Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

christiane riedel - Page 7

  • BONNES VACANCES

     

     

    Les_amants 2.jpg

     

    Chers amis blogueuses et blogueurs,

     

    Vous avez peut être remarqué que je suis moins présente sur mon blog ces derniers temps. Je suis en effet bien absorbée dans un autre domaine : mon fils se marie très prochainement, au début du mois de juillet. Je me consacre donc avec un vif plaisir à tous les préparatifs de ce grand jour.

     

    J'ai été aussi fort occupée pour préparer un séminaire d'entraînement intensif à l'interprétation des rêves, que je vais animer pour mes élèves, fin juillet. Comme rien n'existe à ce niveau là, le professeur en moi doit tout inventer, entre autres : les exercices d'entraînement, les jeux, ou encore la présentation de l'enseignement donné par les rêves.

     

    A côté de cela, il tourne dans ma tête toutes sortes de choses que je voudrais écrire pour vous. Je n'en ai vraiment pas le temps.

    J'ai donc décidé de prendre des vacances pendant plusieurs semaines. Je pourrai ainsi mener à bien les différentes études prévues sur le symbole de l'araignée, et penser à d'autres qui suivront.

    Et puis, depuis longtemps, je voudrais aussi mettre l'index du blog à jour, pour que vous puissiez vous retrouver un peu plus facilement dans tous les dossiers. Il me faudra de nombreuses heures pour relever tous les symboles étudiés depuis un an et demi.

     

    Le temps des vacances approche pour vous aussi. Je vous souhaite donc de belles journées de changement, de détente et de repos, avec de chauds rayons de soleil le jour et de beaux rêves la nuit, l'un et l'autre pour vous vous remplir d'énergie.

     

    Amicalement

    Christiane

     

    lune 1.jpg

     

     

     

     

     

     

  • L'ARAIGNEE 2

     

    La dernière fois nous avons vu le rêve prévenir Marc que son couple était en danger. Sa collègue Michelle en effet répétait ses tentatives de séduction et Marc, apparemment naïf,  ne voyait pas qu'elle était en train de le détourner de son amie Sylvianne. 

    Spinne.jpg spider_web.jpg

    sandrine-de-montmort.jpg  

     

     

     

     

    Grâce au rêve, il a pris conscience de la gravité de la situation et, comme le rêve le lui indiquait, il a repoussé Michèle. Il n'empêche que, de son côté, Sylvianne reste ulcérée. Le comportement de Marc a été ambigu. Tourmentée, elle se demande si elle peut lui faire confiance.

    Sur ces entrefaites, elle reçoit un rêve.

     

    Rêve

    Un feu de camp la nuit. Je suis à côté. Nous faisons un exercice. Nous sommes avec une psychothérapeute. Elle est assise sur une chaise et nous passons chacun à notre tour jeter quelque chose dans le feu, pour le brûler.

    En fait, le but de cet exercice, c'est de jeter au feu, de brûler des aspects de soi, symbolisés par des objets, dont on ne veut plus.

    Une femme jette un journal. Je vois un gros titre en noir sur la première page du journal.

    Je dis alors à la thérapeute :

    - Il faut oser jeter un journal dans le feu.

    C'est comme si ce n'était pas conventionnel, pas sérieux, pas correct. Néanmoins, j'admire la femme pour son audace.

     

    Interprétation

    Un camp, un exercice

    Un camp est un endroit dans la nature, qu'on a aménagé pour pouvoir y séjourner provisoirement. Puisqu'il est question d'exercice, nous pouvons en déduire que ce camp est un moment où l'on vient s'entraîner et apprendre de nouvelles compétences.

    Le rêve explique ainsi d'emblée à la rêveuse que la période perturbée qu'elle traverse est en fait un temps d'apprentissage et d'entraînement dans des conditions naturelles. Comme l'a montré l'image de l'araignée, le danger que vient de courir le couple fait partie des aléas de la vie naturelle, en ce qui concerne les mouvements de l'instinct. Il convient cependant de savoir comment réagir devant ce conflit et les ressentiments qu'il a provoqués.

