Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2015

EST-CE IMPOSSIBLE À COMPRENDRE, À REALISER?

 

Nous autres, humains, quand nous sommes dans notre conscient, nous sommes des êtres limités, l'inconscient lui, ne l'est pas ; nous avons des conceptions bien définies mais l'inconscient, lui, infini, n'a pas les mêmes définitions que nous.

Nécessité venue, pour nous ouvrir l'esprit, il nous secoue alors avec ses messages qui nous déroutent, même si nous ne le comprenons pas, ou plutôt, disons le tout net, même si, souvent, nous ne voulons pas les comprendre !

C'est ce que nous allons voir encore une fois aujourd'hui avec le rêve d'Agnès. Ce rêve se comprend tout seul, mais allez-vous en accepter le sens alchimique ?

 

Je ne sais rien d'Agnès et découvre cette jeune femme avec son rêve que voici :

 

Rêve

Je travaillais au mcdo, et y a un monsieur qui est venu passer sa commande, puis il m'a demandé de lui montrer autre chose dehors et j'y suis allée. J'étais assez pressée de rentrer car j'avais laissé le boulot comme ça, et sur la route, au retour, les gens deviennent fous, courent partout comme des malades, ou meurent sur les trottoirs... et là y a une énorme statue de Jésus qui tombe et se casse.

Je me suis cachée car il y avait de plus en plus de choses étranges...

 

Interprétation

Agnès a reçu l'an dernier ce rêve choquant, inconcevable. Quel peut en être le sens ?

Je travaillais au mcdo et y a un monsieur qui est venu passer sa commande, puis il m'a demandé de lui montrer autre chose dehors et j'y suis allée.

emploi mcdo.jpg

Analysons l'action :

Agnès est serveuse dans un restaurant sympa et pas cher. Un client, qu'elle appelle poliment Monsieur, passe sa commande, puis au lieu de s'installer pour manger, il lui demande un service tout à fait indu. Et parce que la jeune femme est trop disponible, trop serviable, elle abandonne son service, qui est à l’intérieur du restaurant et se rend à l’extérieur, dehors dans la rue.

A quoi cela correspond-il dans sa vie ?

La jeune femme m'explique et me décrit une situation qui n'a rien d'exceptionnel :

" ... je préfère me limiter moi, me sacrifier pour rendre service à l'autre et en particulier pour mon entourage proche. Quand vous me demandez si cela me fait penser à une situation dans ma vie quotidienne, je me rends compte que oui et surtout avec mon conjoint. Je me suis installée avec lui et depuis j'ai l'impression que je n'arrête pas de me priver pour lui.

Agnès m'explique alors qu'elle a été obligée d'arrêter ses études et ne peut plus voir ses amis, et elle poursuit :

D'ailleurs en ce moment nous logeons son beau-frère chez nous, chose que j'ai acceptée pour lui. Et je me rends compte maintenant que j'ai accepté beaucoup trop de choses, et qu'en retour je n'ai pas forcément du positif.

 

Pourquoi le rêve choisit-il le restaurant Mcdo et pas Quick par exemple ? Y aurait-il un jeu de mots ?

On peut en entendre plusieurs mais tous ne sont pas forcément significatifs :

- mac : un mac c'est celui qui dans le monde de la prostitution vit de l'exploitation, généralement sexuelle, d'autrui ; dans le sens non prostitutionnel, un mac est un type de voyou qui exploite autrui.

- mec : un gars

- mecque : la ville sainte de l'islam

- "do", en latin, veut dire : "je donne".

Mcdo signifie alors : "je donne au mac, au mec ou aux mecs". Le rêve lui montre ainsi à quelle enseigne elle est logée.

Dans cettte situation, Agnès accepte de faire même plus que son devoir.

mcdo.jpg

 

Pour répondre à une demande abusive d'un client, elle se rend à l'extérieur du restaurant et se retrouve dans un spectacle apocalyptique :

 

les gens deviennent fous, courent partout comme des malades, ou meurent sur les trottoirs...

Au niveau extérieur, le rêve décrit la situation du monde dans lequel nous vivons. Les termes qu'il emploie sont parfaitement exacts :

Les gens deviennent fous :

ils n’ont plus de repères, ils courent partout ils sont décentrés, ils ne savent plus où aller, ils sont perdus. Ils sont malades, ils ont perdu le contact avec leur instinct qui est la sauvegarde de la santé.

