Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2007

PETIT DIVERTISSEMENT : UN DRÔLE DE RÊVE !

UN CUNNILINGUS DERRIERE L'ORTEIL

Les rêves que je vous ai présentés dernièrement sont sérieux, touchants, sombres parfois. Un petit bout de rêve rigolo viendra égayer un peu le sujet des rêves prémonitoires.
C’est Daniel qui me l’a raconté, complètement éberlué.
Daniel vit avec son amie Elisa, et voilà qu’il a rêvé d’elle dans la nuit.

«- J’ai fait un rêve complètement abracadabra ! Délirant !
J’ai rêvé que j’étais avec Elisa.
4b3d5b6239edac0660a8c529ac54ea01.jpg

Nous faisions l’amour et je la caressais.
Je lui faisais un cunnilingus ; mais voilà, je le faisais sur l’arrière de son orteil. Le clitoris était placé derrière son orteil. Je la faisais beaucoup jouir ! »


Oh la la !
Voilà une énigme à s’arracher les cheveux !
On peut toujours aller regarder dans des dictionnaires de symboles, me direz-vous.
Ouais !
Vous pouvez chercher cunnilingus, chercher orteil et derrière l’orteil, essayer de trouver un article sur le clitoris, il n’existe rien de tout ça, en dehors de mon livre « Amour et sexe dans vos rêves » !
Vous penserez alors à chercher au mot « sexe » ou « pied », peut être cela donnera-t-il des idées ? Evidemment, prendre son pied.

fa28fc9ba85617d4b38bb1e5160f406f.jpg

Mais pourquoi le rêve viendrait-il dire à Daniel de faire prendre son pied à Elisa ? L’un et l’autre m’ont confié que la relation sexuelle était très belle et harmonieuse. Alors ?

Est-ce que les dictionnaires de symboles pourront nous aider ?
7827c88eafa48c173b0c6697006e8cb5.jpg
Voyons un peu ce qu’on peut lire dans le guide des rêves de Georges Romey :
« On pourra soumettre toutes les images de pied à des analyses approfondies, les placer sous des éclairages très différents, l’observation objective des matériaux oniriques ne permettra pas de s’éloigner de la conclusion simple et forte : les pieds, dans la dynamique de l’imaginaire, expriment avant tout une situation conflictuelle entre les désirs de jouissance temporelle, imprégnés d’aspirations sexuelles et de leurs altérations provoquées par l’angoisse ou le sentiment de castration et le besoin de se replacer en accueil des énergies divines. »

Oh la la !
Prise de tête !
Je n’y comprends rien !
Voilà qui me semble un savant cocktail de jus freudien, matérialiste artificiel et toxique, panaché d’un alcool spirituel assez indéfinissable ! Comment avaler ça ?
5772f9d83c18d3dcef68a031bd8fa02e.gif 212da2fe45c6cb73cd975cc07284ed5b.jpg

Dans le rêve, il s’agit du pied d’Elisa, mais c’est Daniel, le rêveur, qui le caresse. Qui donc est concerné par les désirs de jouissance temporelle, la castration, l’accueil des énergies divines ? Et Elisa, qui est-ce ? Est-ce l’anima de Daniel, son aspect féminin ? Est-ce Elisa elle-même ou encore une autre personne ?

Oh la la !
On est mal parti !
Il y a de quoi se sentir dégoûté, découragé.
Vraiment, les rêves, c’est idiot et ça ne veut rien dire. Mieux vaut laisser tomber.

L’expérience répétée m’a appris qu’avec un rêve, il n’y a qu’une seule solution : c’est de chercher à le comprendre en pratiquant la technique de l’interview. Mais cela demande du travail, de l’attention, de la persévérance, de la rigueur. Ce n’est ni du facile, ni du tout fait, sorti tout prêt d’un dictionnaire.

Reprenons alors ce drôle de rêve et pratiquons la technique de l’interview.

Interprétation
Elisa
Qui est-elle ? Est-ce que le rêve, avec cette image, désigne Elisa elle-même ou une facette intérieure de Daniel ou encore quelqu’un d’autre ? Comment le savoir ?
En règle générale on peut s’appuyer sur les constatations dues à l’expérience :
- 1 ) quand le rêveur n’a eu aucun contact avec la personne au moment du rêve, son
image désigne très probablement un aspect chez le rêveur.
- 2) quand le rêveur a eu des contacts avec la personne peu avant le rêve, elle représente souvent la personne elle-même. Mais ce n’est pas forcé.
- 3 ) enfin, il arrive que l’image parle de quelqu’un dans le monde extérieur, qui lui ressemble. Cependant, le cas est plus rare.

bc3b7a978bb75ad5318e07e3d5b6801a.jpg


Comme Daniel et Elisa vivent ensemble et se voient tous les jours et toutes les nuits, nous allons adopter l’hypothèse que le rêve désigne nos deux amoureux eux-mêmes. Si la recherche avec cette hypothèse ne mène à rien, il faudra en adopter une autre, citée ci-dessus.

J’étais avec Elisa
Le rêve décrit d’emblée la situation : il va parler de la relation entre le rêveur et son amie.

Nous faisions l’amour
Faire l’amour, c’est vivre un moment où l’on s’unit avec l’autre. On s’accorde, on se joint l’un à l’autre, on se complète. Le rêve désigne ainsi une situation d’harmonie pendant laquelle
les jeunes gens se rejoignent.
S’agit-il d’une rencontre amoureuse réelle ou symbolique ? Le rêve décrit-il une façon de s’entendre, de s’accorder avec Elisa ou une façon de lui faire l’amour physique ? La suite nous le dira.
0b906fef56fa2ad9180afb16affd774e.png

Je caressais Elisa
Caresser, c’est exciter, stimuler, faire plaisir.
Le sujet est là : le rêve parle à Daniel de stimuler, faire plaisir à son amie, en étant prêt à la conduire jusqu’à ce qu’elle « s’éclate ». Il s’agit de flatter ses sens, de la flatter, de la cajoler, d’aller dans son sens.