     

    Le feu de camp, la nuit

    Ce feu de camp la nuit a été fait par l'homme. Ici, il est contrôlé et bienfaisant, il répand de la chaleur et éclaire l'obscurité.

     feu-de-camp.jpg

     La thérapeute

    Dans les rêves, on constate que chaque être possède en lui une instance thérapeutique intérieure qui veille à sa santé, à son bien-être, à son équilibre. Elle se présente sous diverses façons selon le soin à donner : ce peut être par exemple le médecin, le gynécologue, le chirurgien, le dentiste. Ici, le rêve choisit une psychothérapeute ; il montre ainsi qu'il vient s'occuper de la psyché, de l'âme de la rêveuse, agitée par toutes sortes d'émotions et de pensées qui la déstabilisent.

     

     souffrance 2.JPG   

    00763870-photo-celine-geraud-et-fiona-johanna-carine-et-lise-autour-du-feu-de-camp-de-l-ile-de-la-tentation.jpg 

    L'exercice autour du feu a donc un but thérapeutique et le rêve le précise :

     

    Nous passons chacun à notre tour jeter quelque chose dans le feu, pour le brûler. En fait, le but de cet exercice, c'est de jeter au feu, de brûler des aspects de soi, symbolisés par des objets, dont on ne veut plus.

    La puissance thérapeutique du rêve demande à Sylvianne de renoncer à un aspect d'elle-même dans un entraînement au dépouillement. De quoi peut-il donc s'agir pour notre amie ?

     

    Une femme jette un journal. Je vois un gros titre en noir sur la première page du journal.

    Un journal

    Le journal apporte des informations d'actualité au sujet d'événements dans le monde.

    Le gros titre indique au premier coup d'œil la dernière annonce sensationnelle qui déclenche l'émoi, et au niveau symbolique sa couleur noire indique son côté sombre et négatif.

    Comme Sylvianne, vous avez bien compris, ami lecteur, que ce journal avec son gros titre symbolise le gros choc et les affects, les émotions, les pensées de la rêveuse au sujet de l'araignée écrasée.

    Une femme jette un journal

    28255-journal-papier.jpg  gros titre.JPG   

     

    Dans un geste volontaire, on jette un journal qui n'est plus d'actualité, quand les informations données sont dépassées. L'image montre ainsi qu'il est temps pour Sylvianne de décider de ne plus revenir sur l'événement, de tourner la page.

     

    Sylvianne a un sursaut. Elle s'écrie :

    « - Pardon ? Comment ? Le comportement ambigu de Marc, ses sentiments grandissants pour Michelle, la place qu'il lui a faite dans sa vie sans en avoir l'air, l'idée qu'il aurait pu « foutre en l'air » notre couple, ces faits là je dois les oublier ?

    Et mon sentiment de femme trahie, alors ? Et la confiance que j'ai perdue ? Ce n'est rien tout ça ? Vous y allez un peu fort !

     feu.jpg 

     9J87A47PXC_Scarlett_Johansson_-_Mary_Ellen_Matthews_Photoshoot_13_[1].jpg

    - Ecoutez Sylvianne, je comprends très bien que vous éprouviez des résistances, mais ce n'est pas moi qui vous donne ce conseil, c'est votre monde intérieur via votre rêve, moi, je me contente de faire avec vous les déductions qu'impose l'image de votre rêve.

    Revenons donc à ce que dit votre rêve. Que faîtes-vous, quand la femme jette le journal au feu ?

     

    Vous dîtes à la thérapeute :

    « - Il faut oser jeter un journal dans le feu ». Et vous ajoutez même : « C'est comme si ce n'était pas conventionnel, pas sérieux, pas correct. »

    Que déduit-on d'abord de votre affirmation ? Garder le journal, ce serait correct, sérieux, conventionnel. Vous avez pris l'affaire au sérieux, correctement, et vous avez réagi de façon conventionnelle.

    Qu'est-ce que ça veut dire ?

