Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

christ

  • PISS CHRIST OU LE BODHISATTVA COUVERT DE PISSE

    Je commencerai mon propos par cette citation de Jung :

    «  Les rêves peuvent quelquefois annoncer certaines situations bien avant qu’elles ne se produisent. Ce n’est pas nécessairement un miracle ou une prophétie. Beaucoup de crises dans notre vie ont une longue histoire inconsciente. Nous nous acheminons vers elle pas à pas, sans nous rendre compte du danger qui s’accumule. Mais ce qui échappe à notre conscience est souvent perçu par l’inconscient qui peut nous transmettre l’information au moyen du rêve. »

     

    Contrairement à mes habitudes, je viendrai aujourd’hui traiter d’un sujet d’actualité brûlante. Je l’aborderai à cause d’un rêve qui a été reçu il y a vingt ans, préfigurant l’actualité. C’est le rêve de Catherine. Le voici :

     

    Rêve

    Je descends vers une grotte. Je m’approche de l’entrée et vois un buste sur une table. C’est le buste du Bodhisattva, c’est le buste du Christ.

    Je regarde ce buste et m’aperçois qu’on lui a pissé dessus.

     

     rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

     

    Surprise :

    Que veut dire ce rêve ?

     

    Catherine descend vers une grotte.

    Descendre

    Voilà un des verbes les plus employés dans les rêves. Constamment les rêves indiquent la nécessité de ne pas chercher à s’élever dans la hauteur, dans l’air et le ciel ; soit dans le domaine des pensées, pour voir les choses de haut et vouloir les maîtriser ; soit dans le domaine éthéré des principes et des idéaux de perfection, pour mener une vie qui se veut spirituelle, à la recherche d’une divinité céleste lointaine.

    Non, descendre conduit vers le bas, où l’on retrouve l’humble vie de la terre, dense et grossière, qui est la réalité de notre corps et de tous ses ressentis.

     

    La grotte, elle, a pour origine le verbe grec kruptein : cacher, couvrir, et désigne un creux caché dans la terre.

    Avec les mots descendre et grotte, le rêve attire l’attention sur le corps et ce qui est caché en lui.

    Là, en bas, il ne s’agit plus de considérations intellectuelles élevées, en bas surgissent tous les ressentis : sentiments, émotions, sensations, impressions et impulsions ; intuitions, inspirations, et  rêves. A l’intérieur du corps se déploie la vie de l’âme, naturelle, spontanée, instinctive.

    Ainsi Catherine descend vers une grotte, elle se tourne humblement vers la vie de son âme.

     

     rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe                                    

          rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

     

    Puis elle s’approche de l’entrée et voit sur une table un buste.

     

     

    Pourquoi le rêve choisit-il cette partie du corps ? Il aurait pu montrer un humain debout sur ses jambes, ou assis en position du lotus.

     

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

     

    Que représente le buste ?

    Le buste représente un personnage en concentré : la tête désigne sa pensée, et le cou sa parole ; les épaules indiquent la volonté d’agir et la capacité à endosser les responsabilités ; le cœur implique les sentiments, les émotions, les passions, le courage ; enfin les poumons animent la  vie spirituelle dans l’inspir et l’expir.

    Ainsi ce buste représente la pensée, l’âme et l’esprit, incarnés dans un corps humain particulier, ici celui d’un bodhisattva.

     

    Un bodhisattva ? Qu’est-ce donc ?

    C’est un être qui est passé par la voie empruntée par tous les Bouddhas du passé. Il s’est engagé sur cette voie alors qu’il atteignait l’état d’éveil. Renonçant à quitter le cycle des renaissances, le Bodhisattva choisit de contribuer plus que qui que ce soit au salut universel de l’humanité.

     

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

    Catherine est sensible à cette image, elle s’intéresse beaucoup à la spiritualité orientale et cherche elle-même à parcourir le chemin de l’éveil selon les indications des maîtres spirituels bouddhistes.

     

    Catherine découvre alors que ce bodhisattva est le Christ

    Comment dire de façon plus explicite que le Christ est un Réalisé ?

