Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éléphant

  • SAUVER LA PLANÈTE, ÉTUDE 2

     

    Voilà bientôt un mois que je n'ai rien écrit sur mon blog. Ce n'est pas que j'oublie mes blogueuses et mes blogueurs, mais j'ai été entièrement absorbée par la préparation de mon séminaire de deux jours, qui vient d'avoir lieu ce week-end dernier : "Les rêves et la Bible" fut le sujet d'étude le samedi ; celui du dimanche fut " La Colère de Dieu et la colère du Christ dans la Bible, et dans les rêves d'autrefois et d'aujourd'hui." Ce fut un travail de recherche rare, intense, passionnant et oh combien instructif !

    Mais revenons à notre blog.

    Il y a trois semaines, je me suis lancée avec vous dans une enquête. Vous vous rappelez ? J'ai évoqué un rêve au sujet d'une actualité brûlante, un rêve qui parlait de catastrophe planétaire.

    Nous voyons dans le monde les scientifiques, les instituts, les gouvernements chercher, discuter. Les avis sont contradictoires et les terriens lambdas ne savent plus bien que penser.

    Devant ce "Capharnaüm" j'ai donc posé la question :

    Quelle est la position de l'inconscient au sujet d'une catastrophe cosmique ? Est-ce que les rêves en parlent ? Et que disent-ils ?

    Pour y répondre, je vous ai exposé le rêve d'une rêveuse de la quarantaine :

    " Menace de catastrophe planétaire".

    De quoi s'agissait-il ?

    Dans le rêve, une astrologue qui étudie les planètes, annonçait à la rêveuse que la terre allait être détruite par un missile. La terre symbolisait le corps de la rêveuse, les planètes représentaient les hommes qui apparaissent la nuit dans sa vie. Quant au missile, il désignait les idées tyranniques de la rêveuse qui refusait alors de s'engager dans une relation suivie avec un homme.

    Le rêve prévenait la jeune femme qu'elle devait changer sa conception des relations amoureuses : en effet, elle mettait sa vie de femme en danger en refusant de faire place à l'homme, en refusant de s'engager dans une relation suivie qui ne soit pas seulement pour le plaisir. Le rêve lui conseillait d'apprendre à construire un lien avec l'homme.

     

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    L'étude de ce rêve nous amenait alors en conclusion à nous poser la question :

    Y aurait-il un rapport entre le monde extérieur et le monde intérieur ?

    La qualité de notre environnement terrestre extérieur serait-elle en relation avec la qualité de notre vie intérieure, que les alchimistes appelaient «notre terre intérieure», dont l’autre nom encore est l’inconscient ?

    Notre terre extérieure serait-elle malade parce que notre terre intérieure, notre inconscient est maltraité?

    Et voici aujourd'hui un nouveau rêve qui viendra peut être nous apporter un supplément d'informations. Il est venu en 2011 répondre à la question d'incubation directe et sans ambiguïté en plein dans notre sujet de recherche :

    "Comment sauver notre planète ?

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Maud, la rêveuse, avait reçu en réponse un long rêve détaillé. A moi maintenant de vous présenter ce rêve et son interprétation. Malgré mon souci de rester succincte, l'étude en est un peu longue, mais il vaut la peine de la lire jusqu'au bout.

    Rêve

    Je me trouve sur une route de graviers, déserte, et je tourne à gauche. J’entends un bruissement et vois une poubelle. Je me dis que ce doit être un rat. Cela ne me tracasse pas. Je suis sûre qu’il va s’enfuir en entendant m’approcher. Je m’arrête devant la poubelle et je cherche le rat.

    Au lieu d’un rat je découvre, au niveau de la route, un petit trou dans les planches de la poubelle.

    Il y a un minuscule éléphant dans le trou.

    Comment peut-il être aussi petit? C’est un éléphant parfait! Je suis déconcertée. J’entends le cliquetis de la chaîne à laquelle il est attaché.

    Je me baisse pour le saluer et le toucher de mes doigts.