    Tous vos affects, vos émotions, toute votre indignation, votre colère, votre sentiment de femme trahie, toutes vos pensées négatives sont correctes, mais conventionnelles. Vous ne devez pas en rester là. Le rêve vous propose à vous, dans votre cas personnel, de lâcher, de dépasser cette attitude habituelle des femmes envers leur conjoint frivole. Au feu tout ça ! Et vous le dîtes clairement :

    « Il faut oser jeter ce journal dans le feu. »

    mains-accueil2.gif mains ouvertes.jpg

    N'oubliez pas, le rêve vous invite à un exercice de dépouillement qui n'est pas aisé. Cette attitude conventionnelle, dont il est question de vous défaire, correspond à un aspect de vous dont vous ne voulez plus. Voyez-vous lequel ? »

    Qu'est-ce donc qui oblige encore la jeune femme à revenir sur le flirt de son conjoint, à y repenser, à continuer de remuer des émotions négatives ? Sylvianne cherche en elle, réfléchit et me répond :

    « - Un aspect de moi ? Alors le rêve me monterait que dans mon couple je serais trop exclusive, trop possessive ? Ce serait alors un côté dominant en moi, qui veut que la vie du couple soit selon mon idée, selon mon attente ? Ce pourrait être aussi dans l'espoir de protéger celle en moi qui est vulnérable, qui veut des assurances et des sécurités ?

    En fait je devrais comprendre que mon homme ne m'appartient pas ? »

    homme ds un bar.jpg

     

    Voilà une idée déconcertante, difficile à admettre. Voilà la nouvelle attitude que le rêve propose à Sylvianne d'adopter audacieusement.

    Et dans son rêve Sylvianne remarque :

    - J'admire cette femme pour son audace. 

    La rêveuse a fait confiance à son rêve et en a accepté le conseil avec bonne volonté. Elle a accompli un véritable effort sur elle-même pour se détacher de ce qu'elle estimait être un acquis, une évidence, un dû, une propriété. Elle a sacrifié son point de vue. Elle a pardonné, elle s'est assouplie, élargie, ouverte. Et selon le rêve elle a fait preuve d'une attitude admirable.

    Le rêve lui a ainsi fait suivre un entraînement au détachement. L'exercice a eu un effet initiatique, thérapeutique : sa blessure a été soignée, la relation avec Marc aussi. Marc a été touché de l'esprit ouvert et généreux dont Sylvianne faisait preuve, il a compris sa faiblesse, il a aussi compris ce que signifiait le mot fidélité. Les liens dans le couple se sont alors trouvés renforcés.

     

    Comme la voie des rêves  est surprenante ! Elle est déroutante, mais elle est sûre.

     

    Caspar_David_Friedrich_019.jpg

     

    Illustrations

    Sandrine de Montmort ; http://www.mybestactressbook

    Feu de camp : http://www.feerie.normandie.com

    Le feu, la psychothérapeute et le groupe : http://img .ozap.com

    Feu : http://b9.img.v4.skyrock.net

    Mains qui abandonnent : http://blogimages.skynet.be

    Mains qui reçoivent : http://1.p.blogspot.com

    Homme et femme : http://be.img.v4.skyrock.net

    Femme devant le soleil couchant ; tableau peint en 1818 par le peintre allemand Caspar David Friedrich.

     

  • ETUDE D'UN SYMBOLE : L'ARAIGNEE 1

     

    J'ai été emmenée depuis le début de l'année sur des études que je n'avais pas prévues et qui se sont succédées un peu malgré moi. Vous y avez découvert un aspect spirituel de l'inconscient, splendide, redoutable, voire terrifiant. Vous ne connaissiez peut être pas, ou pas beaucoup, cette dimension du monde intérieur. En effet très peu d'études ont été publiées à ce sujet, d'autant plus que les rêveurs hésitent à parler de ces rêves.

    J'ai choisi maintenant une démarche opposée et volontaire. Je vais vous présenter une étude progressive d'un même symbole dans différents rêves. Là aussi on y a des surprises.

    L'image que nous allons voir maintenant est celle de l'araignée, qui souvent effraie ou pour le moins impressionne et intrigue.

     

    Aujourd'hui vous allez voir le rêve de Marc. En voici d'abord les circonstances.

     

    Michèle a proposé à Marc, son collègue, de réviser avec elle l'examen qu'ils ont préparé durant l'année. Ils se sont donné rendez-vous chez Marc, qui habite chez son amie Sylvianne. Les deux collègues se sont installés dans le séjour et Sylvianne les a laissés travailler, oubliant même leur présence.

    examen.jpgexamen 2.jpg

       

     

     

    Dans l'après-midi, vaquant à ses occupations, Sylvianne est rentrée dans le séjour et, en traversant la pièce, elle a vu les deux collègues assis l'un à côté de l'autre, l'un près de l'autre, près,... un peu trop près,... s'est dit Sylvianne.

    la copine image super stock.JPG

     

    Le soir, elle en a fait la réflexion à Marc, le mettant en garde : Michèle n'est peut être pas si innocente qu'il le pense.