Je lui faisais un cunnilingus
44b3bd6bdd92db2297d1e80a590f9817.jpg
Cette caresse délicate se fait avec attention et sensibilité sur le clitoris, avec la langue. Il faut donc analyser ces deux points : le clitoris et la langue.

Le clitoris a une forme allongée, phallique.De par cette forme, il correspond au membre viril.
b3042e4dd799dd0d4df6ef4f580c877c.jpg
Il désigne donc, chez la femme, son dynamisme masculin, son pouvoir créatif, sa capacité à s’affirmer, comme l’homme, dans le monde extérieur, sa capacité à parvenir à une réalisation concrète dans le monde de la matière. Ce côté masculin, chez la femme, lui donne les moyens de penser les choses, de les organiser, de se battre pour les mener à bon terme, il lui fournit l’élan et la persévérance pour construire et concrétiser un projet.

La langue, c’est l’organe de la parole.
Ainsi, quand, dans son rêve, Daniel caresse son amie de sa langue, il lui fait plaisir par des mots flatteurs, il la stimule, avec ses paroles, pour qu’elle s’affirme dans le monde extérieur.
Concrètement qu’est-ce que cela veut dire?
Par exemple, il peut la pousser à développer sa créativité en lui faisant des compliments, des félicitations. Par ses encouragements, ses appréciations, ses louanges, il va lui donner un plaisir intense et lui permettre de s’épanouir. Il va lui donner confiance en elle, lui donner envie d’accéder à sa plénitude de femme, pour qu’elle déploie toute sa créativité.
75d9fdf4babfa4e66e78e206c0ae225e.jpg

Mais voilà le hic du rêve :
Je lui faisais un cunnilingus derrière l’orteil
Il n’y a que les rêves pour inventer un truc pareil ! Et c’est là, encore une fois, - et je ne manquerai jamais de le souligner – c’est là que l’étude rigoureuse et la réflexion logique, exigée par la technique de l’interview, nous donneront accès au sens du symbole.
Voyons donc :
Avant de comprendre le sens de l’orteil, il convient de chercher celui du pied.
J’ai donc demandé à Daniel de m’expliquer comment il définirait, selon lui, les pieds et les orteils.

Un pied, c’est la partie du corps sur laquelle l’humain se pose quand il se tient debout et marche sur la terre.
Le gros orteil, c’est le doigt, dont le dessous, l’arrière, présente la plus large surface de contact avec la terre, c’est sur lui aussi qu’on s’appuie le plus quand on marche.
Le mot orteil signifie « petit membre », comme le clitoris. L’orteil, de par sa forme allongée, parle donc, lui aussi, de créativité.
En récapitulant ces associations, on constate qu’il est question : d’abord de se poser sur la terre, d’avoir contact avec la terre, de marcher ; il est aussi question de créativité.
L’orteil évoque ainsi la forme d’activité créatrice concrète, qui permet de s’appuyer sur la terre, en contact direct avec la réalité matérielle.
2c5a0a00baf138cd0b0fefb956cd02ce.jpg

Maintenant, concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?
Que veut dire ce cunnilingus derrière l’orteil ?
Pour cela il faut récapituler l’ensemble.
Je me suis adressée à Daniel et Elisa, pour reprendre tout ce qui avait été dit et essayer de comprendre cette image.

« - Daniel, dans votre rêve, il est question de vous harmoniser, de trouver l’accord avec Elisa, et plus précisément de l’amener à s’épanouir.
Est-ce que vous feriez plaisir à votre amie, quand vous l’encouragez, quand vous lui faites des compliments, quand vous lui montrez combien vous l’appréciez, appréciez ce qu’elle fait, ce qu’elle est ? Est-ce qu’elle aurait besoin que vous la stimuliez, pour lui donner confiance en elle, lui donner envie de développer sa créativité, ce qui l’amènerait à une forme d’épanouissement et de réalisation ?
afd71e6b5541f0dfc010d5dd3bfe6544.jpg

Cette stimulation se fait derrière l’orteil, c’est à dire là où la créativité de votre amie est en contact avec le monde matériel, dans la vie quotidienne.
Est-ce que ce que je vous dis, vous fait penser à quelque chose, est-ce que ça correspond à une situation que vous vivez en ce moment ?

Je vois les deux jeunes qui se regardent et cherchent à comprendre le rêve.
J’essaie d’être plus concrète encore et je poursuis :
- Vos paroles, Daniel, doivent être très ciblées, elles doivent concerner le monde
matériel, les activités quotidiennes, les projets concrets. Il ne s’agit pas de dire des paroles en l’air. Le rêve semble vous proposer de parler avec votre amie, de lui donner envie de faire des choses nouvelles avec vous, il suggère que vous l’engagiez, la poussiez à organiser, d’entreprendre, à réaliser quelque chose .
Est-ce que ce que je vous dis vous parle ?
9b04ffb6fc4044ee1d72627d69486707.jpg
Elisa ne tient plus en place :
- Ah, mais je sais, je sais, c’est hier, nous avons parlé ensemble, nous avons fait des
projets, nous avons regardé comment organiser notre avenir. C’est vrai, tu ne le fais pas souvent, et moi, j’en ai besoin…j’adore !
J’ai besoin que tu m’encourages, que tu me donnes envie de réaliser quelque chose avec toi. Tu sais, nous vivons au jour le jour, notre relation est dans le flou artistique, et moi, j’aimerais bien savoir un peu plus précisément ce que nous allons faire.

