Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gaillarde

  • UN CADEAU INATTENDU

    Les derniers rêves que vous avez lus étaient difficiles. Certaines d'entre vous ont eu raison de réagir et je les en remercie. Un blog est aussi un lieu d'échanges.

     

    Voilà plusieurs fois que le mot haine apparaît dans mon blog, mettant mal à l'aise plusieurs d'entre vous.

    La haine est un mot interdit, négatif, à exclure. Il a pris un sens très restrictif, comme dans l'expression haine raciale, exclusion de l'autre éventuellement par le meurtre.

    Cependant, la haine ne se manifeste pas forcément ainsi. Ne pourrait-on pas haïr une situation inadmissible ?

     

    Mais au lieu de discuter avec des idées et des mots, voyons un peu si les rêves, nos images intérieures,  parlent de la haine. Quel est leur avis à ce sujet, en dehors de mes interprétations ?

     

    J'ai une amie assez lointaine, Michèle qui habite dans un quartier à problèmes, un quartier à risques.  Les mégots, les crachats qu'on lui balance dessus, elle connaît ; les pneus crevés, les vitres de la voiture ou de l'appartement cassées, les cambriolages, elle connaît aussi. Mais c'est là qu'elle vit et elle fait avec.

    visage femme.JPG

     

     Une nuit, elle a reçu le rêve que je vous raconterai aujourd'hui. Mais d'abord, voici dans quelles circonstances ce rêve est venu.

     Michèle travaille, mais le mercredi, elle reste à la maison pour garder son fils Benjamin, qui a une dizaine d'années. Aujourd'hui, en fin de matinée, elle part faire quelques courses et laisse le jeune garçon seul quelques instants dans l'appartement. Le super marché n'est pas loin.

    La voilà qui revient et arrive dans le hall de l'immeuble. Une flopée de gamins devant l'interphone s'envole quand elle arrive.

     Hall d'immeuble.jpg

    b_Oiseaux_en_vol.jpg

    - Tiens ? Qu'est-ce qu'ils font là ?

    Elle monte et entre dans son appartement.

    Benjamin est là, livide, décomposé.

    Elle se précipite :

    - Benjamin, qu'est-ce que t'as?

    - Maman, dit l'enfant tremblant, ils étaient tous là, ils ont sonné à la porte, ils m'ont dit :

     «  Descends, on est tous là, on t'attend, on a des marteaux et des chaînes, on va te tuer ! »

     

    Horreur !

    Michèle sent son sang se retourner, le monde se renverser.

    nu-visage-main.jpg

    zup et cathé.JPG

    taches et couleurs.jpg

     

     

     

     

     

    La douleur, le désespoir, l'envahissent. La rage, la fureur, la révolte la mordent à vif. Une haine terrible la saisit au ventre.

    Une voix hurle en elle :

     - Non ! Non ! Ca ne se passera pas comme ça. Je ne laisserai jamais faire ça !

     

    Elle confie son fils à la voisine, ainsi il ne sera pas inquiété pendant son absence. Elle file au commissariat de police, raconte ce qui vient de se passer, demande l'aide d'un policier. Elle veut aller trouver tous les enfants pour leur expliquer que cela ne va pas du tout, mais elle a besoin du soutien de l'ordre public, elle a besoin du soutien d'un homme : dans son quartier, une femme, ça ne vaut rien.

    police.jpg un-homme-se-fait-passer-pour-un-policier_17973_w300.jpg

         

     Un policier l'accompagne, il la suit, il est fluet, menu, il ne dit rien, mais il représente l'ordre et la loi.

     

     

    Aujourd'hui, c'est le 21 juin, la fête de la musique. Il fait beau, tout le monde est dehors.

     20060603_Kermesse_01.jpg

    gamins 3.jpg

     

     

     

     

    Michèle n'a pas mangé, elle va partout dans la Zup, elle interroge tout le monde, elle cherche les gamins qui ont promis la mort à son fils.

     zup3.jpg

        zup 2.jpg

     

     

    Elle questionne, recueille les indices, les noms, les adresses. Elle court dans tout le quartier, elle trouve un gamin et puis un autre. Elle les emmène avec elle. Mais non, le policier ne leur fera aucun mal, et elle non plus, elle les emmène chez leur parents, avec eux elle explique aux parents la situation :

     « - Mais si des gamins disent ça à dix ans, Madame, à quinze ans, ils tuent et c'est les meurtres dans la Zup.

    meurtriers.jpg

     Vous savez, nous sommes destinés à vivre ensemble, la vie nous a placés dans le même quartier, alors, il faut bien que nous nous entendions ! Sinon, ça va être infernal et sans fin !

    Il faut absolument que nos gamins vivent dans la paix. S'il vous plaît, Madame, vous êtes une Maman, nous, les Mamans, nous ne pouvons pas laisser faire ça ! S'il vous plaît, expliquez leur aussi ! »

    Les mamans sont stupéfaites, consternées. Les papas aussi, quand ils ont là.

    femme maison.jpg

     visage_de_femme1.jpg

     

                          

     

     

    Ces-Noirs-qui-ont-fait-la-Maison-Blanche1_articlephoto.jpg

    foulard.jpg           

     

     

     

    Maintenant il est temps de se retrouver avec Benjamin, de tirer la situation au clair. Benjamin a sûrement fait quelque chose de travers, mais ce n'est pas une raison pour le tuer.