    Les jours suivants, Sylvianne commence à enrager : Marc et Michèle passent leurs journées ensemble, ils travaillent. Michèle photocopie les documents de Marc, Michèle a demandé à Marc sa clé USB pour copier ses  fichiers. Michèle vient aussi de demander à Marc de l'aider à déménager des affaires. Quel toupet ! Et Marc...gentiment... a accepté. Sylvianne n'en revient pas ! Elle explose un soir et Marc, ahuri, n'a pas l'air de se rendre compte combien la situation est équivoque. Il a répondu gentiment oui à la demande de sa collègue, dit-il, pour rendre service, sans penser à autre chose. Sylvianne est furieuse !

    Le lendemain matin, notre homme se réveille avec un rêve, qu'il raconte tout de suite à Sylvianne.

     

    Rêve

     Dans une pièce, il y a un canapé contre un mur. Sur ce mur, en haut au centre, je vois un petit trou près du plafond.

    Je dis à Sylvianne : « Il y a une petite araignée qui sort d'ici ».

    Et puis, je vois une énorme araignée courir en diagonale pour attraper un insecte. Je prends un mouchoir pour la tuer. Je dois la tuer, ça me fait peur, je dois la tuer en plusieurs fois.

    Interprétation

    Une pièce avec un canapé contre le mur

    Marc fait immédiatement le lien avec le canapé où il a passé l'après-midi à réviser assis près de Michèle.

    mur.JPG 

    Le mur

    Qu'est-ce qu'un mur ? C'est une construction solide qui limite et protège un espace.

    Et ce mur ? Ce mur est celui contre lequel le canapé est placé en effet. Marc explique que ce mur est blanc, c'est un mur porteur, qui soutient l'appartement où il habite avec son amie.

    A quoi fait donc penser cette construction solide qui délimite, protège et soutient l'appartement ?

    - C'est ma relation avec Sylvianne, répond Marc. Cette relation est solide, elle délimite notre espace et le soutient.

     

    Et le canapé ?

    C'est l'endroit où les amis s'asseyent, quand ils viennent.

    A quoi cela fait-il penser notre rêveur au moment de son rêve ?

    Pour Marc le canapé évoque bien alors la façon dont il a passé l'après-midi à côté de Michèle, avec arrière plan sa relation avec Sylvianne.

     

    En haut, près du plafond, au centre du mur, je vois un petit trou.

    En haut près du plafond désigne le domaine des idées, de la pensée.

    Au centre de ce mur porteur signifie au centre de la relation avec Sylvianne. L'image parle donc de ce qui se passe au niveau des idées de Marc au sujet de sa relation avec son amie :

     

    plafond_sejour_detail.jpg trou 2.jpg

     Je vois un petit trou

    Une petite ouverture, une brèche a été percée dans le plafond. Le mur n'est plus aussi solide, il est abîmé. Le rêve prévient notre rêveur qu'au niveau de ses pensées, une dégradation commence à se former, qui va abîmer la relation avec Sylvianne.

     

    Je dis à Sylvianne : Il y a une petite araignée qui sort d'ici

    Une araignée

    C'est un petit insecte qui tisse sa toile cachée dans son coin pour attraper un autre insecte. Quand c'est fait, elle l'empoisonne, le consomme, le dévore.

    Le rêveur comprend immédiatement que son rêve compare Michèle à une araignée, qui tisse sa toile et ses intrigues pour l'attraper, lui, l'autre insecte.

    petite araignée.jpg

    trou 4 bis.JPG    

     Et puis, je vois une énorme araignée courir en diagonale pour attraper un insecte.

    La fileuse, l'intrigante prend de plus en plus de place, elle devient menaçante et s'apprête à dévorer le petit insecte. Elle court après lui, elle court après son collègue, en diagonale, elle ne l'attaque pas frontalement, directement, mais en biaisant, en employant des moyens détournés. Elle trouve de faux prétextes, emploie des mots équivoques, cherche de façon détournées à créer des obligations qui contraignent Marc à s'occuper d'elle.