 

Ils meurent sur les trottoirs.

On pourrait se demander si le rêve n'annonçait pas là, au niveau extérieur, ce à quoi nous assistons de plus en plus avec la montée du terrorisme islamiste en France et dans le monde.

Au niveau intérieur, Agnès, elle, en tous cas, se dit concernée par l'image : elle sent qu'elle a dévié de sa route, elle a perdu ses objectifs, elle ne sait plus où elle en est, elle est perdue.

 

Et là y a une énorme statue de Jésus qui tombe et se casse.

chute 2.PNG

Analysons ce qu'est une statue : c’est une construction volontaire que l'homme a travaillée, élaborée, édifiée, pour se représenter l'idée qu'il se fait de la divinité.

statue blanche.PNG

 

Mais cette rigide figuration de pierre n'est pas vivante. Cette statue ne désigne pas la divinité elle-même, qui est en soi inconnaissable, elle désigne la conception et l'image anthropomorphique que l’on a fabriquée de Jésus, érigée en système, en idéal désincarné, avec le fameux principe d'amour.

olbinski 3.jpg

 

Agnés voit la statue du Christ qui tombe et se casse.

Quel est le sens de cette image au niveau subjectif pour la rêveuse ?

Agnès raconte sa souffrance :

"En ce qui concerne la statue de Jésus, c'est ce qui m'a le plus choqué ; je pense que c'est parce que je suis chrétienne. Pour moi ce sont des fondations qui s’écroulent.

rio de J.PNG

 

Je m'en veux un peu de "laisser ma foi de côté". J'observe aussi le monde dans lequel nous évoluons, rien de bien positif à mes yeux..."

Agnès se rend compte que le grand principe chrétien d'amour n’est pas valable dans sa situation. En obéissant à ce principe, elle croit qu'aimer consiste à toujours servir, à servir de façon indue et à être exploitée. Aimer n'est plus un mouvement spontané, aimer devient une obligation. Mais là où il y a la loi, il n'y a pas d'amour.

A force de donner aux "mecs", elle ne peut plus se développer elle-même. Son grand principe chrétien traditionnel entre en contradiction avec ses nécessités personnelles instinctives vitales.

Le rêve intervient alors pour lui montrer qu'elle n'a pas à s'en vouloir de «  laisser sa foi de côté » : cette foi là en effet n’est pas vivante, elle n’est qu’un principe mort, un système qui fait de ceux qui la professent des faibles dont on abuse, qu'on méprise et qu'on écrase. Des poules sans dents. En tant que chrétienne, pense-t-elle que c'est là la volonté de Dieu ?

 

Quelle a été par exemple l'expérience de nos Anciens, qu'ont -ils dit à ce sujet, tel qu'on peut le lire dans la Bible ?

Regardons le livre "Le Lévitique", composé entre 400 et 500 ans avant J.-C. Dans ce livre sont rassemblées les recommandations que Dieu fait à son peuple il y a 2500 ans. Il s'agit je le répète de recommandations et non de commandements. Au ch.19, v. 15 -18, ce livre conseille, recommande :

"...ne sois pas injuste dans tes jugements :

... ne favorise pas les moins que rien, ne te courbe pas devant les grands (1)

Une autre version traduit :

...tu n'avantageras pas le faible et tu ne favoriseras pas non plus le grand. (2)

Être juste.

Et le grand conseil est formulé juste après :

"Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Eternel".

Oui,, être juste.

Il faudrait d'abord examiner le sens du mot "prochain".

On constate tout de suite que dans le texte les termes "prochain", "peuple hébreu", "frères" et "enfants de son peuple" sont interchangeables. Il n'est pas question d'aimer tout le monde, mais le prochain, celui qui est proche.

 

Et que signifie "comme toi-même" ?

"Comme" ne veut pas dire "plus que". Et pourtant c'est ce que fait Agnès, selon l'éducation chrétienne qu'elle a reçue.

Mais, en elle, le divin veille et il ne s'exprime pas selon la voix de la tradition occidentale. Il lui parle dans ses rêves, et il vient lui montrer qu'actuellement le grand principe directeur de sa vie est injuste, il s'effondre et se casse. Ce n'est pas que le principe ne soit pas valable, c'est qu'il ne l'est pas exclusivement et pas en ce moment, dans les conditions actuelles.

