Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

christiane riedel - Page 8

  • Annonce de ma conférence

    Chers amis blogueuses et blogueurs,

     

    C'est avec plaisir que je vous annonce ma prochaine conférence le mercredi 7 avril à 20 heures  dans le cadre de l'association

     IDEE PSY

    Institut pour le Développement

    L'Education et l'Enseignement

    En PSYchologie

     « Les relations amoureuses dans les rêves »

    Amoureux3.jpg

    Les scénarios amoureux sont fréquents dans les rêves, mais, qu'ils soient heureux ou pénibles, ils surprennent toujourset avec les tabous de notre société, ils peuvent mettre très mal à l'aise, quand on en ignore le sens.

    Se démarquant de tout dogme et de toute interprétation traditionnels, Christiane Riedel, avec un esprit neuf, voire révolutionnaire, vous montrera dans cette conférence comment elle procède, pour étudier ces images positives ou négatives, en révéler le sens et se trouver ainsi vivifié par leur dynamisme créateur.

    Elle analysera une vingtaine de rêves actuels qui viendront illustrer son propos.

    A l'aide de ces exemples, vous comprendrez alors que les relations amoureuses dans les rêves n'ont rien à voir avec une expérience physique, sexuelle, charnelle, mais parlent de la vie psychique intérieure.

    Baiser 6.jpg 

    Ces images décrivent naturellement et sans fard comment chacun fonctionne, s'aime lui-même ou non, accepte ou refuse les différents aspects de son être. Elles invitent à laisser les différentes facettes de l'être coopérer tour à tour, au lieu de s'opposer en conflit, elle conduisent à l'équilibre intérieur et la réalisation de son être.

    Accepter l'autre en soi, laisser vivre et concilier les contraires est le processus de transformation spirituelle dans lequel la sagesse des rêves amoureux conduit chacun individuellement.

    danse.JPG

     

    Comment se rendre à la conférence

    Rendez-vous à 20 heures au

    FORUM 104 - Salle « Les Glycines »

    104, rue de Vaugirard - PARIS 75006

    Métro : Saint Placide ou Montparnasse

    ******************

     

    Frais de participation 14 € et 7 € pour les adhérents

    (réduction chômeurs sur présentation de la carte)

     

    Information : IDEE PSY- 01 42 78 91 21

    Organisation et coordination : Gilbert BESNIER - 06 79 71 76 15 - info@ideepsy.org I.D.E.E. PSY. 64 boulevard de Sébastopol - 75003 PARIS

    Site Internet : http://www.ideepsy.org

    - association loi 1901

    - SIRET 392 522 447 00011 - APE 913F

     

    Illustrations

    Les amoureux, de l'artiste français Emile Friand (1863-1932)

    ? Avec toutes mes excuse à l'artiste dont je voudrais bien retrouver le nom.

    Dansons sous la pluie : œuvre de Jack Vettriano, www.allposters.fr

     

     

     

     

     

  • LE CHRIST BLESSE

     

    LE CHRIST BLESSE

    Le mois dernier, nous avons vu deux rêves qui montrent à deux rêveuses que la vie spirituelle, qu'elles prétendent mener l'une comme l'autre, les écarte en fait de leur véritable réalisation, de leur destin de femme sur la terre.

    Jung en a parlé à nombreuses reprises.

    Etienne Perrot a eu lui aussi à interpréter des rêves qui donnent le même conseil. 

    A mon tour, j'ai reçu des rêveurs et des rêveuses auxquels le rêve indiquait que la voie bouddhiste, telle qu'ils la suivaient, n'était pas celle qui leur convenait.

    A mon grand plaisir, Gayle Delaney, après avoir lu « L'éléphant blanc », est venue dernièrement sur mon blog confirmer cette constatation,. 

     

    « Brava, Christiane!
    Cette description du rêve et du commentaire qu'il fait sur un problème récurrent est très, très bien fait. Ca va sans dire quel plaisir ton beau français me donne en te lisant.
    Et tu as bien raison qu' il est commun pour certains adeptes des disciplines spirituelles, qui visent à la perfection, de rêver qu'ils essaient d'échapper à la vie émotive, à leur péril. En 35 ans de ma carrière de travail avec les rêves, j'ai rencontré pas mal de ces rêveurs, souvent chez les personnes fort connues dans leurs disciplines spirituelles.

     Merci, Christiane!
    Gaëlle »

    Ecrit par : Gayle (Gaëlle) Delaney | 06.02.2010

    jung1_0001.jpg perrot.JPG

     Gayle et moi 2.JPG   

     

     

    Ainsi les expériences de plusieurs interprètes de rêves, depuis maintenant un siècle, se conjuguent et attestent qu'actuellement, la voie de nos contemporains occidentaux, pour trouver le divin, n'est pas d'échapper mais au contraire d'adhérer aux contraintes de la vie terrestre, de porter la lourdeur de l'incarnation, de respecter  la vie du corps, d'accueillir les émotions positives aussi bien que négatives, celles de l'amour ou de la colère, celles de la vie amoureuse, celles du plaisir comme de la souffrance, au lieu de tenter de choisir les unes et d'exclure les autres.

    La voie bouddhiste suivie en Occident est-elle d'ailleurs vraiment celle de l'esprit du Bouddha ?

     

    Et qu'en est-t-il du christianisme ?

    Peut-on prétendre que cette voie spirituelle soit plus juste que la voie bouddhiste, telle qu'elle est comprise par les Occidentaux ?

    christus-und-buddha.jpg

    Je n'ai aucune compétence à prétendre à toute affirmation générale. La seule chose que je puisse faire, c'est de vous raconter des rêves qui en parlent. Voici donc aujourd'hui le rêve étonnant d'une fillette.

     

    Rêve : J'ai su ce que c'était que l'amour

    C'est un rêve étrange. Je ne sais pas l'endroit.

    Un homme apparaît, il boite, il se traîne.

    Je sais que cet homme est blessé. C'est le Christ.

    Deux compagnons sont avec lui, ce sont les compagnons d'Emmaüs.

