Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2015

L’ÉLOGE DE LA FATIGUE

Chers amis blogeuses et blogueurs,

Le rêve que nous avons vu la dernière fois conseillait de faire des efforts, de se donner de la peine, d’accepter les fatigues, dans la persévérance, et je vous ai annoncé une petite surprise pour aujourd’hui : vous n’allez pas trouver de leçon d’interprétation mais un poème de Robert Lamoureux. Je n’ai pas résisté à le partager avec vous. Le voici :

 

r lamoureux.jpg

Eloge de la fatigue

Vous me dites, Monsieur, que j'ai mauvaise mine, 
Qu'avec cette vie que je mène, je me ruine, 
Que l'on ne gagne rien à trop se prodiguer, 
Vous me dites enfin que je suis fatigué.

 

Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m'en flatte. 
J'ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate, 
Je m'endors épuisé, je me réveille las, 
Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m'en soucie pas. 
Ou quand je m'en soucie, je me ridiculise. 
La fatigue souvent n'est qu'une vantardise. 
On n'est jamais aussi fatigué qu'on le croit ! 
Et quand cela serait, n'en a-t-on pas le droit ?

 

Je ne vous parle pas des sombres lassitudes, 
Qu'on a lorsque le corps harassé d'habitude, 
N'a plus pour se mouvoir que de pâles raisons... 
Lorsqu'on a fait de soi son unique horizon... 
Lorsqu'on a rien à perdre, à vaincre ou à défendre... 
Cette fatigue-là est mauvaise à entendre ; 
Elle fait le front lourd, l'oeil morne, le dos rond. 
Et vous donne l'aspect d'un vivant moribond...

 

Mais se sentir plier sous le poids formidable 
Des vies dont un beau jour on s'est fait responsable, 
Savoir qu'on a des joies ou des pleurs dans ses mains, 
Savoir qu'on est l'outil, qu'on est le lendemain, 
Savoir qu'on est le chef, savoir qu'on est la source, 
Aider une existence à continuer sa course, 
Et pour cela se battre à s'en user le coeur... 
Cette fatigue-là, Monsieur, c'est du bonheur.

 

Et sûr qu'à chaque pas, à chaque assaut qu'on livre, 
On va aider un être à vivre ou à survivre ; 
Et sûr qu'on est le port et la route et le quai, 
Où prendrait-on le droit d'être trop fatigué ? 
Ceux qui font de leur vie une belle aventure, 
Marquant chaque victoire, en creux, sur la figure, 
Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus 
Parmi tant d'autres creux il passe inaperçu.

 

La fatigue, Monsieur, c'est un prix toujours juste, 
C'est le prix d'une journée d'efforts et de luttes. 
C'est le prix d'un labeur, d'un mur ou d'un exploit, 
Non pas le prix qu'on paie, mais celui qu'on reçoit. 
C'est le prix d'un travail, d'une journée remplie, 
C'est la preuve, Monsieur, qu'on marche avec la vie.

 

Quand je rentre la nuit et que ma maison dort, 
J'écoute mes sommeils, et là, je me sens fort ; 
Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance, 
 Et ma fatigue alors est une récompense.

 

 Et vous me conseillez d'aller me reposer ! 
 Mais si j'acceptais là, ce que vous me proposez, 
 Si j'abandonnais à votre douce intrigue... 
 Mais je mourrais, Monsieur, tristement... de fatigue.

 

 

lamoureux.jpg

 

 

 Robert Lamoureux (1920-2011)

 

Illustrations

Robert Lamoureux : music-story.com

Robert Lamoureux : ici.tf1.fr

 

 

 

Commentaires

Bonjour Christiane,

J'aimerais savoir s'il vous arrive d'être incapable de comprendre la signification d'un rêve, même en pratiquant la technique de l'interview ou en utilisant votre grande connaissance des symboles alchimiques.

Merci
Patrick

Écrit par : Patrick | 08/06/2015

Merci chère Christiane pour ce magnifique poème en alexandrins de Robert Lamoureux que je ne connaissais pas sous ce jour. C'est plein de bon sens et de sensibilité.
Bisous.
François.

