Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

5 Carnet du jour - Page 4

  • TOUS MES VOEUX POUR CETTE NOUVELLE ANNÉE

     

    Nous voici en l'an de grâce 2017 et je ne veux pas manquer de vous présenter tous mes voeux.

    Que vous souhaiter ?

    Beaucoup n'ont qu'un désir et disent : " Il faut monter ".

    Vais-je alors formuler pour vous tous mes voeux d'ascension dans la réussite ou la richesse ou encore dans le développement personnel ? Ou bien vais-je vous

    souhaiter de vous élever dans les sphères célestes spirituelles ?

    Pour la nouvelle année, dois-je vous souhaiter de monter très haut ?

     

    Monter pour aller où ? Pour faire quoi ?

     

    Un jour, un alchimiste a dit :

    Prends cette chose qui est foulée aux pieds sur les tas de fumiers, sinon, voulant monter sans échelle, tu tomberas sur la terre.

     

    Un jour, l’autre alchimiste a dit :

    Voici comment trouver l’or philosophale, la pierre divine :

    «  In stercore invenitur » : « On le trouve dans les excréments ».

     

    Un jour, Jung a dit :

    " Mon étude de la psyché, de l’âme, s’appelle la psychologie des profondeurs".

     

    Un jour un rêve a dit :

    « C’est en plongeant que l’homme devient oiseau ».

     

    Un autre jour Jung a dit aussi :

    " L'homme a bien de la peine à descendre de sa hauteur... et à rester humblement bas."

     

    Un jour, un rêveur a dit :

    Le secret, c’est de se réviser à la baisse.

     

    Un jour, j’ai dit :

    « L’humilité est la parure de l’âme. Le mot vient de humus, terre noire, ici bas. »

     

    Un jour Marie a dit :

    « Mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,

    Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. »

     

    Marie n’est-elle pas l’image, le grand symbole de l’âme ?

    Dans les rêves, la jeune fille vierge n'est-elle pas l'image de votre âme ?

    Votre âme qui, dans l’humilité, s’incline devant la volonté de son dieu pour Le recevoir, pour le laisser concevoir en elle l’inconcevable.

    C'est là le voeu que je porte en mon coeur pour vous au seuil de cette nouvelle année.

     

    Je vous laisse écouter ce chant qui salue Marie, qui salue l’âme, votre âme, et la fait tressaillir.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=fjZ8fBGtMaI

     

    Oeuvre musicale :

    Sumi Jo chante l"Ave Maria de Caccini.

    Cette oeuvre a été écrite en 1970 par l'artiste compositeur Vladimir Fiodorovitch Vavilov, qui l'a présentée comme étant l'oeuvre de Caccini, un artiste italien du XVIème siècle.

     

     

     

     

     

     

     

  • AUJOURD'HUI, C'EST LA FÊTE DE LA MUSIQUE

    Tout à l'heure je passe à côté de la nouvelle place du quartier du Bel Air où j'habite à St Germain-en Laye, dans les Yvelines, depuis bientôt 30 ans. Je vois une tente, une estrade, des instruments de musique...Ah mais oui ! Nous sommes le 21 juin, aujourd'hui, c'est la fête de la musique !

    La fête de la musique ? Mon Dieu, me coeur se serre,..ici, un jour, il y a 25 ans, ... la fête de la musique. J'ai parlé de cette journée sur mon blog, il y a 6 ans. En ce jour d'anniversaire, c'est bien le moment d'y revenir.

    Nous y voici :

    J’ai une amie, Michèle qui habite dans un quartier à problèmes, un quartier à risques. Les mégots, les crachats qu’on lui balance dessus, elle connaît ; les pneus crevés, les vitres de la voiture ou de l’appartement cassées, les cambriolages, elle connaît aussi. Mais c’est là qu’elle vit et elle fait avec.

    visage femme.JPG

     

    Une nuit, elle a reçu le rêve que vous allez lire bientôt. Mais voyons d’abord dans quelles circonstances ce rêve est venu.