    Les compagnons se mettent chacun d'un côté du Christ, l'un place le bras gauche du Christ sur ses épaules, l'autre le bras droit. Le Christ peut ainsi poser son poids sur les épaules de ces deux hommes et avancer, ainsi porté, ainsi soutenu.

    Le Christ a été blessé lors d'un match de football, il a reçu un coup de pied dans la jambe.

    Je le vois avancer vers moi. Je sais que j'aurai à l'aider.

    Je le regarde et je vois son visage d'homme souffrant.

    Il me regarde et nos yeux se rencontrent, et il me fixe de ses yeux bleus, profonds, intenses,... l'amour m'enveloppe,...

    m'envahit,... me pénètre jusqu'à la moelle, tout mon être vibre et brûle. C'est indescriptible.

    J'ai su alors ce que c'était que l'amour.

    oiseau-de-feu.jpg

     

    Viviane, toute jeune, a vécu une expérience mystique qui la marquera pour toute sa vie. Comment encore prétendre, devant le récit de cette expérience, que le rêve n'est pas la voie royale où l'âme et le divin entrent en communication ?

     

    Passons à l'interprétation.

     

    Un homme apparaît, il boîte, il se traîne. Cet homme est blessé.

    Cet homme, dans le rêve de la petite fille, désigne sa force masculine, que Jung a appelée l'animus. L'image de l'homme, chez la femme, symbolise le principe masculin, qui pense, crée, organise, construit. Il déploie son énergie dans la matière pour la transformer et réaliser son projet. C'est le principe directeur, qui sous-tend toute pensée, tout choix, toute décision, toute action. Ce principe directeur est formé sous l'influence des idées et des opinions régnantes dans la famille et dans l'entourage.

    Le rêve indique d'emblée que ce dynamisme est blessé, dans le milieu environnant religieux, culturel et par voie de conséquence, dans la fillette également.

     

    Le Christ

    La fillette sait très bien qui est le Christ. Il est le fils de Dieu, de ce dieu dont il dit : « Dieu est Amour ». Or, que montre le rêve ? Le fils du dieu d'amour est blessé. Qu'en déduire d'autre, sinon que la manifestation divine de l'amour est blessée ?

     

    Le Christ a été blessé dans un match de football

    La fillette connaît vaguement ce jeu. Elle sait que les hommes aiment beaucoup y jouer. Divisés en deux équipes adverses, les joueurs courent et cherchent à envoyer un ballon avec le pied dans le but de l'adversaire. L'équipe qui marque le plus de buts a gagné.

     ballon de foot.jpg

     match.jpg      

     football_ballon_but__11703b.jpg

    Le ballon

    Ce ballon, le rond, le cercle, la boule sont des symboles de la totalité, de la divinité. Ce ballon est fabriqué. Il désigne une représentation élaborée, une conception humaine du divin.

     

    Le match de foot

    Cette rencontre évoque les échanges, les disputes qui ont lieu entre les adversaires, pour faire triompher leur équipe.

    L'image décrit ainsi la façon dont l'esprit masculin intellectuel s'est battu pour arriver à imposer une conception de la divinité plutôt qu'une autre. Cette image fait allusion aux disputes, aux guerres, qui au cours des siècles ont opposé les théologiens et les partis religieux. A coups de livres, de discours, d'arguments, lors de séminaires, de colloques, de congrès, de conciles, ils se sont acharnés à vouloir imposer un dogme ou une conception du divin et à condamner l'autre, à coups d' excommunications.

    COUNCIL_OF_NICEA.jpg Concile Nicaea_icon.jpg

    excommunication.jpg            

     

    Au cours d'un de ces matchs, le Christ a reçu un coup de pied dans la jambe

     coup-de-pied.jpg

      coupet-tibia-fracture_galleryphoto_paysage_std.jpg

     

    Pour tenir debout, l'humain a besoin de ses deux jambes, la droite et la gauche qui maintiennent l'équilibre entre les contraires. Et le rêve montre que le dynamisme intérieur qui permettra à cette fillette de s'affirmer sur la terre a été cassé.

    Mais, je le rappelle, le scénario ne décrit pas seulement du cas de Viviane. Le rêve parle de façon générale de la représentation régnante, dans laquelle l'enfant grandit.

    Lors d'échanges, la lutte a porté un coup à l'image du dieu vivant parmi les hommes. La manifestation du dieu d'amour a été atteinte, cassée, mutilée. L'image du divin a perdu sa validité. Elle ne tient plus debout, elle ne tient pas la route. Elle est boiteuse, bancale. Son efficacité comme principe spirituel directeur s'en trouve affaiblie, handicapée, et beaucoup restreinte.

     

    L'image suivante va montrer comment porter l'image divine, pour lui rendre son efficacité.

    Deux compagnons sont avec le Christ, ce sont les pèlerins d'Emmaüs. Les compagnons se mettent chacun d'un côté, l'un place le bras gauche du Christ sur ses épaules, l'autre le bras droit. Le Christ peut ainsi poser son poids sur les épaules de ces deux hommes et avancer, ainsi porté, ainsi soutenu.

    Ceux qui portent le Christ et l'aident à avancer lui offrent, à droite et à gauche, un soutien qui remplace celui des jambes handicapées.

     

    Mais quel est donc cet équilibre perdu entre la droite et la gauche ? C'est l'équilibre entre tous les contraires, et  par exemple : le conscient et l'inconscient, l'esprit et le corps, le bien et le mal, le positif et le négatif, le masculin et le féminin, le rationnel et l'irrationnel, le blanc et le noir, la vie et la mort, et tous les contraires qui caractérisent la vie sur la terre.

    Cet équilibre est rétabli par les pèlerins d'Emmaüs

     

    Les pèlerins d'Emmaüs ?

    Ces deux hommes se rendaient au village d'Emmaüs, parlant avec chagrin de la mort du Christ qui venait d'être crucifié. Un compagnon de route se joignit à eux et ils l'invitèrent à passer la nuit chez eux.

    A table, l'homme prit du pain, il rendit grâce, rompit le pain et le leur donna.