Écrit par : François Ranky | 09/06/2015

Hello Christiane:
Merci pour ce beau poème si vrai ! ce soir je me couche heureuse, après 5 heures ( aujourd'hui et hier ) de bagarre avec les mauvaises herbes dans mon jardin....je suis dans la vie ! Bise , Marie-Madeleine

Écrit par : M.Madeleine | 09/06/2015

Merci François de votre commentaire. Je reconnais bien là votre gentillesse et votre amabilité.
Bises
Christiane

Écrit par : Christiane Riedel | 10/06/2015

Que c'est gentil à toi, Marie Madeleine, de déposer ces quelques lignes après ta visite.
Bravo pour le soin du jardin !
Bisous
Christiane

Écrit par : Christiane Riedel | 10/06/2015

Bonjour Patrick,

Incapable de comprendre un rêve : cela veut dire pour moi incapable de comprendre un rêve dans son entier. Cela signifie aussi qu'on a fourni aucune étude du thème du rêve, aucune étude du scénario, aucun travail de déchiffrage des différents symboles.

Pour mon cas personnel, il m'arrive quelquefois en effet de ne pas comprendre un rêve parce que le rêveur sur le moment n'arrive pas à faire la jonction entre les images de son rêve et ce qui se passe dans sa vie personnelle. Si on continue les jours suivants à réfléchir aux images, on arrive à déceler ce que le rêve veut dire. C'est souvent le cas des débutants : il faut souvent plusieurs jours de décantation.
Et puis, il y a des rêves où le rêveur triche et ment, quand vous lui posez les questions. Cependant, le rêve suivant vient dénoncer la malhonnêteté d'une façon si claire, que le rêveur est obligé de dire vrai.

Je crois qu'aucun interprète n'aura jamais la prétention de vous dire qu'il comprend toujours tous les rêves. C'est le cas en particulier des rêves prémonitoires, ces rêves qui vous montrent l'avenir deux ans, vingt ans à l'avance, et que l'on ne comprend que le moment venu.

Vous parlez de ma grande connaissance des symboles alchimiques...mais, cher Patrick,... vous me transformez allègrement en catalogue de symboles ! Non, je ne connais pas beaucoup de symboles alchimiques et j'ai horreur des solutions toutes faites. Vous savez bien d'ailleurs que le rêve va vous montrer justement des images nouvelles qui n'ont jamais été étudiées nulle part ! A nous de faire le boulot !
Mais je connais l'esprit de l'alchimie, l'esprit des rêves qui est de
chercher à compenser le point de vue trop étroit du conscient. Dans cet esprit d'ouverture, on peut alors aborder n'importe quel rêve, on est prêt à envisager une chose aussi bien que son contraire.

Finalement, Patrick, pourquoi me posez-vous cette question ?
Cherchez-vous à tester ma modestie ou voir si je fais de l'inflation ?
Cherchez-vous à me suggérer que la technique de l'interview et l'alchimie sont des approches sommes toutes insuffisantes et qu'il faudrait en aborder d'autres encore ?
Je veux bien , mais pour être claire et nette, malgré mes recherches, malgré mes efforts pendant des années et des années, je n'ai rien trouvé de plus. Sinon, j'aurais tout fait pour l'apprendre. Mes rêves au contraire, et les synchronicités, m'ont montré que mon rôle était de transmettre ces deux approches. Et c'est déjà pas mal pour considérer les rêves et chercher à les comprendre, avec les limites humaines inévitables, qui font partie de la vie.
Bien à vous

Christiane

Écrit par : Christiane Riedel | 10/06/2015

Chère Christiane,

Merci beaucoup pour cette réponse très généreuse à une question un peu naïve.
C'est qu'il m'arrive de ne rien comprendre à mes rêves malgré des efforts sincères d'interprétation. Je me demandais simplement si ça arrive aussi aux meilleurs interprètes. Je ne cherche pas à vous tester et je ne cherche surtout pas à vous suggérer que vos méthodes sont insuffisantes, loin de là. La méthode de l'interview m'a rendu de précieux services dans le passé et elle est essentielle à la compréhension des rêves, je suis parfaitement d'accord avec vous. En ce qui concerne l'alchimie et ses symboles, cet univers me semble évidemment plus hermétique et j'ai parfois de la difficulté à m'y retrouver et à comprendre l'application de cette approche à l'analyse des rêves au quotidien.
Merci encore

Patrick

Écrit par : Patrick | 11/06/2015

Les commentaires sont fermés.