    Une nouvelle créature dégringole du trou. Qu’est-ce que ç’est? C’est un singe, minuscule lui aussi. Il tient facilement dans mes mains. Je sens sa fourrure soyeuse sous mes doigts et cette rencontre me fait plaisir.

    Et voilà de nouveau une autre créature qui déboule du trou.

    Oh! C’est un humain en miniature. Serait-ce un gnome, un lutin ? Je l’aide à se remettre debout sur ses pieds, mais cela ne lui plait pas du tout et il me passe «une engueulade».

    Qu’est-ce donc que ce conte de fées et quel est son rapport avec guérir la planète?

    Voilà la question d’incubation qu’il faudra constamment nous rappeler au cours de l’interprétation.

     

    Interprétation

    Je me trouve sur une route de graviers, déserte. Je tourne à gauche

    En incubant un rêve Maude est entrée sur la voie naturelle et solitaire des rêves ; elle s’écarte de la droite, du monde extérieur conscient, de son ordre, de sa maîtrise et de ses conceptions, pour s’orienter à gauche, vers un monde d'un autre ordre, vers le monde inconscient qui va lui répondre à sa question : comment sauver notre planète.

    Le rêve éveille alors son attention :

    J’entends un bruissement et vois une poubelle.

    Première réponse : s’il s’agit de prétendre sauver la planète, alors il faut prendre la poubelle en considération. C'est à dire ?

    La poubelle contient tout ce dont on ne veut pas, tout ce que l’on rejette volontairement parce qu’on le juge sale, pourri ou inutile.

    N'est-ce pas ainsi que la rêveuse, marquée par les conceptions régnantes, se représente son inconscient ?

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Je ne me lasserai pas de rappeler ces paroles de Jung à la fin de sa vie :

    "Les idées de Sigmund Freud ont confirmé la plupart des gens dans le mépris que leur inspire la psychée inconsciente. Avant lui, son existence était ignorée ou négligée. Désormais, elle est devenue un dépôt à ordures morales. Ce point de vue moderne est certainement borné et injuste. Il ne s'accorde même pas avec les faits connus."

    Cette poubelle sur la voie solitaire, à gauche, représente donc chez la rêveuse ce qu'elle considère comme son inconscient, qui, à ce que prétendent certains thérapeutes, serait rempli de souvenirs et d'expériences sales, des traumatismes, des déchets négatifs, dont il faut se débarrasser.

    Le rêve inviterait donc la rêveuse à faire attention aux ordures qui encrasseraient son inconscient.

    Je me dis que ce doit être un rat. Cela ne me tracasse pas. Je suis sûre qu’il va s’enfuir en entendant m’approcher. Je m’arrête devant la poubelle et cherche le rat.

    - Le rat, qui se loge sous terre, symboliserait-t-il le sexe masculin?

    - Il court partout et mord: pourrait-il désigner les désirs sexuels qui grignotent la chair?

    - Le rat dévore et détruit, il pourrait donc aussi représenter les pensées négatives et les soucis, les chagrins qui rongent.

    Quoi qu’il en soit, Maude, qui se sent forte, est convaincue que si elle regarde dans son inconscient, elle va en chasser cette saleté de rat, ses désirs refoulés, ses pensées négatives

    Mais le rêve lui montre bien autre chose.

    Au lieu d’un rat je découvre, au niveau de la route, un petit trou dans les planches en bois de la poubelle.

    Les planches assemblées se sont disjointes et ne peuvent plus retenir les contenus enfermés qui vont s’échapper au niveau de la route.

    Pourquoi le rêve donne-t-il ce détail: au niveau de la route, au niveau de la terre?

    Ce que le rêve veut montrer ne réside ni dans les hauteurs aériennes de conceptions intellectuelles diverses, ni dans les sphères des idéaux moraux ou des pseudo spiritualités désincarnées. Le rêve demande à la rêveuse de regarder ce qui est tout en bas.

    Si donc elle prétend contribuer à sauver la planète, il lui faut d'abord baisser la tête, regarder tout en bas, humblement, et prendre en considération la vie terrestre, la vie du corps, les "basses" réalités instinctives, rejetées dans la poubelle.