     

    pèlerins.jpg

     

    Alors les deux compagnons reconnurent le Christ, qui disparut. Ils allèrent immédiatement retrouver les apôtres pour témoigner et dire : «  Le Christ est vivant, il était présent avec nous au dîner».

     

    Pourquoi le rêve choisit-il ces pèlerins d'Emmaüs ?

    J'ai longuement réfléchi à cette image, depuis que Viviane m'en a parlé.

    Je pense qu'une interprétation n'est pas à exclure, celle que nous donne la langue des oiseaux. Je sais qu'elle va en faire bondir certains, mais je resterai fidèle d'abord au rêve et ensuite à ma démarche logique, méthodique, consciencieuse, quitte à choquer. Mais ce n'est pas moi qui choque, c'est le rêve. Je ne suis que la traductrice.

    Ecoutons donc :

     

    Emmaüs.

    On entend d'abord « em », ...aime

    Ma ? Ema, aima...?

    Maüs ?....

    Ces dernières sonorités ne donnent rien. Continuons à écouter les syllabes.

    Aüs ? ...ha..üss... ?

    Haïsse, haïssent !

    Voilà, ces deux hommes sont ceux qui sont capables d'aimer et de haïr. Ce sont ceux là qui peuvent soutenir ce dynamisme défaillant du dieu d'amour chez la fillette et dans son entourage.

     

    Oh la la ! Quel message ! Quel paradoxe !

    Amour, soit, mais haine ? Comment peut-on haïr ?

    Peut être convient-il de s'interroger quelque peu sur le sens de ces deux mots ? Voici ce qu'on peut lire par exemple dans le dictionnaire Lafaye de 1858 :

    « Haine est le mot général, le nom propre de la passion excitée dans l'âme contre ce qui la blesse ou lui fait peine, comme amour est le nom de la passion produite en nous par ce qui nous agrée. »

    Haïr, c'est l'instinct vital qui permet de se défendre contre ce qui fait mal, la colère qui réagit contre ce qui semble inacceptable.

    Mais qu'est-ce que l'amour sans la haine ? Une valeur ne peut exister que par son contraire. Aimer et haïr, voilà deux valeurs qui s'opposent mais aussi, qui s'équilibrent et se complètent. S'ouvrir à l'autre, oui, mais aussi savoir marquer la limite.

     

    caducee_feu.jpg

     

    Terminons l'étude de ce rêve :

    Je sais que j'aurai à l'aider

    Il est montré à Viviane que la manifestation divine de l'amour est handicapée, parce qu'il lui manque la haine, son aspect opposé et complémentaire. La fillette, puis la femme va avoir alors à travailler sur elle, pour soigner ce dynamisme blessé dans l'âme, rétablir l'équilibre entre les opposés dans l'image divine, lui redonner sa totalité. Elle sera amenée à comprendre et faire comprendre que le divin est une puissance paradoxale dans l'âme, qui demande à l'humain d'apprendre à concilier les contraires.

    La suite du rêve amène l'enfant dans une expérience extatique qu'elle n'oubliera jamais ; ce rêve lui donnera la force intérieure pour contribuer à élargir les conceptions régnantes, à corriger la représentation bancale de la divinité, lui redonner sa puissance originelle, sa dimension paradoxale.

     

    Conclusion

    Que l'on considère les rêve de Diva avec l'éléphant blanc, de Morgane avec la mort du Dalaï Lama, le rêve de Viviane avec le Christ blessé, on constate que la vie spirituelle de ces femmes occidentales n'est pas valable. La conception du divin, quelle que soit la religion pratiquée est insuffisante, unilatérale, boiteuse. L'inconscient le sait, le montre dans le rêve et vient conseiller, demander de rétablir l'équilibre manquant, car il y va de la vitalité non seulement de la rêveuse, mais de son entourage.

    La représentation valide du divin est perdue et comme l'a dit Jung, « un peuple qui perd ses dieux est un peuple qui meurt ».

     

    regard 2.JPG

     

    Illustrations

    Carl Gustav Jung

    Etienne Perrot

    Gayle Delaney et Christiane Riedel

    Christ et Bouddha, 1890, du peintre français Paul Elie Ranson

    Oiseau de feu : http://pensamientocritico.files- wordpress.com

    Ballon de foot : http://28.img.v4.skyrock.net

    Match : http://blogimages.skynet.be

    Ballon dans le but : http://eag-tv.com

    Concile de Nicée

    Concile de Nicée

    Excommunication

    Coup de pied dans le tibia : http://photo.parismatch.com

    Gregory Coupet du club Paris Saint Germain a pris un coup de pied qui lui a fracturé le tibia : http://4bp.blogspot.com

    Les pèlerins d'Emmaüs, 1628, par le peintre hollandais Rembrandt

    Caducée de feu : http://www.teaser.fr

    Yeux bleus : Roméo Sarfati; http://static1.purepeople.com

     


     

  • MAIS OU SONT LES VIERGES D'ANTAN ? QUE SONT MADONES DEVENUES ?

    -bouddha-pierre.jpg

     

    Jung.jpgJe voudrais commencer mon étude avec une citation de Carl Gustav Jung, le célèbre psychiatre suisse, qui consacra sa vie à explorer les rêves, à tenter de les comprendre et à en exposer le sens :

    « Instruit par une longue expérience, je pars de cette idée qu'un rêve exprime ce qu'il veut dire et que par conséquent toute interprétation est erronée qui donne au rêve un sens qui n' est pas exprimé dans l'image manifeste. Les rêves ne sont pas des inventions que l 'on fait d'une façon intentionnelle et volontaire, ce sont des phénomènes naturels qui ne sont rien d'autre que ce qu'ils représentent en effet. lls ne sont ni illusion, ni mensonge, ils ne déforment ni ne camouflent, ils annoncent naïvement ce qu'ils sont et ce qu'ils veulent dire.

    Ils nous agacent et nous trompent parce que nous ne les comprenons pas. Ils ne font pas des tours de passe­-passe pour cacher quelque chose; ils disent ce que leur contenu représente, à leur manière, de façon aussi claire que possible.

