Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

petit cours de phonétique dans la langue des oiseaux

  • L'énigme dévoilée, ou presque, et une leçon très sérieuse de phonétique dans les rêves

    Chers amis,

     

    Je ne vous fais pas attendre plus longtemps le fin mot de l'histoire ou plutôt presque le fin mot du rêve.

    Revenons à nos explications.

    Dans son rêve Catharina raconte :

    La dernière fois que j'étais venue avec le jeune homme, nous avions attendu sans rien faire. Cela n'avait pas plu au jeune homme, qui n'était pas très content, mais c'était l'occase.

    Les explications de la rêveuse nous permettent de comprendre l'allusion du rêve à " la dernière fois":

    L'année précédente, Catharina se sentait déboussolée, comme aujourd'hui, mais elle n'avait pas couru les thérapies en tous genres.( Les rêves n'ont d'ailleurs pas grande estime pour ces thérapies New Age ou autre, dont ils ont déclaré dans un rêve, "qu'elles surgissent comme les champignons à la dernière pluie". C'est méchant, vous ne trouvez pas ?)

    Donc, au lieu de se disperser, notre amie avait supporté son mal-être et avait attendu qu'un rêve vienne l'aider.

    Soulignons que cette attitude passive correspond tout à fait à ce que recommandait le vieux maître suisse.

    "Don't interfere" disait Jung à ses patients anglophones.

    " Laisser advenir " répétait-il.

     

    Cela n'avait pas plu au jeune homme, qui n'était pas très content, mais c'était l'occase.

    Cette patience avait mécontenté son jeune côté masculin, qui aurait préféré se tourner vers le monde extérieur pour chercher des solutions, au lieu d'attendre et d'écouter les messages de son monde intérieur.

    Mais c'était l'occase

    L'occase de quoi, l'occasion de quoi ?

    C'était en effet l'occasion de ne pas se laisser parasiter par les informations, les sollicitations séduisantes et bien tentantes de thérapies extérieures. C'était l'occasion de se concentrer exclusivement à l'écoute de cette instance thérapeutique qui se manifeste dans les rêves de chacun.

     

    Mais l'occase ? ? ?

    Je demande à Catharina :

    - Pourquoi avez-vous choisi ce mot ?

    - Je ne sais pas, je voulais écrire l'occasion, mais ça ne me convenait pas. Je ne me suis sentie satisfaite qu'en écrivant " l'occase".

     

    Alors, voyons donc ou plutôt écoutons les sons:

    l, l, mais vous le savez bien, l, c'est L, El, la syllabe qui désigne Dieu, qu'on retrouve dans de nombreux prénoms: Gabriel, Raphaël, Mikaël ou Michel, Ariel, Ézechiel, Élie, Daniel, Emmanuel.

    Et ici je dis bravo à Clô qui a compris le sens de "l" et a obtenu la récompense promise grâce à sa superbe interprétation.( voir les commentaires)

     

    Bon, " l", c'est Dieu, d'accord.

    Et occase ?

    Mon désir est de vous aider à déchiffrer les rêves, à jouer avec eux pour pouvoir les déchiffrer. Je vais donc vous donner une vraie leçon de phonétique très sérieuse, qui vous sera du plus grand bénéfice quand vous chercherez à comprendre la langue des oiseaux. Ce sont des connaissances que j'ai acquises en fac quand j'étudiais l'allemand. Ce n'est pas difficile.

     

    Les mutations des consonnes ou mutations consonnantiques

    Il arrive souvent que le rêves utilise un terme, une expression pour dire autre chose. C'est ainsi que nous avons vu le rêve jouer avec "pas science et patience".

     

    Le rêve s'amuse à changer les consonnes et les voyelles et suit en cela les transformations que les langues ont subi au cours des siècles.

    La langue allemande, d'où vient la langue anglaise, en donne de bons exemples.

    Exemple :

    - Apfel, la pomme, en allemand, devient apple en anglais, on a donc ici une alternance ente PF et PP.

    Ou encore :

    - Wespe en allemand, devient guêpe en français. Ici on a l'alternance les sons W et Gu.

     

    On constate ainsi que les consonnes :

    P, T, K, R, S (ss)correspondent aux consonnes

    B, D, G, L, Z (s)

    S, prononcé ss, (Suzanne) alterne avec Z qui se prononce aussi s (Jason).

     

    P devient B ou inversement.

    Il peut aussi devenir F ou PH ou inversement.

     

    T devient D ou inversement,

    Il peut aussi devenir TH ou H ou inversement.

    On a ainsi Théos en grec qui a donné Deus en latin.

     

    K peut devenir Gu et inversement. ,

    Il peut aussi devenir CH ou X et inversement.

    Ces consonnes P, T, K, R, S sont les consonnes dures par rapport aux consonnes douces qui leur correspondent : B, D, G, L, Z.

     

    On a de même l'alternance entre :

    B et M

    D et N

    F et V

    Il existe encore d'autres mutations. Mes explications ne sont pas exhaustives.

    Les mêmes changements peuvent avoir lieu entre les différentes voyelles. J'en parlerai une autre fois.

     

    Ainsi dans les rêves on peut éventuellement changer une consonne pour comprendre le sens du mot.

    Et ce, sans le faire exagérément ou systématiquement.

    Ici aussi, bravo à Bonneville qui a fort bien entendu et a gagné lui aussi.(voir les commentaires)

     

    Chers amis, je vous ai tout dit, vous avez toutes les clés.

    A vous de mettre les différents éléments en rapport les uns avec les autres. A vous de trouver maintenant. Allez-y ! Vous brûlez !

    Qui est le prochain gagnant ?

     

    A très bientôt

    Christiane