Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2015

LE GÉNÉRAL PATTON EST UN HOMME QUI PRIE DIEU TOUS LES JOURS

 

patton.jpg

Le général Patton est un homme qui prie Dieu tous les jours, sans se soucier des cadres religieux. Il est protestant épiscopalien, il connait très bien la Bible et va au culte le dimanche, il aime aussi aller prier à la messe ; il considère que la réincarnation est une réalité et pense qu' il fut guerrier dans l'Antiquité, ce qui, selon lui, lui a développé ses dons de stratège et ses dons psychiques de clairvoyance.

En ces jours où Noël approche, je voudrais vous raconter comment, au Noël 1944, ce Général qui se moque des normes, va suivre sa voix intérieure et prier comme il le sent, avec ses mots, avec ses tripes, pour demander de l'aide pour libérer l'Europe de l'invasion nazie.

Quelle aide ?

Vous risquez d'avoir des surprises.

 

La France vient d'être libérée par le général Patton, et les Armées Alliées sont à l'Est, dans les Ardennes, prêtes à envahir l'Allemagne. Depuis le mois de septembre 1944, la pluie tombe, incessante, et harcèle les soldats. La pluie, c'est la grande préocuppation, le tourment permanent du Général Patton.

Le 8 décembre, à Nancy, le Général Patton déclare à l'aumônier de son armée :

- Nous devons faire quelque chose si nous voulons gagner la guerre. Est-ce que vous avez une bonne prière pour le temps ?

L'aumônier fait remarquer que ce n'est pas l'habitude de prier pour demander du beau temps pour aller ensuite tuer des hommes. Le Général rétorque :

- Est-ce que vous êtes en train de me faire un cours de théologie ou est-ce que vous êtes l'aumônier de la troisième Armée ? Je veux une prière.

L'aumônier rédige sur le champ une prière et la porte à Patton. La voici :

"Père tout puissant et très miséricordieux, nous T'implorons humblement de bien vouloir, de par Ta grande bonté, restreindre ces pluies immodérées contre lesquelles nous avons eu à lutter. Veuille nous accorder un beau temps pour la bataille. Daigne prêter l'oreille à nos prières, nous les soldats qui t'invoquons pour que, armés par Ta puissance, nous puissions avancer de victoire en victoire, nous puissions écraser nos ennemis, les mettant hors d'état de poursuivre leur oppression et leur oeuvres perverses, pour que nous puission établir Ta justice parmi les hommes et les nations. Amen."

Le général demande alors de tirer la prière en 250.000 exemplaires puis il dit à l'aumônier :

- Asseyez-vous un instant, je veux vous parler de cette affaire de la prière.

Je crois fortement en la prière.

Il y a trois moyens pour que les hommes obtiennent ce qu'ils veulent. Ce sont en planifiant, en travaillant et en priant.

Toute grande opération militaire nécessite une planification soigneuse, ou de la réflexion.

Puis il vous faut alors des troupes bien entraînées pour mettre en exécution. C'est ce qui s'appelle travailler.

Mais entre la planification et l'exécution il y a toujours une inconnue. Cette inconnue s'appelle défaite ou victoire, échec ou succès. Cette inconnue, c'est la façon dont les acteurs réagissent quand survient véritablement l'épreuve.

Certains appellent ça pouvoir souffler pour reprendre des forces. Pour moi je l'appelle Dieu.

Dieu a sa part, sa marge d'intervention en toute chose. C'est là que la prière entre en ligne de compte.

Jusqu'à maintenant, dans la troisième armée, Dieu a été très bon avec nous. Nous n'avons jamais fait retraite, nous n'avons souffert d'aucune défaite, d'aucune famine, d'aucune épidémie. C'est parce que beaucoup de ceux que nous avons laissés à la maison, prient pour nous. Nous avons eu de la chance en Afrique, en Sicile et en Italie. C'est simplement parce que les gens ont prié pour nous.

Mais nous, nous devons aussi prier pour nous-mêmes.

Un bon soldat ne se fait pas seulement par la réflexion et le travail. Dans chaque soldat, il y a quelque chose qui descend plus profondément que ne le font la réflexion et le travail. Ce sont ses tripes.

C'est quelque chose qu'il a développé à l'intérieur de lui. C'est un monde de vérité et de puissance qui le dépasse. Avoir une grande vie, ça n'est pas seulement fournir du rendement par la pensée et le travail. Il faut aussi que l'homme reçoive par une prise d'alimentation. Je ne sais pas comment vous appelez ça, mais moi j'appelle ça Religion, Prière ou Dieu."