    Nous sommes à même de reconnaître pour quelle raison ils sont si originaux et si difficiles. L'expérience montre en effet qu'ils s'efforcent toujours d'exprimer quelque chose que le moi ne sait et ne comprend pas. Leur incapacité à être encore plus clairs correspond à l'incapacité de la conscience à comprendre et à vouloir comprendre le point en question ... Les rêves ont la désagréable propriété de viser précisément le point aveugle et c'est ce point qui parle dans les rêves ».

    « Les rêves s'efforcent toujours d'exprimer quelque chose que le moi ne sait et ne comprend pas ».

    « Les rêves ont la désagréable propriété de viser précisément le point aveugle et c'est ce point qui parle dans les rêves. »

     

    C'est bien ce qui arrive à Morgane en 1999 :

    Morgane est belge. Elle admire le Dalaï-Lama, chef spirituel des bouddhistes. Elle suit ses préceptes. Cet homme d'une immense sagesse est pour elle un modèle. Il vient de donner en Belgique une conférence à laquelle elle s'est rendue. Dans l'étonnement, elle reçoit à ce moment là un rêve qu' elle me confie.

    Dalai-lama-Rome_pics_809.jpg

     dalai_lama_6.jpg

    dalailama1.jpg

     

     

    Rêve

    J'ai rêvé que le Dalaï-Lama mourait lors de sa venue en Belgique. Il se trouvait sur une montagne, entouré de fidèles, et soudain, il disait adieu et son corps tombait par terre... et je pleurais, pleurais...

     

    Quel rêve étrange !

    Le rêve n'est pas prémonitoire, puisque le Dalaï-Lama est toujours en vie dix ans après. Son sens n'est donc pas extérieur, mais décrit une réalité intérieure chez la rêveuse. Le rêve lui parle à partir d'un point aveugle, à partir d'un point de vue qu'elle ne voit pas, qu'elle ignore complètement. Il lui montre quelque chose qu'elle ne comprend pas, et qui reste inaccessible à ses pensées conscientes.

    Pour amener Morgane à envisager le point de vue de son rêve, j'ai pris en considération le contenu manifeste des images et j'ai tenu compte de ses associations.

     Voici alors l'étude qui s'en suivit et ce que j'expliquais à Morgane:

    Le Dalaï-Lama vient en Belgique et vous faites partie de ses fidèles.

    Cet homme représente une facette de vous-même, la façon dont vous pensez et vous affirmez au niveau spirituel. Vous êtes attirée par la spiritualité bouddhiste, vous désirez vivre selon des idéaux élevés d'harmonie, de sérénité, de sagesse, qui vous permettront de vous libérer de la souffrance. Le Dalaï-Lama est votre modèle et vous essayez donc de vivre comme lui et selon son enseignement. Et cet enseignement, il vient vous le donner chez vous.

     

    dalai lama 3.jpg
    Que se passe t-il quand cet idéal de vie, proposé par cet homme de l'Orient, s'introduit en Occident sur votre terre de Belgique? Que vous enseigne ce grand sage, dont le rêve choisit l'image pour vous représenter votre sage intérieur ?

    Il meurt.

    Le chef de la spiritualité bouddhiste meurt en Belgique.

    Quelles conséquences pourriez-vous tirer de façon honnête et rigoureuse de cette image ? Cela pourrait-il vouloir dire que l'idéal spirituel que vous tentez de vivre, en suivant les principes et I'enseignement du Dalaï-Lama, ne peut pas exister en Belgique ? Que cet idéal n'est pas viable pour la Belge Morgane ?

     

    Il vous dit adieu :

    Adieu : A Dieu, cela veut dire: je m'en vais et je vous retrouverai devant Dieu.

    Le Dalaï-Lama symbolique s'en va donc vers Dieu et il n'existe plus sur la terre belge. Peut-on en déduire, Morgane, que vous trouverez Dieu quand ce principe symbolisé par le Dalaï-Lama mourra en vous ? Vous trouveriez la dimension divine en renonçant à cette forme de spiritualité telle que vous la vivez dans le bouddhisme ? Voilà bien un point de vue inconcevable !

    Poursuivons l''étude de l'image :

    Le corps tombe par terre.

    Le grand sage vous procure encore un enseignement par sa mort même. En allant vers Dieu, son corps tombe et touche la terre belge. C'est la chute. Il rejoint la dimension horizontale et il ne s'élève pas dans les hauteurs célestes.

     472981-DALAI%20LAMA.jpg

             dalaï lama mort.JPG

     bouddha-allonge-259843.jpg 

     

     

     

    Par terre

    Vous êtes belge et appartenez à une certaine partie du monde. Comme Jacques Brel, vous pourriez célébrer « ce plat pays qui est le nôtre ». Ce pays est connu pour son étendue au niveau de la mer, il ne possède pas de montagne, tout juste quelques collines.

    montagne belge.jpg

       littoral belge.jpg

     mer belge.jpg         

          

     

     

     

    II se compose de ce qu'on appelle des basses terres. Sa caractéristique n'est donc pas l'élévation vers le haut, mais l'extension au niveau le plus bas de la terre, le point 0, le niveau de la mer.

     

    Il se trouvait sur une montagne

    Le chef spirituel des bouddhistes est originaire des terres les plus hautes du globe, les plus éloignées de la mer, dont la Belgique, au contraire, est si proche.

    montagne tibet_lhasa_01.jpg

    Votre rêve place votre guide spirituel intérieur dans votre pays sur une montagne, comme c'est  le cas aussi dans Ie sien. Mais de quelle montagne s'agit-il ? Il n'existe pas de montagne en Belgique. Ne serait-ce point là l'indication que votre sagesse spirituelle, vos forces spirituelles sont placées à un niveau d'élévation illusoire qui n'existe pas dans votre nature belge ?

    L'inconscient occidental est marqué par d'autres images que l'inconscient oriental. L'Oriental, et l'Occidental ont une forme d'inconscient qui leur est propre.