    Catherine, quand elle se recueille à l’intérieur d’elle dans la méditation, cherche à entrer en contact avec le divin ; son rêve lui en montre le chemin : il passe par le Christ.

     

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

    Le Christ, c’est le dieu incarné de sa tradition occidentale. En temps que bodhisattva, il est venu pour sauver les hommes. Il a vécu dans l’amour et la compassion, il a annoncé non pas la loi implacable du karma mais la réalité du pardon, de la grâce et de la rédemption. « Là où le pêché abonde, la grâce surabonde ».

    Il n’a cherché à éviter ni les émotions, ni les conflits avec l’entourage, ni les affrontements avec la loi extérieure, ni la souffrance. Il les a assumés. C’est en portant sur ses épaules les lourdeurs et les souffrances de l’humain, jusqu’au supplice sur la croix, qu’il est devenu vivant pour l’éternité.

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

     

    Si notre amie aspire à la voie de la réalisation spirituelle, voilà l’exemple que son rêve lui offre de suivre. Non pas échapper à l’incarnation, mais l’assumer.

     

    La rêveuse découvre alors qu’on a pissé sur le Christ.

    Qui est ce « on », qui méprise et qui hait ?

    Au niveau objectif, il s’agit de l’entourage de la rêveuse, mais d’elle même aussi, au niveau subjectif.

    Voilà ce que le rêve vient lui montrer, voilà la façon dont elle traite le Christ -Bodhisattva en elle, qui est pourtant celui qui la conduirait à cette réalisation spirituelle qu’elle recherche.

     

    Je n’ai jamais revu la rêveuse, et je n’ai jamais oublié ce rêve.

     

    Jamais non plus je n’aurais pensé que ces images, qui sont des germes dans le monde inconscient, en viennent à se concrétiser dans le monde matériel aujourd’hui.

    En effet, deux rapprochements avec l’actualité s’imposent  :

    - D’abord je pense à la photographie « Piss Christ » de l’américain Serrano, exposée comme œuvre d’art l’an dernier à Avignon.

     

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

     Pour réaliser cette photo, l’auteur a plongé un crucifix blanc dans un liquide composé de son urine et de son sang.

     

    - Ensuite vous avez peut être entendu parler de la pièce de théâtre actuelle « Sur le concept du visage du fils de Dieu », de l’italien Romeo Castelluci. Cette pièce est jouée en ce moment à Paris au théâtre de la ville et donne lieu à des vagues de protestations.

     

    Dans les deux cas l’image du Christ est couverte d’excréments.

    - Sur la photo, le Christ crucifié est plongé dans de l’urine.

    - Dans la pièce de théâtre, des enfants saccagent le visage du Christ, peint par Antonio de Messine au XV ème siècle. Ce tableau s’appelle «  Salvator mundi », « Sauveur du monde ». Les enfants jettent dessus des grenades et des excréments.

     

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

     

     Devant ces 2 représentations du Christ, les chrétiens crient au blasphème, au sacrilège.

    Et pour ceux, pour qui le fils de Dieu n’est pas un concept, mais une expérience psychique vécue, réélle, et qui, quelle que soit leur approche spirituelle, se sont trouvés dans sa présence, dans une vision ou dans un rêve, pour ceux là, en effet, il s’agit bien d’un blasphème. Et vous savez, même si cette réalité est complètement sous-estimée, c’est souvent que le Christ apparaît dans les rêves. J’en ai donné plusieurs témoignages sur ce blog.

     

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

    J’apporterai de mon côté un éclairage supplémentaire.

    Je considérerai aussi cet événement actuel à la lumière du rêve de Catherine :

    Ce n’est pas l’attitude intérieure d’une rêveuse toute seule qui peut déterminer ainsi la réalité qui se déroule en ce moment sous nos yeux. Cette réalité est le résultat de milliers, de millions de personnes, qui, comme Catherine, à l’intérieur d’elles ont pissé sur la divinité qui anime leur âme et dont l’image apparaît dans les rêves sous la figure du Christ.