    Michèle travaille, mais le mercredi, elle reste à la maison pour garder son fils Benjamin, qui a une dizaine d’années. Aujourd’hui, en fin de matinée, elle part faire quelques courses et laisse le jeune garçon seul quelques instants dans l’appartement. Le super marché est tout près.

    La voilà qui revient et arrive dans le hall de l’immeuble.

    Hall d'immeuble.jpg

    Une flopée de gamins devant l’interphone s’envole quand elle arrive.

    - Tiens ? Qu’est-ce qu’ils font là ?

    Elle monte et entre dans son appartement.

    Benjamin est là, livide, décomposé.

    Elle se précipite :

    - Benjamin, qu’est-ce que t’as?

    - Maman, dit l’enfant tremblant, ils étaient tous là, ils ont sonné à la porte, ils m’ont dit :

    «  Descends, on est tous là, on t’attend, on a des marteaux et des chaînes, on va te tuer ! »

     

    Horreur !

    Michèle sent son sang se retourner, le monde se renverser.

    La douleur, le désespoir, l’envahissent. La rage, la fureur, la révolte la mordent à vif. Une haine terrible la saisit au ventre.

    rouge-et-noir-jpg.jpg

    Une voix hurle en elle :

    - Non ! Non ! Ca ne se passera pas comme ça. Je ne laisserai jamais faire ça !

    Elle confie son fils à la voisine, ainsi il ne sera pas inquiété pendant son absence. Elle file au commissariat de police, raconte ce qui vient de se passer, demande l’aide d’un policier. Elle veut aller trouver tous les enfants pour leur expliquer que cela ne va pas du tout, mais elle a besoin du soutien de l’ordre public, elle a besoin du soutien d’un homme : dans son quartier, une femme, ça ne vaut rien.

    un-homme-se-fait-passer-pour-un-policier_17973_w300.jpg

    Un policier l’accompagne, il la suit, il est fluet, il est menu, il ne dit rien, mais il représente l’ordre et la loi.

    Aujourd’hui, c’est le 21 juin, la fête de la musique. Il fait beau, tout le monde est dehors.

                                       20060603_Kermesse_01.jpg

     

    Michèle n’a pas mangé, elle va partout dans la Zup, elle interroge tout le monde, elle cherche les gamins qui ont promis la mort à son fils.

     

     

    zup3.jpg

    Elle questionne, recueille les indices, les noms, les adresses. Elle court dans tout le quartier, elle trouve un gamin et puis un autre. Elle les emmène avec elle. Mais non, le policier ne leur fera aucun mal, et elle non plus, elle les emmène chez leur parents, avec eux elle explique aux parents la situation :

    « - Mais si des gamins disent ça à dix ans, Madame, à quinze ans, ils tuent et c’est les meurtres dans la Zup.

    meurtriers.jpg

     

    Vous savez, nous sommes destinés à vivre ensemble, la vie nous a placés dans le même quartier, alors, il faut bien que nous nous entendions ! Sinon, ça va être infernal et sans fin !

    Il faut absolument que nos gamins vivent dans la paix. S’il vous plaît, Madame, vous êtes une Maman, nous, les Mamans, nous ne pouvons pas laisser faire ça ! S’il vous plaît, expliquez leur aussi ! »

    Les mamans sont stupéfaites, consternées.

    femme maison.jpg

     

    visage_de_femme1.jpg

    Les papas aussi, quand ils ont là.

    Ces-Noirs-qui-ont-fait-la-Maison-Blanche1_articlephoto.jpg

     

    foulard.jpg

     

    Maintenant il est temps de se retrouver avec Benjamin, de tirer la situation au clair. Benjamin a sûrement fait quelque chose de travers, mais ce n’est pas une raison pour le tuer !

    A 8 heures du soir, les gamins sont là, avec Benjamin, chacun s’explique, il y a eu des injures réciproques, des blessures d’amour propre qu’il faut laver, venger.

    Mon Dieu ! Que la vie est peu de chose en regard de ces orgueils.

    Michèle, gentiment, comprend, explique, et enfin chacun se tend la main et demande pardon. Non, cela ne se reproduira plus, non, on ne va plus se monter pour des vexations. Mon Dieu ! Cela fait partie de la vie quotidienne, on ne va pas pour autant en venir aux mains ou aux armes et tuer !