    Je précise que pour l'Occidental, cela ne veut pas dire être de religion catholique, protestante ou orthodoxe. Cela veut dire que l'Occidental est marqué par des archétypes qui lui sont propres, c'est à dire par des lignes de forces innées et collectives qui feraient partie de son héritage et qu'il aurait probablement choisies en venant sur terre. Ce sont des potentialités de comportement qui demandent à être vécues.

    Votre rêve ne semblerait-il pas suggérer que cette spiritualité orientale que vous importez sur votre terre ne vous conviendrait pas ?

     

    Je pleurais, je pleurais

    Ce changement de perspective provoque en vous une prise de conscience très douloureuse, que Ie rêve décrit par vos larmes, vos pleurs renouvelés. Le Dalaï Lama de votre rêve, image de votre chef spirituel intérieur, vous montre comment il va à Dieu, il vous conduit, par sa mort, par votre renoncement, à retrouver la souffrance. Retrouver la souffrance de la terre !  C'est le contraire de la voie bouddhiste de la libération. Voie paradoxale des rêves !

    pleurs d'une blonde.jpg

    Mais ces larmes sont bienfaisantes, car ce faisant vous êtes en contact avec vos émotions. Vous retrouvez Ie contact avec la mer, l'inconscient en vous, dont l'eau, comme les larmes, est salée, du sel de l'Esprit.

    larmes.jpg

     mer 2.jpg

     

    Votre rêve vous demande de chercher le divin dans la dimension horizontale, dans votre terre bordée de mer, dans votre vie intérieure en contact avec votre émotivité, EN VOUS-MEME, selon votre essence, selon votre nature de femme belge.

     

     

    Etre proche de la mer, le corps sur la terre (en latin Ie mot terre : humus a donné humilité), une terre plate et basse. Cela veut dire regarder en bas, être abaissée dans l'humilité, proche de vos émotions, de vos sensations, de votre corps, de votre vie instinctive ; vivre la réalité quotidienne, horizontale, voire sexuelle, dans son obscurité et sa modestie ; devenir enfin vous-même, sans aspirer à une élévation spirituelle dans des hauteurs désincarnées ; trouver, là ou vous êtes, votre spiritualité personnelle, votre rapport intime et direct avec l'Esprit qui cherche à s'exprimer à  travers vous.

    Voilà un rêve dont le sujet se rapproche beaucoup du rêve de l'éléphant blanc vu la dernière fois.

    Tibet09.jpg

           photo-mer.jpg

     

     

     

     

     

     

    Alors, Morgane, à  travers vos larmes, votre visage retrouvera la grâce de ces Madones tendres et splendides, sur les lèvres desquelles on pourrait encore lire le cantique de Noël, le cantique de l'âme vierge qui s'ouvre au dieu qui l'habite :

    sainte-vierge-marie-l-annonciation_1715_1.jpg

     

     "Mon âme exalte le Seigneur,

    Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,

    Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante....(3)"

     

    J'ai eu envie de transcrire pour vous ces paroles, bien que je ne sois pas catholique. En effet, en dehors de toute obédience religieuse, ce cantique de Marie exprime de façon archétypique, universelle, le chant de l'âme, qui, dans sa bassesse, dans l'humilité de la condition terrestre, a accédé à sa dignité, celle d'une entité à laquelle il est donné d'être consciente d'une relation avec la divinité » (2).

     

    vierge 2 messina%201.jpg

     

     

    Les rêves sont impartiaux et leur attention, leurs commentaires ne s'adressent pas seulement aux rêveurs bouddhistes. La prochaine fois, nous verrons un rêve fort surprenant lui aussi, reçu par une chrétiennne, au sujet de l'image du Christ.

    Citations :

    Le titre est inspiré du poème de François Villon (1431- ?) " Ballades des dames du temps jadis" dont le refrain est : "Mais où sont les neiges d'antan ?"

    (1) : « Psychologie et Education, p 71, Ed. Buchet Chastel

    (2) : Psychologie et Alchimie, p. 13, Ed. Buchet Chastel

    (3) : Evangile de Luc, ch. 1, v.46-48

     

    Illustrations

    Carl Gustav Jung

    Le Dalaï-Lama : http://photo.lejdd.fr

    Le Dalaï-Lama : http://www.rtbf.be

    Le Dalaï-Lama : xavieres.chf.fr

    Le Dalaï-Lama : http://angelsplace.perso.sfr.fr

    Le Dalaï-Lama : http://photos33.romandie.com

    Bouddha allongé : http://www.linternaute.com

    Montagne belge : http://nsm01.casimages.com

    Littoral belge : http://www.fredericpauwels.be

    Mer en Belgique : http://www.imagesdumonde.be

    La montagne de Lhasa://http://www.chine.informations.com

    Femme en pleurs :http://s.t.f1.fr

    Larme : http:// pitchsghost.p.i.pic.centerblog.net

    Mer : http://olharfeliz.typepad.com

    La montagne sacrée du Tibet :http://mondeida.free.fr

    Mer :http://www.web-provence.com

    Madone de l'artiste contemporain Charles Mendes, en collaboration avec le photographe William Belle

    Vierge Marie de l'Annonciation : sanguine réalisée par l'artiste  contemporain Jean Joseph, d'après les sculptures du choeur de la cathédrale de Chartres sur la vie de la Vierge : http://boutique-deschretiens.com

    Annonciation,  du peintre italien Antonello de Messine, 1475, http://img219.imageschack.us

     

  • L'ELEPHANT BLANC

     

    ganeshadivinepujahoma.jpg

     

    Nous avons vu la dernière fois l'éléphant blanc venir féconder Maya. Croyez-vous que rêver de l'éléphant soit réservé, il y a 2500 ans, à une reine orientale dont le destin fut de mettre au monde un Eveillé ? Mais non !

    L'éléphant blanc apparaît encore dans les rêves de nos jours. A qui s'adresse-t-il donc ? Et que vient-il faire ?

    Vous allez le savoir.

