Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2008

LE RÊVE MEDECIN, CH. 4

SŒUR EMMANUELLE SE MASTURBAIT

soeuremmanuelle.jpg

Sœur Emmanuelle a décidé de faire publier après sa mort son livre « Confessions d’une religieuse ». Elle y raconte qu’elle se masturbait. Les médias se sont emparées de ce récit pour en faire une nouvelle à sensation. 

confessions d'unereligieuse.jpg
 Le matin du 29 octobre 2008, j’ai lu sur Internet que 4193 articles ont déjà été écrits à ce sujet. Les réactions contradictoires se multiplient. Les uns approuvent chaleureusement, les autres réprouvent froidement. prêtre pur.jpg

 

Oui, la masturbation, et surtout la masturbation féminine est un sujet encore tabou.
   
 

luxure.jpg

 

 

Regardons d’abord l’origine du mot : il est composé à partir de « manus » : main et de stupratio : action de souiller. Il apparaît dans la langue française en 1580, utilisé par l’écrivain Montaigne. Cependant cette activité n’a pas attendu le XVIème siècle pour être pratiquée. Elle est vielle comme l’être humain. Il s’impose d’évoquer rapidement dans l’antiquité grecque l’école des philosophes cyniques, 500 ans avant J. C. dont le plus célèbre représentant était Diogène, qui fut considéré comme un grand sage.

_diogene-de-sinope_H211054_L.jpg
Ces philosophes préconisaient un retour total à la nature, dénonçaient les conventions et refusaient de se soumettre aux interdits qui relèvent de l’arbitraire social. Pour un Cynique, le plaisir que procure la sexualité est un plaisir naturel, instinctif, qui ne diffère en rien de celui que connaissent les animaux.

 

On raconte qu’au deuxième siècle après J.C, le médecin philosophe Galien, le plus grand médecin grec avec Hippocrate, disait préférer la masturbation à l’union avec une courtisane.

galien.jpg

Il justifiait sa position en expliquant que l’obligation d’une partenaire sexuelle, met l’individu dans la dépendance et par conséquent restreint son autonomie et sa liberté.
 

La masturbation n’a été condamnée qu’assez récemment dans l’histoire de l’Occident. Le choix du verbe souiller indique bien cette notion de saleté, d’impureté, de péché.
Pourquoi ? Mon propos n’est pas de vous faire l’historique de cette création du plaisir, pour pouvoir répondre à cette question.
Je soulignerai avant tout le nombre de ceux, qui quand-même s’élèvent contre la condamnation de la masturbation et j’aime bien ce propos de Woody Allen :
« Ne te moque pas de la masturbation. C’est faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime. »

Dans notre société actuelle, on ne tient compte que du point de vue conscient. On réfléchit, on pense, on analyse selon des normes imposées par des modes, des médias ou la tradition.
Et que fait-on du point de vue de l’inconscient ? On rêve la moitié de sa vie, et l’on ne tient pas compte de ce côté de l’être ? C’est comme si une partie du monde prétendait dominer, gouverner l’autre, en ignorant son existence. Et c’est bien ce qui se passe, le conscient  ignore l’inconscient ou prétend le dominer.

 eclipse de soleil.jpgQue fait-on de la vie intérieure, la vie des émotions, sensations, ressentis, intuitions ? Que fait-on de la vie instinctive ? Cependant c’est bien là ce dont le rêve s’occupe, de façon à garder l’équilibre entre le conscient et l’inconscient.

 Le but de mon blog, c’est de vous présenter le point de vue de l’inconscient. Et puisqu’ aujourd’hui le sujet du plaisir individuel est à l’honneur, il serait bienvenu de savoir si rêve parle de la masturbation ? Et de quelle façon ?
C’est ce que nous allons voir aujourd’hui. Le rêve que je vous présente maintenant est extrait de mon livre "Amour et Sexe dans vos Rêves", aux éditions Trajectoire.

 livre_amour et sexe dans vos rêves.jpg

 

 

 

Myriam a atteint la cinquantaine. Elle mène une vie professionnelle dans un milieu difficile, et une vie conjugale très problématique, parfois insupportable : son mari, ravagé par l’alcoolisme, a été mis en incapacité de travail. Elle se sent démunie et bien seule.
 