    Combien sont donc tous ceux qui ont méprisé l’image de ce Christ et de ce qu’il représente dans l’âme de l’Occident ?

    Je pense que ces œuvres, où l’on salit le Christ d’excréments, témoignent très clairement de la façon dont notre société contemporaine occidentale rejette le Christ intérieur, les valeurs qu’il représente, et la voie qu’il indique pour incarner le divin dans l’homme, sur le mode occidental.

     

    Mais il faut prendre garde, Jung l’ a expressément souligné :

    « Une fausse attitude à l’égard de l’inconscient n’entraîne pas seulement la maladie de l’individu, mais aussi des peuples »

    Et aussi :

    « Un peuple qui perd son mythe est un peuple qui meurt ».

     

    Est-ce que, nous, les Occidentaux, dont l’inconscient est marqué, que cela nous convienne ou non, par l’archétype du Christ, nous ne serions pas en train de saccager notre vie psychique, et de vivre un effondrement spirituel, qui pourrait conduire à la disparition de nos valeurs et de notre civilisation ?

     

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

    rêves,interprétation des rêves,christiane riedel,christ,bodhisattva,piss christ,sauveur du monde,sur le concept du visage du fils de dieu,blasphème,mythe

     

     

    Illustrations

    Je remercie les artistes et les photographes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.

     

    Buste du Christ : insecula.com

    La grotte des espagnols : museeciotaden.org

    Bodhisattva : adaughtertouch.org

    Bodhisattva : allposters.fr

    Buste du Christ : flickr.com

    Deux tableaux du retable d’Issenheim à Colmar, peint par l’artiste allemand Mathias Grünewald (1512-1516)

    Crucifixion et résurrection

    Piss Christ : lavie.fr

    Visage du Christ après la représentation théâtrale : rue89.com

    Manifestations de chrétiens : leplus.nouvelobs.com

    Deux tableaux de l’artiste espagnol Salvator Dali :

    Le Christ de St Jean de la Croix, tableau inspiré par une vision du saint ; Résurrection.

     

  • UN MYTHE GENERAL : ET LE DIEU FECONDA LA FEMME

    sainte%20vierge.jpg
    Je vous ai parlé dernièrement en ce temps de Noël de l'annonce faite à Marie. C'est là le mythe de la religion chrétienne.

    Dans une vision, qui est un rêve à l'état de veille, Marie voit l'ange Gabriel lui apparaître et lui dire :

    «  Le Saint Esprit viendra sur toi et la puissance du Très haut te couvrira de son ombre. » Le divin a « couvert » une humaine pour engendrer un être humain, Fils de Dieu, le Christ qui est à l'origine de la religion chrétienne. 

    Dans ma dernière étude je vous ai indiqué la signification symbolique de cet événement, toujours vivant dans l'âme aujourd'hui : l'être humain, dans sa vie intérieure, se sent « pénétré », investi, habité par une présence qui le dépasse.

    Vous n'ignorez pas, par ailleurs, la mythologie gréco-romaine et les amours célèbres des dieux et des humaines, des déesses et des humains. Le monde méditerranéen antique connaissait déjà, bien avant notre ère, cette rencontre entre le divin et l'humain. Les exemples sont multiples :

    Ainsi, parmi d'autres avatars, Jupiter prit la forme d'un taureau blanc pour conquérir Europe. Pour séduire Léda, il choisit d'apparaître sous la forme d'un cygne blanc. Il féconda la vierge Danaé en tombant sur elle en pluie d'or. Les enfants qui naquirent de ces unions furent les demi-dieux, les héros civilisateurs de la mythologie grecque.

     

    leda.jpg

    Et le même mythe existe également en Orient. Les Hindous, en effet, et la religion bouddhiste font eux aussi remonter la naissance de celui qui fonda leur religion à une intervention divine, qui apparut là aussi sous la forme d'un animal, et là aussi d'un animal blanc.

    Cette visite sacrée eut lieu dans un rêve.

    Ce sera mon sujet d'aujourd'hui.