     

    Circonstances :

    Diva, une femme de la cinquantaine, veut devenir professeur de yoga. Elle nourrit l'aspiration à la perfection d'une vie réalisée, et cherche à devenir une « éveillée », selon les modèles de ses maîtres orientaux.

    bouddha doré volodos.JPG

     

    Elle voudrait suivre la carrière de Bodhisattva, comme chacun peut en avoir l'ambition. Aussi passe-t-elle sa journée en méditations, exercices , entraînements, purifications, pour s'élever vers le divin.

     

    vishnunarayan2.jpg

    Dans sa recherche, elle s'intéresse aussi aux rêves, dont on dit qu'ils conduisent vers le divin, et elle voudrait apprendre à les interpréter.

    Pour notre premier entretien, je lui conseille de demander un rêve, selon l'antique et universelle coutume, un rêve qui vienne la guider, fasse le point de sa situation et lui montre ce qu'elle a à faire pour pouvoir entrer sur la voie des rêves, apprendre à les interpréter.

    Elle m'apporte alors le rêve que voici.

     

    Rêve : L'éléphant blanc au plus haut du plus haut

     

    « Je me trouvais avec un groupe d'autres personnes, tout en haut d'une montagne, à une très haute altitude. Le ciel resplendissait d'un bleu pur intense, sans nuages, la montagne était de la pierre sans végétation aucune. Et elle était si élevée que la pierre en était devenue de la dentelle.

     

    J'allais là, quand j'ai vu venir à moi un éléphant blanc, rempli de majesté. Je savais que c'était le père de Bouddha, le Bodhisattva.

    L'éléphant s'approcha de moi, il m'attrapa le bras avec sa trompe. Je ne pouvais que me laisser faire  ; il me tira vers le bord de la montagne, m'entraîna au bord d'un précipice. Et là, me tenant fermement avec sa trompe, il me poussa au-dessus de l'abîme, m'obligeant à regarder vers le bas. J'étais terrorisée, mais je regardais et tout au fond, tout au fond, je vis un mince filet d'eau qui coulait.

    Je me réveillai haletante et transie de peur."

    Voilà le rêve que j'ai à interpréter ! Voyons donc :

     

    Interprétation

    La première image d'un rêve indique ce dont le rêve va parler, en réponse à l'incubation. Il s'agit ici d'un endroit précis.

    Tout en haut d'une montagne, à une très haute altitude.

    L 'altitude, c'est la hauteur par rapport à la mer qui est le point le plus bas sur la terre.

    Diva est montée à très haute altitude, au dessus du commun des mortels, elle s'est éloignée de ce qui est bas pour accéder à une vie aérienne, dans l'élévation de la pensée. Ainsi, dans une vie qui se veut spirituelle, elle s'est approchée le plus près possible du ciel, de la sphère céleste, divine.

    sommet 2.jpg sommet.jpg

    dentelles de Montmirail.JPG     

     

     

     

    Je me trouvais là avec un groupe d'autres personnes.

    Il s'agit des adeptes du yoga avec lesquels elle poursuit sa recherche.

     

    Le ciel resplendissait d'un bleu pur, sans nuages

    Les nuages

    Les nuages sont des amas de gouttelettes d'eau en suspension dans l'air. L'eau, dont notre corps est constitué à 65 %, désigne en nous tout ce qui est liquide, en relation avec les mouvements intérieurs du corps, c'est à dire, les mouvements émotionnels.  L'eau symbolise le monde inconscient.

    10482_orage.jpgdumbocu.jpgLes nuages désignent donc toute agitation émotionnelle liée à des pensées (air), les affects, les troubles passagers, les chagrins, les tristesses, les contrariétés, les mauvaises humeurs, les colères, les sentiments jugés noirs, négatifs. Tout ce qui obscurcit le soleil et assombrit la lumière n'existe plus dans l'esprit de Diva.

    Et avec la pureté du bleu, le rêve renforce l'image de la perfection.

    Diva vit dans la lumière et la sérénité de la « zénitude », qu'elle atteint par le yoga, tel qu'elle le pratique, dans les exercices et dans les méditations. Elle n'est plus affectée par les perturbations émotionnelles et en arrive à ce même détachement du monde qu'a connu l'être réalisé, le Bouddha.

     réalisée 2.jpg

    réalisée.jpg           

     

     

     

     

     La montagne, sans végétation aucune, était de la pierre.

    Il n'y a pas plus d'eau dans le ciel, que sur le haut de la montagne. Diva a maîtrisé toutes ses émotions. Mais tout est dur, tout est sec, la vie a disparu, rien ne peut nourrir le corps dématérialisé.

     

    La pierre est devenue de la dentelle

    L'image est remarquable.

    La dentelle ne se dit-elle pas « Spitze » en allemand, qui signifie pointe ?

    Et il existe une dentelle en France qui s'appelle «  le point Esprit »

    La dentelle, travail raffiné sur la matière, est constituée de "jours", de clarté, de lumière. Le corps de notre rêveuse est devenu éthéré.

    Cette image montre qu'en fait, cette femme est désincarnée, à force de persévérer dans cette démarche intellectuelle où la pensée prédomine. Pourtant elle croit cette démarche spirituelle, confondant ainsi le mental et l' esprit, « mind » et « spirit », distinction que ne fait pas la langue française.

    plushautssommetsdumonde-1.jpgdentelle.jpg bouddha bleu.jpg

                                                                   

    Ainsi, comme Diva l'a demandé dans son incubation, le rêve vient d'abord faire le point de sa situation. Il va répondre ensuite à l'autre demande : que faire pour pouvoir entrer dans la voie divine des rêves ?

    Et qui va lui répondre ?

    C'est l'Eléphant Blanc qui vient à elle, celui qui a fécondé la reine Maya pendant son rêve, cette force qui a engendré le Bouddha sur terre, qui donne le germe qui fera de l'humain un Réalisé.

    Sous quelle image se présente cette force divine ?

     

    L'éléphant blanc

    C'est la bête, l'animal puissant et sage, le plus gros sur la terre. Son corps massif, épais et lourd, n'est que matière, pas de dentelle. Nul animal n'a les pieds aussi larges. C'est dire que l'éléphant symbolise une vie dans le corps charnel. Voilà la représentation de la divinité : l'incarnation dans la matière, dans le corps, qui est blanc et pur.

    elephant 3.gif.jpeg

     

    Il m'entraîna au bord d'un précipice et m'obligea à regarder en bas.