    Et qu'est-ce qui s'agite donc dans l' inconscient-poubelle et y fait du bruit ?

    Apparaissent alors successivement trois êtres différents de l'humain. Deux animaux et un gnome : il s’agit donc de dynamismes vitaux instinctifs qu’elle a rejetés dans la poubelle

    Ces êtres sont tous les trois minuscules. Pourquoi ?

    Leur taille indique que la rêveuse éprouve des difficultés à saisir, à mesurer ces dynamismes inconscients en elle. Elle ne reconnaît pas leur dimension et les sous-estime.

    Voyons ces trois créatures.

    Il y a un minuscule éléphant dans le trou.

    Selon le mythe bouddhiste que la rêveuse connaît bien, l’éléphant blanc est l'image du dieu Ganesha qui fut le père de Bouddha, il symbolise la sagesse terrestre.

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Nul autre animal ne possède une plus grosse masse de chair. Nul autre n’est en contact aussi large avec la terre, ses réalités et ses lois, comme l’est ce pachyderme aux énormes pieds. Sa trompe et ses immenses oreilles indiquent qu’il flaire, sent et entend le monde subtil mieux que quiconque. Il a les pieds sur terre, suit son flair et écoute son intuition.

    L’éléphant désigne ainsi l’instinct spirituel incarné. Comment donc l’esprit peut-il être reçu et vécu dans la chair, si le corps terrestre n’est pas large et solide pour l'accueillir ?

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Oui, mais voilà…

    L’éléphant est attaché.

    La rêveuse ne se soucie même pas d’avoir enchaîné ses capacités intuitives, elle les considère comme des déchets et des ordures et les condamne aux oubliettes. Mais le rêve vient lui en rappeler l'existence.

    Je me baisse pour saluer l’éléphant et le toucher de mes doigts.

    Ainsi le rêve lui suggère de reconnaître en elle cette force intuitive qu'elle a exclue, d'en prendre conscience, de la contacter, de la saluer en se baissant avec humilité.

    Voilà la première tâche à réaliser pour sauver la planète.

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Dans ces conditions, si Maud prend contact avec son flair instinctif, sa sagesse intuitive, elle permet alors à une autre faculté de se présenter immédiatement :

    Une nouvelle créature dégringole du trou. Qu’est-ce que c’est?

    C’est un singe, minuscule lui aussi. Il tient facilement dans mes mains. Je sens sa fourrure soyeuse sous mes doigts et cette rencontre me fait plaisir.

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Maintenant la rêveuse prend contact avec les sensations et les ressentis, elle éprouve du plaisir en caressant le corps de ce petit animal : ainsi le rêve lui rappelle la réalité des plaisirs sensuels que son corps de femme peut éprouver.

    Avec l'éléphant le rêve vient d'évoquer les facultés intuitives et la sagesse. Ces qualités seraient-elles en rapport avec le plaisirs sensuels ? A ce qu'affirment différentes recherches actuelles à ce sujet, l'orgasme rendrait les femmes plus intelligentes. (1)

    Ainsi avec les deux petits animaux, le rêve invite la rêveuse à retrouver les réactions instinctives, tout ce qui est éprouvé dans le corps : les ressentis, les sensations, les émotions, les rêves, les précognitions, prémonitions, intuitions et les inspirations, qui s’expriment dans le monde intérieur.

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Ce sont là les manifestations spontanées de l’inconscient. Mais la rêveuse, qui ne les comprend pas et ne les maîtrise pas, les a condamnés au niveau conscient et rationnel et les a exclus dans la poubelle.

    Et voilà de nouveau une autre créature qui déboule du trou.

    Oh! C’est un humain en miniature. Serait-ce un lutin, un gnome?

    Le mot gnome présente un mélange entre 2 racines grecques: gênomos qui signifie «habitant de la terre» et gnômê: «pensée, intelligence». Le gnome possède de grandes connaissances des secrets telluriques, il est l’esprit de la terre, il en connaît les secrets et les lois, il sait où sont cachés les trésors souterrains, qu'il peut aussi donner aux humains. Il symbolise donc l’esprit de l’inconscient, dont les ressources et la créativité dépassent notre intelligence consciente.