     

    Dans les textes fondateurs, la philosophie indienne accorde la plus haute valeur spirituelle aux rêves.

    Un texte dans le Raja Yoga explique :

    « Quelquefois un homme rêve que des anges sont venus à lui et lui ont parlé, qu'il est entré dans un état d'extase, entendant la musique des sphères et sentant un bonheur suprême. Considérez ce rêve comme une réalité et méditez dessus. »

     yoga sutra jina.jpg

       vishnunarayan2.jpg     

     

    Ces textes, comme ceux de la Bible et d'autres traditions, affirment que le rêve est le moment où les forces divines entrent en contact avec les humains et ils considèrent cette expérience comme réelle. Il n'est donc pas étonnant que le dieu lui-même intervienne dans les rêves, comme nous l'avons déjà vu. Et c'est bien ce que raconte la Reine Maya , la mère de Bouddha.

     

    reine mayadevi.jpg

     

    La reine Maya était mariée au roi Shuddhodana qui régnait 500 ans avant notre ère dans un petit royaume au Nord de l'Inde.

    Et voici qu'une nuit elle rêva :

     

    Rêve :

    « Quatre puissants rois me portèrent de ma couche sur un plateau de l'Himalaya. De là, quatre reines me portèrent au lac d'Anotatta.

     photo-chaine-himalaya.jpg

        foret-de-rhododendrons-au-nepal.jpg               

     

    Je fus baignée, ointe de baumes odorants et couverte de fleurs parfumées.

     masage.jpg

     massage.jpg      

     massage 3.jpg

     Puis on me déposa sur un lit dans le palais sur la montagne d'argent tournée vers l'est.

     

     

     

    Venant de la montagne d'or, venant du nord, un éléphant blanc s'avança alors vers la montagne d'argent. Sa trompe était comme une corde d'argent et il y tenait une fleur de lotus.

    elephant 2.jpg

     Il entra dans le palais d'or au son éclatant des trompettes, fit trois fois le tour de mon lit, pénétra par mon flanc droit et s'allongea dans mon giron. »

    elephant x.JPG

     

    Maya se réveilla dans une grande agitation et raconta son rêve à son royal époux qui fit venir les Brahmanes. Ceux-ci expliquèrent que  le rêve annonçait la venue d'un grand Être, qui serait soit un grand roi, soit un grand saint, un Bouddha, qui veut dire « Eveillé, Illuminé ».

    Ainsi, la conception de Bouddha est décrite dans un symbolisme très semblable à celle du Christ. Maya et Marie, 500 ans plus tard, vivent la même expérience : un enfant est conçu en elles, sans l'intervention de l'homme, mais par une puissance qui dépasse l'humain. Maya est pénétrée dans le flanc droit par un éléphant blanc, Marie est couverte par l'ombre de l'Esprit Saint. Pour Maya, le rêve est sensuel, l'image est concrète, charnelle, pour Marie, l'image est plus distante, plus abstraite.

    Vous voyez apparaître ici une image commune à l'humanité, que l'on retrouve partout dans l'Antiquité, de l'Est à l'Ouest. Elle exprime une réalité qui dépasse l'entendement conscient. On peut dire que ces images désignent la visite d'une PRESENCE, qu' on appelle, sous un nom abstrait dans la tradition spirituelle chrétienne, le Saint Esprit.

    Ainsi, la vision intérieure de deux femmes, l'union de leur âme avec la divinité, qu'elle soit vécue dans l'état du sommeil ou de l'éveil, est présente à l'origine de la vie du Bouddha, comme du Christ, deux hommes qui déterminèrent la vie spirituelle de deux parties du monde, l'Orient et l'Occident, deux hommes à l'origine de deux grands systèmes thérapeutiques, le bouddhisme et le christianisme.

     

    Considération

    On voit ici, à travers 3 civilisations et sur des millénaires, se manifester sous la même image, rêve ou vision, la force venue de l'inconscient, que Jung a appelée « archétype » ; image - force qui, par intervalles, sur des siècles, à travers des êtres individuels, conduit à la naissance de nouvelles façons de penser et de vivre, transformant ainsi la culture des peuples et des nations, et ce toujours de nos jours.