    Les gamins rentrent chez eux.

    La nuit tombe, l’air est doux, le soleil orange et or resplendit, ce soir, c’est la fête de la musique.

    coucher 2.JPG

     

    Pas pour Michèle qui rentre chez elle avec son fils chéri.

    Exténuée, elle s’assied.

    Où a-t-elle trouvé la force de se démener huit heures durant à travers tout le quartier ?

    La douleur, le désespoir, la rage, la révolte, la haine.

    La haine non pas des hommes, mais d'une situation inadmissible, intolérable.

    Maintenant, c'est passé, c'est nettoyé, c’est fini.

    Michèle dîne avec son fils, parle avec lui, elle l’emmène se coucher, et fait une prière avec lui avant qu’il ne s’endorme.

    « Mon Dieu, merci de m’avoir protégé cette journée, s’il te plaît, garde moi, chaque jour, garde et protège ma maman, mon papa, aide moi à respecter mes copains, pour que je m’entende mieux avec eux. »

    Michèle se couche à son tour. La nuit, un rêve la visite.

    Rêve

    Dans son rêve, elle entre dans son bureau.

    Sur la droite il y a une petite table devant le mur recouvert de la tenture indienne pourpre, qui représente l’arbre de vie. Elle aime beaucoup cette tenture.

    arbre-de-vie.jpg

     

    Un homme est assis là. C’est Dieu qui l’attend. Il la regarde quand elle rentre.

    - Tiens, lui dit-il, je t’ai préparé un bouquet de fleurs, je te l’ai posé sur ton bureau.

    Michèle est émue aux larmes :

    Quoi ! Dieu lui a préparé un bouquet ? Pour elle ? Il a pensé à elle, spécialement ?

    Il y a quelques années, elle avait lu dans le livre de Christiane Riedel « Rêves à Vivre », le récit de ce rêve où le Père préparait une fleur pour sa fille, mais il lui disait qu’elle devait encore attendre pour l’avoir. Eh bien, pour elle, Michèle, le bouquet est prêt ! Quelle délicate attention !

    tableau-fleurs.jpg

    Et Dieu poursuit :

    - Tu peux choisir une fleur dans ce bouquet, elle est pour toi, je te la donne.

    Dans le joli vase sur le bureau, Michèle choisit une fleur. 

    Et l’ombre de la nuit s’étend, veloutée et bienfaisante.

    detail de la reine de la nuit.jpg

     

    Au matin Michèle se réveille :

    - Ma fleur ! Oh ! Dieu m’a donné une fleur ! Mais quelle fleur ?

    Elle va prendre son herbier dans sa bibliothèque et cherche si la fleur du rêve s’y trouve.

    Mais oui !

    La voilà, cette même fleur, une fleur de feu, une marguerite aux pétales rouges et jaunes, une fleur vivace, c’est une gaillarde !

    gaillarde 3.jpg

    Quel baume ! Quelle bénédiction ! Dieu lui décerne le titre de gaillarde ! C’est la marque, le souvenir de l’approbation, de l’affection que Dieu lui donne après cette journée où, mordue par la douleur et la haine, elle s’est battue par amour pour son fils, par amour pour les autres, par amour pour la vie, contre une situation intolérable.

     

    Blog

    Vous trouverez cet article avec le lien ci-dessous.

    http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2010/04/13/un-cadeau-inattendu.html

     

    Illustrations

    Visage de femme : http:/www.us.123rf.com

    Hall d’immeuble : http://upload.wilimedia.org

    Rouge orange et noir : taches-et-couleurs

    Policier :http://img-zigoret.com

    Journée de la musique :http://lesmemes.free.fr

    Zup : http://www.geographie-geomatique

    Meurtriers à quinze ans :http://ffsalgerie.unblog.fr

    Femme : http://www.courrierahuntsic.com

    Femme : http://www.intal.be

    Homme :http://photoparismatch.com

    Femme : http://www.plumedepresse.net

    Coucher de soleil :vues du ciel. free

    Arbre de vie : http://www.laetitiabourget.org

    Bouquet de fleurs : raf.photos.blogspot.com

    La reine de la nuit : Detail du décor peint par l’artiste allemand Schinkel pour l’opéra de Mozart « La Flûte enchantée » 1791