Je reprends :
C’est juste, mais le rêve souligne encore un point : Daniel, votre amie a besoin de savoir que vous l’appréciez, elle a besoin de vos compliments qui la stimulent et lui font du bien. Elle a besoin d’avoir confiance en elle, en vous, pour pouvoir s’abandonner, se laisser aller à s’éclater avec vous. Votre rêve vous y invite et vous montre que vous le faites très bien. Dans le rêve, vous la faites beaucoup jouir, n’est-ce pas ?
ac55529a7a2079b8de6482b89ff5f13c.jpg


Daniel et Elisa se regardent et éclatent de rire.

Depuis, les amoureux se sont posés, ils ont acheté une voiture, planifié l’achat d’un appartement, et peut être songent-ils, un jour… à … ? J’ai très vaguement entendu parler de...

Oh la la !
Drôle de rêve, qui n’était pas si facile à comprendre !
Rêve idiot, image grotesque !…
Qui vient transformer l’avenir d’un couple.
de3d86f65a388adfbb08230b8e7f2a31.jpg

26/08/2007

ANNONCE DE LA MORT, CH. 6, SUITE : LE RÊVE DE PAPY GROS-YEUX

PAPY, PAPY, T’EN VA PAS !

Depuis que je vous parle des rêves, je constate de nouveau un fait curieux et répété. Quand je choisis un thème, des personnes m’appellent pour me confier un rêve qui justement tombe à point pour servir d’illustration. J’avais déjà remarqué cette coïncidence en écrivant « Rêves à Vivre » ou en préparant mes conférences. Tout au long de l’année dernière où j’ai écrit « Amour et sexe dans vos rêves », le phénomène s’est renouvelé. Et il continue de se manifester.
Cette coïncidence, mise en évidence par Jung, s’appelle une synchronicité.
5d1264708db2510dbe18ffd2634a9213.jpg
J’y ai fait allusion dernièrement, avec le rêve de Nadine ou celui de Patricia, mais vous avez peut-être cru que je le faisais exprès et que je tirais mes études de mes archives. Certes, c’est souvent le cas, mais la vie quotidienne m’apporte aussi son lot de surprises. Etienne Perrot, fils spirituel de Jung, avec qui j’ai travaillé plusieurs années, me disait la même chose.
Etienne Perrot disait en souriant, que « Sainte Chronicité » était passée par-là.

Ainsi, alors que je suis en train de vous parler des rêves de mort et de leurs symboles, « Sainte Chronicité » m’apporte un rêve qui vient élargir le sujet.
Nous avons vu dernièrement des rêves qui annoncent une mort réelle, physique. Mais il existe aussi des rêves qui viennent vous dire le contraire, ils vous signalent que, malgré ce que vous pensez, le moment de partir n’est pas encore arrivé.
Ce sera le sujet d’aujourd’hui avec le rêve de Michel, mon frère, qui a fêté dernièrement ses 74 ans.
Il m’appelle :
- Dis donc, ma biquette, j’ai quelque chose à te raconter avec les rêves.
Imagine-toi que je souffre de vertiges depuis quelques temps. Hier, voilà que je suis tombé dans le jardin. Je ne me sens pas très bien et me fais un peu de souci. J’ai pris rendez-vous chez le médecin. Ecoute, j’en viens à mon rêve que j’ai eu cette nuit.

Hier soir je me suis couché. A peine je m’étais allongé que j’ai été à nouveau pris de vertiges.
j’ai vu tout tourner autour de moi.
36d31c550d46a016d9be3dfe1d51c2e3.jpg

Les lumières de la rue, qui filtrent à travers les volets à droite, faisaient tout le tour de ma chambre. Je me suis senti mal, mal, je me suis senti partir.

afde1bafa21f06f167e4e94d9becccd8.jpg

J’ai fait un effort pour respirer.
cb103b291afafd3faa418cda60a08c67.jpg
J'ai été pris de nausées, puis d’un violent besoin d’aller aux toilettes.

Je suis revenu à ma chambre, titubant, grelottant.
Je me suis recouché.
Pendant la nuit, j’ai eu un rêve :


Rêve
J’étais dans ma chambre, quand j’ai entendu sonner à la porte d’entrée.
02a936932febaa29588ecaba41c1233f.jpg

Je suis descendu et j’ai ouvert la porte. Là, j’ai vu dans la rue le fourgon mortuaire qui est venu chercher un voisin il y a quelques jours. Il était à l’arrêt, tourné en direction du cimetière, qui n’est pas très loin de la maison.
fdd5af0c649c290bf2e8f442bfeb35a4.jpg


Et sur le seuil de la porte d’entrée, j’ai vu mes quatre petits-fils qui se tenaient là.

6eb66c3b01a5a67ddf2c43992b65aad4.gif

Ils me regardaient, ils me parlaient, mais je ne comprenais pas très bien leurs paroles.

a1125c0dde00aa0d9fd379bd16e1a6d8.jpg





Et puis, j’ai fini par entendre ce qu’ils me disaient :
« - Papy, Papy-Gros-Yeux, nous, on veut que tu restes avec nous, tu t’en vas pas, nous, on a besoin de toi. »


Je me suis réveillé.

5f2b392b2f967f290f4219092425eeea.jpg


Il n’y a rien à interpréter. Et, une fois de plus, on peut s’émerveiller des rêves.
Etrange dimension des rêves, qui peuvent vous annoncer que le moment est venu de partir dans l’au delà ou au contraire, vous dire qu’il n’en est pas encore question.
Ainsi les rêves apparaissent bien comme les passeurs d’un monde à l’autre.