    Il serait impératif que Diva prenne le bas, la profondeur, en considération. Mais un abîme sépare la rêveuse de la bassesse de la vie terrestre. L'image montre que cette femme est dangereusement coupée de la vie instinctive naturelle de son corps.

         

    Que lui montre en bas l'éléphant ?

    Il l'oblige à regarder l'eau, les émotions, justement ce dont elle s'est détachée. Il veut lui faire retrouver la source porteuse de vie, qui coule tout au fond d'elle-même.

    précipice.JPG

     precipice.JPG

    Cette eau de l'émotion, tout en bas, n'est-ce pas aussi l'émotion de l'orgasme, qui met l'âme en contact avec la divinité, qui vient irriguer tout le corps, le nettoyer, le restaurer ?

    Un abîme vertigineux la sépare de sa réalité intérieure profonde, du divin en elle.

    Cette femme, dont les aspirations la font monter si haut, croit mener une vie spirituelle. En fait, elle est dans l'orgueil. L'éléphant blanc lui conseille de redescendre tout en bas, ici bas, dans l'humilité, le quotidien, au niveau de la vie terrestre, dans la vie du corps, avec tous les tumultes, les remous, les complications, les rencontres, les émotions et les affects que cela implique, parce que c'est là qu'est la vie. Mais Diva, au contraire, prétend se détacher de tout ce qui pourrait la perturber pour vivre comme le Bodhisattva et atteindre la sérénité du Réalisé.

    Contrairement à ce qu'elle pense, pour y parvenir, le rêve lui montre qu'elle doit non pas monter, mais descendre vivre les vicissitudes du bas monde.

     

    Je me réveillai haletante et transie de peur

    Le rêve a plongé, bouleversé la rêveuse dans une émotion profonde. C'est justement cette réaction du corps qui est clairvoyante et salutaire, car elle alerte du péril et permet de s'adapter aux circonstances. Mais Diva est dangereusement séparée de son intelligence instinctive, elle ne veut pas savoir que "la bête est porteuse de la divinité" (1).

    Voilà la signification de ce rêve.

    Ce rêve ne rappelle-t-il pas celui de Ruben, l'avocat de Dakar, à qui le divin juif capitaliste américain expliquait que l'initiation avait lieu dans la rue ?

    Ruben avait été très touché par son rêve. Diva n'a pas apprécié le sien. Le message ne lui a pas plu, mais le rêve ne vient pas vous dire des choses que vous savez déjà. Elle n'est jamais revenue.

     

    Conclusion 

    J'ai pris ce rêve en exemple, pour vous montrer que les mêmes images apparaissent toujours et partout, aujourd'hui comme autrefois, en Occident comme en Orient.

    Ce rêve comporte une indication étonnante, qui va à contre-courant de la mode « zen » actuelle, où l'image du Bouddha ou de personnes en méditation est omniprésente, jusque dans les publicités mercantiles, marchandes de bonheur. La volonté de la rêveuse de se libérer par ses pratiques spirituelles des vicissitudes, des émotions et des souffrances inhérentes à la terre n'est pas la démarche qui lui convient, si elle veut comprendre le langage avec lequel le divin s'exprime dans les rêves.

    Elle doit commencer dans ce bas monde, à retrouver la source d'eau vive, l'émotion en elle.

    Vous croyez que j'exagère ? Que pour défendre le rêve je serais tendancieuse et prendrais un exemple unique pour en faire une généralité ? Je suis la première à dire qu'un rêve est une indication individuelle qu'on ne saurait élargir à tout le monde. Mais il est vrai aussi, et l'expérience me l'a souvent montré, que l'avertissement donné par ce rêve est fréquent de jours, dans notre société occidentale.

     

    Je vous en donnerai pour preuve un autre rêve la prochaine fois.

    -photo-la-meditation-zen.jpg

     

    Business_Zen.jpg

    Citation :

    (1) "La bête est porteuse de la divinité" : titre du livre du philosophe canadien André Moreau, édition Point Zéro.

    Illustrations

    Je remercie les artistes et les photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

    L'éléphant blanc :ganeshadivinepujahoma : http://www.pujahoma.com

    Bouddha doré : tableau de l'artiste française contemporaine Anne Marie Volodos :

    http://mapage.noos.fr/anne-marie.volodos

    Vishnu as Yoga-Narayana : exoticindiaart.com

    Sommet : http:// www.planet.fr

    Sommet : http://0a.img.v4.skyrock.net

    Les dentelles de Montmirail : web.provence.com

    Réalisée :http://www.exoticindia.org

    Réalisée : http://web.signet.com

    Dentelles : modèle appelé « le point Esprit » : http://specialitesduvelay.com

    Bouddha bleu : fotosearch : http://e5.img.v4.skyrock.net

    Elephant blanc : je n'ai pas retrouvé le nom du peintre, artiste française contemporaine.

    Méditation zen : http:/ :img.teva.fr

    Business zen : wallpapers.diq.com

     

  • UN MYTHE GENERAL : ET LE DIEU FECONDA LA FEMME

    sainte%20vierge.jpg
    Je vous ai parlé dernièrement en ce temps de Noël de l'annonce faite à Marie. C'est là le mythe de la religion chrétienne.

    Dans une vision, qui est un rêve à l'état de veille, Marie voit l'ange Gabriel lui apparaître et lui dire :

    «  Le Saint Esprit viendra sur toi et la puissance du Très haut te couvrira de son ombre. » Le divin a « couvert » une humaine pour engendrer un être humain, Fils de Dieu, le Christ qui est à l'origine de la religion chrétienne. 

    Dans ma dernière étude je vous ai indiqué la signification symbolique de cet événement, toujours vivant dans l'âme aujourd'hui : l'être humain, dans sa vie intérieure, se sent « pénétré », investi, habité par une présence qui le dépasse.

