Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2018

UNE PETITE MERVEILLE

rêves,rêve médecin,christiane riedel interprète de rêves,problèmes cardiaques

 

Mes chères blogueuses

Mes chers blogueurs,

 

C'est avec un vrai plaisir que je viens vous retrouver aujourd'hui. J'ai envie de vous raconter un petit rêve, une petite merveille, un petit rêve que j'ai reçu.

Mais il me faut auparavant vous dire avec précision les circonstances dans lesquelles ce rêve est venu. Et pour une fois, je vais vous parler de moi plus personnellement.

En octobre 2016, j'ai fait de la tachycardie. Le cardiologue m'a prescrit le top des top, deux médicaments du dernier cri : pour le coeur un bêtabloquant qui en régularise les battements et pour le sang, un anticoagulant, afin d'éviter l'éventuelle formation de caillots qui pourrait provoquer un accident vasculaire cérébral.

rêves,rêve médecin,Christiane Riedel interprète de rêves,problèmes cardiaques

 

Catastrophe !

Que vous dire ?

Du jour au lendemain je me suis retrouvée épuisée, lourde et molle ; sans forces, éteinte, anéantie ; me voilà incapable de monter la toute petite pente de ma rue, encore moins les escaliers, je me traîne à grand peine, je passe de la taille 46 au 50.

De surcroît, ces jolis petits comprimés roses ou en forme de coeur m'abrutissent, ils me transforment les neurones en glu et les méninges en gadoue, ils m'empêchent d'écrire une ligne, que ce soit pour mon courrier, mon blog, pour un article ou mes séminaires.

Et je me surprends à fondre en larmes.

Mais le pire reste à venir.

Six mois plus tard, en mars 17, toujours sous traitement, toujours gourde, cruche, tourte, tartre, idiote, toujours nouille et empotée, je suis tombée et me suis cassé le bras.

Cela n'a pas l'air bien méchant, mais, à cause de l'anticoagulant, le sang, devenu trop liquide, s'est répandu dans tout le bras, formant un énorme hématome de 40 cm, très douloureux.

Je bénis le ciel de ne m'être pas cogné la tête contre l'armoire que j'ai frôlée en tombant. C'est ainsi que mon père est mort.

Quand on constate l'hématome que j'ai eu au bras et la déchirure du muscle, il est évident que le choc sur la tête aurait entraîné...

une hémorragie cérébrale...

au mieux... la mort...

...au pire, le séjour en mort lente dans une maison pour handicapés, avec des frais que je ne puis assurer et mes enfants non plus.

Je ne fais pas du mélo.

 

Au contraire !

J'ai appris à mes dépens que pour ce nouvel anticoagulant, il n'existe aucun contrôle de la viscosité sanguine et on ne dispose d'aucun antidote en cas d'hémorragie grave.

J'ai aussi découvert avec effroi dans mon entourage plusieurs proches chez qui ce nouvel anticoagulant avait provoqué une grave hémorragie. Devant l'impossibilité de l'arrêter, les personnes ont du faire appel aux pompiers ; amenées d'urgence à l'hôpital elles se sont retrouvées avec un hématome géant, affaiblies et souffrantes.

 

Bravo l'anticoagulant qui peut vous mettre en danger mortel !

 

Je vous dirai clairement les sentiments que j'ai éprouvés devant ces dégâts.

J'ai été révoltée de constater l'effet que ces produits ont exercé sur moi, sur mon organisme, jusqu'à le dénaturer et le détruire lentement.

J'ai été effrayée de voir les mêmes ravages exercés sur d'autres autour de moi.

 

J'ai lu sur les forums et les sites français ou américains des expériences navrantes et des avertissements

J'ai entendu parler de médicament potentiellement criminel. Qui tient compte du principe de précaution ?

Et pire, pour certains, il est question d'empoisonnement collectif.

Empoisonnement collectif ? Parano ?

 

Quoi qu'il en soit, pour mon humble personne, j'ai été épouvantée !

Oui, épouvantée !

Je suis la gardienne de mon corps et mon premier devoir est de le respecter et de le soigner correctement pour qu'il me porte et me permette d'accomplir ce que la vie attend de moi.

J'ai donc repris le soin de ma santé en mains.

De ma propre initiative, et en toute conscience, j'ai décidé de cesser d'être empoisonnée sournoisement, j'ai décidé d'arrêter très doucement et très progressivement le traitement prescrit.

La question s'est posée alors : comment faire maintenant pour me soigner ?

Et c'est là que la merveille a eu lieu, la nuit, en rêve :

 

Je suis chez le médecin, assise en face de lui à son bureau. Il a des papiers devant lui. Il me regarde et me dit :

- Écoutez, Mme Riedel, nous gardons votre dossier, parce qu'il vous arrive toujours des trucs impossibles, mais vous vous en tirez toujours !

 

Je me suis réveillée et j'ai pleuré de reconnaissance.

Je n'avais pas la solution, c'était à moi de la trouver, mais je savais que je la trouverai et que je m'en sortirai.

Je suis allée chez mon médecin traitant, je lui ai fait part de ma décision, je lui ai apporté une lettre où je la décharge de toute responsabilité.

Elle s'est inquiétée.

Mais j'avais ma réponse :

- Docteur, il faut que vous sachiez, j'ai reçu un rêve, je sais que je vais m'en sortir.

Je lui ai raconté mon rêve, je lui ai offert mon livre " Ces rêves qui protègent et qui guérissent".

Et j'ai cherché un autre cardiologue.

Guidée par des synchronicités, je l'ai trouvé. C'est un monsieur plein d'expérience, affable, courtois. Il m'a prescrit des médicaments traditionnels et éprouvés.

Croyez-moi : en cinq jours, je n'avais plus rien. Oui en 5 jours.

Un souvenir me reste :

Je vois le cardiologue examinant l'électrocardiogramme qu'il vient de me faire et je l'entends s'exclamer, surpris, heureux :

- Oh Mme Riedel, c'est miraculeux !

Alors je lui ai raconté mon rêve et il a souri.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Bonjour,
Votre blog est toujours nourrissant. Et il tombe à pic.
Je me trouve dans une situation où je vais devoir me faire opérée d.une valve aortique en avril. J’ai 65 ans. L’operation en soi n’est pas compliquée ... pour les chirurgiens.
Depuis toujours des rêves prêmonitoires ont marqué ma vie.
Mais j’avoue avoir quelques craintes sur la façon dont je vais sortir de tout ça. Et sur la suite si il y en a une. Votre cardiologue est-il toujours en activité ?
Continuez ce magnifique travail.
Anne

Écrit par : Anne | 12/02/2018

Personnellement, je vis un truc encore plus zarbi. L'homme qui dort à côté de moi, rêve pour moi. Et souvent quand je fais une rêve désagréable, il me raconte le sien qui raccommode le mien,..

Écrit par : Mélusine ou la robe de saphir | 12/02/2018

Bonsoir

Merci à vous pour cette petite merveille.

Le Divin sommeille en nous et nous guide. A nous de l'écouter précieusement

Bien à vous

Écrit par : Clo | 12/02/2018

Formidable, nous ne sommes jamais seul(e)s... Merci Christiane...

Écrit par : Isabelle | 15/02/2018

Il vous arrivent toujours des trucs impossibles = vous faites bq de cinéma...bref vous êtes très compliqué. Impossible = qui n'existe pas.

j'y vois aussi un message concernant votre extravagance dans certaines analyses de rêve...vous allez cherchez certaines choses très loin alors que tout est dans les images.

Écrit par : Douglas | 02/05/2018

Écrire un commentaire