Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2010

L'ARAIGNEE 2

 

La dernière fois nous avons vu le rêve prévenir Marc que son couple était en danger. Sa collègue Michelle en effet répétait ses tentatives de séduction et Marc, apparemment naïf,  ne voyait pas qu'elle était en train de le détourner de son amie Sylvianne. 

Spinne.jpg spider_web.jpg

sandrine-de-montmort.jpg  

 

 

 

 

Grâce au rêve, il a pris conscience de la gravité de la situation et, comme le rêve le lui indiquait, il a repoussé Michèle. Il n'empêche que, de son côté, Sylvianne reste ulcérée. Le comportement de Marc a été ambigu. Tourmentée, elle se demande si elle peut lui faire confiance.

Sur ces entrefaites, elle reçoit un rêve.

 

Rêve

Un feu de camp la nuit. Je suis à côté. Nous faisons un exercice. Nous sommes avec une psychothérapeute. Elle est assise sur une chaise et nous passons chacun à notre tour jeter quelque chose dans le feu, pour le brûler.

En fait, le but de cet exercice, c'est de jeter au feu, de brûler des aspects de soi, symbolisés par des objets, dont on ne veut plus.

Une femme jette un journal. Je vois un gros titre en noir sur la première page du journal.

Je dis alors à la thérapeute :

- Il faut oser jeter un journal dans le feu.

C'est comme si ce n'était pas conventionnel, pas sérieux, pas correct. Néanmoins, j'admire la femme pour son audace.

 

Interprétation

Un camp, un exercice

Un camp est un endroit dans la nature, qu'on a aménagé pour pouvoir y séjourner provisoirement. Puisqu'il est question d'exercice, nous pouvons en déduire que ce camp est un moment où l'on vient s'entraîner et apprendre de nouvelles compétences.

Le rêve explique ainsi d'emblée à la rêveuse que la période perturbée qu'elle traverse est en fait un temps d'apprentissage et d'entraînement dans des conditions naturelles. Comme l'a montré l'image de l'araignée, le danger que vient de courir le couple fait partie des aléas de la vie naturelle, en ce qui concerne les mouvements de l'instinct. Il convient cependant de savoir comment réagir devant ce conflit et les ressentiments qu'il a provoqués.

 

Le feu de camp, la nuit

Ce feu de camp la nuit a été fait par l'homme. Ici, il est contrôlé et bienfaisant, il répand de la chaleur et éclaire l'obscurité.

 feu-de-camp.jpg

 La thérapeute

Dans les rêves, on constate que chaque être possède en lui une instance thérapeutique intérieure qui veille à sa santé, à son bien-être, à son équilibre. Elle se présente sous diverses façons selon le soin à donner : ce peut être par exemple le médecin, le gynécologue, le chirurgien, le dentiste. Ici, le rêve choisit une psychothérapeute ; il montre ainsi qu'il vient s'occuper de la psyché, de l'âme de la rêveuse, agitée par toutes sortes d'émotions et de pensées qui la déstabilisent.

 

 souffrance 2.JPG   

00763870-photo-celine-geraud-et-fiona-johanna-carine-et-lise-autour-du-feu-de-camp-de-l-ile-de-la-tentation.jpg 

L'exercice autour du feu a donc un but thérapeutique et le rêve le précise :

 

Nous passons chacun à notre tour jeter quelque chose dans le feu, pour le brûler. En fait, le but de cet exercice, c'est de jeter au feu, de brûler des aspects de soi, symbolisés par des objets, dont on ne veut plus.

La puissance thérapeutique du rêve demande à Sylvianne de renoncer à un aspect d'elle-même dans un entraînement au dépouillement. De quoi peut-il donc s'agir pour notre amie ?

 

Une femme jette un journal. Je vois un gros titre en noir sur la première page du journal.

Un journal

Le journal apporte des informations d'actualité au sujet d'événements dans le monde.

Le gros titre indique au premier coup d'œil la dernière annonce sensationnelle qui déclenche l'émoi, et au niveau symbolique sa couleur noire indique son côté sombre et négatif.

Comme Sylvianne, vous avez bien compris, ami lecteur, que ce journal avec son gros titre symbolise le gros choc et les affects, les émotions, les pensées de la rêveuse au sujet de l'araignée écrasée.

Une femme jette un journal

28255-journal-papier.jpg  gros titre.JPG   

 

Dans un geste volontaire, on jette un journal qui n'est plus d'actualité, quand les informations données sont dépassées. L'image montre ainsi qu'il est temps pour Sylvianne de décider de ne plus revenir sur l'événement, de tourner la page.

 

Sylvianne a un sursaut. Elle s'écrie :

« - Pardon ? Comment ? Le comportement ambigu de Marc, ses sentiments grandissants pour Michelle, la place qu'il lui a faite dans sa vie sans en avoir l'air, l'idée qu'il aurait pu « foutre en l'air » notre couple, ces faits là je dois les oublier ?