    Vous n'ignorez pas, par ailleurs, la mythologie gréco-romaine et les amours célèbres des dieux et des humaines, des déesses et des humains. Le monde méditerranéen antique connaissait déjà, bien avant notre ère, cette rencontre entre le divin et l'humain. Les exemples sont multiples :

    Ainsi, parmi d'autres avatars, Jupiter prit la forme d'un taureau blanc pour conquérir Europe. Pour séduire Léda, il choisit d'apparaître sous la forme d'un cygne blanc. Il féconda la vierge Danaé en tombant sur elle en pluie d'or. Les enfants qui naquirent de ces unions furent les demi-dieux, les héros civilisateurs de la mythologie grecque.

     

    leda.jpg

    Et le même mythe existe également en Orient. Les Hindous, en effet, et la religion bouddhiste font eux aussi remonter la naissance de celui qui fonda leur religion à une intervention divine, qui apparut là aussi sous la forme d'un animal, et là aussi d'un animal blanc.

    Cette visite sacrée eut lieu dans un rêve.

    Ce sera mon sujet d'aujourd'hui.

     

    Dans les textes fondateurs, la philosophie indienne accorde la plus haute valeur spirituelle aux rêves.

    Un texte dans le Raja Yoga explique :

    « Quelquefois un homme rêve que des anges sont venus à lui et lui ont parlé, qu'il est entré dans un état d'extase, entendant la musique des sphères et sentant un bonheur suprême. Considérez ce rêve comme une réalité et méditez dessus. »

     yoga sutra jina.jpg

       vishnunarayan2.jpg     

     

    Ces textes, comme ceux de la Bible et d'autres traditions, affirment que le rêve est le moment où les forces divines entrent en contact avec les humains et ils considèrent cette expérience comme réelle. Il n'est donc pas étonnant que le dieu lui-même intervienne dans les rêves, comme nous l'avons déjà vu. Et c'est bien ce que raconte la Reine Maya , la mère de Bouddha.

     

    reine mayadevi.jpg

     

    La reine Maya était mariée au roi Shuddhodana qui régnait 500 ans avant notre ère dans un petit royaume au Nord de l'Inde.

    Et voici qu'une nuit elle rêva :

     

    Rêve :

    « Quatre puissants rois me portèrent de ma couche sur un plateau de l'Himalaya. De là, quatre reines me portèrent au lac d'Anotatta.

     photo-chaine-himalaya.jpg

        foret-de-rhododendrons-au-nepal.jpg               

     

    Je fus baignée, ointe de baumes odorants et couverte de fleurs parfumées.

     masage.jpg

     massage.jpg      

     massage 3.jpg

     Puis on me déposa sur un lit dans le palais sur la montagne d'argent tournée vers l'est.

     

     

     

    Venant de la montagne d'or, venant du nord, un éléphant blanc s'avança alors vers la montagne d'argent. Sa trompe était comme une corde d'argent et il y tenait une fleur de lotus.

    elephant 2.jpg

     Il entra dans le palais d'or au son éclatant des trompettes, fit trois fois le tour de mon lit, pénétra par mon flanc droit et s'allongea dans mon giron. »

    elephant x.JPG

     

    Maya se réveilla dans une grande agitation et raconta son rêve à son royal époux qui fit venir les Brahmanes. Ceux-ci expliquèrent que  le rêve annonçait la venue d'un grand Être, qui serait soit un grand roi, soit un grand saint, un Bouddha, qui veut dire « Eveillé, Illuminé ».

    Ainsi, la conception de Bouddha est décrite dans un symbolisme très semblable à celle du Christ. Maya et Marie, 500 ans plus tard, vivent la même expérience : un enfant est conçu en elles, sans l'intervention de l'homme, mais par une puissance qui dépasse l'humain. Maya est pénétrée dans le flanc droit par un éléphant blanc, Marie est couverte par l'ombre de l'Esprit Saint. Pour Maya, le rêve est sensuel, l'image est concrète, charnelle, pour Marie, l'image est plus distante, plus abstraite.

    Vous voyez apparaître ici une image commune à l'humanité, que l'on retrouve partout dans l'Antiquité, de l'Est à l'Ouest. Elle exprime une réalité qui dépasse l'entendement conscient. On peut dire que ces images désignent la visite d'une PRESENCE, qu' on appelle, sous un nom abstrait dans la tradition spirituelle chrétienne, le Saint Esprit.

    Ainsi, la vision intérieure de deux femmes, l'union de leur âme avec la divinité, qu'elle soit vécue dans l'état du sommeil ou de l'éveil, est présente à l'origine de la vie du Bouddha, comme du Christ, deux hommes qui déterminèrent la vie spirituelle de deux parties du monde, l'Orient et l'Occident, deux hommes à l'origine de deux grands systèmes thérapeutiques, le bouddhisme et le christianisme.

     

    Considération

    On voit ici, à travers 3 civilisations et sur des millénaires, se manifester sous la même image, rêve ou vision, la force venue de l'inconscient, que Jung a appelée « archétype » ; image - force qui, par intervalles, sur des siècles, à travers des êtres individuels, conduit à la naissance de nouvelles façons de penser et de vivre, transformant ainsi la culture des peuples et des nations, et ce toujours de nos jours.

     

    Nous en verrons un exemple actuel la prochaine fois.

     

    femme enfant.jpg

     

    Illustrations

    Je remercie les artistes et les photographes, dont les œuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

    Vierge aux raisins de l'artiste français Pierre Mignard, 1640-1650

    Léda et le Cygne : http://.insecula.com

    Shiva : http://www.tantrayoganidra.com

    La reine Maya : http://farm4.static.flickr.com

    Massage : http://www.health-and-spa.at

    Massage : http://www.harmonie-art-de-vivre.fr

    Massage : http://images03.olx.com

    Aux approches de l'Himalaya : http://www.sports-santé.com

    Forêt de rhododendrons au Népal : http://www.sports-santé.com

    Palais hindou :http://www.top.depart.com

    Elephant :http://media.paperblog.fr

    Elephant :http://lh6.ggpht.com

    Vierge hindou à l'enfant : astromail.fr