Illustrations
Je remercie les artistes des œuvres qui illustrent mon blog :
- Vertige, trouvé sur : perso.orange.fr
- Vertige de Claire Casamby, trouvé sur : casamby.free.fr.galeriedepeinture.html

15/08/2007

LA MORT SYMBOLIQUE D’UN PROCHE, CH. 5, SUITE, LA MORT DU PERE

LA MORT DU PERE

Avant de vous expliquer le sens de ce rêve, j’ai pensé indispensable, la dernière fois, de se libérer l’esprit de la grille d’interprétation psychanalytique désastreuse.
Voici donc maintenant un rêve que nous allons explorer, sans grille d’interprétation préalable. Notre seul outil sera la technique de l’enquête, appelée technique de l’interview. qui seule, en travaillant l’esprit neuf et ouvert et libre, permet d’accéder à une interprétation individuelle, taillée sur mesure pour le rêveur.

Comme un fait exprès, Nadine vient de m’apporter son rêve de la nuit. Nadine est une charmante jeune femme entrée dans la vie d’adulte.
032cd5fa08db76fa6006159344e79431.jpg
Elle travaille et vit avec son ami Nicolas. Elle a compris combien les rêves sont de sages conseillers, pour guider sur le chemin de la vie, et elle me demande régulièrement de lui interpréter ses rêves. Voici ce qu’elle me raconte :

Rêve
« J’ai rêvé que mon père s’était suicidé. »
5ff318c31d24e39fff2b283b5c753d70.jpg
- C’est tout ?
- Oui, c’est tout ce que j’ai rêvé.
J’ai immédiatement téléphoné le lendemain à mon père, qui va fort bien ».

Interprétation
S’agit-il d’un rêve prémonitoire ?
La première question qui se pose est de regarder si le rêve pourrait prévenir d’un suicide réel.
A priori, il n’y a aucune raison pour que le père de Nadine décide de quitter la vie. Il n’est pas en état dépressif et mène une agréable retraite. Cette situation incite donc à penser que le rêve aurait plutôt une signification symbolique.

Quelles sont les réactions de la rêveuse ?
Il faut aussi s’interroger sur la façon dont la rêveuse a réagi à son rêve.
- Nadine, dîtes-moi, comment vous sentiez-vous pendant le rêve ?
- J’avais de la peine, mais c’était comme ça, il n’y avait rien à faire.
- Et au réveil ?
- J’étais surprise et un peu inquiète. C’est pour ça que je viens vous voir. Mais je ne suis pas bouleversée.

a515356bbf845f9c5d910b946b5b8134.jpg Nous avons vu dans les études précédentes que les rêves qui annoncent une mort physique réelle sont chargés d’une émotion intense : le rêveur se réveille brutalement, saisi d’une angoisse qui ne le quitte pas ; il est pris aussi souvent de sueurs froides et ressent le rêve comme un cauchemar affreux.
Ici, ce n’est pas le cas. L’atmosphère est moins tendue.

Examinons maintenant ce tout petit rêve :
Pour étudier un symbole, ce sont toujours les mêmes questions de la technique de l’interview qui vont servir. Elles sont très simples. Je demande donc à la jeune femme :
- Nadine, qu’est-ce que c’est, un père, pour vous ?
- Un père, c’est l’homme qui féconde l’ovule de la femme par son sperme. Avec ma mère il m’a créée. Le père, c’est celui qui, traditionnellement, à côté de la mère, élève l’enfant jusqu’à la vie d’adulte.
6145c5a35af7f3da21d29bd68e0586ed.jpg
- Et votre père, c’est qui ?
- C’est un homme que j’adore. Il est divorcé et vit seul. Nous nous entendons très bien et nous nous aimons énormément.
- Il est comment, votre père, Nadine ? Quel est son caractère ? Comment se comporte-t-il dans la vie ?
- C’est un amour d’homme. Il est gentil, généreux, facile à vivre, toujours content de ce qu’il a. Il est très doux, compréhensif, patient. Jamais un mot plus haut que l’autre ; souvent je lui dis qu’il est trop généreux, qu’il se fait exploiter. Mon père, c’est la crème des crèmes !
57f34912da33e28b392768ea6b436423.jpg

Posons maintenant la grande question qui va tout révéler :
- Quelqu’un qui vous a créée et élevée, qui est un amour, généreux, doux, patient, compréhensif, quelqu’un qui est facile à vivre, à qui cela vous fait-il penser, à l’extérieur ou à l’intérieur de vous, par rapport à votre vie actuelle, en ce moment ?

Par rapport à hier ? Qu’est-ce qui s’est passé hier ?

A l’extérieur c’est mon père, mais bon, ça ne nous avance pas.
A l’intérieur de moi ? A qui ça me fait penser en ce moment ?
Nadine cherche et s’écrie :
- Oh, mais c’est vrai, c’est vrai que je suis vachement gentille avec mon copain.
062b9f83685d8b7f356c1e1101e0feea.jpg
Comme il est en examen en ce moment, c’est moi qui fais tout. Il pourrait quand même un peu participer au ménage.
db42919f2831568558b1fc4a35293b17.jpg

Par dessus le marché, comme il ne gagne pas encore sa vie, c’est moi qui paie tout. Oui, c’est ça, je me comporte exactement comme mon père.
Mais hier, j’ai explosé : nous nous sommes disputés, parce que je lui ai demandé de prendre un travail pendant les vacances pour gagner un peu d’argent et participer aux dépenses et il a refusé. Il profite, il y a de l’abus !
8b37f2ed916924378d1073b61f88a47d.jpg