    Il tombe dans la poussière et je l’aide à se remettre debout sur ses pieds, mais cela le rend furieux et il me passe une engueulade.

    La rêveuse croit bien faire en aidant le gnome à se relever, mais il lui fait comprendre qu’il n’a pas besoin de ses services. Et même il lui passe une engueulade. Pourquoi ?

    Mais le gnome, l'esprit de la terre n'a pas besoin de ses services qui l'importunent et l'irritent.

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    Que déduire alors de toutes ces images et de ce scénario ?

    Maud demande un rêve qui lui permette d’aider à sauver la planète. Apparaissent alors un éléphant et un singe, qui sortent d’une poubelle.

    Ces animaux lui montrent que la vie inconsciente spontanée et naturelle, aussi bien spirituelle qu’animale, a été salie et rejetée. Pour aider la planète terre, il conviendrait donc d’abord que Maud s’occupe d’elle-même, accueille son flair, son intuition, ses ressentis, et aussi les plaisirs de sa sensualité. Qu'elle redonne concrètement à ses instincts physiques et spirituels la place qui leur revient.

    Puis le rêve lui présente un gnome, l’esprit de la terre qui possède l’intelligence de ses secrets et de ses lois. C’est lui qui sait si la planète est malade ou non. C'est lui qui sait ce qu’il convient de faire si la planète est malade.

    En fait, avec toutes ses bonnes intentions, avec ses questionnements pour guérir la planète, la rêveuse l'agace et l'irrite. Elle le dérange, elle le contrarie dans son activité. Qu'est-ce qu'elle vient faire là ? Pourquoi prétend-elle le relever ? Il s'accomode très bien de sa position par terre. Il ne lui a rien demandé. Il n'a pas besoin d'elle. Qu’elle le laisse tranquille, il sait ce qu’il a à faire, il est capable de se mettre debout tout seul s'il en a envie.

    Et elle, qu'elle s'occupe donc de ses affaires, de sa terre à elle, de son intuition et du plaisir de ses sens, qu'elle soit consciente et respecte les manifestations instinctives de son corps au lieu juger qu'elles sont sales et de les rejeter.

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

    L’esprit de la Nature est furieux que Maud veuille se mêler de son affaire, la terre. Que sait-elle donc des plans et des lois qui la régissent? Comment ose-t-elle avoir la prétention de sauver la terre, quand, avec sa conscience rationnelle, elle n’est même pas capable de comprendre l’intelligence de la nature. N'a-t-elle pas rejeté dans une poubelle tout ce qui est terrestre et instinctif ?

    Ne reconnaît-on pas là encore l’arrogance du conscient qui se croit omniscient, omnipotent et se pose en maître de la terre pour vouloir la sauver ?

    Et ici comme dans le rêve précédent on en vient à se poser la question :

    Notre terre extérieure serait-elle malade parce que notre terre intérieure, notre inconscient est maltraité?

    Conclusion

    Ne soyez pas étonnés si mon étude ne va pas dans le sens des certaines idées actuelles, partagées par la rêveuse. Je vous l’ai déjà dit: le rêve a justement la désagréable manie d’attirer l’attention exactement sur ce qu’on ne pense pas, ce qu’on ne voit pas, ce qu’on ignore et qui est pourtant d’une importance vitale. Il nous invite à nous élargir l’esprit et à accueillir d’autres façons de voir et concevoir.

    Pour ma part, j’ai adoré ce rêve. Il soulage et donne confiance. Il montre en effet que la Nature sait ce qu’elle a à faire et n’a pas besoin de notre secours qui l’importune. La nature est plus sage que nous.

    Jung disait:

    " Je ne suis pas de ceux qui croient qu’ils doivent veiller à ce que les cerises aient des queues.

    Je me tiens là, observant ce dont la nature est capable ".

