Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2010

MON CAFE RÊVES

MON CAFE RÊVES

 

Je vous ai annoncé en octobre que je mettais en route un Café Rêves dans les Yvelines, à St Germain en Laye où j’habite. L’imaginer, le dire, c’est facile, le réaliser demande quelques investissements :

Concevoir le feuillet publicitaire, le faire reprographier en 1000 exemplaires, distribuer ceux-ci ensuite, c’est ce à quoi je me vais me consacrer désormais pendant quelques jours chaque mois.

 feuillet 1.JPG

feuillet jaune.JPG

 

Me voilà donc à parler des rêves dans la rue, dans les entrées des immeubles.

 b5c376adffa71ac6[1].jpg

 PROA7106363[1].jpg             

 

 

 

 

Je glisse mon papier dans les boites aux lettres, quand elles sont extérieures ; je demande la permission d’entrer à un habitant qui passe, quand il faut un code. Vu ma bonne tête, on ne m’a pas encore refusé.

Et c’est là, dans ces entrées que l’expérience devient passionnante !

-  Vraiment me direz-vous ? Mais mettre des papiers dans les boites, c’est quand même pas « marrant » !

 

bfe89ce6b1d1b3d2[1].jpg

 d826545d5f3ff11a[1].jpg  

 Je ne trouve pas. Cette activité n’est pas déplaisante, je me promène, je découvre des coins inconnus de mon quartier et surtout, je rencontre des personnes très différentes, qui se laissent souvent aborder.

J’invite à mon Café Rêves à l’hôtel du Coq, tout près d’ici.  h_3688_14.jpg

 

 

 

Je me lance dans de brèves explications et là, dans ce contact direct, il se passe toujours quelque chose :

 

Indifférence, froideur ou rejet brutal :

- Montrez, me dit une femme, en prenant mon papier. Ah ! Mais non ! Vous êtes une secte, et d’abord, quels sont vos diplômes ?    rejet.JPG

- Ah, c’est vrai, je n’ai pas pensé à les mentionner dans ma présentation. Eh bien, madame, je vous remercie de me souligner ce détail.

Ce mois ci, j’ai rajouté des titres et quelques lignes laudatives à mon sujet.

Quant à la secte, j’ai tellement l’habitude de l’accusation, le rêve est tellement avili, et le public est si souvent tellement ignorant.

 

Condescendance, hauteur

- Oh ! vous savez, moi je n’ai pas besoin des rêves, je fais du spiritisme me dit un homme en fermant la porte de l’ascenseur.

OK.

 

Distinction

 

0c51ad245b97f542[1].jpg - Vous connaissez Carl Gustav Jung me demande une dame distinguée ? J’aime mieux ça, parce que Freud a fait des ravages.

Nous voilà d’accord.

- Mais vous savez, poursuit cette élégante personne d’un air entendu, le rêve, ce n’est qu’une première approche, il y a d’autres démarches qui vous conduisent à des niveaux de conscience bien supérieurs.

Bon ! Moi,… les niveaux de conscience supérieurs… Je préfère rester toute petite, rester tout en bas, les pieds sur cette terre. Que lui répondre alors ?

- Si vous voulez, Madame.

Je reprends ma distribution, elle me tourne le dos et passe la porte.

 

Surprise

 Me voilà dans un des immeubles HLM du quartier du Bel Air, où j’habite. Je suis en train de mettre mon papier dans une boite aux lettres qui porte un nom maghrébin. Passe un monsieur au visage fin et doux, qui me voit mettre mon papier dans sa boite.

- Donnez-le moi, me dit gentiment Mr Bel. Qu’est-ce que c’est ?

- J’organise un Café Rêves à l’hôtel du Coq, vous savez, à côté. Je vous y invite, j’y parle des rêves, vous pouvez venir écouter, ou aussi raconter votre expérience.

- Moi, j’ai rêvé des numéros gagnants au tierce, me dit-il.

- Ah ! C’est formidable ! Racontez-moi !

- Oui, une fois j’ai rêvé que je voyais les numéros gagnants aux courses :

C’étaient le 3, le 2 et le 6, le 6 apparaissait avec un flash qui le changeait.

Je suis allé avec 4 amis aux courses à Auteuil, pour jouer le 3, le 2 et le 6.

Le 2 et le 3 sont sortis gagnants, mais pas le 6, c’est le 15 qui est sorti.

J’ai gagné 7000 FF, plus de 1000 €. A l’époque je me suis acheté une Renault 16 TS.

 

 

rightonebon-842[1].jpg 16tx[1].jpg   

 

   

 

 

Une autre fois, j’ai rêvé des numéros gagnants du loto : 20 – 27 – 30 –  39 - 40 –  43. Je les ai joués.

Quand j’ai regardé le tirage à la télévision, j’ai vu le 20 apparaître, mon cœur s’est mis à battre. Puis le 27, le 30 et le 39. Là, mon cœur battait si fort que je suis sorti de la pièce, j’ai cru que j’allais faire une crise cardiaque !

 

 

media_xl_3911618[1].jpg Tirage%2055[1].jpg 

 Ces 4 numéros là sont sortis, mais pas les autres ! Et j’ai gagné 8 500 FF, 1300 € !

 

 

Pourquoi mettrais-je en doute le récit de cet homme dont le visage ouvert respire la simplicité et l’honnêteté ?

Je m’exclame :

- Votre histoire est magnifique. Pourquoi ne viendriez-vous pas la raconter à mon Café Rêves ?

- Oh non ! Je ne peux pas, on va me prendre pour un fou !

- Et moi, il y a longtemps qu’on me prend aussi pour une folle et une illuminée. Mais ça n’a pas d’importance, vous savez bien que vous ne mentez pas, que votre expérience est vraie. Il s’agit d’être authentique.

Monsieur Bel me regarde avec confiance. Ouvrant la porte de l’ascenseur, il me dit :

- Je viendrai à votre Café Rêves, mardi prochain.

 - Je vous attends, Monsieur, je serai heureuse de vous accueillir. Au revoir.

 

Songeuse, heureuse de cette rencontre, j’ai poursuivi ma tournée, tout en pensant à vous, mes chers amis blogueuses et blogueurs, à qui j'avais envie de raconter cette expérience. Certains sceptiques me diront crédule et naïve. Je les invite à venir vérifier les faits sur place.

Et des surprises surprenantes, j'en ai eu d'autres, que je vous raconterai une autre fois. 

Où va m'emmener mon Café Rêves ? 

 

divine intuition 2.JPG

 

Illustrations

je remercie les artistes et les photographes, dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.