    C'est bien ce que fait Michèle en effet, quand elle propose « innocemment » à son collègue des occasions de rencontre. Et Marc n'y voit rien.

    araignée 4.JPG

     

     Et Marc dans le rêve dit :

    Je dois la tuer, ça me fait peur et je m'y reprends à plusieurs fois.

    Le rêve indique que l'intrigante résistera.  L'homme craindra de l'affronter et de la supprimer de sa vie, il devra s'y prendre à plusieurs reprises pour la mettre hors d'état de nuire.

    Notre rêveur a fait les efforts demandés et la jeune femme s'est finalement retirée.

     

    Ainsi vous voyez l'effet que peut avoir dans une vie l'étude d'une petite image. Le rêve de Marc a sauvé son couple. Momentanément...

    Et la prochaine fois nous verrons la suite de l'histoire.

     

    femme qui s'en va.jpg
  • UN CADEAU INATTENDU

    Les derniers rêves que vous avez lus étaient difficiles. Certaines d'entre vous ont eu raison de réagir et je les en remercie. Un blog est aussi un lieu d'échanges.

     

    Voilà plusieurs fois que le mot haine apparaît dans mon blog, mettant mal à l'aise plusieurs d'entre vous.

    La haine est un mot interdit, négatif, à exclure. Il a pris un sens très restrictif, comme dans l'expression haine raciale, exclusion de l'autre éventuellement par le meurtre.

    Cependant, la haine ne se manifeste pas forcément ainsi. Ne pourrait-on pas haïr une situation inadmissible ?

     

    Mais au lieu de discuter avec des idées et des mots, voyons un peu si les rêves, nos images intérieures,  parlent de la haine. Quel est leur avis à ce sujet, en dehors de mes interprétations ?

     

    J'ai une amie assez lointaine, Michèle qui habite dans un quartier à problèmes, un quartier à risques.  Les mégots, les crachats qu'on lui balance dessus, elle connaît ; les pneus crevés, les vitres de la voiture ou de l'appartement cassées, les cambriolages, elle connaît aussi. Mais c'est là qu'elle vit et elle fait avec.

    visage femme.JPG

     

     Une nuit, elle a reçu le rêve que je vous raconterai aujourd'hui. Mais d'abord, voici dans quelles circonstances ce rêve est venu.

     Michèle travaille, mais le mercredi, elle reste à la maison pour garder son fils Benjamin, qui a une dizaine d'années. Aujourd'hui, en fin de matinée, elle part faire quelques courses et laisse le jeune garçon seul quelques instants dans l'appartement. Le super marché n'est pas loin.

    La voilà qui revient et arrive dans le hall de l'immeuble. Une flopée de gamins devant l'interphone s'envole quand elle arrive.

     Hall d'immeuble.jpg

    b_Oiseaux_en_vol.jpg

    - Tiens ? Qu'est-ce qu'ils font là ?

    Elle monte et entre dans son appartement.

    Benjamin est là, livide, décomposé.

    Elle se précipite :

    - Benjamin, qu'est-ce que t'as?

    - Maman, dit l'enfant tremblant, ils étaient tous là, ils ont sonné à la porte, ils m'ont dit :

     «  Descends, on est tous là, on t'attend, on a des marteaux et des chaînes, on va te tuer ! »

     

    Horreur !

    Michèle sent son sang se retourner, le monde se renverser.

    nu-visage-main.jpg

    zup et cathé.JPG

    taches et couleurs.jpg

     

     

     

     

     

    La douleur, le désespoir, l'envahissent. La rage, la fureur, la révolte la mordent à vif. Une haine terrible la saisit au ventre.

    Une voix hurle en elle :

     - Non ! Non ! Ca ne se passera pas comme ça. Je ne laisserai jamais faire ça !

     

    Elle confie son fils à la voisine, ainsi il ne sera pas inquiété pendant son absence. Elle file au commissariat de police, raconte ce qui vient de se passer, demande l'aide d'un policier. Elle veut aller trouver tous les enfants pour leur expliquer que cela ne va pas du tout, mais elle a besoin du soutien de l'ordre public, elle a besoin du soutien d'un homme : dans son quartier, une femme, ça ne vaut rien.

    police.jpg un-homme-se-fait-passer-pour-un-policier_17973_w300.jpg

         

     Un policier l'accompagne, il la suit, il est fluet, menu, il ne dit rien, mais il représente l'ordre et la loi.