Alors revenons au rêve, que dit le rêve ?
« Mon père s’est suicidé ».
Que comprendre ?
Eh bien, c’est clair ! Nadine, la veille, ne s’est plus comportée COMME son père. Elle a délibérément cessé d’en suivre le modèle, l’exemple. En exprimant à son ami son désaccord, sa frustration, ses besoins, au lieu de se montrer si patiente et généreuse, elle a opté volontairement pour une attitude complètement différente. Une facette d’elle même s’est supprimée volontairement, le père en elle s’est suicidé.
Et la jeune femme de constater :
« - J’ai de la peine, mais c’est comme ça. ». Il n’y a rien à y faire.
cc9354f80973035611258c224d1af236.jpg
Stupéfaction ! Quel point de vue !
Elle n’est plus la bonne amie, elle souffre de ce changement, mais c’est comme ça !
Le rêve vient constater et ratifier.
Nadine est remuée, et…pas mécontente. Elle qui se croyait mauvaise de réagir contre l’égoïsme de son ami, voilà que le rêve lui donne raison ! Quelle leçon !

Elle m’a embrassée, elle est rentrée chez elle et a repris la discussion avec son ami. Elle lui a fait comprendre qu’elle ne pouvait pas continuer à tout prendre à sa charge avec gentillesse et complaisance. Ce faisant, le père symbolique en elle s’est suicidé. Et Nicolas a pris un travail pendant les vacances.

0b18c0472b032707eb0e2b384a5f2bbb.jpg


Conclusion :
L’examen de ce tout petit rêve montre qu’il ne s’agit pas d’un rêve prémonitoire. L’image parle d’une situation symbolique.
A quoi aurait mené l’interprétation avec la grille psychanalytique ? La rêveuse aurait souhaité la mort de son père, pour quelle raison ?
Pour comprendre le sens de cette image, il m’a fallu mener mon enquête avec la rêveuse et établir à quelle attitude correspondait en elle, pour elle, personnellement, exclusivement, l’image de son père. Seule la technique de l’interview donne accès à ces informations individuelles.

Une fois encore, je m’émerveille devant la puissance du rêve, qui avec une seule image, apparemment absurde, donne un conseil paradoxal et sage, qui ici vient aider un couple à trouver son équilibre. Et je souligne aussi l’efficacité de la technique de l’interview que je pratique et enseigne, et qui seule donne accès au sens individuel du symbole.
f6962363048a8ed935138a911f7efaa4.jpg


Illustrations
L’entrée du cimetière, tableau de Caspar David Friedrich (1774-1840)
Je remercie me Lilia Dutoit pour ses deux tableaux que vous retrouverez sur : dutoitvillemer.free.fr.
- Jacqueline
- Famille, Complicité

Je remercie les artistes photographes pour leurs œuvres :
- Le beau garçon est le jeune champion en athlétisme Arthur Guezennec
- J’ai trouvé l’œil qui pleure sur www.maruku.free.fr/images.htm

11/08/2007

MORT SYMBOLIQUE D’UN PROCHE , CH. 4 : OU LES ELUCUBRATIONS DU DR FREUD

Il arrive à tout le monde de rêver qu’un proche est mourant ou mort. Ces rêves inquiètent beaucoup, mais comme on ne veut pas reconnaître que les rêves ont un sens, on garde son rêve sous silence, à moins qu’on ait un interprète de rêves sous la main. Alors on pose la question : Qu’est-ce que ça veut dire ?
Plusieurs fois, quand j’étais professeur, il m’est arrivé la même expérience. Mes collègues connaissaient mon activité d’interprète de rêves, mais c’était sujet à moquerie et mépris.
Pourtant, en cachette, quand il n’y avait pas grand monde dans la salle des professeurs, ou quand nous nous lavions les mains aux toilettes, un ou une collègue s’adressait rapidement à moi :

« - Madame Riedel, dîtes-moi, je sais que vous vous intéressez aux rêves, je voudrais vous demander …je viens de rêver que ma mère était morte… ? »
« - Christiane…, qu’est ce que ça veut dire… j’ai rêvé que mon père mourait. Tu crois que c’est prémonitoire ? »
Grande inquiétude.
Comment répondre sérieusement ? Comment faire comprendre que l’interprétation d’un rêve ne doit pas être « expédiée » ? Certes, c’est déjà bien de chercher à comprendre son rêve ! Mais hélas, pour en arriver là, il faut que le rêve fasse peur. Ah ! Quand le rêve vous plonge dans l’angoisse, alors là, on s’intéresse à lui !…

4e000910939a1a9005a65ceb3f4a8f08.jpg


Et encore ! Il ne faut pas se faire d’illusion. C’est en fait juste pour savoir que l’image est symbolique.
« - Ah bon, donc ce n’est pas vrai,… d’accord…Attends, la cloche sonne, excuse-moi, il faut que je monte en classe. Salut et merci ! Tu m’as bien soulagée !… »
On ne me reparlera plus du rêve.