     

    sauver la planète,éléphant,intuition,singe,sensualité,respect des instincts,christiane riedel, spécialiste de l'interprétation des rêves

                                                                             

    Et si maintenant c'est le cerisier dans le jardin qui est malade, que va-t-on pouvoir faire pour le sauver ? Question angoissante qu'une rêveuse a posé un jour à son rêve.

    Nous verrons la prochaine fois ce que l'inconscient en a dit.

     

    Illustrations

    Je remercie les artistes peintres et photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

    Healing the planet: christinekane.com

    Elephant miniature : wadbuzz.com

    Eléphant: fondecran.biz

    Singe: fr.123rf.com

    Les deux tableaux de jeune femme sont l'oeuvre de l'artiste russe contemporain Serge Marschenikov

    Gandalf : arwen.undomiel.com

    Jung : babelio.com

    (1)

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1127528-le-sexe-rend-plus-intelligent-enfin-on-cesse-de-croire-que-le-coit-nuit-a-l-intellect.html

     

    Remarque

    J'ai repris ici l'étude de ce rêve que j'ai donnée sur mon blog en 2013. J'ai cherché aujourd'hui à vous en donner la substantifique moëlle.

    http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2013/01/06/deux-bonnes-nouvelles-la-fin-du-monde-n-aura-pas-lieu-et-une.html

     

     

     

  • DEUX BONNES NOUVELLES :LA FIN DU MONDE N'AURA PAS LIEU, ET UNE AUTRE...

     

     

    fin du monde 2.JPG

     

    Nous vivons une période troublée où les esprits s’agitent.

    Certains annoncent, comme d’habitude, une fin du monde qui n’a toujours pas lieu. Dans l’étude en août 2009, j’avais déjà montré la portée symbolique d’un rêve qui parlait de la fin du monde prévu pour 2012.

    http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2009/08/index.html

     

    D’autres dans une préoccupation similaire, s’inquiètent de l’état de santé de notre planète et en font même le sujet d’une incubation la nuit du solstice d’hiver. C’est le cas des membres de l’association Oniros qui tous les ans dépose sur son site les rêves ainsi reçus. L’initiative est fort intéressante et je déplore vivement que ces rêves ne soient jamais interprétés.

    http://www.oniros.fr/reves12.html

     

    Ma passion et mon travail étant de tenter toujours de comprendre les énigmes posées dans le sommeil, je vous propose aujourd’hui d’interpréter un rêve incubé au sujet de la planète fin 2011. Il a été exposé sur un site étranger.

    Maud la rêveuse, demandait à son rêve de lui montrer comment guérir la planète.

    Sur ce site, il était impossible d’obtenir les associations de la rêveuse. En effet, on y interprète le rêve en disant à la rêveuse : « Si c’était mon rêve, je dirai que… » Vous savez que par exigence de rigueur je ne procède pas ainsi.

    J’ai donc analysé ce rêve, non pas à partir de mes associations à moi, mais à partir de définitions simples que tout le monde donnerait sur un symbole.

    Le rêve s’intitule donc : «  Healing the planet. »

     

    hands-holding-globe[1].jpg

     

    Rêve

    Je me trouve sur une route de graviers, déserte, et je tourne à gauche. J’entends un bruissement et vois une poubelle. Je me dis que ce doit être un rat. Cela ne me tracasse pas. Je suis sûre qu’il va s’enfuir en entendant m’approcher. Je m’arrête devant la poubelle et je cherche le rat.

    Au lieu d’un rat je découvre, au niveau de la route, un petit trou dans les planches de la poubelle.

    Il y a un minuscule éléphant dans le trou.

    éléphant 6.JPG

     

    Comment peut-il être aussi petit ? C’est un éléphant parfait ! Je suis déconcertée. J’entends le cliquetis de la chaîne à laquelle il est attaché.

    Je me baisse pour le saluer et le toucher de mes doigts.

    Une nouvelle créature dégringole du trou. Qu’est-ce que ç’est ?  C’est un singe, minuscule lui aussi.