     

    Nous en verrons un exemple actuel la prochaine fois.

     

    femme enfant.jpg

     

    Illustrations

    Je remercie les artistes et les photographes, dont les œuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

    Vierge aux raisins de l'artiste français Pierre Mignard, 1640-1650

    Léda et le Cygne : http://.insecula.com

    Shiva : http://www.tantrayoganidra.com

    La reine Maya : http://farm4.static.flickr.com

    Massage : http://www.health-and-spa.at

    Massage : http://www.harmonie-art-de-vivre.fr

    Massage : http://images03.olx.com

    Aux approches de l'Himalaya : http://www.sports-santé.com

    Forêt de rhododendrons au Népal : http://www.sports-santé.com

    Palais hindou :http://www.top.depart.com

    Elephant :http://media.paperblog.fr

    Elephant :http://lh6.ggpht.com

    Vierge hindou à l'enfant : astromail.fr

     

  • UN RÊVE, CE VENDREDI, IL Y A QUELQUE 2000 ANS

     

    UN RÊVE, CE VENDREDI,  IL Y A  QUELQUE 2000 ANS

     

    Christ de St jean de la Croix.jpg

    Voici le Vendredi de Pâques, le jour où le Christ fut condamné et crucifié.

    En cette occasion, je voudrais vous montrer comment dans la vie de cet homme, de sa naissance à sa mort, les rêves sont présents et interviennent dans son entourage pour indiquer comment se comporter à son égard. Pour lui, comme pour tous les humains de par le monde, toujours et partout, les rêves viennent donner inlassablement, à chacun, des conseils et des indications. On commence à s’en souvenir ou à s’en apercevoir.

    Je ne soulignerai jamais assez fort le rôle que les rêves ont joué dès sa naissance dans la vie de cet homme Jésus, considéré comme le fils de Dieu. Qu’on se rappelle déjà avant sa naissance, comment Joseph voit dans son rêve l’ange Gabriel lui demander de prendre soin de Marie, une jeune femme de son entourage, qui est enceinte, mais pas de lui ! A quel moment est-ce que Joseph voit l’ange ? C’est dans son rêve.

     

    Quelques mois plus tard,  l’ange apparaît à nouveau pour ordonner à Joseph de s’enfuir en Egypte pour protéger l’enfant du massacre organisé par le roi Hérode. Et c’est encore dans un rêve !Songe_Joseph_Goya esquisse.jpg 

    fuite en egypte giotto_ange.jpgQue serait le Nouveau Testament  et toute la vie spirituelle de deux mille ans, sans ce rêve, qui sauve la vie de l’enfant Jésus ?

     

    Et que dire, quand on évoque le récit suivant, dont on ne parle jamais, à un tel point que quand je le mentionne, on me regarde d’un œil soupçonneux et l’on ne me croit pas. Ce récit se trouve dans l’Evangile selon Mathieu, ch.27, versets 11 à 25.

     

    Il y a aujourd’hui quelque 2000 ans, le Christ comparait au tribunal devant le gouverneur romain à Jérusalem, chargé de la justice.

    Le gouverneur est Ponce Pilate, qui passe, selon certains, pour un gouverneur dur et rusé.     

    entree_assises.jpg

    Ponce Pilate burton_richard.jpg

    Il trouve devant lui un homme qui vient d’être battu par les Juifs, montés par les prêtres.

    Ils accusent Jésus d’être un rebelle qui se prétend roi et menace le pouvoir de l’empereur romain. Pilate interroge le prisonnier et reste  très étonné de ne pas recevoir de réponses, ou alors des réponses qui le troublent et l’inquiètent : cet homme déclare que son royaume n’est pas de ce monde.

     sanhédrin.jpg 

    jésus devantPilate passion.jpg

    Pilate ne trouve aucun motif pour condamner cet homme. Il cherche à le sauver.