Misère !
Je vais moi aussi retrouver mes élèves.
c491914972f99e266fefdac9e980dc98.jpg
Sans illusions, sans déception. C’est comme ça. J’ai fait ce que j’ai pu.
Une fois de plus, je constate que le monde intérieur, ça n’existe pas. Quand comprendra-t-on que ce qui se passe dans l’inconscient, dans le monde à l’intérieur, est aussi important, sinon plus, que ce qui se passe dans le monde extérieur au niveau conscient ?
L’équivalence est si vraie que le rêve prend la situation extérieure comme symbolique du monde intérieur et, quand il vient nous visiter, il nous dit :
« - Regarde, voilà ce qui se passe en toi en ce moment : c’est COMME SI ce parent mourait. »
Il s’agit d’une métaphore qu’il convient de bien comprendre.
Ce genre de rêve doit être étudié avec le rêveur de façon très minutieuse, parce qu’il peut avoir des sens très variés et même opposés, selon les rêveurs et selon les circonstances.
C’est là qu’il faut l’aide d’un interprète compétent.
Cet interprète ne se contentera pas de plaquer des grilles de significations toutes faites, mais il mènera une véritable enquête et procédera minutieusement à la technique de l’interview.
ee805d10aeb0e489a13c044015b4b4d3.jpg

Seule cette technique de l’interview permet de cerner le sens individuel du rêve, adapté au rêveur, ce jour là. Car, il ne faut pas manquer de rappeler que la même image, chez le même rêveur, peut présenter des sens différents selon les moments.

C’est pourquoi, avant d’étudier le sens symbolique de ce rêve avec la technique de l’interview, il me semble nécessaire de se débarrasser d’abord de l’interprétation traditionnelle générale et systématique, qui empêche d’étudier cette image de façon individuelle. Je veux ici parler de l’interprétation freudienne des rêves en général, des rêves de mort, et des rêves de la mort du père en particulier.1f00dcfaf101e798d9ed320937a3832d.jpg

Comment Freud interprétait-il les rêves en général et plus particulièrement ceux, où il était question de la mort du père ?
Pour le médecin viennois, le rêve serait la réalisation d’un désir condamnable caché, et le rêve où le père meurt serait tout particulièrement caractéristique du désir qu’éprouverait le fils de voir mourir son père, afin de pouvoir le remplacer auprès de sa mère.

Pour donner à sa théorie un fondement prestigieux, Freud l’a rapprochée de l’histoire d’Œdipe qui a tué son père et épousé sa mère. Pour lui, ce mythe grec serait un modèle de comportement généralisé, le fils souhaitant la mort du père pour prendre sa place auprès de sa mère. Avoir un rêve où le père meurt serait donc l’expression de ce désir.
A l’examen, la méthode de Freud s’avère la même pour le rêve et le mythe. Dans un cas comme dans l’autre, il plaque ses idées et tord les images ou l’histoire, pour leur donner le sens qui lui convient.

a9db7aef82d21f5390a2c5fba244821b.jpg

Il n’analyse pas les images du rêve avec rigueur, il fausse le mythe. Voyons comment :

Voici donc très brièvement le mythe d’Oedipe, qui, quand il tua un inconnu, ignorait totalement qu’il était son père.
A la naissance d’ Œdipe, ses parents, le roi de Thèbes Laïos et la reine Jocaste, consultèrent l’oracle de Delphes pour connaître le destin de l’enfant royal. L’oracle déclara que Œdipe tuerait son père et épouserait sa mère. Pour empêcher la réalisation de cet affreux destin, les parents abandonnèrent leur fils dans les bois. Le bébé fut sauvé par un berger et adopté par le roi de Corinthe qui l’éleva comme son fils et lui cacha son origine.
Parvenu à l’âge adulte, Œdipe se rendit à Thèbes et se trouva à un carrefour face à face avec le char d’un homme arrogant, qui lui bloquait la route.
b65b50a99588aeee058849c31732097d.jpg 7069ff028897f87d0690e4720f09a440.jpg

Ils se disputèrent le passage, et l’homme, pour forcer Œdipe à lui céder, tua un de ses chevaux. Furieux, Œdipe, en fis de roi, exigea la place et lança sa lance sur ce voyageur agressif, qui mourut sous le coup.
0f8b631e477f4cd7e745d11f4593d720.jpg

Arrivé à Thèbes, Œdipe trouva à l’entrée le sphinx qui terrorisait la ville. Le monstre posait une énigme aux passants, et les dévorait s’ils ne savaient pas répondre. Œdipe résolut l’énigme et le sphinx se tua de dépit.
9be7da48909c01c0325d0c3c25eeff49.jpg
Comme le roi venait de mourir et que la reine se retrouvait veuve, les habitant de Thèbes voulurent remercier Œdipe de les avoir libérer du sphinx ; ils lui offrirent de monter sur le trône et d’épouser leur reine Jocaste. Œdipe accepta et vécut quinze ans de bonheur avec elle. C’est seulement alors, après toutes ces années, qu’il apprit que sa femme était la veuve de l’inconnu qu’il avait tué, et que cet homme, le roi, était aussi son père. Jocaste était donc sa mère. Œdipe, de désespoir se creva les yeux.
ac3cffea23795445eb062ce839835f2a.jpg
Les dieux le jugèrent innocent.

Comme le montre le récit de ce mythe, Œdipe n’a donc pas tué son père pour prendre sa place auprès de sa mère. Le complexe d’Œdipe, célèbre pilier de la dogmatique freudienne, n’a donc rien à voir avec le mythe que Freud a déformé pour le faire coller à sa théorie. Celle-ci ne repose sur aucun fondement général que le mythe grec aurait déjà exprimé. Mais cela n’a pas empêché à cette théorie de connaître un essor extraordinaire et de faire couler des flots d’encre.