     

    A 8 heures du soir, les gamins sont là, avec Benjamin, chacun s'explique, il y a eu des injures réciproques, des blessures d'amour propre qu'il faut laver, venger.

    Mon Dieu ! Que la vie est peu de chose en regard de ces orgueils.

     

    Michèle, gentiment, comprend, explique, et enfin chacun se tend la main et demande pardon. Non, cela ne se reproduira plus, non, on ne va plus se monter pour des vexations. Mon Dieu ! Cela fait  partie de la vie quotidienne, on ne va pas pour autant en venir aux mains ou aux armes et tuer !

    Les gamins rentrent chez eux, la nuit tombe, l'air est doux, le soleil orange resplendit, ce soir, c'est la fête de la musique.

     

    coucher 2.JPG

     

    Pas pour Michèle qui rentre chez elle avec son fils chéri.

    Exténuée, elle s'assied.

    Où a-t-elle trouvé la force de se démener huit heures durant à travers tout le quartier ?

    La douleur, le désespoir, la rage, la haine, la révolte. Maintenant, c'est fini.

     

    Elle dîne avec son fils, parle avec lui, elle l'emmène se coucher, et fait une prière avec lui avant qu'il ne s'endorme.

    « Mon Dieu, merci de m'avoir protégé cette journée, s'il te plaît, garde moi, chaque jour, garde et protège ma maman, mon papa, aide moi à respecter mes copains, pour que je m'entende mieux avec eux. »

    Michèle se couche à son tour. La nuit, un rêve la visite.

    visage.jpg

     

     Rêve

    Dans son rêve, elle entre dans son bureau.

    Sur la droite il y a une petite table devant le mur recouvert de la tenture indienne pourpre, qui représente l'arbre de vie. Elle aime beaucoup cette tenture.

    bureau.jpg   arbre-de-vie.jpg

                   

     

     

    Un homme est assis là. C'est Dieu qui l'attend. Il la regarde quand elle rentre.

    - Tiens, lui dit-il, je t'ai préparé un bouquet de fleurs, je te l'ai posé sur ton bureau.

    Michèle est émue aux larmes :

    Quoi ! Dieu lui a préparé un bouquet ? Pour elle ? Il a pensé à elle, spécialement ?

    Il y a quelques années, elle avait lu dans le livre de Christiane Riedel « Rêves à Vivre », le récit de ce rêve où le Père préparait une fleur pour sa fille, mais il lui disait qu'elle devait encore attendre pour l'avoir. Eh bien, pour elle, Michèle, le bouquet est prêt ! Quelle délicate attention !

    tableau-fleurs.jpg

     Et Dieu poursuit :

    - Tu peux choisir une fleur dans ce bouquet, elle est pour toi, je te la donne.

    Dans le joli vase sur le bureau, Michèle choisit une fleur. 

     Et l'ombre la nuit s'étend, veloutée et bienfaisante.

    detail de la reine de la nuit.jpg

     

     Au matin Michèle se réveille :

    - Ma fleur ! Oh ! Dieu m'a donné une fleur ! Mais quelle fleur ?

    Elle va prendre son herbier dans sa bibliothèque et cherche si la fleur du rêve s'y trouve.

    Mais oui !

    La voilà, cette même fleur, une fleur de feu, une marguerite aux pétales rouges et jaunes, une fleur vivace, c'est une gaillarde !

    Quel baume ! Quelle bénédiction ! Dieu lui décerne le titre de gaillarde ! C'est la marque, le souvenir de l'approbation, de l'affection que Dieu lui donne après cette journée où, mordue par la douleur et la haine, elle s'est battue par amour pour son fils, par amour pour les autres, par amour pour la vie, contre une situation intolérable.

     

    gaillarde_1_gd[1].jpg

     la haine.jpg

     

     

     

     

          

     

        gaillarde2.jpg

     gaillarde 3.jpg

     

     

     

     

     

     

    Illustrations

    je remercie les photographes et les artistes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog. 

    Visage de femme : http:/www.us.123rf.com

    Hall d'immeuble : http://upload.wilimedia.org

    Oiseaux en vol : http://www.lepolina.com

    Dessin noir : http://wallpapaer-wibweb.info

    Zup et cathédrale : Couverture du livre « Rouge sang » : http://www.librairiepantoute.com

    Rouge orange et noir : taches-et-couleurs

    Police :http://medias.lepost.fr

    Policier :http://img-zigoret.com

    Journée de la musique :http://lesmemes.free.fr

    Enfants :http://uchaud.blog-midilibre.com

    Zup :http://cd.imggg.v4.skyrock.net

    Zup : http://www.geographie-geomatique

    Meurtriers à quinze ans :http://ffsalgerie.unblog.fr

    Femme : http://www.courrierahuntsic.com

    Femme : http://www.intal.be

    Homme :http://photoparismatch.com

    Femme : http://www.plumedepresse.net

    Coucher de soleil :vues du ciel. free

    Visage aux fleurs :http://www.magazine-avantages.fr

    Coin de bureau : http://lejardindeclair.blogs-marieclairemaison.com

    Arbre de vie : http://www.laetitiabourget.org

    Bouquet de fleurs : raf.photos.blogspot.com

    La reine de la nuit : Detail du décor peint par l'artiste allemand Schinkel pour l'opéra de Mozart « La Flûte enchantée » 1791

    Gaillarde : http://www.mdecg54.fr

    Gaillardes : h.m.jardinoise.com

    Gaillarde :http://a31.idata.over-blog.com