    Il connaît la coutume juive de libérer un prisonnier au moment de Pâques. Un criminel vient d’être condamné, Barrabas. Pilate demande alors aux prêtres qui accusent le Christ :

    « Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas ou Jésus, qu’on appelle le Christ ? »

    Et le texte rajoute : « Car il savait que c’était par jalousie que les prêtres avaient livré Jésus. »

     

    Et à ce moment là,…chose inouïe,… inimaginable dans notre société :

    Un homme entre dans le tribunal et s’annonce comme le serviteur de la femme de Ponce Pilate. Il demande à être reçu par le gouverneur, auquel il vient transmettre un message urgent de sa femme.

    femme Fayoum.jpg
     

     En pleine séance, il vient dire au gouverneur que sa femme le supplie de ne pas se mêler de cette histoire. « Qu’il n’y ait rien entre toi et ce juste", car dit-elle, elle vient d’avoir le jour même un rêve qui l’a  tourmentée, et où elle a beaucoup souffert à cause de cet homme.Cela, le serviteur le dit-il publiquement ? En tous cas, le juif Mathieu, le futur évangéliste, rapporte son intervention.( Matthieu, ch. 27, v.19-25)

    fayoum98.jpg

     Pilate écoute le messager, puis reprend la séance. Que fait-il ? Il tergiverse, il essaie de sauver le Christ, il s’indigne de voir les Juifs exiger la mort d’un innocent et demander la grâce pour un meurtrier. Lui, le juge, il ne trouve aucun motif d’accusation. Révolté, il se penche vers la foule au bord de l’émeute, et s’écrie : "- Quel mal a-t-il fait ?"

    Ponce pilate Eccehomo1.jpg

     Pour s’entendre répondre : "- Crucifie le ! Crucifie le !" 

     Et pourquoi ? Parce qu’il se déclare le Fils de Dieu. Le gouverneur se sent de plus en plus troublé, il prend peur : le rêve de sa femme, les déclarations du Christ sur son identité confirmée par les Juifs, voilà qui devient une vilaine affaire qui le dépasse.

    Pilate tergiverse à nouveau, cherche à relâcher Jésus, mais les Juifs s’acharnent, il comprend qu'il n’arrivera à rien. Il faut que cette affaire soit vite expédiée. La Pâque juive arrive le surlendemain dimanche, avec un immense rassemblement de Juifs à Jérusalem. Il pourrait y avoir des manifestations, des troubles. Le gouverneur veut le calme. Alors il demande qu’on lui apporte de l’eau. Et devant la foule, dans un geste symbolique,  il se lave les mains :

    pot d'eau.gif

    « Je suis innocent du sang de ce juste, déclare-t-il ; cela vous regarde. » Le gouverneur vient de montrer publiquement qu’il n’est pas responsable de la mort du Christ.

    Qu’est-ce qui a pu pousser Pilate à déclarer que le Christ était un juste ? Au delà de sa conviction personnelle, n’est-ce pas l’expression que sa femme a employée ? « - Qu’il n’y ait rien entre toi et ce juste ! »

    Peut-on imaginer aujourd’hui qu'un juge au tribunal s’interrompe au cours de la séance pour entendre un message express de son épouse, qui lui demande de tenir compte de son rêve à elle, avant de juger l’accusé ?

    tribunal.jpg  tribunal nuremberg.jpg

    C’est bien là un témoignage formidable que les rêves étaient reconnus et respectés de façon générale dans l’Antiquité, tant par les Juifs que par les Romains, comme par ceux qui vont devenir les premiers Chrétiens. Et les personnages les plus éminents en tenaient compte pour prendre leurs décisions, prenant en considération leur rêves, comme ceux de leur femme !

    femme 4 Fayoum_small.jpg

     Illustrations :

     Je remercie les artistes qui m’ont permis d’illustrer mon blog

    Le Christ de St Jean de la Croix, vision du mystique espagnol peinte par Salvator Dali

    Le rêve de Joseph, par Goya, peintre espagnol 1746-1828

    La fuite en Egypte par Giotto (1266-1337 )