    Il tient facilement dans mes mains. Je sens sa fourrure soyeuse sous mes doigts et cette rencontre me fait plaisir.

    pt singe.JPG

     

    Et voilà de nouveau une autre créature qui déboule du trou.

    Oh ! C’est un humain en miniature. Serait-ce un lutin ? Je l’aide à se remettre debout sur ses pieds, mais c’est à son grand déplaisir et il me passe « une engueulade ».

     

    Qu’est-ce donc que ce conte de fées et quel est son rapport avec guérir la planète ?

    Voilà la question d’incubation qu’il faudra constamment nous rappeler au cours de l’interprétation.

     

    Interprétation

     

    Je me trouve sur une route de graviers, déserte.

    7626189-banc-dans-le-chemin-de-gravier-entoure-de-broussailles-et-des-pins[1].jpg

     

    Le rêve place la rêveuse sur une voie solitaire, aménagée en matériau naturel. S’il s’agit de guérir la planète, c’est dans ce cadre qu’il convient de se retirer, on y avance par ses efforts personnels, loin des foules, des sentiers battus, loin des routes goudronnées, faciles et rapides.

     

    Je tourne à gauche

    Maude s’écarte de la droite, du monde extérieur conscient, de son ordre et de sa maîtrise, pour s’orienter vers le monde inconscient et en suivre l’ordre contraire et déroutant. Le rêve attire alors son attention :

     

    J’entends un bruissement et vois une poubelle.

    Voilà, s’il s’agit de prétendre sauver la planète, alors il faut prendre la poubelle en considération. La poubelle contient tout ce dont on ne veut pas, tout ce que l’on rejette volontairement parce qu’on le juge sale, pourri ou inutile.

    Comment ne pas évoquer la parole de Jung, qui dans les derniers jours de sa vie déplorait encore l’action délétère de la psychanalyse freudienne qui a fait de l’inconscient une « poubelle à ordures morales ».

     

    Je me dis que ce doit être un rat. Cela ne me tracasse pas. Je suis sûre qu’il va s’enfuir en entendant m’approcher. Je m’arrête devant la poubelle et cherche le rat.

    La rêveuse se sent supérieure à ce petit animal. Que peut-il désigner ?

    rat-d-1[1].jpg

     

    Sans les associations de la rêveuse, je ne peux proposer que des hypothèses d’interprétation. Le rat, qui se loge sous terre, symbolise-t-il le sexe masculin ? Il court partout et mord : pourrait-il désigner les désirs sexuels qui dévorent la chair ? Le rat ronge et détruit, il peut donc aussi représenter les pensées négatives et les soucis, le chagrin.

    Quoi qu’il en soit, Maude se sent forte, elle est convaincue que sa simple présence chassera ce membre apeuré de « la gent trotte menu ». Elle s’attend bien à le voir « prendre la clé des champs ».

    rat en fuite.JPG

     

    Mais le rêve lui montre autre chose.

     

    Au lieu d’un rat je découvre, au niveau de la route, un petit trou dans les planches en bois de la poubelle.

    Les planches assemblées se sont disjointes et ne peuvent plus retenir les contenus enfermés qui vont s’échapper au niveau de la route.

    Pourquoi le rêve donne-t-il ce détail : au niveau de la route, au niveau de la terre ?

    Ce que le rêve veut montrer ne se trouve pas dans les hauteurs aériennes des conceptions intellectuelles, ni dans les sphères célestes des idéaux moraux ou des pseudo spiritualités désincarnées. Le rêve attire l’attention de la rêveuse sur ce qui est tout en bas. Si elle prétend contribuer à guérir la planète, ce qu’elle doit prendre alors en considération, c’est, en baissant humblement la tête, la vie terrestre, la vie du corps, les réalités instinctives rejetées dans la poubelle.

    ordures.jpg

     

    Ainsi l’ingéniosité et les efforts humains, qui ont fabriqué la poubelle s’avèrent impuissants à retenir certaines forces que la rêveuse va découvrir maintenant.