Patton poursuit :

"Nous devons arriver à ce que non seulement les aumôniers prient, mais aussi tous les hommes de la Troisième Armée. Nous devons demander à Dieu d'arrêter ces pluies. Ces pluies sont la marge où se tient la victoire ou la défaite. Si nous prions, ce sera comme de se brancher sur un courant dont la source est au ciel."

 

Le 14 décembre la prière est distribuée  aux troupes.

 

Vers le 15 décembre 1944 le général Patton vient de se réveiller à 3 heures du matin avec un rêve (1) : il perçoit de façon intense que les troupes allemandes sont en train de lancer une offensive secrète pour aller s'emparer du port d'Anvers et priver ainsi les troupes américaines de leur ravitaillement. Les ennemis s'apprêtent donc à rompre les lignes alliées qui avancent dans les Ardennes. Le Général Eisenhower ignore tout du plan allemand, de même que ses services de renseignements.

Patton, lui, à 3 heures du matin, dicte à son secrétaire toute la marche à suivre pour la contre-offensive. Il vient de voir clairement en rêve les images des opérations à mener. Il ordonne à une partie de ses troupes de se préparer à se mettre en route d'urgence.

 

La pluie incessante a maintenant laissé place à la neige et la neige tombe en un rideau épais qui bloque tout, tout est blanc, le sol, l'air autour de soi, et le ciel au dessus. On ne voit rien, on n'entend rien, on n'arrive pas à avancer, on gèle.

 

Le 16 décembre a lieu l'offensive allemande secrète dont Patton vient de rêver. Les Allemands surgissent de façon inattendue, la surprise est totale, ils avancent "comme une lame de couteau chaud dans une motte de beurre". Ils approchent la victoire.

11.000 hommes de la 101ème Aéroportée sont dans le village de Bastogne pour défendre un noeud routier stratégique d'une importance vitale, qui permet de bloquer l'avancée des troupes allemandes. Ce point de résistance ne doit pas se rompre.

Les soldats américains se retrouvent encerclés par 60.000 soldats allemands.

 

Le 19 décembre, trois jours plus tard, Eisenhower apprend les nouvelles du front et prend conscience du danger. Très inquiet, il convoque ses généraux, Il demande à Patton d'envoyer des renforts à Bastogne. Patton promet de libérer Bastogne le jour de Noël, mais les conditions métérologiques effroyables empêchent toute avancée.

article-0-0F3546E200000578-263_964x641 couleur.jpg

 

Pendant ce temps, les assiégés, sous le commandement du Général Mc Auliffe, se défendent héroïquement et attendent les renforts. Le temps épouvantable rend impossible tout ravitaillement aérien. Les hommes n'ont pas de vêtements d'hiver, manquent de tout, de munitions, de nourriture, de moyens médicaux.

 

Le 22 décembre, le Général Mc Auliffe est sommé par le commandement allemand de se rendre. Il répond par un vigoureux et célèbre :

" Nuts" ! qui veut bien dire :

" Allez vous faire foutre !"

Et Patton de son côté désespère de ne pouvoir lui porter secours.

 

Le 23 décembre, à 50 km de Bastogne, il s'arrête à Luxembourg-Ville. Il entre dans la chapelle de la Fondation Pescator, s'avançe jusqu'au crucifix au dessus de l'autel, retire son casque avec ses 3 étoiles, se met à genoux et prie pour demander la victoire de ses troupes à Noël.

 

Seigneur, c'est Patton qui Te parle.

Ces derniers quinze jours ont été infernaux. Pluie, neige, encore plus de pluie, toujours plus de neige. Je commence à me demander ce qui se passe dans Ton quartier général. Dis-moi un peu, de quel côté Tu es ?

 

Ca fait trois ans que les aumôniers de mon armée m'expliquent que nous menons une guerre sainte. Cette guerre, disent-ils, est une nouvelle croisade, sauf que nous sommes montés sur des tanks et pas sur des chevaux de bataille.

Ils répètent avec insistance que nous avons traversé l'Atlantique pour anéantir l'armée allemande et cet athée d'Hitler, de façon à ce que l'Europe puisse retrouver la liberté de religion.