solitude_autumne.jpg

 Elle reçoit un rêve qui la surprend et qu’elle voudrait bien comprendre. Elle me demande de le lui expliquer. Le voici :

 Rêve : La tartelette aux abricots

Je me trouvais à une table, avec une fille qui m’agaçait profondément. Sur la table il y avait une tartelette aux abricots sous cellophane.
 Je n’étais pas contente, car la fille se servait en ayant découpé un petit bout de cellophane et en en prenant par en dessous.
Je lui disais d’enlever le papier, de me découper un morceau et d’en offrir aux autres.

tarte aux abricots.jpg

Elle me répondait que c’était pour nous. Elle trouvait qu’il n’y avait pas besoin de partager avec d’autres puisque les autres d’ailleurs ne nous en offraient pas non plus.
En se servant, elle a fait tomber des abricots par terre. Je m’attendais à ce qu’elle les ramasse. Eh bien non ! Elle les laisse par terre et ça m’a mise très en colère, car la tarte se trouve dégarnie et c’est une part que, moi, j’avais envie de manger.

 Interprétation

Une fille qui m’agaçait profondément
Pour la rêveuse, la fille du rêve a environ une trentaine d’années ; Myriam l’appelle une « fille »  parce qu’elle vit seule et indépendante. Cette fille désigne donc Myriam qui, malgré son apparente vie de couple, se trouve dans une profonde et douloureuse solitude. Fleur des champs.jpg

Sur la table, il y avait une tartelette aux abricots
Voilà une promesse de plaisir avec des fruits dorés, juteux, fondants, qui évoquent, pour Myriam, l’été, les vacances, la détente, le bonheur de vivre.
Qu’est-ce donc que ces promesses de plaisir, quand elle se trouve avec une facette d’elle-même qui vit seule ?
La rêveuse, très gênée, me répond que ce sont les douceurs de la masturbation.

La fille avait découpé un petit bout de cellophane et se servait par en dessous.
Je cherche les associations au sujet de la cellophane qui protège la tartelette. Qu’est-ce qui protège la tartelette ? Qu’est-ce qui se trouve par-dessus des caresses voluptueuses ?

 Mon-petit-doigt-m-a-dit_image_main_item.jpgEt que pensez-vous, ami lecteur, de ma situation d’interprète, quand je dois traduire cette image à la rêveuse ?  Eh bien ! Je fais mon travail courageusement, honnêtement : j’explique à Myriam que quand elle se sent le besoin de se masturber, elle n’ose pas s’accorder franchement du plaisir. Elle y va par en dessous. Au lieu de poser directement, ouvertement sa main en contact avec son corps, elle la glisse sous son slip. Elle n’ose pas se déshabiller, se mettre à l’aise pour prendre pleinement possession de son sexe et de tous ses trésors de jouissance.

Myriam reconnaît avec une surprise mêlée d’embarras, l’exactitude de cette description. Elle me dit qu’elle me « trouve quand même un peu « gonflée » d’oser dire des trucs pareils. » Cependant, comme elle ne peut en nier l’exactitude, elle l’accepte de bonne grâce.

La fille m’agaçait, je n’étais pas contente 
Cette attitude gênée, coincée, manque de naturel et de droiture envers soi-même, et irrite la rêveuse.

 Je lui dis d’enlever le papier
Myriam pense qu’il vaudrait mieux être authentique, se consacrer sans fausse retenue à sa sexualité, en prenant son temps, en s’offrant à elle même.  LaPerlaBlackLabel.jpg

Je lui dis d’en offrir aux autres
Ce serait agréable aussi d’avoir un partenaire avec qui partager cette délicieuse jouissance. draps poetmuse_ima.jpg

 

Myriam aimerait faire l’amour avec son mari, elle ne voudrait pas rester seule dans ce moment de célébration du corps, elle voudrait lui donner aussi du plaisir à lui. Elle souffre de sa solitude. Pour elle, le véritable amour, c’est à deux. Cette idée la désole quand elle désire se faire l’amour à elle-même. 