    Ponce Pilate campé par l’acteur Richard Burton

    Tête de femme antique : portrait de Fayoum

    Tête d’homme antique : portrait de Fayoum

    Ecce Homo de Antonio Ciseri, 19ème siècle

    Pilate se lave les mains : peintre inconnu

    Photo du tribunal de Nuremberg en 1945

    Tête de femme antique : portrait de Fayoum

     

     
  • MORT PAR DÉCAPITATION

    medium_Décapitation1.jpg

    Voici maintenant un autre rêve de mort

    DÉCAPITATION

    En cette période de Pâques, il n’est pas inutile d’évoquer le mythe de l’Occident chrétien, la mort et la résurrection du Christ. En effet, le monde intérieur, l’inconscient des occidentaux est marqué par l’image du Christ, et les rêves y font souvent allusion, bien plus souvent qu’on ne le pense. Ainsi apparaissent des images de crucifixion, de mort, et surtout de messe, qui célèbre la mort et la résurrection, la mort qui conduit à la renaissance. Ce thème, qui se retrouve dans tous les mythes, apparaît donc souvent dans les rêves des occidentaux avec les images de la passion du Christ. Le rêve vient alors montrer au rêveur qu’un processus de transformation prend place, décisif mais difficile, douloureux.

    Voici un rêve très éloquent qui va nous servir d’exemple.

    medium_Decapitation2.jpgLa rêveuse se voit à genoux, la tête sur un billot, elle sait qu’elle va être guillotinée, elle se recueille, et dans une dernière prière s’adresse à Dieu :
    - Seigneur, je remets mon esprit entre tes mains.
    A ce moment là, elle sent le couperet sur sa nuque et se réveille.


    Les paroles, qu’elle prononce en rêve, sont celles du Christ sur la croix, au moment où il expire. On constate bien ainsi que le mythe chrétien est présent dans l’inconscient. ( La Bible, Luc ch.23, v.46)

    Que signifie ce rêve pour la rêveuse ? Elle renonce à donner la priorité à sa vision égotique de la vie, à ses façons de vouloir contrôler le cours des choses par la tête, la réflexion et les calculs, dans l’espoir de tout organiser selon ses conceptions et ses intérêts à elle. Elle reconnaît qu’une force la dépasse qui sait mieux qu’elle. Au moment où elle va expirer, elle demande à genoux à cette Force, humblement, simplement de diriger désormais son esprit et de l’inspirer.
    La rêveuse n’est pas morte, non, elle est devenue plus vivante.

  • RÊVES DE MORT

    MICHEL SE BAT AVEC LA MORT

    Bonjour Michel,
    Les rêves ne parlent pas toujours de sexe ou d’amour, ils abordent tous les sujets de la naissance à la mort, et en ces jours de Pâques qui commémorent ce qui s’appelle la passion et la mort du Christ, il apparaît bien que le point commun entre la passion et l’amour, c’est la souffrance.
    medium_la_passion_poster.jpg
    La tendance actuelle est d’oublier la mort, la souffrance pour estimer que la vie doit être plaisante et facile. Si souvent les rêves invitent en effet à accorder au plaisir la place qui lui revient, ils viennent aussi préparer aux difficultés. Ces moments difficiles sont souvent des moments de changements nécessaires, qui conduiront à un élargissement de l’être. Ces étapes de transformation apparaissent souvent dans les rêves avec les images de la mort. Devenir quelqu’un d’autre, c’est renoncer à certains comportements, mourir à une façon d’être, pour aller vers autre chose, qu’on ignore. Tout ce travail sur soi est douloureux mais tout le cours de la vie est marqué par des transformations permanentes.
    Le rêve de Michel en est l’exemple

    J’ai fait dernièrement un rêve qui me laisse froid dans le dos.
    Je me sauve de la mort, elle me court après et je me débat avec elle. À un moment donné je me retrouve par terre couché sur le dos, et j’entend une voix très réaliste me dire: « Ce ne sera pas long ».
    medium_se_débattre_contre_la_mort.jpg