Jusqu'à maintenant j'étais d'accord avec eux, car Tu nous as accordé Ta coopération sans réserve.

Grâce à une mer calme et un ciel bleu en Afrique notre débarquement a été une énorme réussite et cela nous a aidé à éliminer Rommel.

La campagne en Sicile fut relativement facile et Tu nous as fourni un temps excellent quand notre attaque blindée a traversé la France, la plus grand victoire militaire que tu m'aies accordée, et de loin.

Tu m'as souvent donné d'excellents conseils quand, en tant que chef d'armées, j'avais des décisions difficiles à prendre, et Tu as fait tomber les unités allemandes dans mes pièges, ce qui a permis de les éliminer relativement aisément.

Mais maintenant Tu paries sur un autre cheval . On dirait que que Tu as donné à von Rundstedt tous les passe-droits du règlement et franchement, il nous mis une sacrée branlée.

Mon armée n'est ni entraînée, ni équipée pour faire la guerre en hiver. Et comme Tu le sais, ce temps convient mieux aux Esquimaux qu'à des cavaliers sudistes.

Maintenant, Seigneur, je ne peux pas m'empêcher de penser que je T'ai offensé d'une manière ou d'une autre.

Que tout d'un coup Tu as perdu toute sympathie pour notre cause.

Que Tu es de mèche avec ce von Rundstedt et son dieu colleur de papiers peints. (2)

Tu sais, sans que je Te le dise, que notre situation est désespérée.

Evidemment, je peux prétendre à mon état major que tout se déroule comme prévu, mais il est inutile de Te déclarer que ma 101ème division aéroportée à Bastogne se trouve dans une situation terriblement difficile et que ces tempêtes continuelles rendent tout ravitaillement impossible, même par les airs.

J'ai bien envoyé un de mes meilleurs généraux, Hugh Gaffey, avec sa 4ème division blindée, au nord à ce noeud routier crucial pour secourir la garnison encerclée, mais il trouve bien plus difficle de supporter Ton foutu temps que ces fichus Boches.

Je n'ai pas l'habitude de me plaindre sans raison, mais de la Meuse à Echternach mes soldats souffrent des supplices de damnés. Je me suis rendu aujourd'hui dans plusieurs hôpitaux, ils sont tous remplis de soldats brûlés par le gel, et les blessés restent jonchés dans les champs parce qu'on ne peut pas les ramener pour les soigner.

ardennes.jpg

 

Déjà ça, c'est une situation lamentable, mais il y a pire encore.

Mes forces aériennes sont complètement paralysées au sol à cause du manque de visibilité et des pluies incessantes.

Ma technique de combat exige une aide précise des chasseurs bombardiers, et si mes avions ne peuvent pas voler, Tu peux me dire alors comment je peux les utiliser en artillerie aérienne ?

Mes avions de reconnaissance n'ont pas pris l'air depuis quinze jours et je n'ai pas la moindre idée de ce qui se trame derrière les lignes allemandes.

Sacré nom d'un chien, Seigneur ! Je ne peux pas combattre une ombre.

Sans Ta coopération au niveau du temps, je ne peux pas connaitre exactement les dispositions des armées allemandes. Et bon sang ! Dans ces conditions, comment puis-je mener une attaque intelligente ?

Avec tout ce que je Te dis, tu dois penser que je déraisonne, mais j'ai perdu toute patience avec Tes aumôniers qui me racontent que les conditions météorologiques actuelles sont typiques d'un hiver dans les Ardennes et que je dois avoir confiance.

La confiance, la patience, j'en n'ai rien à foutre ! Tu n'as qu'à Te décider pour savoir de quel côté Tu es. Tu dois me venir en aide et comme ça je pourrai expédier dans l'autre monde l'armée allemande toute entière et l'offrir en cadeau d'anniversaire à ton fils, le Prince de la Paix.

Seigneur, je n'ai jamais manqué de raison. Je ne Te demande pas l'impossible. Je ne Te réclame même pas un miracle. Tout ce que je te demande, ce sont quatre jours de beau temps.

Donne-moi une éclaircie de quatre jours pour que mes avions puissent sortir, pour aller chasser, bombarder et repérer les cibles, pour que je puisse utiliser ma magnifique artillerie.

Donne-moi quatre jours de soleil pour sécher cette putain de boue, comme ça mes tanks pourront rouler, et mes soldats d'infanterie, mal équipés, affamés, pourront recevoir des munitions et des rations.