 

déception.jpg

 

La fille me répondait que la tartelette était pour nous. Il n’y avait pas besoin de partager avec d’autres, puisque les autres d’ailleurs ne nous en offraient pas non plus.
La fille, qui vit seule et indépendante, proteste et déclare un autre point de vue. Le plaisir peut être consommé sans partenaire. Et elle justifie cette affirmation en expliquant que les autres, eux, n’offrent rien. En effet, notre rêveuse délaissée, ne reçoit plus d’offre amoureuse de son mari.
Donc, selon le rêve, puisque Myriam ne reçoit rien de son mari, rien ne l’oblige à offrir lui quelque chose.  la perla.jpg

 En se servant, la fille a fait tomber des abricots par terre. Je m’attendais à ce qu’elle les ramasse. Eh bien non ! Elle les laisse par terre et ça me met très en colère, car la tarte se trouve dégarnie et c’est une part que, moi, j’avais envie de manger.
La fin du rêve montre que la rêveuse se caresse mal : quand elle a mis le doigt sur le point sensible, au lieu d’exercer le mouvement, la pression convenable, pff ! elle s’arrête juste quand monte le crescendo du plaisir, elle ne poursuit pas sa caresse, elle laisse tomber, et pire, elle ne ramasse pas les abricots, elle n’y revient pas. Elle ne prend même pas le soin de stimuler le clitoris pour se conduire jusqu’à l’orgasme. Cette rupture fait retomber l’excitation et tout est perdu, bâclé, gâché !

Bref, elle néglige, méprise, gaspille le plaisir qui lui revient et dont elle a besoin. Le rêve lui montre combien c’est irritant. Elle fait d’elle-même une femme frustrée, déçue, elle n’a pas atteint la détente que procure l’orgasme. Elle est en colère contre elle-même, et sur les nerfs. Elle devient nerveuse, tendue, irritable, insatisfaite.
A qui la faute ?

Myriam, en écoutant l’interprétation de son rêve a éclaté de rire, un rire joyeux, tonique, libéré. Son rire m’a fait plaisir et est venu me récompenser de mon interprétation que j’avais menée dans des conditions fort délicates.

 lingerie25.jpgVoilà donc un rêve qui conseille à la rêveuse d’assumer sa sexualité féminine. Cela ne veut pas dire se passer d’homme, mais savoir rester équilibrée, puisque l’homme est absent. L’orgasme ne passe pas obligatoirement et forcément par l’activité érotique masculine.
Les rêves traduits par leur interprète vous disent ce que peu osent vous dire. Leurs images prosaïques vous donnent des explications détaillées et adéquates. Ils prennent soin de vous, connaissent vos besoins, vos difficultés, vos soucis et vos peines, ils savent comment vous aider. Ce sont eux les grands thérapeutes.

Un médecin aujourd’hui, ose parler comme les rêves et leur interprète,  c’est le Dr Leleu, qui explique les bienfaits du plaisir, en particulier du plaisir clitoridien, il souligne :

Les hautes vertus du plaisir de la caresse clitoridienne

"Le plaisir que procure la caresse clitoridienne console les chagrins. Les femmes le savent bien qui recourent à cette caresse, quand un coup de cafard les atteint. Le plaisir apaise les tensions, l’énervement, le stress. C’est un excellent sédatif et un excellent somnifère. Il confère la bonne humeur. Il stimule l’énergie vitale et la créativité.

MidsummerEve edward rober hugues 1815 1914.jpg

 

Les effets favorables sont à mettre au bénéfice des neurohormones, en particulier des endomorphines, qu’élaborent les centres cérébraux du plaisir : manger du chocolat… écouter de la « belle » musique, s’éclater dans un art ou dans un sport, prier avec transport et… faire l’amour ou se caresser.  Dans tous ces actes, la quantité d’endorphines du sang augmente. Dans le plaisir sexuel, non seulement elle croît mais, au moment de l’orgasme, elle atteint des pics inégalés par aucun autre plaisir. Quand vous vous rappellerez les vertus des endorphines, - véritable panacée - , vous aurez compris pourquoi la stimulation du clitoris vous fait tant de bien : ces substances sont antidouleur, antitristesse, anti-angoisse, antistress, euphorisantes et psychostimulantes." (1)

la caresse de vénus.jpg

1) La caresse de Vénus, p. 58, Dr Gérard Leleu, éditions LEDUC.S

Serait-ce là le secret du dynamisme de Sœur Emmanuelle ?
Pour quelle raison devrait-on se priver de ce fortifiant naturel ?