    Gaillarde : http://www.mdecg54.fr

    Gaillardes : h.m.jardinoise.com

    Gaillarde :http://a31.idata.over-blog.com

     

  • PIQUER, VOLER ET COPYRIGHT

     

    Chers amis,

     

    Je changerai complètement de sujet aujourd'hui. Vous allez trouver un commentaire que je voulais vous proposer depuis longtemps. Il s'agit de l'utilisation que l'on peut faire des études de mon blog.

    J'ai ouvert ce blog il y a neuf ans, en janvier 2007. Il comporte 256 études qui sont le fruit de milliers d'heures de travail, qui ne reçoit aucune rémunération.

    Vous savez que l’accès à ce blog est gratuit et illimité. Mon but est de vous faire entrer dans le monde des rêves, de vous familiariser avec votre monde intérieur et de vous initier aux moyens de comprendre vos images personnelles. 

    Vous avez pu constater que chaque article, chaque étude est une nouvelle création écrite pour vous. Je mentionne clairement mes sources, je ne pratique jamais le copié collé, jamais.

    Ainsi donc mes livres, mon blog contiennent un corpus maintenant très important, diversifié et unique de connaissances et d’outils pour interpréter les rêves.

    C'est bien ce dont certaines personnes ont conscience et elles ne se gênent pas pour venir y puiser des informations.

    Ces personnes sont comme des parasites, des organismes vivants qui vivent aux dépens d'un autre organisme.  Elles viennent sucer, pomper, piquer.

    p02hryzn.jpg

     

    Ensuite, elle diffusent ce qu'elles ont pris et font passer ces extraits pour le fruit de leur travail. Je ne peux pas le contrôler.

    Et même, je dirai tant mieux, si sont ainsi transmises des informations au sujet de l’inconscient et des rêves ! C’est bien finalement mon objectif.

    Cependant, il y a plus grave, qu’il est nécessaire de vous signaler :

    Certaines personnes reprennent en fait la technique de l’interview en la mutilant.

    C’est Gayle Delaney, qui a crée la méthode dans les années 1970 et moi-même je l’enseigne en France depuis 1990 ; nous avons donc toutes deux été obligées de protester pour plagiat.

    sangsues-aspirant-le-sang-19280198.jpg

     

    Est-ce que dans ce cas aussi je dirai tant mieux, si de la sorte le travail de déchiffrage des rêves se poursuit ?

    Non ! Et malheureusement, je dirai tant pis ! Car il y a duperie. Le rêveur, qui suit cette méthode, croit avoir à sa disposition un outil plus simple, plus facile, plus rapide, que la technique de l’interview que j’enseigne. Mais en fait, son déchiffrage va manquer de rigueur, son travail va être superficiel et bâclé et il a toutes les chances de faire des faux sens ou des contre-sens. Quel dommage !

    Il est donc inévitable maintenant de rappeler les lois de la propriété intellectuelle qui protègent toutes les études de mon blog et de mes livres.

    Un blog consacré au plagiat prévient avec ces mots :

    « En un clic tu colles, en un clic tu voles ! (1)

    Partout dans le monde, les gens utilisent les moyens de communication (internet, livres, radio, journaux) à des fins personnelles pour plagier des documents. Le partage des informations se fait tel qu'il est rare d'identifier parfois l’exactitude et la provenance des informations et des auteurs. Le plagiat se définit comme étant l'acte de copier une source sans la citer et en la modifiant. C'est donc un délit qui peut être puni par la loi et parfois peu de gens le savent. »

    moustique-mosquito.jpg

     

    J’apprécierai donc que les chercheurs qui utilisent mon travail ne se comportent pas en parasites voleurs mais me demandent l'autorisation d'inclure dans leur texte des passages de mes études.