Un extrait sur le complexe d’Oedipe
Voici un exemple de l’échafaudage de cette théorie, tel qu’on peut le lire sur Internet à ce propos :
255bf5a7b549ccfb54ba3fd88a830d40.jpg
« Le complexe met en relation le jeu de l'amour et de la haine. Il noue le désir d'un sujet à celui d'un autre, duquel se met en place la question de lui même, de sa vie, de sa mort, du sexe.
Le désir de Savoir porte le Désir Oedipien, selon S. Freud, car il met en relation la Libido et la pulsion génitale ; laquelle sera prépondérante aux autres pulsions.
b7eaf3e629fe39e8c336ae3c4f5d56c0.jpg
Dans la forme simple qui constitue le modèle initial de l'Oedipe Freudien, l'enfant commence à désirer sa mère elle même au nouveau sens, et à haïr, de façon entièrement nouvelle, le rival qui est alors un obstacle à ce désir.
D'un conflit entre ces deux relations, l'enfant va développer un investissement d'objet qui prend son départ du sein maternel et qui constitue le modèle d'un choix d'objet selon le type par étayage.
Du père, le garçon s'empare par Identification. Les deux relations subsistent un moment, puis se transforment : ainsi né le complexe d'Oedipe.

L'Identification au père prend alors une teinte hostile, elle tourne au désir d'écarter le père et de la remplacer par la mère : pour l'enfant, le vrai père est un Père Mort.
Le conflit Oedipien est tourné vers la possession sexuelle de la mère et vers la mort du père. Le mouvement intérieur de ces désirs va se poursuivre dans une activité de fantasme. »

7ff3c1b88c2bf0262e637847ae86d99a.jpg
Ces affirmations me laissent perplexes. Je n’y comprends rien. Elles me semblent personnellement fumeuses et gratuites. Vous êtes-vous déjà interrogé sincèrement à ce sujet ? Avez-vous déjà rencontré la situation décrite dans le complexe d’Œdipe chez l’un de vos proches ?
Une sage-femme sénégalaise me disait un jour :
« - Je ne vous comprends pas, vous les Occidentaux. Chez nous, tout le monde dort dans la même chambre, et on n’a jamais vu un fils qui veuille coucher avec sa mère. »

C’est le psychiatre suisse Carl Gustav Jung qui, le premier, il y a cent ans déjà, dès l’année 1909, a dénoncé les théories de son collègue Freud, qu’il connaissait bien.
Malgré ce qu’on dit, Jung n’a jamais été le disciple de Freud et il a refusé d’être son dauphin, marquant par là ouvertement son désaccord.
340b5e144a54fe964592ec8d9efaec88.jpg
Jung a souligné l’idée obsessionnelle de la mort du père chez Freud, idée qui frisait la névrose. Il en fit lui même l’expérience, comme il le raconte dans son autobiographie « Ma Vie », au chapitre « Sigmund Freud ». Par deux fois, alors que les deux hommes discutaient sur ce thème, Jung s’opposa aux idées de Freud, qui tomba en syncope.

Aujourd’hui, de plus en plus de chercheurs, de scientifiques, de médecins réfutent les théories freudiennes. Je partage ce point de vue. Depuis plus de trente ans que j’ai commencé à chercher à comprendre les rêves, je n’ai jamais pu donner raison à Freud, je n’ai jamais pu constater, après analyse avec les rêveurs, que ce rêve de mort serait systématiquement la réalisation d’un désir caché de la mort de leur père. Je ne comprends pas le succès de cette idée.

Conclusion
Si donc vous recevez ce genre de rêve, où le père meurt, soyez tranquille ! Non, avec ce rêve, vous ne désirez pas la mort de votre père de façon inconsciente. Non, vous ne nourrissez pas en cachette un instinct criminel. Et non, non et non, si vous êtes un homme, ce rêve ne montre pas que vous désirez secrètement tuer votre père pour prendre sa place dans le lit de votre mère !

Bon, mais, une fois qu’on a écarté la grille d’interprétation de la psychanalyse, que veut dire ce alors ce rêve?
Je vous montrerai donc la prochaine fois, comment, ayant jeté au panier la camisole ou la grille d’interprétation freudienne, j’interprète, l’esprit libre, avec la technique logique et rigoureuse de l’interview, un rêve où le père meurt. Vous découvrirez alors une surprise.

86455d124c44eb45bd4acf282b80d6ff.jpg

Illustration
Je remercie l’auteur de l’illustration finale « Elucubrations », que j’ai trouvée sur « neko.bloxode.com »

04/08/2007

ANNONCE DE LA MORT D'UN PROCHE

LA MORT D’UN PROCHE

Dans mon étude précédente, j’ai présenté deux rêves : l’un prévenant d’un cancer physique qui met le corps en danger, l’autre d’un cancer moral qui ronge l’esprit et l’âme de la rêveuse. J’ai comparé ces deux rêves et j’ai essayé de mettre en évidence comment les distinguer. Comment savoir, en effet, si l’alerte désigne un danger matériel, physique, ou au contraire symbolique. Soulignons que la portée du message symbolique n’en est pas moins grave, même si le rêveur y attache souvent moins d’importance.
Je vais poursuivre cette petite étude à partir de rêves qui font très peur : ce sont les rêves qui annoncent la mort d’un proche.

c004e2fb4ec88640a325c4f3cb06c54c.jpg Je vous raconterai donc aujourd’hui des rêves qui parlent de la mort réelle. Et la fois prochaine, je vous présenterai des rêves semblables mais qui ne sont pas prémonitoires.
Il existe des études nombreuses et excellentes sur ce sujet. Je choisirai mon premier exemple dans le livre de Camille Flammarion « La mort et son mystère », collection « J’ai lu », p.60.

Il s’agit d’un homme parfaitement pondéré et fort sceptique, administrateur terrien et juge territorial en Russie en 1894. Il rentre le soir dans sa maison où sa mère vit avec lui. Il la trouve en train de jouer paisiblement aux cartes avec des amis. Il va se coucher après lui avoir souhaité une bonne nuit. Il raconte :
« Le lendemain, je me réveillai tout couvert d’une sueur froide, et tout tremblant du songe effroyable qui m’avait assailli…j’ai vu clairement ma mère s’approcher de mon lit.