     

     

    Aujourd'hui, c'est le 21 juin, la fête de la musique. Il fait beau, tout le monde est dehors.

     20060603_Kermesse_01.jpg

    gamins 3.jpg

     

     

     

     

    Michèle n'a pas mangé, elle va partout dans la Zup, elle interroge tout le monde, elle cherche les gamins qui ont promis la mort à son fils.

     zup3.jpg

        zup 2.jpg

     

     

    Elle questionne, recueille les indices, les noms, les adresses. Elle court dans tout le quartier, elle trouve un gamin et puis un autre. Elle les emmène avec elle. Mais non, le policier ne leur fera aucun mal, et elle non plus, elle les emmène chez leur parents, avec eux elle explique aux parents la situation :

     « - Mais si des gamins disent ça à dix ans, Madame, à quinze ans, ils tuent et c'est les meurtres dans la Zup.

    meurtriers.jpg

     Vous savez, nous sommes destinés à vivre ensemble, la vie nous a placés dans le même quartier, alors, il faut bien que nous nous entendions ! Sinon, ça va être infernal et sans fin !

    Il faut absolument que nos gamins vivent dans la paix. S'il vous plaît, Madame, vous êtes une Maman, nous, les Mamans, nous ne pouvons pas laisser faire ça ! S'il vous plaît, expliquez leur aussi ! »

    Les mamans sont stupéfaites, consternées. Les papas aussi, quand ils ont là.

    femme maison.jpg

     visage_de_femme1.jpg

     

                          

     

     

    Ces-Noirs-qui-ont-fait-la-Maison-Blanche1_articlephoto.jpg

    foulard.jpg           

     

     

     

    Maintenant il est temps de se retrouver avec Benjamin, de tirer la situation au clair. Benjamin a sûrement fait quelque chose de travers, mais ce n'est pas une raison pour le tuer.

     

    A 8 heures du soir, les gamins sont là, avec Benjamin, chacun s'explique, il y a eu des injures réciproques, des blessures d'amour propre qu'il faut laver, venger.

    Mon Dieu ! Que la vie est peu de chose en regard de ces orgueils.

     

    Michèle, gentiment, comprend, explique, et enfin chacun se tend la main et demande pardon. Non, cela ne se reproduira plus, non, on ne va plus se monter pour des vexations. Mon Dieu ! Cela fait  partie de la vie quotidienne, on ne va pas pour autant en venir aux mains ou aux armes et tuer !

    Les gamins rentrent chez eux, la nuit tombe, l'air est doux, le soleil orange resplendit, ce soir, c'est la fête de la musique.

     

    coucher 2.JPG

     

    Pas pour Michèle qui rentre chez elle avec son fils chéri.

    Exténuée, elle s'assied.

    Où a-t-elle trouvé la force de se démener huit heures durant à travers tout le quartier ?

    La douleur, le désespoir, la rage, la haine, la révolte. Maintenant, c'est fini.

     

    Elle dîne avec son fils, parle avec lui, elle l'emmène se coucher, et fait une prière avec lui avant qu'il ne s'endorme.

    « Mon Dieu, merci de m'avoir protégé cette journée, s'il te plaît, garde moi, chaque jour, garde et protège ma maman, mon papa, aide moi à respecter mes copains, pour que je m'entende mieux avec eux. »

    Michèle se couche à son tour. La nuit, un rêve la visite.

    visage.jpg

     

     Rêve

    Dans son rêve, elle entre dans son bureau.

    Sur la droite il y a une petite table devant le mur recouvert de la tenture indienne pourpre, qui représente l'arbre de vie. Elle aime beaucoup cette tenture.

    bureau.jpg   arbre-de-vie.jpg

                   

     

     

    Un homme est assis là. C'est Dieu qui l'attend. Il la regarde quand elle rentre.

    - Tiens, lui dit-il, je t'ai préparé un bouquet de fleurs, je te l'ai posé sur ton bureau.

    Michèle est émue aux larmes :

    Quoi ! Dieu lui a préparé un bouquet ? Pour elle ? Il a pensé à elle, spécialement ?