     

    Voyons donc :

    Pour guérir la terre, la rêveuse doit considérer trois êtres qui ne sont pas des humains. Il s’agit donc de dynamismes vitaux instinctifs qu’elle a rejetés.

    Pourquoi ces trois êtres sont-ils minuscules ?

    Leur taille indique que la rêveuse éprouve des difficultés à saisir, à mesurer ces dynamismes inconscients en elle. Elle ne reconnaît pas leur dimension et les sous-estime.

     

    Il y a un minuscule éléphant dans le trou.

    Selon le mythe bouddhiste que la rêveuse connaît bien, l’éléphant blanc fut le père de Bouddha et symbolise la sagesse terrestre.

     

    elephant blanc goldenganu5by6.jpg

     

     

    Nul autre animal ne possède une plus grosse masse de chair. Nul autre n’est en contact aussi large avec la terre, ses réalités et ses lois, comme l’est ce pachyderme aux énormes pieds. Sa trompe et ses immenses oreilles indiquent qu’il flaire, sent et entend le monde subtil mieux que quiconque. Il a les pieds sur terre, suit son flair et  écoute son intuition.

    L’éléphant désigne ainsi l’instinct spirituel incarné. Comment donc l’esprit peut-il être reçu et vécu dans la chair, si le corps terrestre n’est pas large et solide ?

    elephant_13[1].jpg

     

    Oui, mais voilà…

     

    L’éléphant est attaché.

    La rêveuse ne se soucie même pas d’avoir enchaîné ses capacités intuitives, obligées de rester dans les déchets et ordures.

     

    Je me baisse pour saluer l’éléphant et le toucher de mes doigts.

    Voilà ce que le rêve lui suggère :

    Reconnaître quand même cette force en elle et la saluer en se baissant avec humilité. Alors, en reconnaissant cette faculté instinctive, elle permet à une autre se présenter immédiatement :

     

    Une nouvelle créature dégringole du trou. Qu’est-ce que ç’est ? 

    C’est un singe, minuscule lui aussi. Il tient facilement dans mes mains.

    petit singe mains.JPG

     

    Je sens sa fourrure soyeuse sous mes doigts et cette rencontre me fait plaisir.

    Avec plaisir Maud elle prend contact avec le monde des sensations et des ressentis.

     

    Ainsi avec les deux animaux, le rêve invite la rêveuse à retrouver les réactions instinctives, tout ce qui est éprouvé dans le corps, senti et entendu : les sensations, les émotions, les rêves, les précognitions, prémonitions, intuitions et les inspirations, qui s’expriment avec la voix intérieure.

    Ce sont là les manifestations spontanées de l’inconscient. La raison, qui ne les comprend ni ne les maîtrise, les a condamnées et exclues dans la poubelle.

     

    Et voilà de nouveau une autre créature qui déboule du trou.

    Oh ! C’est un humain en miniature. Serait-ce un lutin ?

    Gandalf_gandalfish[1].jpg

     

    Le mot lutin présente un mélange entre 2 racines grecques : gênomos qui signifie « habitant de la terre » et gnômê : « pensée, intelligence ». Le gnome est l’esprit de la terre, un être qui en connaît les secrets et les trésors souterrains. Il est créatif et sait les mettre en valeur, il peut aussi donner ces trésors aux humains. Il symbolise donc l’esprit de l’inconscient, dont les ressources et la créativité dépassent notre intelligence consciente.

     

    Il tombe dans la poussière et je l’aide à se remettre debout sur ses pieds, mais c’est à son grand déplaisir. Il me passe une engueulade.

    La bienveillance de la rêveuse irrite le lutin qui « l’engueule », il lui fait comprendre qu’il n’a pas besoin de ses services.

     

    Gandalf_sc[1].jpg

     

    Quelle serait alors le sens de ce rêve ?

    Maud demande un rêve qui lui permette d’aider à guérir la terre.

    Apparaissent alors différents animaux qui sortent d’une poubelle.