Le rêve de Myriam est clair et éloquent. Il lui montre qu’elle a besoin de ce plaisir et qu’elle doit accepter de vivre seule sa sexualité, puisqu’il n’y a plus d’échanges avec son mari malade.
 

Le rêve est bien le médecin bienveillant qui s’occupe de votre santé et vous donne des conseils individuels, qui s’avèrent être les plus pertinents et les plus sages.

Je reviendrai bientôt vous raconter d’autres rêves à ce même sujet qui viendront chacun apporter un avis nuancé et personnel.

fee106.jpg

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes, dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.
- Les photos de femmes proviennent de la publicité pour la Lingerie La Perla.

- Midsummer Eve de Sir Edward Robert Hugues

09/03/2008

REVER EST INDISPENSABLE AU BIEN ÊTRE

ET COMPRENDRE SES RÊVES ?
NE SERAIT-CE PAS LA CLE REVOLUTIONNAIRE DU MIEUX ÊTRE ?

Pour se trouver en forme, une bonne nuit de sommeil s’avère très bienfaisante. Cependant, ce n’est pas tant le sommeil qui est réparateur, mais c’est la période où l’on rêve. Depuis un demi-siècle, de nombreuses recherches ont eu lieu pour étudier la physiologie du rêve.
d40f78efed7675f68d0a5d2e5c194bfa.jpg
Les scientifiques ont mis plusieurs faits en évidence :

Le sommeil paradoxal et les rêves
C’est le neurophysiologiste français, le Dr Michel Jouvet, qui, en 1958, a mis en évidence l’existence du sommeil paradoxal dans son laboratoire du sommeil.
b34edf546ee2df96260619bdc47688e4.jpg
Quand on dort, le cerveau entre, toutes les 90 minutes, dans une activité très intense, qui dure 20 mn, alors que le reste du corps est complètement passif, immobile et mou. A cause de cette opposition, il a appelé cette phase du sommeil : le sommeil paradoxal.
C’est dans cette phase de sommeil paradoxal que les rêves apparaissent, et que l’on s’en souvient.
Cette découverte scientifique historique a donc ruiné les théories de la psychanalyse freudienne en apportant la preuve que le rêve est une activité instinctive autonome et non pas la réalisation camouflée d’un désir interdit et refoulé.

Les rêves et la santé : Rêver est une activité naturelle qui entretient la vie
Dans le monde entier, de très nombreuses recherches ont été poursuivies en laboratoires sur les humains et sur les animaux.

3b2204c446834d2f3aed4927fb4a49bf.jpg
Ainsi on a constaté que les animaux, privés de sommeil paradoxal, meurent au bout de quelques semaines. L’autopsie ne révèle pourtant aucune lésion organique.
L’humain privé de sommeil paradoxal et donc de rêves, commence à perdre la faculté de penser, a des trous de mémoire, son comportement social se dégrade, il devient anxieux et agité.
Mais plus encore : il s’avère que le rêve permet de s’adapter au stress, il vient équilibrer la vie psychique. Dans les difficultés, les épreuves, au moment de traumatismes, de stress, c’est alors que l’on rêve beaucoup. Peut être avez-vous vous-même constaté que dans les périodes de changement, de réorientation, que vous avez traversées, vous avez reçu alors beaucoup de rêves ?
f2d3a15597f2ac6fe1e44764acdb9634.jpg
Conclusion
Le fait de rêver apparaît comme une nécessité vitale. Rêver est une fonction naturelle, instinctive, de l’organisme, qui vient aider la personne en difficulté à s’orienter et s’adapter au cours de la vie. Le rêve participe au maintien de la santé, de l’équilibre ; plus encore, il rétablit le mieux être et conduit à la guérison.
Ainsi, il apparaît que le rêve exerce une activité thérapeutique naturelle.