    En tous cas, il est de la plus élémentaire correction de mentionner l'origine exacte de l'extrait emprunté.

    Pour ceux qui l’ignorent voici comment faire :

     

    - Pour un livre :

    Il convient d’indiquer le nom de l’auteur, le titre du livre, l’éditeur, la page, et l’année d’édition.

    Exemple :

    La Bible, l’original avec les mots d’aujourd’hui, Société biblique de Genève, 2007 ; p. 715.

     

    - Pour le blog :

    il faut mentionner le nom du blog, le titre de l’étude, la date et donner le lien http//….

    Vous trouverez ci-dessous le texte qui déclare le copyright.

    Copyright

    Le texte est protégé par les lois sur la propriété intellectuelle.

    Copyright© Christiane Riedel

    Les alinéas 2 et 3 du code de la propriété intellectuelle autorisent "les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à « une utilisation collective" ou à "des analyses et de courtes citations dans un but d'illustration". "

    Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits ou ayants cause est illicite" (art L.122.4) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code Pénal.

    téléchargement.jpg

    Internet :

    1) http://warnplagiarism.blogspot.fr/

     

    Illustrations

    Ténia ou ver solitaire

    Sangsue aspirant le sang : fr.dreamstime.com

    Moustique : meltydiscovery.fr

    Contre le plagiat :dragibames.skyrock.com

     

  • INCARNATION A NOËL ET DIVINISATION

    Arcabas.jpg

     

    Charles Péguy a écrit :

    C’est une gageure, il manque de nous, il dépend de nous

    Que le grand ne manque pas du petit,

    Que le tout ne manque pas d’une partie,

    Que l’infiniment grand ne manque pas de l’infiniment petit.

    Que l’éternel ne manque pas du périssable.”

     

      

    Poursuivant son inspiration, reprenant ses mots, je rajouterai inversement :

    C’est une gageure, il manque de nous, il dépend de nous

    Que le petit ne manque pas du grand,

    Que la partie ne manque pas du tout,

    Que l’infiniment petit ne manque pas de l’infiniment grand

    Que le périssable ne manque pas de l’éternel.

     

    Chers amis

    Joyeux Noël

    Que Dieu vous bénisse en ce jour

     

    Christiane

     

    Naissance.jpg

     

    Bibliographie

    Charles Péguy : “Le porche du mystère de la deuxième vertu” , Poésie chez Gallimard, p.83

     

    Illustration

    La naissance à Bethléem du peintre contemporain Arkabas : jésus.catholique.fr

    Détail du même tableau : picasaweb.google.com

     

  • JEAN CLAUDE

    Chers amis blogeuses et blogueurs,

     

    Il y a trois semaines je vous ai annoncé que Jean Claude Carton m’invitait sur sa web Tv « Etoiles du cœur ». Le 5 mars Jean Claude m’a accueillie avec beaucoup de gentillesse. J’ai passé deux heures très dynamiques et intéressantes dans son studio, interviewée par Franck Dumouilla. (1)J’ai embrassé Jean Claude en partant. Il m’a proposé de reprendre l’expérience en mai.

    Jc 4.JPG

    Je viens d’apprendre que Jean Claude n’est plus.

     Aujourd’hui, je voudrais rendre hommage à cet homme profond et simple dont le plus grand souci a été de se mettre au service des autres, pour les faire connaître. C’est ainsi que sur la radio « Ici et maintenant » il a interviewé plus de 3000 personnes. Depuis, il en a interviewé bien d’autres encore.

    Il a écrit un livre très vivant et attachant , où il raconte ses expériences : «  Oser l’impossible et le réaliser ».

    livre JC Carton.jpg

    J’y ai choisi pour vous deux extraits qui m’ont touchée. Vous verrez combien Jean Claude était simple et naturel quand il menait une interview.

    Le premier récit raconte sa rencontre avec Charles Aznavour. C’était la première interview de sa vie.

    « Je le suivis jusqu’à sa loge…Il m’invita à m’asseoir…puis s’assit à côté de moi :

    - Je suis prêt ; on y va ?