Et mon sentiment de femme trahie, alors ? Et la confiance que j'ai perdue ? Ce n'est rien tout ça ? Vous y allez un peu fort !

 feu.jpg 

 9J87A47PXC_Scarlett_Johansson_-_Mary_Ellen_Matthews_Photoshoot_13_[1].jpg

- Ecoutez Sylvianne, je comprends très bien que vous éprouviez des résistances, mais ce n'est pas moi qui vous donne ce conseil, c'est votre monde intérieur via votre rêve, moi, je me contente de faire avec vous les déductions qu'impose l'image de votre rêve.

Revenons donc à ce que dit votre rêve. Que faîtes-vous, quand la femme jette le journal au feu ?

 

Vous dîtes à la thérapeute :

« - Il faut oser jeter un journal dans le feu ». Et vous ajoutez même : « C'est comme si ce n'était pas conventionnel, pas sérieux, pas correct. »

Que déduit-on d'abord de votre affirmation ? Garder le journal, ce serait correct, sérieux, conventionnel. Vous avez pris l'affaire au sérieux, correctement, et vous avez réagi de façon conventionnelle.

Qu'est-ce que ça veut dire ?

Tous vos affects, vos émotions, toute votre indignation, votre colère, votre sentiment de femme trahie, toutes vos pensées négatives sont correctes, mais conventionnelles. Vous ne devez pas en rester là. Le rêve vous propose à vous, dans votre cas personnel, de lâcher, de dépasser cette attitude habituelle des femmes envers leur conjoint frivole. Au feu tout ça ! Et vous le dîtes clairement :

« Il faut oser jeter ce journal dans le feu. »

mains-accueil2.gif mains ouvertes.jpg

N'oubliez pas, le rêve vous invite à un exercice de dépouillement qui n'est pas aisé. Cette attitude conventionnelle, dont il est question de vous défaire, correspond à un aspect de vous dont vous ne voulez plus. Voyez-vous lequel ? »

Qu'est-ce donc qui oblige encore la jeune femme à revenir sur le flirt de son conjoint, à y repenser, à continuer de remuer des émotions négatives ? Sylvianne cherche en elle, réfléchit et me répond :

« - Un aspect de moi ? Alors le rêve me monterait que dans mon couple je serais trop exclusive, trop possessive ? Ce serait alors un côté dominant en moi, qui veut que la vie du couple soit selon mon idée, selon mon attente ? Ce pourrait être aussi dans l'espoir de protéger celle en moi qui est vulnérable, qui veut des assurances et des sécurités ?

En fait je devrais comprendre que mon homme ne m'appartient pas ? »

homme ds un bar.jpg

 

Voilà une idée déconcertante, difficile à admettre. Voilà la nouvelle attitude que le rêve propose à Sylvianne d'adopter audacieusement.

Et dans son rêve Sylvianne remarque :

- J'admire cette femme pour son audace. 

La rêveuse a fait confiance à son rêve et en a accepté le conseil avec bonne volonté. Elle a accompli un véritable effort sur elle-même pour se détacher de ce qu'elle estimait être un acquis, une évidence, un dû, une propriété. Elle a sacrifié son point de vue. Elle a pardonné, elle s'est assouplie, élargie, ouverte. Et selon le rêve elle a fait preuve d'une attitude admirable.

Le rêve lui a ainsi fait suivre un entraînement au détachement. L'exercice a eu un effet initiatique, thérapeutique : sa blessure a été soignée, la relation avec Marc aussi. Marc a été touché de l'esprit ouvert et généreux dont Sylvianne faisait preuve, il a compris sa faiblesse, il a aussi compris ce que signifiait le mot fidélité. Les liens dans le couple se sont alors trouvés renforcés.

 

Comme la voie des rêves  est surprenante ! Elle est déroutante, mais elle est sûre.

 

Caspar_David_Friedrich_019.jpg

 

Illustrations

Sandrine de Montmort ; http://www.mybestactressbook

Feu de camp : http://www.feerie.normandie.com

Le feu, la psychothérapeute et le groupe : http://img .ozap.com

Feu : http://b9.img.v4.skyrock.net

Mains qui abandonnent : http://blogimages.skynet.be

Mains qui reçoivent : http://1.p.blogspot.com

Homme et femme : http://be.img.v4.skyrock.net

Femme devant le soleil couchant ; tableau peint en 1818 par le peintre allemand Caspar David Friedrich.

 

Commentaires

analyse très claire...chapeau! et merci.

Écrit par : Judith | 26/05/2010

Merci pour ce beau témoignage, dans la continuité de ton oeuvre, une suite de chefs d'oeuvre ?

Au chalet, nous avons assisté à un culte donné pae le pasteur de Briançon, ancien banquier très haut placé, de multinationales...,

Son message du jour :
Le contraire de la religion n'est pas l'incrédulité... mais la peur.

Je retrouve ce massage dans ta rédaction...

Encore merci

je t'embrasse

Jacques et bonne semaine.

Écrit par : Riedel Jacques | 08/05/2011

je m’autorise à faire un lien sur mon blog car cela faisait un certain temps que je cherchais un article sur ce thème.

Écrit par : mutuelle optique | 01/03/2012

Les commentaires sont fermés.