Les sociétés à rêves
Cette valeur du rêve, que l’on est en train de redécouvrir, a été connue toujours et partout depuis des temps immémoriaux. Il n’y a pas une société, qui autrefois n’ait pas accordé aux rêves la plus haute considération. Partout, du Nord au Sud, de l’Orient à l’Occident, tous, des plus puissants aux plus petits, avaient recours à un corps spécial d’interprètes pour se faire interpréter leurs rêves.
ff9971cb0f092b971e5f10eebd3665b8.jpg Ces interprètes, hommes et femmes, étaient également des médecins, des prêtres, conscients d’un sacerdoce, auquel elles et ils se consacraient. Un bon exemple est celui d’Hippocrate, célèbre médecin grec, père du fameux serment, qui était prêtre et interprète de rêves dans le sanctuaire de Kos. C’était la même chose dans la Chine ancienne, où il existe toujours un grand lieu de pélerinage : « Le mont de pierres et de bambous ». On s’y rend pour demander conseil aux rêves, pour guérir, pour recevoir un conseil sur sa vie.

7aeb75ea6e05f9550af4ec9b046cd611.jpg


Savoir pourquoi le rêve a été jeté dans le mépris en Occident est une longue histoire, dans laquelle la volonté d’absolutisme des autorités religieuses et politiques a joué le rôle prépondérant le plus néfaste.

Mais aujourd’hui, la curiosité au sujet des rêves revient et s’intensifie.
On accepte l’idée que les rêve puissent avoir un sens et on cherche à les comprendre.
Je vous propose alors aujourd’hui de vous donner en exemple un rêve, qui vient de m’être raconté. Vous verrez combien l’interprétation de ce rêve montre à la rêveuse, pourquoi elle ne va pas bien, et l’invite ainsi à corriger son attitude pour l’aider à mieux vivre.

Le rêve de Caroline
Caroline est une jeune femme de vingt-cinq ans, qui exerce un métier très prenant. Elle se sent fatiguée, elle manque de dynamisme dans son travail, elle n’a le goût de rien dans sa vie. Bref, elle semblerait bien qu’elle soit dépressive. Elle vient de recevoir un rêve qu’elle me raconte :

Rêve
J’étais chez ma grand-mère, dans ma chambre.
78eeb3a28cb27b698cefdc5ccef41ca6.gif

Avec moi se trouvait Charlotte, une des héroïnes du film « Sex and the City ». 01b3d2cce846c9fdd7a18725807d521e.jpg

A mon grand effroi, je vis que Charlotte était blessée le long de la cuisse, sur le côté intérieur. Pire encore, elle ne pouvait plus bouger sa colonne vertébrale.
Je me demandais comment cela était arrivé . C’était affreux, le rêve était glauque.


Interprétation
Voici maintenant l’entretien pendant lequel l’interprétation a eu lieu .

La chambre chez la grand mère
- Caroline, parlez-moi de chez votre grand-mère. Que s’y qui passait-il ?
- Oh ! C’était très agréable chez ma grand-mère ! J’aimais beaucoup y aller, c’était les vacances, la détente. C’est là-bas que j’ai rencontré mes premiers flirts. J’étais heureuse.
- Et la chambre ? Que pouvez-vous m’en dire ?
Le regard de la jeune femme se voile et s’en va, dans le loin.
- C’est là que j’ai vécu mes premières amours. Ce sont de beaux souvenirs dit-elle avec un soupir.
3ac3cb212743feed2cb118ab418478a3.jpg

Je reprends ce qui vient d’être dit :
- Votre rêve vous parle ainsi de celle qui a fait la place dans sa vie à la détente et à l’amour.

Dîtes-moi maintenant : Qui est Charlotte ? C’est quel genre de femme ?
Charlotte
1ffbd41439a3d9d223558f0be5f85e27.jpg
-Charlotte, c’est une des quatre amies dans « Sex and the City ». Alors que les autres femmes vivent leur vie sexuelle sans complexes et font l’amour quand elles en ont envie, avec qui elles en ont envie, Charlotte, elle, est la jeune femme à principes. Elle ne veut pas d’une relation provisoire, elle cherche une relation sérieuse, voudrait fonder une famille. Elle est sage et ne veut pas coucher comme ça.