    Ces animaux lui montrent que la vie inconsciente, aussi bien spirituelle qu’animale, a été salie et rejetée. Pour aider la planète terre, il conviendrait donc d’abord que Maud s’occupe d’elle-même, accueille son flair, son intuition, ses ressentis y compris sa sensualité, et redonne concrètement à ses instincts la place qui leur revient dans la vie terrestre.

    Puis le rêve lui présente un lutin, l’esprit de la terre qui possède l’intelligence de ses secrets. C’est lui qui sait si la planète est malade ou non, qui sait ce qu’il convient de faire si elle est malade. La rêveuse l’importune avec ses suppositions, ses bonnes intentions et son incubation pour guérir la planète. Il ne lui a rien demandé. Qu’elle le laisse tranquille, il sait ce qu’il a à faire, il est capable de se mettre debout tout seul si il en a envie.

    Gandalf_surprised[1].jpg

     

    L’esprit de la Nature est furieux que Maud veuille se mêler de son affaire, la terre. Que sait-elle donc  des plans et des lois qui la régissent ? Comment peut-elle prétendre aider la Nature, quand elle n’en comprend même pas l’intelligence et l’a rejetée dans une poubelle ?

    Ne reconnaît-on pas là encore la prétention, l’arrogance du conscient qui se croit omniscient et se pose en maître de la terre pour vouloir la guérir ?

     

    Conclusion

    Ne soyez pas étonnés si mon étude ne va pas dans le sens des certaines idées actuelles, partagées par la rêveuse. Je vous l’ai déjà dit : le rêve a justement la désagréable manie d’attirer l’attention exactement sur ce qu’on ne pense pas, ce qu’on ne voit pas, ce qu’on ignore et qui est pourtant d’une importance vitale. Il nous invite à nous élargir l’esprit et à accueillir d’autres façons de voir et concevoir.

     

    Pour ma part, j’ai adoré ce rêve et j’ai voulu vous le transmettre. Il soulage et donne confiance. Il montre en effet que la Nature sait ce qu’elle a à faire et n’a pas besoin de notre secours qui l’importune. La nature est plus sage que nous.

    Jung disait :

    " Je ne suis pas de ceux qui croient qu’ils doivent veiller à ce que les cerises aient des queues. Je me tiens là, observant ce dont la nature est capable ".

     

    Cette " nature " s’exprime à merveille dans les rêves. Regardons donc ce que la Nature nous conseille dans nos rêves.

     

    Gandalf_serious[1].jpg

     

    Remarque

    Pour ne pas allonger mon propos, je n’ai pas présenté le rêve in extenso, mais j’en ai gardé la substantifique moelle.

     

     

    VOICI MAINENANT L’AUTRE BONNE NOUVELLE

    Je viens d’être invitée à la radio « ADO FM » pour l’émission « BOB VOUS DIT TOUTE LA VERITE ». Ce sera mardi soir à 22 h, à Paris dans le 13ème. L’émission sur les rêves va durer une heure.

     

    Voici le lien vers le site facebook de ADO FM (utilisé comme un blog / site internet alimenté sans arrêt) :

    https://www.facebook.com/pages/Bob-Vous-Dit-Toute-La-V%C3%A9rit%C3%A9-sur-ADO/476503455715207?fref=ts

     

     

    Pour les fréquences : 97.8 à PARIS et 93.1

    ainsi que sur notre site www.adofm.fr

    (mardi un lien sera mis vers mon blog)

     

     

    toute_la_verite[1].jpg

     

    Illustrations de l’étude

    Je remercie les photographes et les artistes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.

    Christ de Rio de Janeiro : fin-du-monde.com

    Healing the planet : christinekane.com

    Elephant miniature : wadbuzz.com

    Chemin de graviers : fr.123rf.com

    Rat : dinosoria.com

    Rat en fuite : dinosoria.com

    « L’inconscient est une poubelle à ordures morales » : koreus.com

    Eléphant père de Bouddha ?

    Eléphant : fondecran.biz

    Eléphant enchaîné : ecoloinfo.com

    Singe : fr.123rf.com

    Lutins : Gandalf : arwen.undomiel.com

    Bob vous dit toute la vérité : sthilaire.eklablog.com