6f6af15175d15b0940a4e6873bcc83f4.jpgElle vint m’embrasser sur le front et me dit : « Adieu, je meurs, je meurs ! »
J’allais me lever et me rendre dans la chambre de ma mère, lorsque j’entendis un grand tumulte dan la maison, des gens qui couraient. La femme de chambre de ma mère se précipite dans ma chambre, en criant tout en larmes : « Monsieur, Madame vient de mourir ! »…
La mort a été causée par une rupture d’anévrisme : congestion foudroyante.
9c5f05d6de75fe7e2fc47f7947ce9afa.jpgOn trouve des témoignages semblables partout. Je ne peux que vous inviter à vous faire votre propre opinion. Je vous recommande également le livre très bien fait d’Hélène Renard, « Les rêves et l’au delà », chez Philippe Lebaud.

Je vais choisir maintenant dans mon expérience personnelle et vous transmettre le récit qu’une de mes élèves m’a raconté.
Quand j’étais professeur (je suis maintenant à la retraite), je proposai chaque année, en classe, le sujet de rédaction suivant. « Vous raconterez un rêve qui vous a impressionné. »
Voici ce que une de mes jeunes élèves de sixième écrivit :
« L’année dernière, quand j’étais encore en primaire, un matin, je me réveillai bouleversée. Je venais d’avoir un cauchemar épouvantable :
Dans mon rêve, je venais de me réveiller. Comme d’habitude, j’allai dire bonjour à ma grand mère et l’embrasser. Je me dirigeai donc vers la salle de séjour qu’il me fallait traverser pour me rendre à sa chambre. Toujours dans mon rêve, j’entrai dans la salle de séjour, et y vis une grande masse au milieu. C’était une grande boite.
80ecd2e8225ff35c5eebbd35dd7d6d16.jpg
A mon horreur, je compris que c’était un cercueil,… où ma grand mère était allongée.
4246e0250d555f4e526e6977d9ae7df2.jpg

J’éclatai en sanglots. Mais tout d’un coup, je vis ma grand mère se lever et sortir sans peine de son cercueil. Elle s’avança vers moi me prit dans ses bras et me serra tendrement contre elle.

7e682f01e41b3fd825bcf223ac7ca0d3.jpg D’une voix affectueuse et consolante elle me dit :
« - Pleure pas, c’est une farce ! »
Sur ces paroles je me réveillai en pleurant.

Je me précipitai dans la chambre de ma grand mère que je trouvais joyeuse et alerte comme d’habitude.
Rassurée, consolée, je partis à l’école après mon petit déjeuner.
Après les cours de la matinée, je retournai déjeuner à la maison.
Quand je rentrai, maman m’annonça que Grand-Mère était morte. »
8cb6674306cf6a222ffb85f1afee1b02.jpg
Que voulez vous que je vous dise ? Je n’ai rien à interpréter. Je ne peux que constater comme vous la sale farce ! Oui, une farce, c’est un tour qu’on joue à l’autre pour rire. Mais ici, quelle farce odieuse, quelle plaisanterie macabre !

Mais la fillette n’a pas pris mal son rêve. Avec une grande simplicité, elle m’a dit : « J’ai compris que la mort, c’était un mauvais tour, que ce n’est pas pour de vrai, j’ai compris que mon rêve me disait que ma grand mère, en réalité, est toujours vivante, même si je ne la vois plus.

Vivante !
VIVANTE ?
Je n’ai rien à interpréter, je n’ai qu’à raconter. Alors, je vous raconterai à mon tour ce qu’il m’est arrivé.
« J’avais seize ans. Ma mère était morte quelques semaines plus tôt. Elle avait eu un cancer au cerveau, et avait été opérée. Mais, la tumeur avait gravement touché le cerveau, et après l’opération, ma mère perdit le mouvement et la parole. Paralysée, muette, elle décéda trois mois plus tard.
Peu après, une nuit, je rêvai :
J’étais dans une chambre que je ne connaissais pas. Je voyais ma mère allongée dans un lit, sous les draps.
Je pleurais. Et puis, à mon immense stupéfaction, je vis ma mère bouger.
c34483ca324b8b4a46e8c686678ba733.jpg
Elle s’assit dans le lit. Complètement perturbée, je me dis :
- Ce n’est pas possible : primo, ma mère était paralysée, donc elle ne peut pas bouger ;
secundo, elle est morte, donc elle peut encore moins bouger.
Ahurie, je vis alors ma mère poser ses pieds par terre, se lever et se mettre à marcher.

Je raisonnai à nouveau: Ce n'est pas possible. Primo ma mère était paralysée, donc elle ne peut pas bouger; secundo, elle est morte, donc elle peut encore moins bouger.

Sidérée, je la voyais venir vers moi en riant et m'ouvrant les bras elle me dit joyeusement :
- « Christiane, je suis vivante, je suis vivante ! " d93bf318ff531f6702cd55ab27d15623.jpg
Je me suis réveillée.

Pour moi, la vie après la mort est devenue une évidence.

Les rêves que je viens de vous exposer se passent d’interprétation et parlent en direct. Ils sont très fréquents et vous rencontrerez autour de vous des rêveurs qui, eux aussi, ont reçu des messages semblables.

La prochaine fois, nous verrons comment les mêmes images peuvent avoir un sens complètement différent.

a254ccd71fdcaeaeb195f64f8519fac5.jpg