    FAIRE UN RÊVE ?
    Vous avez écrit : « j’ai fait un rêve ». Vu le contenu du rêve, il est évident que ce n’est pas vous, à l’état conscient qui avez « fait » ce rêve ». Comment dire alors ? Je vous propose quelques expressions :
    - j’ai eu un rêve
    - j’ai reçu un rêve (je préfère)
    - un rêve m’est venu
    - un rêve m’a visité (très biblique ou amérindien)
    - je me souviens d’un rêve

    INTERPRETATION DE VOTRE RÊVE

    Vous avez raison d’évoquer le sens symbolique de votre rêve. Il ne parle pas de la mort de votre corps sur la terre. Il vous prévient d’un profond bouleversement dans votre façon de vivre, si bien que vous allez concevoir les choses autrement, faire des choix différents selon de nouvelles références, selon des expériences qui vous auront appris que la vie est toujours plus vaste.medium_transformation.jpg
    Cependant ces transformations n’ont rien de plaisant ni de facile, surtout si vous les traversez seul, sans l’aide de l’interprète de rêve qui, pour y être passé lui même, connaît ce chemin, en connaît les images dans les rêves, et les épreuves sur la terre.

    Je me sauve de la mort et me débats avec elle
    Votre rêve précédent de l’amérindienne montrait que, de façon inadéquate, vous vous protégez de tout affrontement avec le feu, comme s’il s’agissait d’eau. Vous cherchez donc à échapper à l’épreuve transformante, probablement à l’épreuve vitale du feu, de ce qui vous brûle et vous fait mal. Est-ce la passion amoureuse ou une autre forme de passion ? La passion implique l’élan, l’ardeur, le feu, la fougue, l’ambition, le désir. Passion, qui vient du latin passio, signifie aussi souffrance comme le mot patience, de même origine. On parle bien de la passion du Christ, vécue dans ces jours de Pâques.
    Ainsi, dans un premier temps, vous fuyez, comme tout un chacun, devant les occasions que la vie vous présente, et qui vous amèneraient à regarder la mort en face, à accepter de vous changer. C'est vous qui devez reconnaître à quels comportements concrets cette image fait allusion dans votre vie quotidienne;

    Je me retrouve couché par terre sur le dos
    medium_Mantegna_Christ_mort_small.jpg
    Mais vous n’êtes pas le plus fort. Vous allez reconnaître que vous ne maîtrisez pas la direction de votre vie. Votre monde intérieur, appelé l’inconscient, vous amène à des expériences imprévues, vous perdez vos défenses et êtes exposé dans toute votre vulnérabilité, sur le dos.
    Vous allez être cloué à terre, vous allez descendre complètement de vos idées et entrer en contact complet avec la réalité de la terre, au plus bas, au plus dur. Cet état s’appelle l’humilité et l’abandon.
    Quelle sera la forme concrète de cette épreuve, je ne saurais le préciser. A chacun son chemin personnel.

    J’ai évoqué ce passage par la mort dans mon livre « Amour et sexe dans vos rêves », au chapitre sur le feu, p. 218, surtout avec le rêve n° 55.
    J’en ai longuement parlé également dans mon livre « Rêves à Vivre », dans la deuxième partie, aux chapitres 15 et 16, intitulés :
    - Le dépouillement et la mort de l’ego
    - La mort et la renaissance
    medium_livre_reves_à_vivre.jpg

    C’est pour tout le monde et chacun, qui passe par ces épreuves, et pour vous aussi, Michel, que j’ai écrit ces pages, parce qu’à notre époque, on ne parle plus de ces expériences fondamentales, cruciales. On les fuit, mais elles sont à l’essence même de la vie et la rencontre avec l'autre en vous, qui est vous-même, plus vous-même que vous-même. Certains qui font cette expérience diront qu'ils ont touché l'essence de la vie, ou leur part divine. L'apôtre Paul lui a écrit : "Ce n'est plus moi qui vit, c'est Christ qui vit en moi."

    Un dernier mot : Plus vous entrez dans votre difficulté, plus vous adhérez à ce processus intérieur pénible, et plus la transformation est rapide. Pour vous, « ce ne sera pas long ».