43306e6f288e49f531a8ffc0826ee47e.jpg
- Bien, et maintenant, à quoi, ce que vous dîtes là, vous fait-il penser en ce moment, dans votre vie actuelle ? Est-ce que d’une certaine manière vous ne feriez pas comme Charlotte ?
Caroline pose sa tête dans ses mains, se tait un instant, puis me dit d’une voix triste :
- Si, c’est tout à fait ça, je vis comme Charlotte. J’ai rencontré, il y a peu, un homme qui me plaisait, j’ai eu envie de faire l’amour avec lui, mais je n’ai pas voulu de relation sans lendemain. Maintenant il est parti.
Comment ne pas sentir son cœur se serrer devant ces conflits de la vie, cette opposition parfois si douloureuse entre les principes et la vie instinctive naturelle ?
Doucement je reprends :
- Et que vous montre votre rêve ? Regardez dans quel état se trouve Charlotte ?

La cuisse est blessée, la colonne vertébrale est immobilisée
- Caroline, l’image est grave, elle montre dans quel état vous a mis votre refus dernièrement. C’est comme si que vous ne pouviez plus faire l’amour, vous ne pouvez plus accueillir l’homme entre vos cuisses, ni l’accompagner dans ses mouvements. L’énergie est bloquée dans votre corps. Vous ne pouvez plus bouger.

7d0193d5befa8a1df693a97eb1c15d05.jpg Dans le rêve, vous remarquez :
Je ne savais pas comment c’était arrivé
Le rêve vous invite à réfléchir à votre comportement. Vous ne vous rendez pas compte de la façon dont vous vous blessez et vous paralysez . Votre rêve vous montre que vous vous faites vivre un cauchemar. Il vous rappelle que vous avez besoin de rencontrer l’homme et de flirtez, comme vous le faisiez chez votre grand-mère, pour le plaisir.
Vous savez, Caroline, faire l’amour, c’est le meilleur stimulant, c’est anti-stress, anti-angoisse, anti-tristesse. Les sexologues vous le diront : dans le plaisir, votre corps produit des hormones, les endorphines qui sont une véritable panacée, elles exercent un effet euphorisant, elle donne de l’énergie et de la créativité, bien plus que toutes les autres activités, sportives ou autres.

9810e94a2f53c33c4f1d39c59ff3d551.jpg
Vous en avez besoin.
Et j’ai rajouté : Vous devriez lire les livres du sexologue, le Dr Gérard Leleu.
bf2f40dbe3a40b4d958a0f4326d311cb.jpg
Il a écrit de très nombreux ouvrages, "Le traité des caresses", ou aussi « Le traité des orgasmes » chez Leduc.S. Vous verriez combien ce sexologue célèbre vous dit exactement la même chose que votre rêve.
1a64cf50aa40c3db9ca706d6d88cacf3.jpg

Caroline m’a regardée et a conclu :
- Le rêve a raison. Je me fais du mal. Je comprends maintenant pourquoi je n’arrivais pas à me débarrasser de lui. Ca fait trois semaines qu’il me revient constamment à l’esprit. Il était vraiment important. Merci de m’avoir aidée à le comprendre.

Le rêve lui a montré les conséquences de son choix. La jeune femme est repartie avec un autre point de vue sur la vie, dans une nouvelle dynamique. Et soyons sûr, que, comme l’expérience le montre, le rêve la préviendra, si elle se trouve dans des amours qui ne lui conviennent pas, ou si elle se lance dans une activité sexuelle abusive, qui nuirait à sa santé.

J’ai choisi cet exemple tout récent, mais je pourrais vous en proposer des centaines d’autres que j’ai exposés dans mes livres, mes articles et sur mon blog.
Comprenez vous maintenant, que mieux que quiconque, c’est le rêve qui sait ce dont vous avez besoin pour vivre mieux, vivre dans le plein épanouissement de vos possibilités ?
Est-ce qu’une révolution ne serait pas en train de naître, venant transformer les mentalités, redonnant leur dignité aux rêves et à leurs interprètes, permettant ainsi l’échange entre le conscient et l’inconscient pour le mieux-être de tous ?

61e7097711206471e754fcf10a4a4c5e.jpg


A lire aussi :
Je vous recommande les exposés excellents du Dr Jean Michel Crabbé sur les rêves et sur le sommeil paradoxal.
Vous les trouverez sur Google en tapant son nom.

Illustrations :
Je remercie les artistes et les photographes qui me permettent d’illustrer mon blog :
Lune et soleil au pôle nord : myangels.bleublog.ch