Christ des abysses.PNG

Je le dis et je le répète : le dieu bon, le Bon Dieu n'existe pas, c'est une idée humaine, quant au Doux Jésus, actuellement cette conception s'effondre.

Vous croyez que j'invente ?

Je vous le montrerai d'autres rêves dans ma prochaine étude.

 

Comprenez-vous, chers lectrices et chers lecteurs, que nous vivons une époque cruciale où des changements s'imposent ?

Faîtes bien attention :

Ce n'est pas le Christ vivant, la Force intérieure divine qui s'effondre et se casse, c'est la représentation intellectuelle réduite que s'en fait le christianisme crée par la tradition, qui veut exclure de la divinité infinie et inconcevable toute autre dimension que l'amour, le bon, le bien.

Une fois de plus je rappellerai ces paroles oh combien clairvoyantes de Carl Gustav Jung, le génie du XXème siècle, encore trop mal connu en France :

« On s’indigne bien sûr à la pensée que le mal et le malheur font partie intégrante de Dieu, et on s’imagine que Dieu ne peut vouloir une chose pareille. On devrait pourtant se garder de la tentation consistant à restreindre la toute puissance de Dieu en se fondant uniquement sur l’idée qu’en ont les hommes.  (4)

 

La divinité est inconnaissable.

La façon la moins fausse ou la plus adéquate de se la représenter est une formulation paradoxale qui n'exclut rien, et qui au contraire inclut les contraires. La représentation du Christ de bonté et d'amour doit être complétée par l'image d'un dieu de colère et de dureté. Complétée veut dire non seulement comprise au niveau intellectuel, mais surtout vécue et incarnée dans la vie de tous les jours.

Et ça, c'est difficile.

 

Comprenez-vous que vous qui êtes si bon, vous avez le droit aussi d'être mauvais, non pas par désir de puissance, mais par saine réaction instinctive ?

Rappelez-vous par exemple et entre autres sur mon blog, le cas si touchant de Loren qui refusait de se mettre en colère.(3)

Oui, la transformation est douloureuse, mais elle est salutaire, elle est la voie demandée par l'inconscient actuellement et les rêves nous l'indiquent.

A nous maintenant de faire la distinction entre mener notre vie en obéissant à un principe mental directeur, imposé par une tradition dépassée, ou ressentir en nous la Force vivante intérieure qui nous anime, chacun, individuellement, et nous guide dans nos rêves, pour nous sauvegarder et nous amener à vivre dans l'alternance et l'équilibre des contraires, dans la conciliation des contraires.

2 équilibre.PNG

 

hqdefault olbinski.jpg

 

La prochaine fois, nous verrons sous quelles images le Christ vivant se présente actuellement dans le monde intérieur, dans les rêves.

 

Bibliographie

(1) La Bible, nouvelle traduction, p. 248

(2) La Bible, Segond 21, L'original avec les mots d'aujourd'hui, p, 85

(3) Du bonheur de la colère

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/02/2...disent-pas-ce-que-vous-attendez.html

Les rêves ne vous disent pas ce que vous croyez,

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/03/1...disent-pas-ce-que-vous-croyez1.html

(4) Essais sur la symbolique de l’esprit, C G Jung, p 238, éditions Buchet Chastel, 1991

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

- Une serveuse chez Mc Do : mcdo-bourges.fr

- Serveurs chez Mc Do : macdo australia : businessinsider.com

- Statue du Christ tombée de son socle : iom.int

- Aux Philippines, statue du Christ tombée de son socle au-dessus des ruines de l’église Notre-Dame de Lumière à Loon, qui était la plus grande église de Bohol avant le séisme du 15 octobre. © OIM 2013 (Photo de Joe Lowry)

- Le Christ Sauveur : discoverbasilicata.com

- Le Christ de Maratea en Italie :

- Le Christ des Abysses :ombrefantômes.skyrock.com

Le Christ des Abysses est une sculpture en bronze de Jésus située à 17 mètres de profondeur dans la baie de San Fruttuoso en Italie. La statue mesure 2,50 mètres de haut et pèse 260 kg.

- Tableau du peintre polonais Rafal Olbinski : vague définition de l'importance

- Tableau de Rafal Olbinski : youtube.com