    Il y a quelques années, elle avait lu dans le livre de Christiane Riedel « Rêves à Vivre », le récit de ce rêve où le Père préparait une fleur pour sa fille, mais il lui disait qu'elle devait encore attendre pour l'avoir. Eh bien, pour elle, Michèle, le bouquet est prêt ! Quelle délicate attention !

    tableau-fleurs.jpg

     Et Dieu poursuit :

    - Tu peux choisir une fleur dans ce bouquet, elle est pour toi, je te la donne.

    Dans le joli vase sur le bureau, Michèle choisit une fleur. 

     Et l'ombre la nuit s'étend, veloutée et bienfaisante.

    detail de la reine de la nuit.jpg

     

     Au matin Michèle se réveille :

    - Ma fleur ! Oh ! Dieu m'a donné une fleur ! Mais quelle fleur ?

    Elle va prendre son herbier dans sa bibliothèque et cherche si la fleur du rêve s'y trouve.

    Mais oui !

    La voilà, cette même fleur, une fleur de feu, une marguerite aux pétales rouges et jaunes, une fleur vivace, c'est une gaillarde !

    Quel baume ! Quelle bénédiction ! Dieu lui décerne le titre de gaillarde ! C'est la marque, le souvenir de l'approbation, de l'affection que Dieu lui donne après cette journée où, mordue par la douleur et la haine, elle s'est battue par amour pour son fils, par amour pour les autres, par amour pour la vie, contre une situation intolérable.

     

    gaillarde_1_gd[1].jpg

     la haine.jpg

     

     

     

     

          

     

        gaillarde2.jpg

     gaillarde 3.jpg

     

     

     

     

     

     

    Illustrations

    je remercie les photographes et les artistes dont les oeuvres m'ont permis d'illustrer mon blog. 

    Visage de femme : http:/www.us.123rf.com

    Hall d'immeuble : http://upload.wilimedia.org

    Oiseaux en vol : http://www.lepolina.com

    Dessin noir : http://wallpapaer-wibweb.info

    Zup et cathédrale : Couverture du livre « Rouge sang » : http://www.librairiepantoute.com

    Rouge orange et noir : taches-et-couleurs

    Police :http://medias.lepost.fr

    Policier :http://img-zigoret.com

    Journée de la musique :http://lesmemes.free.fr

    Enfants :http://uchaud.blog-midilibre.com

    Zup :http://cd.imggg.v4.skyrock.net

    Zup : http://www.geographie-geomatique

    Meurtriers à quinze ans :http://ffsalgerie.unblog.fr

    Femme : http://www.courrierahuntsic.com

    Femme : http://www.intal.be

    Homme :http://photoparismatch.com

    Femme : http://www.plumedepresse.net

    Coucher de soleil :vues du ciel. free

    Visage aux fleurs :http://www.magazine-avantages.fr

    Coin de bureau : http://lejardindeclair.blogs-marieclairemaison.com

    Arbre de vie : http://www.laetitiabourget.org

    Bouquet de fleurs : raf.photos.blogspot.com

    La reine de la nuit : Detail du décor peint par l'artiste allemand Schinkel pour l'opéra de Mozart « La Flûte enchantée » 1791

    Gaillarde : http://www.mdecg54.fr

    Gaillardes : h.m.jardinoise.com

    Gaillarde :http://a31.idata.over-blog.com

  • LE DIEU SOUILLE, BAFOUE

    couronned'épines.jpg

     

    La dernière fois nous avons vu le rêve d'une fillette. Ce rêve lui montrait que l'image divine en elle était affaiblie et déséquilibrée. Mais elle était soutenue.

    Début mars, un adolescent a déposé son rêve, un cauchemar, sur le forum du sommeil de Doctissimo, Il a eu très peur.  Je passais par hasard, j'ai eu très mal, j'ai tenté de lui expliquer son rêve, sans pouvoir avoir ses associations. Il ne m'a pas répondu.

    Comme à la fillette, le rêve vient montrer à cet adolescent quel est l'état de la figure divine en lui.

    Je vous ai dit que les rêves indiquent à des rêveurs occidentaux que la façon dont ils vivent leur spiritualité chrétienne est bafouée. En voici de nouveau un témoignage, il est affreux. Vous allez en juger par vous même.

    Je vous présente ce rêve en ces jours de Pâques. Je n'ai pas le cœur de le détailler dans une interprétation. Il est trop douloureux et éloquent de lui même.

    Le voici.

     

    J'ai rêvé que j'étais dans une pièce, sombre, et que j'étais tout seul.

