia.ask.com

Pause : http:// www.jacqueline-hubert.com

Au restaurant : http://www.galerie.com.com

Troquet : http:// www.jacqueline-hubert.com

Massacre :http://www.wgsebald.de

Femme au violon de Jacqueline Hubert

 

 

Commentaires

Quel bel outil que le rêve pour semer la paix sur la planète! À commencer par soi...

Écrit par : Paule M. Boucher | 24/01/2011

Quel bel outil que le rêve pour trouver sa propre individualité et son propre équilibre personnel, le rêve nous donne à tous cette faculté de tendre à devenir vraiment "Soi".
Merci Christiane.

Écrit par : Aurora | 05/02/2011

Les commentaires sont fermés.