J'ai besoin de quatre jours pour envoyer von Rundstedt et son armée impie

vers leur Walhalla.

Je suis malade quand je vois tous nos jeunes Américains aller inutilement à l'abattoir, et si Tu me donnes quatre jours avec un temps qui nous permette de nous battre, je Te livrerai en échange assez de Boches pour tenir Tes comptables occupés derrière leurs régistres pendant des mois.

 

Amen.

 

Et alors ?

Quelques heures plus tard, une éclaircie apparait. Oui, le beau temps revient ! Un temps magnifique, non pas durant 4 jours, mais pendant toute une semaine !

L'armée de Patton avance héroïquement jusqu'à Bastogne qui est délivré le 26 décembre 1944.

 

Le 27 décembre au matin, Patton entre dans une petite chapelle, s'agenouille et prie :

"Seigneur, c'est moi Patton, me revoilà. Seigneur, il me semble que Tu as été bien mieux informé de la situation que moi. Ce temps épouvantable qui m'a fait tellement juré contre Toi, eh bien, c'est ce temps qui a amené l'armée allemande à se suicider. Ca, Seigneur, ça a été un coup éclatant de stratégie militaire et je m'incline humblement devant Ton suprême génie".

Qui est donc cet homme ? Quel lien il a avec son Dieu qui l'habite !

 

Que s'est-il donc passé ?

Les Allemands avaient attendu l'arrivée du mauvais temps avec l'hiver pour lancer leur attaque à la mi-décembre. Ils comptaient sur le brouillard et les tempêtes de neige permanentes, pour empêcher les avions américains de soutenir les troupes au sol.

Mais le mauvais temps eut pour effet de ralentir aussi leurs troupes. Les routes étroites dans les Ardennes, la résistance américaine acharnée firent le reste pour faire échouer leur planing.

Et dans l'attente, les soldats allemands perdirent leurs forces et se retrouvèrent épuisés. Epuisées également les réserves d'essence. Le retour du beau temps et l'arrivée des forces américaines leur furent fatals.

Les nazis avaient lancé leurs dernières forces dans la bataille des Ardennes, ils ne purent pas s'en relever et perdirent la guerre.

Voilà pourquoi Patton considéra que le mauvais temps avait amené l'armée allemande à se suicider. Et déjà le 27 décembre il avait prévu l'issue de la guerre un mois plus tard.

 

Conclusion

Patton avec ses hommes, s'est battu pour libérer la France et l'Europe. Il s'est battu pour honorer le Prince de Paix. Pour ce, il s'est adressé à l'Eternel Dieu des Armées, à ce dieu si bien connu des Juifs de l'Ancien Testament, dont il retrouve des accents dans sa prière.

Guerre et paix. Respect des contraires.

Il lui fallait avoir quelque chose dans les tripes. Il appelait ça " Religion, Prière ou Dieu". "

Il a su chez ses hommes animer par la prière cette force intérieure qui insuffle confiance, courage, résistance, héroïsme au coeur de l'épreuve et de la souffrance.

Et ce dieu, semble- t-il, a écouté les prières :

celles de 250.000 soldats de la Troisième Armée, sans parler des autres soldats et des familles.

celles, acharnées, de ce Général puissant qui parlait à Dieu en direct, sans politesse.

Et il semblerait bien que Dieu non seulement ait entendu et écouté, mais aussi exaucé ces prières.

 

Patton_The_Great_Leader1.jpg

 Le soleil vient de revenir et éclaire le visage du Général Patton

 

Notes

(1) http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2012/03/19/les-reves-d-un-general-ahurissant.html, le 19 mars 2012

(2) Hitler a eu en effet pour métier de coller des papiers peints, avant de se lancer dans la politique.

 

Bibliographie

Vous retrouvez de multiples informations sur internet.

 

Illustrations

Je remercie les artistes et les photographes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog.

 

Patton priant dans la chapelle de la Fondation Pescator le 23 décembre 1944

: historiasegundaguerramundial.com

Tank qui passe à côté d'un véhicule qui a glissé sur la glace et est tombé dans le fossé : peopleus.blogspot.com

Soldats mourant dans la neige, par l'artiste française Marie Elise : ardenneweb.eu

Patton après sa prière, quand le soleil de retour  vient éclairer son visage, peint par l'artiste française Marie Elise : ardenneweb.eu