    Mon heure de vérité était arrivée. Sans détourner les yeux, je répondis :

    jc 3.JPG

    - Charles Aznavour, je n’ai jamais interviewé qui que ce soit ; j’anime des émissions radio ; vous êtes mon premier interview !

    - Tout l’honneur est pour moi Jean Claude ! On y va ?…

    Alea jacta est !  J’enclenchai mon Nagra :

    - Bonjour Charles Aznavour ! Merci de me recevoir quelques minutes…avant votre spectacle…Avez-vous bien dormi cette nuit ?

    Regard étonné de Charles :

    - Coupez votre truc là ! Pourquoi me demandez-vous ça ?

    Je coupe le Nagra.

    - Parce que j’ai vu que vous aviez les yeux cernés et j’ai senti que vous aviez mal au dos !

    aznavour.jpg

     

    - Personne ne m’a jamais posé ce genre de question ; rallumez votre appareil et reposez-moi la même question !

    L’interview dura cinquante minutes ;…Charles regarda l’horloge de sa loge…

    - Je n’ai pas vu le temps passer Jean-Claude ! C’était très agréable de répondre à quelqu’un qui vous écoute ; vos questions m’ont changé des questions habituelles… »

    Et Jean Claude conclut :

    « Je quittai Charles Aznavour dans un état second ; je n’avais pas compris cette intimité inhabituelle…J’en déduisis que ce devait être mon style…Regarder et écouter l’autre ; poser une question ; entendre la réponse et poser une autre question qui soit en résonance avec la réponse donnée. Trop de professionnels ont une série de questions et les posent comme des automates. » 

    Ce qui caractérisait Jean Claude, c’est qu’il s’intéressait vraiment à l’autre, il mettait du cœur dans ses questions.

    J c.jpg

    Voici le second témoignage :

    «  Je me souviens de ma première rencontre avec sœur Emmanuelle. Elle donnait une conférence à Auch…

    La salle est bondée ; elle commence à parler avec une toute petite voix. Elle parle du Caire, et de sa vie… Elle demande une orange par semaine pour chacun des 25 000 enfants …pour un apport en vitamines.

    soeur-Emmanuelle.jpg

    Un groupe d’une dizaine de personnes ne l’écoute pas ; certaines parlent tout haut.

    Sœur Emmanuelle les regarde sans réagir.

    Je suis au premier rang en tant que « journaliste »… Je n’ai pas autant de patience qu’elle.

    Sans trop réfléchir je hausse la voix :

    - Vous pouvez fermer vos gueules ? Merci, s’il vous plait !

    Et soudain c’est la tempête.

    Le tsunami Emmanuelle déferle sur le groupe interloqué…La colère de Sœur Emmanuelle est une sainte colère…"

    soeur emm en colère.jpg

    Jean Claude va la retrouver à l’entracte pour lui poser quelques questions. Sœur Emmanuelle lui demande de revenir à la fin.

    "Je la remercie d’accepter et lui dis :

    - Bénis moi ma sœur, s’il te plait, merci…

    - Tu es malade toi ! Qui suis-je pour te bénir ? Toi bénis-moi ; j’ai besoin de gens comme toi qui ont encore la capacité de s’indigner en public !"

    Elle me prend dans ses bras avec la tendresse d’une grand-mère…

     

    Jean Claude, le journaliste, parlait avec cœur, Jean Claude parlait avec authenticité.

     

    Jean Claude.jpg

     Je reste remplie de reconnaissance envers Jean Claude pour tout ce qu’il nous a donné.

     

    Sur Internet

    (1) Vous pouvez écouter l’émission avec le lien suivant :

    https://www.youtube.com/user/etoilesducoeur/videos

     

    Illustrations

    Je remercie les photographes dont les œuvres m’ont permis d’illustrer mon blog.

    Jean Claude : oretpourpre.blogspot.com

    Jean Claude : antakarana.forumzen.com

    Charles Aznavour : artistdirect.com

     

     

    Jean Claude : edc.stardist.org

    Sœur Emmanuelle : don-de-vie.overblog.com

    Sœur Emmanuelle : gaelle-hautefort.com

    Jean Claude : wat-tv