    Puis, j'ai entendu des cris un petit peu plus loin. Je décide de m'approcher et, je vois dans un halo de lumière un lit, crasseux, avec un être de dos.

     pièce noire.jpg

      halo 3.JPG            

     lit crasseux.JPG

     

     

     

     

    Je contourne le lit pour voir qui est cet être, il s'agit d'un bébé. Il a les yeux fermés, mais dès que je m'approche, il les ouvre d'un coup !

     Il me fixe, il est lui aussi crasseux.

     yeux fermés 3.JPG

    bébé crasseux.JPG
     

    A un moment j'entends un bourdonnement.

    Il s'agit d'une grosse mouche noire qui vient de poser sur le ventre du bébé. mouche 3.jpg

     

     

        

     

    Et, je la vois s'enfoncer dans sa chair  !

    Le bébé pleure et plonge sa main dans son ventre pour récupérer la mouche. Et puis il ressort sa main, pleine de sang. Il ouvre sa main, et

    Asticot.jpg

    des asticots en sortent, et descendent le long de son corps et s'en vont.  Je regarde les asticots filer.

    Et quand je me retourne, le bébé me fixe en ricanant.

    bébé ricane.jpg

     

    Et une couronne d'épines apparaît sur sa tête. Et une barbichette pousse sur son visage. Il a aussi une bible dans la main. Cette bible se met à saigner, ainsi que le haut de son crâne, là ou est posée la couronne d'épines. Et là, je me réveille en sursaut !

    Christ.JPG

     

    Commentaire

    Toutes ces images sont très négatives, voire funestes et elles font peur à juste raison. Le rêve crie l'alerte, car la vie spirituelle de ce garçon est en danger, sa relation avec le divin qui réside dans son âme est dévorée par une pourriture qui vient d'une pensée, d'une idée environnante négative.

    Si j'avais pu travailler  avec le rêveur, nous aurions pu sans doute discerner ce que désigne cette mouche noire et ces asticots.  En référence à d'autres rêves, je peux tout juste me demander si ces asticots pourraient être une allusion à des excitations nerveuses malsaines, liées à une sexualité mal vécue ? Hélas, je n'en ai aucune preuve.

    Ce qui m'inquiète, c'est que ce bébé, apparemment impuissant, se met à ricaner. Il exprime par là son mépris et une forme de méchanceté, comme s'il disait : «  Rira bien qui rira le dernier. »

    On ne blasphème pas impunément contre le divin. Les forces intérieures, qui animent l'être ne peuvent pas être indéfiniment bafouées, car elles sont la Nature même. Et la Nature se venge. Quiconque renie le dieu encourt sa colère. Tous les mythes le racontent. Mais dans notre société, nous l'avons oublié.

    Si le rêve réagit si fort, c'est qu'il cherche à réveiller l'adolescent. C'est que ce jeune garçon a en lui le don d'une dimension spirituelle qui lui est particulière. Il doit la retrouver, en prendre soin et l'honorer, la vénérer.

    mains en prière.jpg

    Le rêve se termine par un réveil brutal, le rêveur peut réagir dans un sursaut et prendre conscience de sa situation. 

    Des rêves de ce genre, j'en ai vu beaucoup, et de plus affreux encore. Mais je ne veux pas vous laisser longtemps sur ces impressions pénibles, et  je viendrai bientôt vous en raconter un, fort beau.

     

    resurrection Lux-autre-partie-du-Retable-d-Issenheim.jpg

     Illustrations

    Halo : http://upload.wikimedia.org

    Lit sale : http://1.bp.blogspot.com

    Bébé sale : http://cuisine-et-insolite.20minutes.fr

    Mouche noire : misonleonprovancher.com

    Mouche noire macrophagyte : http://www.myrmecofourmis.fr

    Bebe pleure :web-libre.org

    Asticots : http://www.entomologieforensique.ch

    Bébé ricane : http://3a.img.v4.skyrock.net

    Couronne d'épines : http://a10.idata.over-blog.com

    Christ en croix peint en 1631 par le peintre hollandais Rembandt, à l'âge de 25 ans

    Mains en prière, 1508, du peintre allemand Dürer

    La résurrection : tableau du peintre allemand  Mathias Grünewald, peint vers 1510, faisant partie du retable d'Issenheim.